AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809413444
Éditeur : Panini France (09/06/2010)

Note moyenne : 4.45/5 (sur 68 notes)
Résumé :
L'asile d'Arkham est un récit d'horreur psychologique mettant en scène Batman et quasiment tous les malades mentaux criminels de l'asile de Gotham. Emmenés par le Joker, les pensionnaires d'Arkham prennent le contrôle de l'établissement. Ils ne libéreront leurs otages que si l'on accède à leur ultime requête : que Batman leur soit livré et qu'il devienne l'un des leurs.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Pavlik
  13 mars 2015
Paru en 1989 aux Etats-Unis, puis traduit en français en 1990, Arkham Asylum est un roman graphique qui fit date dans l'univers de Batman. Ecrit par Grant Morrison et mis en image par Dave McKean, il se distingue, en premier lieu, par un graphisme sophistiqué, mêlant peinture, collage et photo. C'est sans doute le premier comic book à aller aussi loin dans l'innovation formelle, frôlant l'art contemporain dans ce qu'il a de plus expérimental, mais sans sacrifier la narration et en offrant, à un scénario déjà bien torturé, un écrin d'une noirceur absolu.
Le Joker, et d'autres patients d'Arkham, ont pris le contrôle de l'asile et exigent que Batman les rejoigne, à défaut de quoi ils exécuteront leurs otages. Certes, le synopsis est plutôt mince mais n'est qu'un prétexte aux auteurs pour nous raconter la fondation de l'institution, à travers l'évocation de la vie de son créateur : le Dr Amadeus Arkham. C'est très probablement le récit de Batman qui va le plus loin dans cette voie. Par ailleurs, dans la veine de l'idée récurrente d'une certaine proximité entre le Joker et Batman, Grant Morrison semble poser la question de l'état de la santé mentale de Bruce Wayne, alors que ce dernier ferait plutôt le procès de la psychiatrie et ses méthodes, dans une tentative de protection, somme toute logique. Mais là ou Batman, plutôt Bruce Wayne, apparaît comme un "simple" traumatisé Morrison avance l'idée (et c'est peut-être la première fois dans la continuité du chevalier noir) que le Joker serait au-delà de la folie et donc impossible à comprendre par le prisme des théories classiques.
Un récit sombre, violent, esthétiquement fascinant, mais dont le graphisme novateur ne doit pas faire oublier la qualité du scénario et des réflexions qu'il amène.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Arakasi
  26 septembre 2012
Dirigé par le Joker, les fous ont pris le contrôle de l'asile Arkham. Cernés par les forces de la police, ils menacent d'égorger les psychiatres et les infirmiers pris en otages, si Batman ne se livre pas à eux. le justicier accepte de se rendre dans les entrailles de l'asile pour y affronter ses vieux ennemis, entraînant le lecteur avec lui dans une plongée dans un dédale hallucinatoire, où démence et raison, rêve et réalité, passé et présent s'entremêlent et se confondent… En parallèle, on découvrira l'histoire dramatique du fondateur de l'asile, Amadeus Arkham, un malheureux philanthrope qui, après avoir créé l'établissement pour aider et soigner son prochain, finira par succomber au vice enfermé dans ces murs.
Je ne suis pas particulièrement amatrice de super-héros, mais j'ai toujours gardé un petit faible pour Batman, pour son humanité et sa noirceur. de tous les justiciers, il est peut-être celui dont la psychologie se rapproche le plus des criminels qu'il poursuit et emprisonne. Grant Morrison et Dave McKean prennent directement le taureau par les cornes en posant la question de la santé mentale du justicier : ombre meurtrière rongée par la douleur et la colère, la place de Batman n'est-elle pas parmi les déments ? Une question angoissante qui plane sur tout cet album aussi captivant que troublant. Car la thématique principale de « L'asile d'Arkham » est la folie. Une folie qui imprègne chaque page, chaque case. La folie des criminels, celle des psychiatres fascinés par le vice qu'ils devraient soigner, celle du justicier obsédé par la vengeance…
Comme on peut s'en douter, la lecture de « L'asile d'Arkham » n'est pas de tout repos : Grant Morrison a orchestré son histoire comme un long cauchemar, parfois décousu comme peuvent l'être les rêves, mais toujours fascinant et horriblement prenant. Son scénario est magnifiquement servi par le dessin halluciné de Dave McKean (le très talentueux illustrateur des couvertures de la série Sandman de Neil Gaiman). L'album ne serait surement pas ce qu'il est sans son talent. Il parvient à créer une ambiance sans pareille, angoissante et d'une noirceur absolue comme une plongée dans un gouffre sans fond, mais aussi empreinte de poésie et parfois même de touches d'humour noir inattendues.
Et si cette description ne vous a pas décidé à vous lancer dans la lecture de cet album, amis amateurs de chauve-souris, je tiens à souligner un dernier point en sa faveur : « L'Asile d'Arkham » est probablement le seul album de toute la série des Batman où l'on voit le Joker mettre la main aux fesses de sa némésis ! Alors, convaincu ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
thomas141
  09 avril 2011
Les fous de l'asile d'Arkham ont pris le contrôle de l'établissement et ne libèreront les otages que si Batman accepte de se joindre à eux, là où est sa place : à leurs côtés dans cette triste demeure. Alors s'entrecroisent le combat de Bruce « Batman » Wayne avec ses pires ennemis et celui avec ses propres démons intérieurs. Batman est-il fou ? Non ? Ne pariez pas là-dessus. Et alors que l'homme chauve-souris est hanté par cette folie morbide, on en apprend plus sur Amadeus Arkham, le psychiatre qui a fondé cet établissement. Lui-même n'était pas sain d'esprit et nous non plus en sortant de ce Graphic Novel écrit par Grant Morrison et peint par Dave McKean. Ce dernier nous livre un travail remarquable, mélange de peinture, de photos, de collages avec une symbolique forte, souvent païenne, parfois christique. Il est à se demander si McKean n'a pas été obligé de s'enfermer dans un asile pour livrer un travail tel que celui-ci : une ambiance angoissante, surréaliste, cauchemardesque. Qu'est-ce que le rêve, qu'est-ce que la réalité ? Batman s'y embourbe et nous avec.
Une oeuvre incontournable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Lunalithe
  15 août 2016
J'ai lu un article dithyrambique à propos de cet ouvrage, j'ai donc voulu le lire. Je m'attendais à être scotché... Mais pas à ce point.
Esthétiquement, c'est une claque monumentale. Il y a un mélange de collages, de dessins, de photos, pour un résultat haluciné qui fonctionne à merveille. C'est parfois tellement créatif qu'on se demande même si on lit encore une BD.
Au niveau de l'histoire, c'est pervers - normal, c'est le Joker qui mène la danse. Parfois l'histoire est un peu confuse, il manque peut-être un peu de cohérence... Même si ça me semble faire partie de ce récit qui sombre dans la folie.
Le seul vrai défaut, c'est que cette histoire est bien trop courte. Mais quelle densité ! Un régal.
Commenter  J’apprécie          40
MissAlfie
  22 mars 2012
Arkham Asylum est un comic brillant, puissant, violent, complexe, rythmé et, donc, parfaitement maîtrisé par ses auteurs. Il permet accessoirement de retrouver tous les méchants récurrents de l'histoire de l'homme chauve-souris, du Joker (évidemment) au Chapelier fou en passant par l'Epouvantail ou le Pingouin. Une place de choix dans votre bilbiothèque, s'il vous plaît.
Lien : http://croqlivres.canalblog...
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (3)
BoDoi   22 septembre 2014
Trop rares sont ces comics audacieux, différents et à l’ambition formelle assumée. La réédition soignée d’Urban Comics rend donc un parfait hommage à cet immanquable de l’univers Batman.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BullesEtOnomatopees   20 août 2014
Atypique [...], parfois déconcertant et même manquant de lisibilité sur certains cases au profit d’essais graphiques, Arkham Asylum mérite cependant l’effort qu’il constitue par rapport à la production habituelle concernant Batman.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
ActuaBD   19 août 2014
Si le récit est désormais certainement connu de nombre de fans, les nouveaux amateurs de l’univers du Chevalier Noir ne doivent en aucun cas manquer cette nouvelle édition. Les autres, ceux qui possèderaient déjà une ancienne édition pourraient tout à fait se laisser tenter.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   13 mars 2015
[Batman] Vous m'excuserez si j'ai du mal à percevoir l'effet de vos techniques sur le Joker.
[Dr Ruth Adams] Le Joker est un cas particulier. Certains d'entre-nous le croient au-delà de tout traitement. En fait, nous ne sommes même pas surs qu'on puisse réellement le qualifier de fou.
Commenter  J’apprécie          100
PavlikPavlik   10 octobre 2014
-Joker ? C'est toi ? Qu'est-ce que tu veux ?
-OOOH mon grand ! Ça biche ?
-Ne me fais pas perdre mon temps, Joker. Que veux-tu au juste ?
-Oh, tu n'a pas deviné ? Nous te voulons. Ici, avec nous dans l'asile. Là où est ta place.
Commenter  J’apprécie          90
EmniaEmnia   01 décembre 2013
Gordon : You okay ? You know you don't have to go in there. Let me organize a SWAT team or something.
Batman : No, this is something I do have to do.
Gordon : Listen, I can understand it if even you're afraid. I mean, Arkham has a reputation...
Batman : Afraid ? Batman's not afraid of anything. It's me. I'm afraid. I'm afraid that the Joker may be right about me. Sometimes I... question the rationality of my actions. And I'm afraid that when I walk through those asylum's gates... When I walk into Arkham and the doors close behind me... It'll be just like coming home.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PavlikPavlik   06 octobre 2014
L'asile d'Arkham : une maison sérieuse pour des troubles sérieux.
Commenter  J’apprécie          180
EmniaEmnia   01 décembre 2013
The Joker : Loosen up, tight ass !
Batman : Take your filthy hands off me !
The Joker : What's the matter ? Have I touched a nerve ? How is the boy wonder ? Started shaving yet ?
Batman : Filthy degenerate !
The Joker : Flattery will get you nowhere.
Commenter  J’apprécie          30
Video de Grant Morrison (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Grant Morrison
Payot - Marque Page - Grant Morrison - Klaus
autres livres classés : batmanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
576 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre