AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Heather Morris (Autre)
EAN : 9782290233795
256 pages
Éditeur : J'ai Lu (06/01/2021)
4.21/5   845 notes
Résumé :
L'histoire vraie de Lale Sokolov, Juif chargé de tatouer les femmes arrivant à Auschwitz. C'est ainsi qu'il rencontre Gita et en tombe amoureux. Ensemble, ils partagent des moments volés au cœur de l'horreur, sans jamais perdre l'espoir d'être réunis à leur sortie du camp.

Sous un ciel de plomb, des prisonniers défilent du camp d'Auschwitz. Bientôt, ils ne seront plus que des numéros tatoués sur le bras. C'est Lale, un déporté, qui est chargé de cette... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (263) Voir plus Ajouter une critique
4,21

sur 845 notes

Kirzy
  05 février 2021
L'histoire d'un amour né dans le camp d'Auschwitz entre deux juifs slovaques qui y sont déportés. Si ce scénario avait été une fiction totale, je crois que j'aurais passé mon tour. Peut-être bêtement. Mais trop improbable, trop « osé », et potentiellement trop casse-gueule de trouver un équilibre entre l'horreur glauque du génocide et l'aspect romance revendiqué. Bref too much pour moi.
Si le Tatoueur d'Auschwitz est rangé dans la catégorie « roman », il revendique être tiré d'une histoire vraie relatant la naissance d'un amour à Auschwitz entre deux survivants qui y ont passé plus de 2 ans et demi, le couple partageant ensuite plus de cinquante ans de vie commune plus un enfant. Et oui, le scénario est complètement improbable ! Lale était Tätowierer à Auschwitz-Birkenau, chargé par les Nazis de tatouer le matricule sur l'avant-bras des prisonniers destinés au travail plutôt qu'au gazage immédiat. Sa vie bascule lorsqu'il a le coup de foudre pour Gita, jeune fille qu'il doit tatouer.
Il y a eu quelques polémiques concernant les inexactitudes voire erreurs ( dans les numéros matriculés, les trajets, la pénicilline que Lale parvient à dénicher ) contenues dans le récit. Sans doute faudrait-il le confronter à d'autres sources. Mais ce récit ne prétend jamais être un document historique universitaire, c'est avant tout le récit d'une histoire de la Shoah basé sur des souvenirs personnels et l'expérience d'un homme. Et cela qui en fait son prix.
Pas de dérobade, le récit affronte la réalité d'Auschwitz de façon frontale, décrivant l'inhumanité des conditions de survie et la barbarie des Nazis du camp. Quelques scènes sont dures, mais jamais insupportables, jamais complaisantes surtout. On y découvre un personnage principal fascinant, comme anobli par sa souffrance, ingénieux, charismatique, doté d'une force morale herculéenne. On y découvre le vrais sens des mots « courage », « altruisme », « solidarité », souvent galvaudés et utilisés à tout-va.
Que gagne la fiction quand elle se dit basée sur une histoire vraie ? de l'émotion. Ce récit édifiant est un ascenseur émotionnel entre la brutalité, l'indicible et l'horreur d'un côté, la pulsion de vie d'un amour inconditionnel qui réussit à voler des moments d'intimité de l'autre. de l'accessibilité aussi. La lecture est à la fois édifiante et absorbante, passionnante. Elle conviendra à des adolescents à partir de la Troisième ayant une connaissance du génocide juif pendant la Deuxième guerre mondiale.
C'est une journaliste australienne, Heather Morris, qui a écrit ce roman, après avoir interviewé durant plus de trois ans Lale Sokolov. Il ne faut pas chercher un style fort à la Imre Kertez ou Elie Wiesel, l'écriture est platement descriptive mais juste et sobre, ce qui met en valeur une narration empathique et sincère. Disons que le Tatoueur d'Auschwitz aurait pris une envergure supérieure en apportant plus de complexité. La thématique passionnante de la culpabilité du survivant qui a survécu en obéissant aux ordres nazis est ainsi juste survolée. N'importe comment, j'ai vraiment apprécié cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1444
Ladybirdy
  04 décembre 2018
Le tatoueur d'Auschwitz est le récit de Lale, sans patho ni romance exagérées et non désirées par ce dernier. C'est un témoignage réaliste d'un homme slovaque qui fut envoyé au camp de concentration de Birkenau en 1942. Lale se démarquera assez vite des autres prisonniers pour son intelligence hors norme, sa grande empathie et générosité envers autrui. Il bénéficiera également d'une bonne étoile qui n'aura de cesse de faire de l'ombre à l'étoile jaune juive et lui confinera une protection qui le conduira à devenir le tatoueur d'Auschwitz. Bien sûr que graver un matricule sur la peau des prisonniers est un travail indécent et inhumain mais s'il est fait par un homme sensible, il peut entraîner moins de douleurs. Et surtout un confort que les autres prisonniers n'ont pas. C'est ainsi que Lale rencontre Gita dont il s'éprend à la seconde même. L'immensité de son âme qu'il voit dans ses grands yeux marrons lui transperce le coeur.
«  le tatoueur d'Auschwitz est l'histoire de deux êtres ordinaires, qui ont vécu dans des circonstances extraordinaires, privés non seulement de leur liberté, mais aussi de leur dignité, de leur nom, de leur identité. » (Note de l'auteure, p. 274)
Le tatoueur d'Auschwitz est plus qu'une belle histoire d'amour.
C'est le parcours d'un homme dans l'horreur qui n'aura de cesse de sauver son prochain car qui sauve une vie, sauve l'humanité. C'est l'histoire d'un homme bon qui a pris dans ses mains et ses poches l'humanité délaissée par les nazis et les monstres de l'holocauste.
On pourrait reprocher un manque de profondeur dans ce roman, ce manque en devient compréhensible lorsqu'on apprend dans la postface qu'il en était du désir de Lale que l'auteur fasse preuve de simplicité dans son travail d'écriture.
Un récit historique sur un pan de l'histoire qui mérite d'être lu en mémoire à tous ces êtres qui sont morts faute à l'ignominie des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1169
lyoko
  29 janvier 2021
J'ai souvent, du moins jusqu'à présent, évité les romans parlant de la seconde guerre mondiale. Mais je me soigne tout doucement, mais sûrement. Sans doute grâce à la découverte récente du carnet de prisonnier de mon grand père déporté en Allemagne... Et pourtant la Belgique était neutre à ce moment là.
J'ai donc commencé ce roman avec une certaine appréhension. J'ai bien évidemment traversé différentes émotions tout au long de ma lecture... Mes poils (de bras) se sont hérissés plus d'une fois.
Mais sans doute grâce à l'écriture de l'auteur, qui a réussi à décrire les horreurs des camps sans trop en faire, j'ai réussi à prendre énormément de plaisir à cette lecture.
Mais c'est aussi grâce au questionnement que l'on se pose tout au long de la lecture. A la compréhension de la volonté de survie coûte que coûte, a la volonté d'aider les autres du mieux possible. Et de comprendre que parfois peu de choses peuvent amener à de grandes choses ( j'ai beaucoup de mal a expliquer sans spoiler).
Un roman exceptionnel par sa simplicité, sa franchise. Un roman que l'éducation nationale ferait bien de mettre au programme.
Un roman qui peut permettre de ne jamais oublier... Et qui redonne espoir en la nature humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10711
karmax211
  06 février 2021
Cela fait quelques décennies que je lis beaucoup sur la Shoah et donc sur Auschwitz, et lorsque j'ai entendu parler de ce livre témoignage de l'homme qui affirmait avoir été le tatoueur "officiel" du plus terrible des camps de la mort, de la mi-42 à la quasi-libération de celui-ci par l'Armée rouge le 27 janvier 1945, j'avoue m'être demandé dans quelle mesure, ce témoignage tardif, était réellement à prendre au sérieux.
Puis le livre ( qui était à l'origine un scénario ) est devenu un film best-sellerisé ( tout comme le livre ), et là, j'ai repensé au néologisme de... je crois sans en être tout à fait certain, qu'il est de Lanzmann : "shoahbusiness"... !
C'est très récemment que, le bénéfice du doute aidant, je me suis dit : vas-y et vois ce qu'il ressort de cette lecture.
Heather Morris, une journaliste cinéaste d'origine néo-zélandaise vivant en Australie, rencontre à Melbourne Lale Sokolov, Slovaque installé en Australie depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, veuf de Gita Furman décédée en 2003. Après la mort de sa femme et jusqu'à la sienne en 2006, il va se confier dans des entretiens pluri-hebdomadaires à la journaliste et lui révéler "son secret" : il a été pendant près de trois ans le Tätowierer de la plus horrible des usines d'extermination nazie : Auschwitz.
C'est là que ce playboy juif de 26 ans, polyglotte ( il parle couramment six langues... mais on ignorera toujours quelles études il a faites et quels sont ses diplômes et son vrai métier ), devant reprendre le tatouage d'une déportée, va rencontrer l'amour de sa vie, Gita, une jeune slovaque, juive comme lui, âgée elle de 18 ans.
Au coeur du coeur de l'enfer, le couple va s'aimer, braver et surmonter tous les obstacles.
Et ces obstacles vont être nombreux : la faim, la maladie, les menaces de mort omniprésentes, les conditions de vie rudes et inhumaines du camp, les rivalités, les dénonciations, les kapos, les SS... bref, tous les spectres de l'univers concentrationnaire.
Mais notre Tätowierer, membre du Politische Abteilung ( département politique ), charmeur, débrouillard et jouissant d'une chance "incroyable", va devenir une sorte de petit roi du camp et obtenir, grâce à l'officier SS Baretzki qui le surveille en permanence, à des locaux "empathiques" (qui viennent du dehors pour travailler dans le camp... un père et son fils... pendant 3 ans... !!! ), des déportées travaillant au Canada ( l'entrepôt géant où étaient stockés et triés les biens arrachés aux déportés )... des monnaies d'échanges ( argent, or, bijoux etc...) qu'il va utiliser pour faire venir du dehors médicaments et nourriture... pouvoir préserver Gita des travaux pénibles, exposés au froid ou à la chaleur, à l'épuisement et à la faim, en lui obtenant un travail dans un bureau... distribuer des rations alimentaires à ses camarades, sauver un déporté évadé, repris et condamné à mort, se sauver lui-même après que son trafic ait été dénoncé, du Block 11... dont il est à ce jour le seul rescapé... et retrouver grâce à une amie de Gita, maîtresse à son corps défendant, de Johann Schwarzhuber officier SS responsable du camp des hommes à Auschwitz-Birkenau, son poste de Tätowierer et reprendre ses combines... comme si rien n'avait jamais été.
Pendant ces trois années "invraisemblables", l'aventure romanesque de Lale et de Gita ( très touchante... surtout dans un tel contexte ) va permettre au lecteur de survoler les moments forts de ce que furent les années 42,43,44 et 45 d'Auschwitz : l'utilisation de "véhicules" pour tuer "artisanalement", puis les fours crématoires, les Sonderkommandos, les sélections opérées par le Todesengel Mengele ( l'Ange de la Mort ), la révolte en octobre 44 des Sonderkommandos qui détruisent les crématoires 3 et 4 du camp... en espérant une révolte générale... qui n'adviendra pas pour des raisons de "calendrier", le SAMUDARIPEN ( le génocide des Tziganes ), côtoyer tout le gratin génocidaire du lieu maudit, dont son commandant Rudolf Höss... avant de quitter le camp un peu avant l'arrivée des Russes, leur servir d'entremetteur en Autriche, traverser ( le plus souvent à pied ) une partie de l'Europe, retrouver sa Slovaquie natale et... miraculeusement Gita... l'épouser, créer une entreprise dans le contexte de la mainmise soviétique stalinienne... faire quelques mois de prison pour avoir fait sortir de l'argent et des valeurs du pays pour soutenir Israël... s'évader... passer par Paris avant d'embarquer définitivement pour l'Australie et y refaire sa vie avec Gita.
Désolé si j'ai été un peu long, mais Lale a vécu tellement d'évènements personnels et historiques... qu'il n'était pas facile de faire ce qui m'apparaissait comme étant les choix les plus parlants.
Après lecture de ce roman historique ou témoignage, traduit en 17 langues et dont les droits ont été vendus dans 43 pays, je reste plus que dubitatif.
D'abord parce que ayant fait des recherches, il nous est dit qu'il est basé sur une histoire vraie à... 95%... ! À quel trébuchet ont été pesés ces 95% et quid des 5% restants ?
Quels évènements appartiennent à l'une et à l'autre mesure ?
Voici ce que dit (en anglais... sorry ! ) l'auteure à ce propos :
"“The book does not claim to be an academic historical piece of nonfiction, I'll leave that to the academics and historians,” she wrote in an email. “It is Lali's story. I make mention of history and memory waltzing together and straining to part, it must be accepted after 60 years this can happen but I am confident of Lali's telling of his story, only he could tell it and others may have a different understanding of that time but that is their understanding, I have written Lali's.”
Certes il y a le temps, la perception et la mémoire de chacun.
Certes Lale a toujours craint d'être considéré comme un collabo... d'où, dit-il, son long silence...
Mais dans mes très nombreuses lectures sur Auschwitz, je n'ai jamais entendu qui que ce soit mentionnant pendant 3 ans la présence du même tatoueur. Jamais non plus cette figure "royale" célèbre dans le sinistre camp n'a été évoquée par les survivants. Jamais je n'ai entendu dire que la justice s'était intéressée à lui. Pas davantage les historiens... et étrangeté parmi les étrangetés... aucune trace, a priori, dans les archives d'Auschwitz-Birkenau...
Alors prudence si vous avez pour projet de lire ce bouquin, cette "biographie". le moins que vous puissiez avoir comme réflexe avant de vous immerger dans cette belle histoire d'amour au milieu de l'horreur, c'est d'avoir à l'esprit qu'elle mêle vérité et fiction au sein d'une Histoire qui, elle, a malheureusement bien existé.
Pour finir je tiens à souligner le manque de profondeur de l'écriture, qui donne un effet survol du temps et de l'action, voire un manque de rigueur narrative... ; de scénario à livre, le fossé littéraire n'a pas été parfaitement comblé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          644
Anais90
  03 février 2021
J ai découvert ce livre grâce à Babelio, qui l avait mis en avant.
Je viens de le terminer et je suis bouleversée...
Cette histoire est basée sur le témoignage de Lale, qui a décidé, une fois arrivé à un âge avancé, de la partager.
En effet, Lale s est retrouvé à Auschwitz à l âge de 23 ans. Il était juif. Une fois sur place, on est frappé par ce qu il raconte : on les dépouille de tous leurs biens, on leur fait porter de vieux vêtements, et on tatoue leur bas avec des numéros qui seront désormais leur identité. de par le fait qu il parle plusieurs langue, Lale se retrouve à tatouer les nouveaux arrivants au camp de concentration.
Il accepte, parce qu il n a pas le choix.
Il raconte sa rencontre avec Gita, une jeune femme qu il tatoue. C est une évidence.
Il lui promet qu ils sortiront de là, qu un jour, ils seront libres.
J ai été happée par ce récit bouleversant. C est atroce de lire autant d inhumanité, de cruauté, de violence. le sort de ces personnes était parfois aléatoire, dépendait parfois juste d'une humeur d'un SS qui décidait de tirer sur eux. Les femmes étaient rasees, et celles qui gardaient leur chevelure le payaient au prix fort et se faisaient violer.
Mais comment cela a t il pu exister ? Je suis révulsée. Je savais, de par les cours d histoire reçus à l école, que cela a existé. Mais lire ce témoignage me chamboule.
Malgré cela, c'est un magnifique message d amour et un livre que je recommande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7815


critiques presse (1)
LeMonde   08 février 2021
Une romance « inspirée d’une histoire vraie » se déroulant dans le camp nazi bénéficie d’une importante campagne de publicité, entre autres dans le métro parisien. Elle témoigne de la trivialisation de la mémoire de la Shoah.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
ile89ile89   14 juin 2021
Deux êtres qui ont désespérément besoin d'amour et d'intimité, et qui craignent de ne jamais avoir l'occasion de vivre leur passion. Leur union scelle leur alliance, et Lale sait en cet instant qu'il ne pourra en aimer aucune autre. Il est d'autant plus déterminé à vivre un jour de plus, deux jours de plus, une année de plus, des milliers de jours, le temps qu'il faudra pour pouvoir tenir sa promesse a Gita. "On sera libres de faire l'amour où et quand on voudra".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ile89ile89   13 juin 2021
Quand on fait la connaissance d'une personne qui a vécu ces événements terribles, va les rend d'autant plus insoutenables
Commenter  J’apprécie          20
dream088dream088   07 juin 2021
-Ce n’est pas parce qu’elle aime votre uniforme qu’elle
vous aime vous, lâche Lale.

Baretzki s’arrête net.
-C’est ce que tu pense, Tätowierer ? Qu’elle m’aime juste parce que je porte un uniforme ?
Lale soulagé, se retourne pour le regarder

- Comment voulez-vous que je sache ce qu’elle aime ? Si vous m’en disiez un peu plus sur elle ?
Commenter  J’apprécie          30
LadybirdyLadybirdy   03 décembre 2018
Ce soir-là, Lale essaye d’enlever le sang séché sur sa chemise avec l’eau d’une flaque. Il reste une petite tache qu’il renonce à faire partir. Cette tache lui rappellera le jour où il a rencontré Mengele. Un docteur qui fera plus de mal qu’il ne soulagera de douleurs, dont la simple existence menace la vie des autres dans une mesure que Lale ne veut même pas imaginer. Oui, cette tache doit rester pour rappeler à Lale le nouveau danger qui vient d’entrer dans sa vie. Il devra se méfier de cet homme dont l’âme est plus froide que son scalpel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
celine85celine85   23 mars 2021
- Ne me compare pas à lui, s'il te plaît. Dis- lui qu'elle est pour moi une héroïne et que je suis fier de la connaître.
- Pourquoi une héroïne ? Ce n'est pas une héroïne, réplique Gita agacée. Elle veut vivre, c'est tout.
- Et c'est ce qui fait d'elle une héroïne. Toi aussi, tu es une héroïne, ma chérie. Que vous ayez choisi de survivre toutes les deux, c'est déjà une forme de résistance face à ces salauds de nazis. Choisir de vivre, c'est un acte de défi, une forme d'héroïsme.
- Dans ce cas, qu'est ce que tu es, toi ?
- On m'a donné le choix de participer à la destruction de notre peuple, et j'ai choisi de le faire pour survivre. J'espère qu'un jour je ne serai pas traité de criminel ou de collaborateur.
Gita se penche vers lui et l'embrasse
- Pour moi, tu es un héros.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Heather Morris (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Heather Morris
1944. L'Union Soviétique est le seul pays possédant une escadrille de femmes bombardiers. L'intrépide Nina Markova et ses compagnes, les « Sorcières de la Nuit », défendent le ciel contre les nazis. Mais quand Nina s'écrase en territoire ennemi et se trouve confrontée à une impitoyable meurtrière, sa vie ne tient qu'à un fil.
Hanté par les horreurs de la guerre, le journaliste anglais Ian Graham se lance dans la traque des criminels de guerre nazis. Une dangereuse cible persiste néanmoins à l'esquiver. Une tueuse connue sous le nom de « La Chasseresse » – et seule Nina, une des rares à avoir réussi à lui échapper, peut servir d'appât.
Dans le Boston d'après-guerre, Jordan McBride accueille sa nouvelle belle-mère. Or, en se plongeant dans le passé de cette femme mystérieuse, elle y découvre une multitude de sombres secrets. Et un danger manifeste.
« Si vous avez aimé le Tatoueur d'Auschwitz de Heather Morris, lisez La Chasseresse. » Washington Post
En savoir plus : https://tidd.ly/3rFOieN
+ Lire la suite
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Heather Morris (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2337 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..