AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Kirzy


Kirzy
  22 octobre 2019
Ça commence direct dans une voiture, en mode pepouze. Camus, trentenaire névrosé, bourré de tocs, fraichement largué, prend l'autoroute pour rejoindre un ami. Bizarre, cette autoroute du Nord de la France vers la Charente est déserte en plein juillet. Ou presque, une pause étrange un restoroute, une malédiction balancée par un gars louche en quête de covoiturage.
661 au compteur de la voiture, dans 5 kilomètres, ce sera 666 ... la réalité bascule et ces 5 kilomètres restant se révèlent cauchemardesques, les cadavres s'amoncellent, le bitume saigne, et toujours les mêmes personnes à chaque étape, ceux du restoroute. Comme si Camus était prisonnier d'une boucle spatio-temporelle qui se répéterait sans fin. Comme un huis-clos à ciel ouvert. Pire que le jour de la marmotte pour Bill Murray dans le jour sans fin

Je me suis régalée avec ce roman série B assumée de très grande qualité ! L'auteur maitrise parfaitement le mélange des genres, à la croisée du thriller, du fantastique et de la satire sociale. Bien sûr y a le côté réjouissant de l'hémoglobine qui saigne à tout-va, avec humour, toujours.

Mais ce que j'ai le plus apprécié et qui fait de ce roman une oeuvre très singulière, c'est l'ancrage satirique pour moquer notre société, celle qui consomme, qui ne s'intéresse plus à l'humain, celle qui a peur de l'autre. La galerie de portraits des personnages rencontrés par Camus est truculente, avec une préférence pour la mamie qui ressemble à Mme de Fontenay avec son chapeau, ses gants et son ombrelle, mais qui se met à défourailler en mode furieuse. En fait, chaque personnage est là pour une bonne raison, pour incarner un de ces sentiments inavouables qui gouvernent les hommes ( le racisme, la cupidité, la peur ... ).

Le nom du héros n'a pas été choisi au hasard, lui non plus : Camus, comme un clin d'oeil à l'étranger du grand Albert. Froid et indifférent, il traverse ce road-tripes rock'n'roll pas plus surpris que cela, comme si tout ce déferlement gore et fantastique était tout à fait rationnel. Un peu comme nous tous, à constater les dysfonctionnements de notre société, à s'indigner mais sans agir, un peu par lâcheté.

Une lecture réjouissante à double lecture, que j'ai lu comme dans un film à la Nuit en enfer de Robert Rodriguez, scénario Tarantino, avec en BO « Antisocial » de Trust qui gueule dans les baffles ! Tonique et original,quoi !

Initialement paru sous le titre 666ème kilomètre, par feu la maison d'édition
Fleur sauvage.
Commenter  J’apprécie          740



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (71)voir plus