AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782742762491
108 pages
Éditeur : Actes Sud (08/09/2006)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 101 notes)
Résumé :
En remontant le fil de ses origines, Loup ouvre une porte qui
la conduira au fond d'un gouffre, car là se trouve la mémoire
de son sang : une séquence douloureuse d'amours impossibles,
qui va d'Odette à Hélène, puis à Léonie, à Ludivine, à Sarah, à
Luce, et enfin à Aimée, sa mère... On dirait bien qu'un
mauvais sort a décimé cette famille, l'a lancée dans le train des
malheurs et l'hallali des grands soirs, au coeur de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Meps
  21 mars 2020
J'ai comme d'habitude lu la préface de Forêts qu'avait écrite Mouawad après avoir lu la pièce. Et j'ai eu la réponse à tout ce qui m'avait troublé dans cette pièce et tout ce qui m'avait un peu déçu dans Incendies (surtout par rapport à Littoral).
Alors oui Forêts est totalement différent des deux premières pièces de la "saga" du sang des promesses. La trop grande proximité des deux premiers tomes m'avait un peu troublé... et elle a aussi troublé l'auteur. Il s'éloigne donc ici un peu de ses thèmes et contextes fétiches pour s'atteler au sujet des guerres franco-allemandes, mais toujours sous l'angle de la recherche des origines, de la nécessité qu'a chacun de retracer son histoire.
Il y a comme toujours de l'humour, comme toujours de l'émotion forte, débordante. Il y a de la poésie et des trouvailles littéraires. Et comme souvent chez Mouawad, de la folie, de l'inconcevable, de l'inavouable, de l'insupportable. Parce que l'homme est fait de tout ça et que c'est la recherche continuelle de Mouawad, comprendre l'homme dans sa globalité, sans chercher à mettre sous l'éteignoir ce qui pourrait nous déranger. C'est un théâtre exigeant, éprouvant, en perpétuelle construction. Et c'est pour ça que je l'aime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Medulla
  05 mars 2019
Quel bonheur et en même temps quel effroi de se plonger dans l'univers sombre de Wajdi Mouawad. Ici un chant choral de femmes tenues au secret, portées par les mêmes manques, leurs mères, leurs histoires et leurs familles. Sur 6 générations, couvrant tout le 20 ème siècle et ses atrocités nous suivons le décorticage des secrets les plus noirs dans des familles étouffées par leur silence.
Loup, jeune femme de 17 ans, canadienne, voit mourir Aimée d'un tumeur non soignée, créé par un jumeau perdu. Elle-même fruit d'un abandon de Luce, elle même perdue dans les mensonges et non dits de Ludivine. Savoir pour pardonner, affronter le noir pour aller vers la lumière.
Magnifique et brutal.
Commenter  J’apprécie          60
lDavidl
  01 février 2015
Sans doute celui que j'ai le moins aimé des 4 tomes. Trop confus, trop surchargé, trop embrouillé à mon goût. Que l'on aime lire pour se laisser emporter, ou qu'on lise pour chercher des idées véhiculées; on est face ici à un tel désordre que l'enjeu de la lecture même en est annihilé. Dans les deux premiers tomes, ce genre d'histoires à tiroir étaient déjà évidentes, mais j'avais quand même tourné la dernière page avec de bonnes trouvailles, quelques idées... Là, dans ce tome 3 où un arbre généalogique serait presque impératif pour comprendre la totalité de l'histoire, il y a trop d'éléments à mémoriser, et on passe plus de temps à comprendre le sens concret du texte et l'identification des personnages, au détriment des réflexions qu'il y a derrière. Dommage, parce que j'ai beaucoup aimé la forme théâtrale développée dans cette saga de Wajdi Mouawad, mais les 3 autres tomes sont, pour moi, bien meilleurs
Commenter  J’apprécie          11
petitours
  06 septembre 2010
Si l'on veut une histoire, Forêts est peut-être le récit de six femmes qui, suite à un événement qui s'abat sur la plus jeune d'entre elles, font brutalement face à l'incohérence de leur existence. (source : Théâtre contemporain)
Commenter  J’apprécie          50
ZetaZeta
  30 mars 2010
Une représentation à laquelle j'ai assisté en 2008 au Théâtre National de Toulouse et dont je garde encore un souvenir très fort ; mitigé aussi. L'écriture est belle, l'intrigue extrêmement bien ficelée. Mais je garde toujours la sensation (bizarre) d'avoir été prise en otage émotionnellement face à des images crues et d'une violence rare. C'est à la fois le point fort de la pièce, de happer le spectateur de cette manière, et son point faible à mon avis : au final, j'ai eu le sentiment d'être submergée de violence et d'être, du coup, passé à côté de la réflexion engagée par Mouawad. Il me semble que le spectacle, l'émotionnel, ont été privilégiés au détriment de plus de poésie et de subtilité. Mitigée, donc !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
KahlanAmnellKahlanAmnell   27 juin 2014
Écoute : dans notre situation, dans notre époque qui assomme toute beauté, toute voix, toute aspiration, il faut aller en ligne droite, et sans dévier, vers la cible pour l'atteindre à la fine pointe acérée de la flèche et ainsi frapper en plein coeur le chagrin. Si tu refuses, Sarah, si tu refuses l'évidence, tout sera inversé ! Celle qui peut donner la vie sacrifierait la sienne pour sauver celle qui ne peut pas la donner ? Tu réalises l'aveuglement ? Sarah, j'ai tout vécu avec toi, et par toi, et grâce à toi, ma vie aura été, malgré tout, une flamme, une vague, une plage, un souffle. J'ai tout pleuré par toi, j'ai tout aimé par toi, j'ai tout ri par toi, j'ai tout compris par toi et j'ai tout appris par toi et je t'en prie, ne crains pas car je vivrai tout ce qui m'attend avec force puisque je me dirai à chaque instant "ce que je vis je l'épargne à Sarah, ce que je souffre je l'épargne à Sarah", alors rien ne me fera trembler, je te jure, te le promets !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KahlanAmnellKahlanAmnell   27 juin 2014
DOUGLAS DUPONTEL. De quoi avez-vous si peur, Loup?

LOUP. J'ai peur de ne pas trouver ma place dans le monde ! C'est important ça de trouver sa place dans le monde quand on a seize ans, non ?

DOUGLAS DUPONTEL. Vous avez le temps, vous êtes jeune !

LOUP. Non, je n'ai pas le temps, et je ne suis pas jeune !Y a rien de plus niaiseux de plus épais de plus cave qu'un jeune qui dit de lui qu'il est jeune ! Ça, ça veut dire qu'il est déjà mort ! Moi je veux tout, tout de suite et que ça soit beau, et grand et magnifique et bouleversant et clair, et évident comme de l'eau qui tombe ! Vous rendez-vous compte, Douglas, que vous êtes la personne avec qui j'aurai le plus parlé dans ma vie ? Qu'est-ce que vous croyez ? Moi aussi si j'avais été beaucoup plus vieille je serais tombée amoureuse de vous, mais je ne suis pas plus vieille et vous n'êtes pas plus jeune, comme quoi je perpétue le malheur à mon tour : amour impossible sur malheur impossible ! Est-ce que vous avez déjà aimé quelqu'un, vous, Douglas ? C'est comment ? C'est quoi le remède contre le malheur? Je veux dire qu'est-ce qui va nous sauver des horreurs de l'amour, Douglas ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sophroniesophronie   07 juillet 2020
Aimée. Je porte un enfant dans ma tête ?
Freedman. Pour être plus exact, vous portez votre jumeau.
Aimée. Quel jumeau ?
Freedman. Le vôtre. Vous étiez deux dans le ventre de votre mère. Mais vous l'avez intégré, le forçant à conserver un état embryonnaire. Un genre de cannibalisme fœtal qui se produit parfois au tout premier stade de la vie. Le jumeau avalé poursuit tout de même son évolution microscopique et se niche, au hasard, dans le corps de son frère qui, sans le savoir, le portera sa vie durant dans la poitrine, le sexe, la colonne vertébrale, le cerveau... Oui, ça peut surprendre mais ça n'a rien d'exceptionnel. Ce qui est unique dans votre cas, hormis sa taille, c'est la manière avec laquelle il s'est greffé autour de votre système nerveux, comme si, pour assurer sa survie, il s'était placé là intentionnellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lDavidllDavidl   31 janvier 2015
Ce ne sont pas les gens raisonnables qui apportent le bonheur, Edgar, mais les rêveurs car les rêveurs agissent en fonction de leurs rêves et non pas en vertu de leurs intêrets.
Commenter  J’apprécie          100
MepsMeps   21 mars 2020
Samuel : Sarah Cohen ! Je t’aime ! Tu vois l’horizon là-bas. Je t’aime encore plus loin. Plus je t’aime, plus je t’aime. Tu comprends ! Aimer, c’est aimer plus. Te dire mon amour pour toi est impossible puisqu’au moment même où je veux te dire « je t’aime » déjà je t’aime encore plus et il me faudrait le redire pour être à la hauteur de cette enivrante addition. C’est peut-être ça quand on dit que les mots ne sont pas assez forts. En fait ce n’est pas qu’ils ne sont pas assez forts, ils ne sont tout simplement pas tout à fait rapides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Wajdi Mouawad (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wajdi Mouawad
À partir d'un manuscrit d'une bible du XVe siècle (Hébreu 1314) et de son incroyable parcours à travers les âges, les cultures et les religions dans le bassin méditerranéen, Wajdi Mouawad a écrit un texte inédit autour de la question de la langue. Il en propose une lecture à plusieurs voix avec la complicité d'artistes, en forme d'« invitation au voyage ».
Lecture musicale proposée par Wajdi Mouawad, accompagné de Alexandra Badea, Victor de Oliveira et Jalal Altawil, enregistrée le 10 octobre 2020 à la BnF I François-Mitterrand
En savoir plus sur cette lecture : https://c.bnf.fr/Lzj
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre

.. ..