AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782954271064
224 pages
Éditeur : Fleur Sauvage (08/09/2014)
4.4/5   5 notes
Résumé :
661, 662, 663, 664, 665...
Une autoroute connue de tous, des kilomètres qui défilent.
Et, sur les aires de repos, ces mêmes personnes sur lesquelles on tombe.
Étrangement... Cruellement...

À la croisée des routes du thriller, du fantastique et de la satire sociale, l'auteur de « À minuit, les chiens cessent d'aboyer » nous livre, au 666ème kilomètre, l'une de ses œuvres les meilleures.

« 666e kilomètre est jouissif.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Kirzy
  22 octobre 2019
Ça commence direct dans une voiture, en mode pepouze. Camus, trentenaire névrosé, bourré de tocs, fraichement largué, prend l'autoroute pour rejoindre un ami. Bizarre, cette autoroute du Nord de la France vers la Charente est déserte en plein juillet. Ou presque, une pause étrange un restoroute, une malédiction balancée par un gars louche en quête de covoiturage.
661 au compteur de la voiture, dans 5 kilomètres, ce sera 666 ... la réalité bascule et ces 5 kilomètres restant se révèlent cauchemardesques, les cadavres s'amoncellent, le bitume saigne, et toujours les mêmes personnes à chaque étape, ceux du restoroute. Comme si Camus était prisonnier d'une boucle spatio-temporelle qui se répéterait sans fin. Comme un huis-clos à ciel ouvert. Pire que le jour de la marmotte pour Bill Murray dans le jour sans fin
Je me suis régalée avec ce roman série B assumée de très grande qualité ! L'auteur maitrise parfaitement le mélange des genres, à la croisée du thriller, du fantastique et de la satire sociale. Bien sûr y a le côté réjouissant de l'hémoglobine qui saigne à tout-va, avec humour, toujours.
Mais ce que j'ai le plus apprécié et qui fait de ce roman une oeuvre très singulière, c'est l'ancrage satirique pour moquer notre société, celle qui consomme, qui ne s'intéresse plus à l'humain, celle qui a peur de l'autre. La galerie de portraits des personnages rencontrés par Camus est truculente, avec une préférence pour la mamie qui ressemble à Mme de Fontenay avec son chapeau, ses gants et son ombrelle, mais qui se met à défourailler en mode furieuse. En fait, chaque personnage est là pour une bonne raison, pour incarner un de ces sentiments inavouables qui gouvernent les hommes ( le racisme, la cupidité, la peur ... ).
Le nom du héros n'a pas été choisi au hasard, lui non plus : Camus, comme un clin d'oeil à l'étranger du grand Albert. Froid et indifférent, il traverse ce road-tripes rock'n'roll pas plus surpris que cela, comme si tout ce déferlement gore et fantastique était tout à fait rationnel. Un peu comme nous tous, à constater les dysfonctionnements de notre société, à s'indigner mais sans agir, un peu par lâcheté.
Une lecture réjouissante à double lecture, que j'ai lu comme dans un film à la Nuit en enfer de Robert Rodriguez, scénario Tarantino, avec en BO « Antisocial » de Trust qui gueule dans les baffles ! Tonique et original,quoi !
Initialement paru sous le titre 666ème kilomètre, par feu la maison d'édition
Fleur sauvage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          740
delphlabibliovore
  17 avril 2017
Camus âgé d'une trentaine d'années quitte son nid douillet pour retrouver un ami de longue date dans le Sud-Ouest. Rempli de TOCS, ce trentenaire est plutôt un homme névrosé, anxieux. Sa petite amie, Mathilde, l'a quitté. Pour oublier le passé et se changer les idées, Camus décide de prendre la route plus précisément une autoroute déserte malgré un juillet qui semble propice pour les départs de grandes vacances.
Il s'arrête dans un restoroute, et c'est à ce moment là que Camus voit le monde différemment. Un auto-stoppeur demande de l'aide et brandit des poings en psalmodiant " SOYEZ TOUS MAUDITS".
C'est la première fois que je lis un roman de l'auteur et " 666 e kilomètre" est un livre que j'ai littéralement englouti après une semaine sans lecture.
Michaël Moslonka nous décrit à la fois une histoire où le thriller est présent mais aussi une touche fantastique se déploie au fil des pages; Camus, notre héros principal, se retrouve sur cette autoroute où la mort se fait sentir. le bitume s'amoncelle de cadavres décapités pour laisser place à la faucheuse. Est-ce la réalité, l'imagination ou un simple cauchemar qui taraudent l'esprit de Camus?
" Si le restoroute était éloigné de cinq kilomètres supplémentaires, le chiffre maudit apparaissait. C'est donc un Camus inspiré qui sort de sa voiture. Il imagine le bonhomme ratatiné, armé de sa canne, poussé par un besoin insatiable de sang et d'os brisés, venant à sa rencontre avec la ferme intention de le rouer de coups. Un papy serial-killer accompagné de sa femme déjà morte qui se nourrit de la chair de ses victimes. "
Michaël Moslonka brosse le portrait de divers personnages avec minutie; ces derniers ont une place importante dans l'histoire; rien n'est laissé au hasard, chacun y trouve sa place.
Le lecteur doute, sent le malaise de Camus et se demande si ce n'est pas la folie qui se propage. L'asphalte commence à devenir rouge de sang au fil des pages. " 666 e kilomètre" est un roman surréaliste, un road movie original et si peu ordinaire.
Vous y croiserez Madame Bergère, Allan Allister, la fille en solitaire et bien d'autres. Tous ces personnages vont animer la vie de Camus et apporter un petit quelque chose à notre héros. Les quêtes de Camus seront saupoudrées par des bandes originales de musique telles que "Back to Black" de Amy Winehouse ou encore "L'asphalte t'éclate" de Trust.
" Tous ces corps...Broyés. Tordus. Cassés en mille morceaux. La fille en solitaire, aux yeux rêveurs. Aux yeux morts. Et l'autre la déesse africaine. Avec son amoureux, Gueule de Surfeur. Bien attentionné, serviable. Il a été décapité par le choc. "
Michaël Moslonka parsème également quelques touches humoristiques dans cette histoire.
" 666 e kilomètre" est un roman qui décrit un univers étrange voire sordide même si c'est parfois cruel, Michaël Moslonka ne laisse pas son lecteur indifférent; le doute s'installe et pour notre plus grand plaisir, on en redemanderait quelques pages supplémentaires.
Lien : http://delphlabibliovore.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sagweste
  31 mars 2016
En refermant ce livre, je me dis: whaou, quelle plongée introspective dans la morale, la critique, la haine sociétale. Ces 3 mots étant le fil conducteur de la descente aux enfers que va suivre Camus, le personnage central de l'auteur.
Camus, un trentenaire esseulé aux prises avec ses névroses, part en vacances chez un ami. Mais arrivé sur l'aire de repos au kilomètre 661... tout bascule. D'accidents incompréhensibles en rencontres aussi improbables qu'horrifiques, les scènes hallucinantes se succèdent. Rien ne nous est épargné. le kilomètre 666 en sera l'apothéose.
L'histoire m'a happée du début à la fin, sans temps mort. Camus élabore des hypothèses de compréhension dans un dialogue à 3 entre lui, sa miss morale et son mister cynisme. Il essaie par tous les moyens d'y trouver une réalité, quelle qu'elle soit, sans y perdre sa faculté de 'raisonnance'.
Un thriller psychologique atypique, de part la personnalité complexe de Camus et non de celle des auteurs de crimes.
Les personnages rencontrés sur l'autoroute sont tous haut en couleur, la vieille dame en mauve, l'ado, les personnes âgés, l'auto-stoppeur, la BMW, les amoureux, etc. Aucun ne vous laissera indifférent.
J'ai aimé les petites notes subtiles de Michaël Moslonka entre le nom de son personnage principal, Camus, et l'auteur classique bien connu: "Camus peste..." ou encore nommer l'auto-stoppeur "l'etranger... non l'Estranger". J'en étais friande. Camus, ne connaissant pas les personnes qu'il croise sur l'A10, leur donne à tous un surnom, source de digressions analytique sur ce que chacun représente aux yeux de la société. Un bonheur caustique à la lecture.
Vous le remarquez, je me suis régalée de cette première rencontre avec Michaël Moslonka qui sera suivie sans faute par d'autres lectures.
Lien : http://saginlibrio.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


Videos de Michaël Moslonka (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Moslonka

Interview de Michaël Moslonka pour son roman "666ème Kilomètre" (Eds Fleur sauvage)
Interview de Michaël Moslonka pour son roman "666ème Kilomètre" (Eds Fleur sauvage). Emission La Vie des Livres du 24 septembre 2014.
autres livres classés : satire socialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2121 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre