AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michael Foreman (Illustrateur)Diane Ménard (Traducteur)
EAN : 9782070538065
112 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (18/09/2002)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Mes parents n'ont jamais vraiment aimé la vie à la campagne. Alors que moi j'adore les vacances dans la vieille ferme de Grand-père. J'adore l'écouter parler de son enfance de petit paysan et de Joey, son cheval.

Peut-être même me racontera-t-il un jour l'histoire de ce vieux tracteur auquel il tient tant. Mais parfois, je sens que quelque chose le tourmente... Quel est le secret de Grand-père ? Et comment puis-je l'aider ?

La touchan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Lorraine47
  03 janvier 2015
Pourquoi grand-père est-il de si mauvaise humeur certains jours qu'il vaut mieux éviter de lui adresser la parole? Pourquoi garde-t-il au fond de sa grange du Devon un vieux tracteur hors d'usage depuis de nombreuses années tel un trésor voire une pièce de musée?
Seul son petit fils aura le privilège de connaître le secret du vieil acariâtre et de faire fondre son coeur d'acier.
J'ai eu l'immense plaisir de retrouver le personnage du Caporal, héros de "Cheval de guerre" dont Steven Spielberg a tiré un très beau film en 2011. Cette histoire d'amour entre un jeune fermier et son cheval est éblouissante d'humanisme malgré le contexte effroyable de la première guerre mondiale, véritable boucherie humaine où bien sûr les animaux ne furent pas plus épargnés!
Si la transmission entre les générations ne vous laisse pas indifférent, si vous êtes ému aux larmes par l'extrême pudeur d'êtres simples et authentiques: ce petit roman pourrait bien réveiller votre âme d'enfant et illuminer votre journée!
Je vous souhaite de vous accorder ce plaisir.
Je dédie ce modeste billet à mon père avec qui j'ai l'honneur de partager quelques petits secrets qui sont autant de petits trésors gardés précieusement en un coin de mon coeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
raton-liseur
  05 novembre 2019
Et voilà le livre que j'ai décidé de lire à mes élèves de CM2 en ce début d'année scolaire. J'avais lu le premier tome à certains l'année dernière, et j'ai été heureuse de voir que l'histoire leur était restée en tête et qu'ils étaient heureux de retrouver Albert et son cheval Joey. Pour les autres, pas de problème, il n'est pas du tout nécessaire d'avoir lu Cheval de guerre pour comprendre et apprécier cette histoire.
Albert et Joey sont donc revenus du front et exploitent la ferme familiale comme il avait toujours été écrit qu'ils le feraient. Mais c'est l'entre-deux-guerres, c'est le début de la mécanisation de l'agriculture, c'est un moment compliqué pour ceux qui aiment les chevaux. Un jour, pris de boisson, Albert relève un défi irréaliste, faire labourer ses chevaux plus vite que le tracteur flambant neuf de son voisin trop fanfaron pour être tout à fait honnête. Mais c'est sans compter sur le sort qui parfois, heureusement, est du côté des gentils.
Ce récit est enchâssé dans un autre, celui de l'arrière-petit-fils d'Albert, venu passer quelques mois à la ferme avant de se lancer dans ses études, et qui découvre cette histoire grâce à son grand-père tendrement aimé. C'est donc aussi une belle histoire de transmission.
Beaucoup de jolis thèmes abordés, donc. Et puis pour une maitresse qui veut faire travailler ses élèves sur l'identification des personnages et sur la chronologie du récit (à comparer à la chronologie des événements), c'est un régal (mais je ne l'ai pas fait, c'est le contrat avec mes élèves pour ces lectures-là : juste pour le plaisir d'écouter, pas de questionnaire, aucune évaluation. Juste parfois une discussion à bâtons rompus si je vois qu'ils en ont besoin. J'ai pas exemple expliqué à ces petits citadins ce qu'est une charrue bisoc, et ça les a intéressés !). Et, si ce n'est pas suffisant, il faut que j'ajoute que c'est un vrai plaisir de voir les élèves tendus vers le livre, concentrés comme rarement, parce que, même s'ils savent bien, au fond d'eux-mêmes, que les chevaux vont gagner, il y a un suspens insoutenable, ils veulent savoir comment, et la cloche n'a pas intérêt à sonner avant la fin du chapitre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
celine85
  10 mars 2018
L'histoire tourne autour du mystère qui entoure ce tracteur que le grand père possède dans son hangar.
Un roman qui montre une belle complicité, la transmission des histoires entre ce grand père et ce petit fils. Très touchant.
Commenter  J’apprécie          130
Freelfe
  24 mai 2012
Dans ce petit roman, nous retrouvons Albert, le premier maître de Joey dans Cheval de Guerre, maintenant âge de soixante ou soixante-dix ans. Et il semblerait que Albert est un petit secret qu'il aimerait bien délivrer à son petit fils...
Le secret de grand-père est un petit roman de la plume de Michael Morpurgo, publié aux Editions Folio dans la collection cadet (c'est à dire les premières lectures.) C'est un roman très jeunesse, destiné à partir de 9 ans, avec 120 pages environ, écrit en gros caractère et illustré.
Albert est un grand-père plutôt bougon, avec un fort caractère mais quand même gentil et surtout avec un grand coeur. Il m'a fait penser à son père (cf Cheval de guerre) et j'ai trouvé ça amusant. le livre se compose de deux parties car il y a une histoire imbriquée dans l'histoire principale.
Dans l'histoire principal, nous suivons "l'action" du point de vue du petit-fils. Bien que cette partie soit bien écrite, elle ne m'a que moyennement emballée, certainement car c'était très jeunesse et que le secret... ben il est destiné à un jeune lecteur. de plus, j'ai noté quelques problèmes de narration : un manque de ponctuation qui entraînait des confusions et je me suis plusieurs fois demandé qui parlait, surtout à un passage. Hormis ce petit détail, l'histoire principale reste intéressante mais très jeunesse.
La seconde partie, intitulé L'histoire de grand-père, m'a nettement plus plu pour un détail débile : Ayant regardé le film Cheval de guerre par Steven Spielberg, je m'étais fait la réflexion, en lisant le livre du même nom, qu'une scène importante du film, celle du pari, avait complètement été inventée par le réalisateur. Mais pas du tout puisque c'est ici que l'on retrouve cette scène, avec le père d'Albert qui a fait un pari fou contre un vieil ennemi. du coup, j'ai beaucoup aimé cette partie, et j'ai aimé retrouver l'ambiance du film, cette-fois parfaitement retranscrite.
Pour conclure sur ce petit livre ?
C'est un petit roman très jeunesse accessible dès 9 ans qui m'a plutôt plu en définitive, malgré une première partie très jeunesse et plutôt moyenne car un petit défaut de narration a freiné ma lecture. Mais la seconde partie m'a nettement plus plu et je garde un avis plutôt positif de ce roman !
Je le recommande à ceux qui ont lu Cheval de guerre (c'est assez intéressant de voir Albert vieux) et aux jeunes lecteurs.
Lien : http://freelfe.blogspot.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
adtraviata
  12 février 2016
Voilà encore un joli roman de Michael Morpurgo : le public visé étant des enfants encore assez jeunes (autour de 9-10 ans), rien de poignant, de déchirant dans ces 117 pages mais une belle histoire de complicité entre un petit-fils et son grand-père, un des thèmes de prédilection de l'auteur, sur fond d'amour de la campagne. Autre personnage incontournable chez Michael Morpurgo : un animal, le cheval Joey en l'occurrence. Comme dans Cheval de guerre, que je n'ai pas encore lu, le cheval de trait a été réquisitionné par l'armée britannique en 1914 et l'arrière-grand-père du narrateur s'est engagé très (trop) jeune à la guerre pour retrouver son cheval. Tous deux en sont revenus et ont encore vécu de longues années heureuses. Ainsi s'achève la première partie de ce roman.
Pourquoi ce vieux tracteur croupit-il au fond de la grange du grand-père et pourquoi ce dernier sombre-t-il parfois dans une tristesse insondable ? C'est le secret que nous découvrons dans la deuxième partie.
C'est donc un gentil roman pour jeunes lecteurs, sans doute pas le plus prenant de l'auteur anglais, mais on y retrouve son humanité, sa sensibilité à travers des personnages attachants.. Je dois avouer que c'est le bandeau « 14-18 Les grands romans de la Grande Guerre » qui a attiré mon oeil et ma main en librairie, mais je ne trouve pas le thème de la première guerre absolument central, ce bandeau est plutôt un petit coup de pub qui surfe sur la vague 14-18 (je me demande si cela va durer au même rythme durant quatre ans dans la sphère publique…)
Cela dit, ne boudons pas notre plaisir, Michael Morpurgo reste un auteur enthousiasmant et une fois de plus, le roman est illustré par le crayon fin et sensible de Michael Foreman, autre petit bonheur dont il serait dommage de se priver.
Lien : http://desmotsetdesnotes.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Blandine54Blandine54   18 septembre 2017
Il ne prétend jamais être ce qu'il n'est pas, et mieux encore, il ne me demande pas d'être ce que je ne suis pas. C'est ce que j'aime en lui, que j'ai toujours aimé et c'est peut-être la raison pour laquelle j'allais si souvent chez lui, dans sa ferme du Devon, pendant les vacances scolaires.
Commenter  J’apprécie          50
FecampFecamp   30 mai 2013
Grand-père adore raconter ses histoires, et moi, j'adore les écouter. Mais ce ne sont pas seulement ses histoires que j'aime - pour être franc, je les ai déjà entendues presque toutes plusieurs fois - c'est la façon dont il les raconte.
Commenter  J’apprécie          40
ChrystaalleChrystaalle   25 avril 2020
M Burton disait que j'avais du jus de navet dans la tête, et que si je n'y prenais pas garde, je resterais garçon de ferme toute ma vie. Mais je ne voyais pas quel mal il y avait à ça. Et je ne le vois toujours pas.
Commenter  J’apprécie          40
EveToulouseEveToulouse   01 avril 2014
... mon père, un pur citadin qui ne cachait pas son aversion pour la campagne et tout ce qui s'y rapportait.
- C'est sûrement très bien en photo, disait-il, du moment qu'on n'est pas obligé de s'y promener et de sentir les odeurs.
Commenter  J’apprécie          30
EveToulouseEveToulouse   01 avril 2014
Si tu m'avais demandé où je préférais être, en classe, à la leçon d'écriture de M. Burton, ou en train de nettoyer les cochons, j'aurais toujours choisi les cochons. Franchement.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Michael Morpurgo (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Morpurgo
Portrait de Michael Morpurgo par l'auteur lui même au micro de Stéphan de Pasqual.
autres livres classés : grand-pèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..