AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213711259
Éditeur : Fayard (21/08/2019)

Note moyenne : 3.15/5 (sur 26 notes)
Résumé :
« J’avais commencé à hiberner tant bien que mal à la mi-juin de l’an 2000. J’avais vingt-six ans... J’ai pris des cachets à haute dose et je dormais jour et nuit, avec des pauses de deux à trois heures. Je trouvais ça bien. Je faisais enfin quelque chose qui comptait vraiment. Le sommeil me semblait productif. Quelque chose était en train de se mettre en place. En mon for intérieur, je savais – c’était peut-être la seule chose que mon for intérieur ait sue à l’époqu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  05 septembre 2019
Dépression au fond de la 84 ème rue de Manhattan. La narratrice, une jeune femme de 26 ans, veut dormir. Elle ne veut plus être en représentation, ne plus rendre de comptes à personne, ou plutôt si, uniquement à son médecin à qui elle a affirmé être insomniaque. Mais elle n'est pas insomniaque, elle tout simplement malheureuse.
Son médecin, l'inquiétante docteur Tuttle est une grande pourvoyeuse d'anxiolytiques, somnifères et autres calmants plus étonnant les uns que les autres. Dormir pour oublier.
Oublier la mort de ses parents trop tôt disparus. Oublier Trevor et tous les amants de passages, médiocres et prévisible et si sûrs de ne pas l'être. Oublier les habitants riches et botoxés de son immeuble de luxe de l'Upper East Side. Oublier la galerie qui l'emploie et ses artistes pas aussi subversifs, irrévérencieux ou choquants qu'ils prétendent être. Hiberner au moins une année jusqu'au mois de septembre de l'année 2001.
Éloge d'un renoncement, observation clinique d'une aboulique, description littéraire d'une paresseuse ou tout simplement portrait d'une rêveuse idéaliste ? « Mon année de repos et de détente » raconte aussi une lutte radicale contre l'ultra moderne solitude chère à Souchon, un acte absurde contre un monde absurde. Ottessa Moshfeh vient d'écrire une drôle de fable, envoutante, hypnotique, réjouissante et surtout très morale.
On l'aime cette jolie fable morale post ou pré 11 septembre, très branchée, très name-dropping à la Beigbeder..Si on voulait être méchants ( si si ca nous arrive parfois, ) voilà typiquement ce qu'il pourrait nous pondre si par le plus grand des hasards, Frédéric Beigbeder avait du talent......
Plus généralement, ce qui est terrible c'est que les bons gros romans américains sont la plus part de temps très bons....et difficilement ou mal imité par les français, mais si les américains se mettent à écrire de très bons petits romans existentiels et moraux que va-t-il rester aux français.....????

Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
FleurDuBien
  01 octobre 2019
"La belle au bois dormant" ou La petite fille riche.
Mais ici, point de prince charmant bravant une forêt hostile pour aller embrasser et réveiller sa belle.
Non, ce n'est pas un conte de fée, loin de là.
Par contre, on a bien la mauvaise fée Carabosse qui, penchée sur le berceau, annone quelques incantations et mantras hostiles et mortifères. Sa propre mère, suicidée aux médicaments et à l'alcool, une presque mère, égocentrique et névrosée à l'excès.
Voici donc une belle jeune femme, dont le prénom nous sera inconnu (mais qu'importe), riche, rentière grâce à l'héritage de ses parents, décédés tous les deux.
Une dépression gravissime lui plonge la tête sous l'eau, elle se noie de chagrin et de cauchemars, se gavant de psychotropes à longueur de journée, dans le seul but de dormir, dormir et dormir.
À chacun ses petits trucs pour échapper à la réalité, à chacun ses plaies, ses errances et son profond mal-être.
Et puis, il y a ce pauvre Trevor, un ex totalement mufle, égoïste qu'elle ne voit que pour des relations sexuelles dénuées de plaisir, d'amour ou même de tendresse. Elle se salit et c'est bien normal puisqu'elle se déteste.
Un peu d'humour, mais si peu en fait, avec le personnage de sa psychiatre, totalement déjantée, une folle, qui lui délivre tous les médicaments que la narrarrice lui demande.
On y rencontre également son amie Reva, pauvre petite chose, superficielle et dépressive. Et oui, elle aussi.
J'ai pu voir que les critiques ne sont pas bonnes.
Pourtant, j'ai adoré.
C'est très bien écrit, profond, et sincère.
Alors oui, il ne se passe RIEN. Et alors ? le vide abyssal qu'elle ressent tient le livre finalement, ce vide qu'elle comble en dormant.
Le vide occupe tout le livre, il le modèle, le remplit, l'habite. Étonnamment.
La partie difficile a été pour moi cette période où les médocs avalés à outrance ne lui font plus rien, elle les prend comme des cachous. Mais elle ne dort pas.
Je définirais ce livre de thriller psychiatrique, car j'ai voulu connaître la fin, je l'ai littéralement dévoré.
Sur le chemin de ce livre, une petite fille m'est apparue, fragile et maltraitée, qui dormait elle aussi, choisissant le néant du sommeil pour oublier une mère toxique, un bourreau, une sorcière.
Le sommeil comme refuge.
C'est sans doute pour cela que j'ai tant aimé ce livre.
En souvenir de cette enfant qui, sans médicaments, dormait parfois vingt heures sur vingt-quatre.
Cette enfant qui fuyait le réel absurde et angoissant.
Je l'embrasse de tout mon coeur, ma soeur, mon double, mon alter et go.
Un livre que je n'oublierai jamais
Comme un écho à mon histoire.
Merci.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          146
celine85
  27 juillet 2019
L'héroïne décide à 26 ans d'hiberner pendant un an à l'aide d'antidépresseurs et de somnifères. Elle préfère le sommeil à la vie. On oscille entre des passages noirs et d'autres drôles, proche d'une comédie. Même si je dois l'avouer, j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire au début, j'ai bien fait de m'accrocher. J'avais envie de connaitre la direction prise par l'héroïne.
Commenter  J’apprécie          240
motspourmots
  23 août 2019
J'ai refermé ce livre passablement énervée, avec la désagréable impression d'avoir perdu mon temps. Pourtant, le pitch était intrigant, la quatrième de couverture invitait au lâcher prise et préparait à quelque chose d'assez drôle. Non seulement je n'ai pas ri un instant mais j'ai trouvé l'ensemble vulgaire, sans surprise et sans intérêt. Peut-être suis-je imperméable à ce genre d'humour ? En tout cas, je cherche encore ce qui aurait dû dessiner un sourire sur mes lèvres. Et je découvre, perplexe, les articles élogieux qui fleurissent dans la presse... L'auteure tente une atmosphère à la « Sex in the city » mais son héroïne, « pauvre petite fille riche malaimée qui cherche un sens à sa vie » est si inconsistante qu'il m'a été très difficile d'éprouver le moindre sentiment à son égard, positif ou négatif. Impossible de se raccrocher à l'écriture, sans intérêt non plus. C'est un roman bâti sur du vide, peut-être y a-t-il un concept, un peu comme pour les oeuvres d'art contemporain ? Mais dans ce cas, il me passe au-dessus de la tête.
C'est le danger avec les romans qui se revendiquent « méchamment drôles » : si ça tombe à plat, ce qui est le cas ici pour moi, l'effet boomerang est dévastateur. Peut-être un étudiant en pharmacologie y trouvera-t-il un moyen de réviser ses cours sur les narcoleptiques et autres anti-dépresseurs ? C'est à peu près la seule finalité que je lui vois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          166
Corboland78
  09 septembre 2019
Ottessa Moshfegh, née en 1981 à Boston dans le Massachusetts, est une écrivaine américaine. Née d'un père iranien et d'une mère croate, tous deux musiciens et enseignants au New England Conservatory, elle reçoit dès l'enfance une formation musicale et apprend à jouer du piano et de la clarinette. Après un séjour en Chine, où elle enseigne l'anglais et travaille dans un bar punk, elle est de retour aux Etats-Unis et s'installe à New York, puis s'inscrit à l'université Brown de Providence, dans le Rhode Island, où elle obtient une maîtrise en beaux-arts. Son deuxième roman, Mon année de repos et de détente, vient de paraître.
New York en l'an 2000. La narratrice est une jeune diplômée de l'université de Columbia, vingt-sept ans, jolie fille, friquée grâce à l'héritage de ses parents, elle habite Manhattan. Mais « être belle ne faisait que me maintenir prise au piège d'un monde qui valorisait l'apparence plus que tout. » Une dépression ou une crise existentielle la pousse à s'extraire du monde et pour réaliser ce projet, elle décide d'hiberner dans le sens premier du terme, faire une longue cure de sommeil, « Mon hibernation relevait d'un instinct de conservation. Je pensais qu'elle me sauverait la vie. »
Pour élargir mon résumé de l'intrigue, la narratrice a une amie, Reva. Une copine de fac, juive et envahissante, qui se fait vomir pour ne pas grossir et cherche l'amour en vain. L'opposé de la narratrice, « Reva pouvait se montrer furieuse, passionnée, déprimée, euphorique. Pas moi. Je le refusais. Je ne ressentirais rien, je serais une page blanche. » Néanmoins, elle a un amant épisodique, Trevor, un cavaleur, qu'elle semble aimer alors que lui ne pense qu'au sexe. Autre personnage, le Dr Tuttle, une psychiatre genre folledingue qu'elle ne consulte que pour obtenir des médocs qui font dormir…
J'ai voulu jouer au jeu du gars qui suit de près la rentrée littéraire…. Et j'ai perdu !
L'écriture n'a rien de particulièrement notable. le récit est truffé de noms de marques commerciales, ou de films et d'acteurs, Whoopi Goldberg est l'idole de l'endormie, qui par ailleurs fait des crises de somnambulisme où elle se livre des actions dont elle n'a plus souvenir. Si les scènes les plus réussies (drôles) sont celles avec le Dr Tuttle, on sourit un peu mais sans plus. Tout le roman m'a laissé indifférent (même l'évocation des décès du père de la narratrice ou de la mère de Reva) et j'ai même peiné pour le terminer, cherchant désespérément ce qu'annonce l'éditeur : « la romancière s'attaque aux travers de son temps avec une lucidité implacable » ! Franchement de qui se moque-t-on ? Si ça c'est de la critique sociale que sont tous les autres romans qui s'empilent sur les tables des librairies ?
Un roman qui m'a laissé de marbre face au destin de l'ensuquée et de sa copine, deux pauvres filles pathétiques, bien trop fade à mon goût et ce ne sont pas les fréquents propos graveleux (« j'avais une raideur dans la mâchoire qui m'a rappelé les crampes que je me faisais en taillant des pipes ») placés-là pour réveiller le lecteur qui y changent quoi que ce soit.
La critique institutionnelle fait un parallèle avec Oblomov, le célèbre personnage d'Ivan Gontcharov, mouais, si on veut ; d'autres citent Woody Allen et même Philip Roth et je pense qu'ils font référence à la psy Tuttle, mais là nous sommes à des kilomètres du talent et de l'humour des deux cadors ! Si vous vous lancez dans ce livre, oubliez ces rapprochements qui placent la barre bien trop haute pour Ottessa Moshfegh.
Seules les trente dernières pages du bouquin sont intéressantes et résument l'ensemble mais arrivé-là, c'est moi qui m'endormais…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
Telerama   17 septembre 2019
Avec son titre ironique, “Mon année de repos et de détente”, le deuxième roman d’Ottessa Moshfegh s’offre une place de choix dans cette rentrée littéraire. Mais sous les dehors caustiques de cette histoire de retraite volontaire, plane une gravité bien dosée.
Lire la critique sur le site : Telerama
Bibliobs   13 septembre 2019
En plein deuil, l’héroïne d’Ottessa Moshfegh décide de se jeter dans les bras de Morphée. Un roman féroce, signé par la sensation littéraire américaine du moment.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro   12 septembre 2019
Ottessa Moshfegh décrit au scalpel une société mortifère. En 2000, une jeune New-Yorkaise, belle et argentée, décide de consacrer son temps à dormir. Décapant.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   05 septembre 2019
Le week-end, je faisais ce que les jeunes New-Yorkaises comme moi étaient censées faire : je me faisais faire des lavages intestinaux, des soins du visage, des mèches, je fréquentais une salle de sport hors de prix, je restais allongée dans le hammam jusqu’à devenir aveugle et je sortais le soir en portant des chaussures qui me cisaillaient les pieds et me collaient une sciatique. Je rencontrais des hommes intéressants à la galerie, de temps en temps. Je couchais à droite et à gauche, par phases, je sortais, d’abord beaucoup, ensuite moins. Rien n’a jamais marché comme prévu en matière d’ « amour ». Reva parlait souvent de « se caser ». Pour moi, c’était synonyme de mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Corboland78Corboland78   09 septembre 2019
A la Bodega, j’ai pris deux cafés et une tranche de carrot cake préemballée, j’ai acheté tous les sacs poubelle que les Egyptiens avaient en stock, puis je suis remontée chez moi et j’ai tout emballé. Tous les livres, tous les vases, toutes les assiettes, les bols, les fourchettes, les couteaux. Toutes mes vidéos, y compris la collection Star trek. Je savais que je devais le faire. Le sommeil profond dans lequel j’allais bientôt entrer, si je voulais en ressortir régénérée, exigeait que je fasse le vide complet. Je ne voulais que des murs blancs, des sols nus, de l’eau de robinet tiède. J’ai emballé toutes mes cassettes, mes CD, mon ordinateur portable, mes bougies intactes, tous mes stylos et crayons, tous mes fils électriques, mes sifflets anti-viol et mes guides Fodor sur des endroits où je n’étais jamais allée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
celine85celine85   26 juillet 2019
Entendons-nous: je ne me suicidais pas. C'était même tout le contraire d'un suicide. Mon hibernation relevait d'un instinct de conservation. Je pensais qu'elle me sauverait la vie.
Commenter  J’apprécie          100
croquemiettecroquemiette   04 septembre 2019
Ah le sommeil. Rien ne pouvait me donner autant de plaisir, autant de liberté, le pouvoir de sentir, de bouger, de penser, d'imaginer, loin des misères de ma conscience éveillée. Je n'étais pas narcoleptique - je ne m'endormais jamais sans le vouloir. Une somnophile. J'avais toujours adorer dormir. C'était une chose que ma mère et moi, quand j'étais petite, aimions faire ensemble. Elle n’était pas du genre à rester assise pour me regarder dessiner, ou à me lire des livres, ou à jouer à des jeux, ou à me promener au parc, ou à préparer des gâteaux. Là où on s'entendait le mieux, c'était quand on dormait. Page 57.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HistoiresdenlireHistoiresdenlire   27 août 2019
C’est ainsi que j’ai compris que le sommeil avait un effet : je devenais de moins en moins attachée à la vie. Si je continuais comme ça, me disais-je, je finirais par disparaître complètement, puis je réapparaîtrais sous une forme nouvelle. C’était mon espoir. C’était mon rêve.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Ottessa Moshfegh (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ottessa  Moshfegh
Chaque vendredi matin, Valérie Expert vous donne rendez-vous avec Gérard Collard, Rosa Tandjaoui et Lydie Zannini pour leurs coups de c?ur... Voici les références des livres présentés dans l'émission du 06 septembre 2019 :
Orléans: roman de Yann Moix aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1012078-romans--orleans---roman.html
Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon de Jean-paul Dubois aux éditions de l?Olivier https://www.lagriffenoire.com/1010673-divers-litterature-tous-les-hommes-n-habitent-pas-le-monde-de-la-memefacon.html
On ne meurt pas d'amour de Géraldine Dalban-Moreynas aux éditions Plon https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=1014259&id_rubrique=1
Les guerres intérieures de Tong Cuong aux éditions J-C Lattès https://www.lagriffenoire.com/1011746-romans--les-guerres-interieures.html
Le plus fou des deux de Sophie Bassignac aux éditions J-C Lattès 9782709665230
Rien n'est noir de Claire Berest aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1011542-romans--rien-n-est-noir.html
Les petits de Décembre de Kaouther Adimi aux éditions Seuil https://www.lagriffenoire.com/1010618-divers-litterature-les-petits-de-decembre.html
La Grande escapade (Littérature française) de Jean-Philippe Blondel aux éditions Buchet-Chastel https://www.lagriffenoire.com/1010927-romans--la-grande-escapade.html
Juke-Box de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket (PAS DE COUVERTURE) https://www.lagriffenoire.com/21556-poche-juke-box.html
Passage du gué de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket 978-2266172707
Le Baby-sitter de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/96993-article_recherche-le-baby-sitter.html
Mariages de saison de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/65467-divers-litterature-mariages-de-saison.html
06h41 de Jean-Philippe Blondel aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/21687-divers-litterature-06-h-41.html
Le grand Elysium Hôtel de Timothy Findley aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/?fond=recherche
La vie en chantier de Pete Fromm et Juliane Nivelt aux éditions Gallmeister 9782351781968
Mon année de rep
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Autres livres de Ottessa Moshfegh (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Petit Pays de Gael Faye

A quelle époque de sa vie le narrateur écrit-il ses souvenirs?

A 11 ans
A la fin de sa vie
A 33 ans

20 questions
253 lecteurs ont répondu
Thèmes : autobiographie romancéeCréer un quiz sur ce livre
.. ..