AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicole Pallanchard (Collaborateur)
EAN : 9782357200623
317 pages
Éditeur : HC Editions (05/05/2011)

Note moyenne : 2.85/5 (sur 20 notes)
Résumé :
La papauté a définitivement quitté Avignon pour Rome. À Valence, en Espagne, les Borgia se préparent à mettre la main sur le gouvernement de l’Église. Rien ne les arrêtera. Deux papes Borgia occuperont le Trône de saint Pierre, mais à quel prix ! Intrigues, corruption, alliances sulfureuses, amours illégitimes, crimes, luxure, ils ne reculeront devant rien.
Qu’il s’agisse d’Alonso Borgia, devenu Calixte III, de son neveu Rodrigue, plus connu sous le nom d’Ale... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Isambour
  06 mai 2017
Les Borgia... tout un programme a priori, l'idée seule de cette famille nous emplit d' un petit frisson : intrigues, complots, crimes, amours...
Et là... là, j'en perds mes mots. J'ai eu l'impression de lire une énumération de faits. Les 250 pages se passent sur plusieurs décennies, autant dire l'équivalent de plusieurs volumes avec cette famille ! J'aurais dû être tenue en haleine, mais non. C'est plat. Forcément, à lire un résumé de plusieurs décennies agitées, on s'y perd entre tous les personnages. Certains, comme Juan, n'apparaissent que pour être morts. D'autres cessent tout simplement d'apparaître.
J'ai lu des pavés de plus de mille pages en moins de temps et avec davantage de plaisir.
En plus... Vicente semble immortel. Il fréquente Rodrigue quand celui-ci n'est qu'un enfant, et soudain, c'est lui qui devient le plus jeune des deux. Mais à ne jamais savoir quand nous sommes (sauf une fois, au début de ce qui s'appelle "Partie deux"), j'ai pu mal comprendre.
Bref, je ne lirai pas la suite, c'est certain ! Enorme déception. Pourtant, ce n'est pas comme s'il n'y avait pas matière. "Les Rois maudits", cités en 4ème de couverture, et ce roman, n'ont vraiment rien à voir !! Je ne sais même pas comment quelqu'un a pu en arriver à cette comparaison...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
ReservoirDog
  04 juin 2015
En 4ème de couverture, on ose comparer cet objet aux "Rois maudits" ! Ceci est une insulte à l'oeuvre magistrale de Druon. Si vous aimez les romans historiques, ne lisez pas celui-ci, il vous dégoûtera du genre (c'est mon cas). J'aurai presque envie de comparer ce livre à un article de presse tant il est désagréable à lire. Mais je ne peux même pas le comparer à un article puisque dans la presse au moins, on trouve des détails sur les faits, les dates, les lieux, qui, quoi, comment... on apprend des choses! Tandis qu'ici, les intrigues sont à peine suggérées et il ne donne de détail sur rien. Les chapitres se suivent et n'ont aucune relation entre eux. On passe d'un évènement à un autre sans comprendre ni pourquoi ni comment… Les personnages ne sont ni fouillés, ni attachants ni intéressants. Bref. Ce livre n'est ni fait ni à faire. La dizaine d'euros que j'ai perdue en l'achetant me chagrine moins que le temps que j'ai perdu à le lire… car j'ai tenu à terminer le livre tant je nourrissais l'espoir qu'il s'améliore au fil des pages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
idevrieze
  02 avril 2012
Aïe ! Non décidément, la sauce ne prend pas. L'histoire commence tel un brouillon, on mélange vite les papes, les personnages, les intrigues, les références historiques. Non mais limite, j'ai envie de vous dire : regardez la série, vous en apprendrez plus !
Claude Mossé n'était décidément pas en forme ou pas à l'aise pour écrire ces deux romans. Car on se retrouve vite à faire des schémas, tout simplement. Mais sans une grande envie de trouver les solutions. Deux livres plats sur une famille pourtant passionnante qui a défrayé les chroniques (et qui continuent.
Commenter  J’apprécie          50
OhOceane
  21 septembre 2011
Le roman de Claude Mossé, un journaliste à ne pas confondre avec l'historienne spécialiste de l'antiquité, est une petite lecture vraiment agréable, malgré quelques défauts de style…
Nous voilà embarqué dans un voyage de quelques années, à travers le regard de Vicente, le héros principal, qui va graviter autour de la famille des Borgia.
Nous verrons l'ascension d' Alonso Borgia et de ses descendants. Alexandre, César, Lucrèce, une drôle de famille, toute entière vouée au pouvoir, à la violence, à l'argent et au sexe le plus échevelé.
La recherche de Vicente sur ses origines de petit orphelin est le prétexte à l'exploration d'un siècle agité, de ses moeurs et de ses intrigues politiques.
Le sujet est passionnant et traité de manière assez érudite et précise. Ce qui conduit parfois à une certaine lourdeur de style, mais si l'on est indulgent on peut passer outre. Et j'avoue, je n'ai pas boudé mon plaisir, malgré les digressions maladroites et certaines répétitions et longueurs (à se demander parfois si l'auteur voulait s'assurer de son propre propos)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
beeshop
  20 septembre 2011
Claude Mossé romance ici l'histoire de cette famille scandaleuse et sulfureuse prête à toutes les compromissions pour gagner la tête de l'église Romaine : les Borgia. Vicente Romero est un jeune théologien ayant grandi au couvent de la Bellina à Saragosse. Il est orphelin et est en quête de ses origines. Un soir après la prière il découvre un mot anonyme écrit en catalan glissé sous la porte de sa cellule. Ce mystérieux message ne contient guère d'information, seule une injonction, celle de se rendre à Xativa.
Vicente décide de s'y rendre. Il va découvrir que cette ville est le fief des Borgia. Il observe, écoute, apprend. Par un étrange concours de circonstance il sera convié par Alonso Borgia (futur Calixte III) à le rejoindre au Vatican. Vicente ne peut refuser une telle offre et est en même temps ulcéré par le comportement des dirigeants de l'église, luxure, débauche, complots, relations incestueuses, crimes. Il se rend compte que ces hommes ne sont pas des hommes de Dieu mais des hommes avides de pouvoir et prêt à tout pour arriver à leurs fins.
« Chez les Borgia, on avait l'art de détourner les lois morales, avec l'audace de ceux qu'aucune injustice n'arrête jamais »
A la mort de Calixte III c'est son neveu Rodrigue, devenu Alexandre VI qui coiffe la tiare après un concile des plus douteux. Vicente, très pieu, ne souhaite qu'une chose rétablir la vertu au sein de l'église et il comprit très vite qu'il va devoir employer la même arme que son ennemi : la ruse. Son combat le menera en prison, il ferra de trés douleureux choix mais restera fidèle à sa droiture et à ses convictions.
Nous découvrons également au fil du roman les origines de Vicente, origine qui vont l'obliger à partir en guerre contre les siens.
Entre alliance avec des royautés, chasses des juifs, guerres ouvertes entre Avignon et Rome, intrigue et trahison j'ai découvert un pan De La Renaissance que je ne connaissais pas. Ce roman est passionnant, la narration est très fluide et de rebondissements en découvertes on ne lâche plus cette fresque jusqu'à la dernière page.
Lien : http://mespetitesidees.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ElviraElvira   16 novembre 2011
Quand on quitte Rome, on éprouve toujours l’envie d’y revenir. Il y a ici un mélange d’épouvante, de cruauté et de douceur comme nulle part ailleurs. La lumière du soleil y est brûlante ou douce, on y vit actif ou nonchalant… Cette ville où l’Eglise s’est établie pour l’éternité demeurera à l’image des hommes : le bien remplace le mal, le mal succède au bien ; rien ne changera jamais.
Commenter  J’apprécie          40
ElviraElvira   16 novembre 2011
Aux fauves assoiffés d’ivresses en tous genres, il voulait imposer avec calme et détermination une pensée véritablement chrétienne. Il ne l’ignorait pas, cela ne s’accomplirait pas en un jour, mais enseigner aux jeune un peu du savoir des anciens pouvait modifier le cours de l’Histoire.
Commenter  J’apprécie          50
ElviraElvira   16 novembre 2011
Il est vrai que chez les Borja tout semble permis, le scandale n’effraye personne. La fortune autorise les vices, elle ne les impose pas. J’ai cru comprendre que, dans votre famille, on se sentait plus à l’aise dans un lit qu’agenouillé dans un autel.
Commenter  J’apprécie          50
ElviraElvira   16 novembre 2011
Sache, Alonso, et ne l’oublie jamais, que dans la Curie romaine il y a très rarement place pour le talent ou la vertu. Tout s’y obtient par les intrigues ou la chance. Plus souvent encore par l’or, maître de l’Eglise.
Commenter  J’apprécie          50
ElviraElvira   16 novembre 2011
Tel un fétu de paille emporté dans un tourbillon que rien ne pouvait apaiser, Vicente demeura jusqu’au lever du soleil assailli par les pensées les plus diverses, les plus délirantes.
Commenter  J’apprécie          50
Video de Claude Mossé (II) (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Claude Mossé (II)
Chez Jean Marais (1961) Dans sa propriété de Marnes-la-Coquette dont il a dessiné les plans, le comédien français reçoit le journaliste Claude Mossé et le réalisateur suisse Claude Goretta.
autres livres classés : borgiaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1278 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre