AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070447510
Éditeur : Gallimard (15/05/2012)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 80 notes)
Résumé :
Depuis l’arrivée du couple Daniels, la petite bourgade de Winsville, en Virginie, est en émoi. L’intense beauté de Vienna, sa déroutante culture, sa passion immodérée pour les arbres suscite l’admiration des uns, l’effroi des autres, les commentaires de tous. Un jour, Willard s’en va, laisse Vienna élever seule leurs deux enfants, Willa et Elliott, deux sauvageons pétris de curiosité et de connaissances. Dès lors, les rumeurs enflent. Jalousies et désirs se multipli... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Josephine2
  12 février 2017
Ah la bonne tante Augusta, le grain de sable qui vient troubler l'existence de Vienna et de ses enfants, Willa et Elliott !
Parce qu'elle a été rejetée par ses parents au détriment de son jeune frère, Willard, héritier mâle et très beau, Augusta va se sentir investie d'une mission : apporter de l'ordre dans la vie de sa belle-soeur, Vienna érudite, intelligente, mais qui a le malheur d'être nordiste à Winsville, ville Sudiste et qui laisse ses enfants vivre comme des sauvageons, tout en leur inculquant une éducation intellectuelle oh combien plus riche que celle de l'école publique et qui a été abandonnée par Willard.
Vienna ne laisse pas indifférent. C'est un esprit libre, laïque et passionné. Elle déteint dans cette ville sudiste. Les hommes rêvent d'elle alors que les femmes la rejettent car en sa présence, elles se sentent médiocre.
Vienna va vivre retranchée dans sa maison, avec ses enfants. Sa vie sera ponctuée par les allers-retours d'Augusta. A la suite d'un drame, elle va se découvrir une vraie passion pour les arbres. Elle les chérira, les soignera, les aimera.
Je ne veux pas m'étendre plus sur la suite de l'histoire que je vous invite à découvrir.
Une belle écriture. Un livre à forte connotation émotionnelle, il m'a arraché des larmes.
Un petit mot sur les éditions de « la table ronde », « Petit Quai Voltaire » pour saluer la beauté du livre. Une très belle couverture, des pages en papier bible, des lettrines à chaque début de chapitre, et pour couronner le tout, un très beau marque-page, reprenant la 1ère de couverture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Ikebukuro
  23 mars 2013
Un magnifique portrait de femme, forte et fragile à la fois qui nous prend aux tripes et nous bouleverse. le récit poignant du droit à la différence à travers les yeux des enfants. L'auteur nous transporte dans l'Amérique profonde avec son étroitesse d'esprit, ses préjugés, son intolérance face à la différence, on retrouve ce qui fait le charme de ces écrivains du Sud comme Pat Conroy. Vienna est belle, libre, elle n'est pas du genre à faire des concessions et ne s'intègre pas dans cette petite ville où le cercle des dames patronesses fait la pluie et le beau temps. Une écriture magnifique au service d'un texte particulièrement émouvant sur le droit de vivre sa vie sans subir l'opprobre des gens "bien pensants". Un hymne à la liberté poétique et envoûtant.
Commenter  J’apprécie          90
luocine
  15 octobre 2010
L'intérêt de ce roman vient du style de cette auteure, et puisque je ne lis pas l'américain, du bon travail de la traductrice. L'histoire raconte une fois encore l'étroitesse d'esprit des petites villes de l'Amérique profonde avant la deuxième guerre mondiale. Nous sommes dans les états du Sud donc du racisme ordinaire insupportable aujourd'hui, mais tellement banal à l'époque dans ces lieux là.
On pense à Ne tirez pas sur l'oiseau Moqueur, car l'histoire nous est racontée à travers les regards d'enfants.
Une jeune femme belle et cultivée, élève seule deux enfants, car son mari l'a abandonnée. Elle se fiche du conformisme social ambiant, les petits notables de province lui feront payer cher son indépendance d'esprit.
Tout le village n'st pas d'un bloc la personnalité du médecin est très intéressante et aussi celle de son voisin amoureux transi qui protège au mieux sa trop belle voisine.
On rentre dans ce roman comme dans un film car les descriptions ont très précises et ne surchargent pas le roman. Un vrai plaisir de lecture : dépaysement garanti.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Loutre_des_Rivieres
  16 juillet 2012
Au début du 20ème siècle, Willard Daniels s'installe dans une propriété dont il a hérité dans une petite bourgade de Virginie. C'est un grand séducteur, seule sa femme lui résiste. La jeune Vienna, est New Yorkaise, aussi belle que cultivée. Lors d'une nuit dramatique, Willard se voit chassé de la propriété après de violentes disputes.
Alors, on suit pendant une quinzaine d'années la vie de Vienna, de ses enfants et de la bourgade.
Le récit est très romanesque; c'est un très beau portrait d'une femme combative, et indépendante. Une ode aux Hommes épris de liberté!
Il y a également un magnifique portrait de la nature car la famille vit au plus près d'elle, des arbres, des animaux.
Commenter  J’apprécie          60
claraetlesmots
  21 juin 2016
Si vous cherchez un livre avec des personnages à la psychologie détaillée, un contexte social et historique bien ancré et le tout admirablement traduit avec un style limpide et riche, ce roman est pour vous.
Vienna une jeune femme cultivée originaire de new-York et qui a beaucoup a voyagé s'installe dans la petite ville de Winsville en Virginie avec son mari Willard Daniels. Leur arrivée suscite beaucoup d'émois et de questions car Vienna est belle, fortunée, elle aime le latin et le grec, passe des heures sur des traductions et écoute de la musique classique. Son mari lui demande de s'intégrer à la communauté c'est-à-dire prendre le thé avec ces dames, ne pas rétablir la vérité lors d'un dîner lorsque quelqu'un se trompe par ignorance. Mais Vienna n'en a cure de ces convenances et des qu'en-dira-t-on. On la dit folle mais elle est simplement originale et libre, en phase aves ses pensées et ses convictions.
Son mari la quitte du jour au lendemain et elle se retrouve seule avec ses deux enfants Willa et Elliott. Ce dernier très sensible est proche des animaux tandis que Willa est rebelle et est éprise de liberté comme sa mère. Ils passent beaucoup de temps à s'occuper par eux-mêmes loin de Vienna. Mais ce sont deux enfants instruits par leur mère.
Dans ce Sud où la ségrégation est toujours en vigueur, Vienna est comme une ombre au tableau. Elle n'a que faire de la religion et n'a pas peur d'affirmer ses différences (comme son amour de la nature et des arbres) quitte à être isolée. Les ragots sur ses origines (son prénom laisse dire à certains qu'elle aurait du sang royal), sur le fait qu'elle soit instruite et l'éducation de ses enfants dérange. Et pourtant Vienna est foncièrement bonne, intègre et aimante. Mais la vie ne sera pas tendre avec elle.
Voilà un roman qu'on a du mal à quitter tant on s'y attache! Car Katherine Mosby excelle dans ce portrait de femme qui assume ses choix. A travers ce livre, elle nous décrit également le contexte de cette époque, les failles et les bassesses humaines mais aussi la bonté, la plénitude. Que ce soit les descriptions des personnages, de leurs sentiments, de la nature également, tout est superbe! L'ensemble est porté par une écriture fluide, lumineuse. Magnifique !

Lien : https://claraetlesmots.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ClarissaDallowayClarissaDalloway   20 décembre 2010
De cette façon, elle avait atteint un singulier équilibre, dans lequel le cérébral et le séculier s'entremêlaient au physique et au spirituel comme les branches croisées des arbres fruités taillés. Elle prenait modèle sur les arbres qu'elle connaissait et aimait, et imitait le génie de la nature qui leur permettait d'être solidement ancrés dans le sol et par la force de la gravité, tout en couronnant vers le ciel, embrassant du même coup la terre et les cieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MeloMelo   04 octobre 2010
En plus, elle aimait les Nègres et elle fumait des cigarettes. Voilà ce qui arrive, disait-on, quand on lit trop de livres : Ca ramollit le cerveau, et Addison imaginait alors la texture spongieuse des champignons des bois ou des crackers détrempés. On racontait qu’elle possédait des milliers de livres.
Commenter  J’apprécie          30
luocineluocine   15 octobre 2010
Le fait d’être tous deux élevés dans le sud, d’avoir été élevés dans les souvenirs de la guerre de Sécession qui projetait son ombre noire sur deux générations pour imposer aux enfants de ses enfants le legs et la tradition de la perte

Commenter  J’apprécie          30
claraetlesmotsclaraetlesmots   21 juin 2016
Il ne lui vint jamais à l'esprit qu'elle mentait à ses enfants à propos des pérégrinations des occupations de leur père. Les histoires qu'elle racontait contenaient une probité fondamentale en ce qu'elles représentaient correctement les grands traits de la situation – Willard était en vie, Willard était au loin, et Willard n'était pas en mesure de rentrer. Pour le reste, Vienna ne voyait pas de mal à embellir ou à déformer les détails. Elles se contentait d'interpréter la vérité et de la rendre poétique, lyrique, savoureuse et instructive. En cela, elle pensait faire honneur à la maxime d'Aristote selon laquelle la fonction du poète n'est pas de raconter ce qui s'est passé mais ce qui pourrait se passer, de préférer ce qui devrait être à ce qui est. Elle suivait l'injonction du philosophe pour révéler des vérités universelles plutôt que particulières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
IzaBzhIzaBzh   16 mars 2011
Elle n’est pas folle, Willard. Elle est cultivée. Il est parfois difficile de faire la différence, c’est tout.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Katherine Mosby (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Katherine Mosby
Payot - Marque Page - Katherine Mosby - Sanctuaires ardents
autres livres classés : intoléranceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1276 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre
.. ..