AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782330097547
Actes Sud (07/03/2018)
4.41/5   90 notes
Résumé :
Éperdument amoureux, Eitan et Wahida confrontent la réalité historique contre laquelle ils tenteront de résister.

Mais les choses tournent mal sur le pont Allenby, entre Israël et la Jordanie : victime d’une attaque terroriste, Eitan tombe dans le coma. C’est dans cet espace-temps suspendu qu’il recevra la visite forcée de ses parents et de ses grands-parents, alors que les chagrins identitaires, le démon des détestations, les idéologies torses s’enfl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
4,41

sur 90 notes
5
12 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

karmax211
  27 mai 2021
"Un oiseau vient au monde et voilà qu'à la faveur de son premier envol il passe au-dessus des eaux de la mer. La lumière laisse entrevoir sous la surface les poissons aux écailles argentées. Ému par cette beauté inconnue, l'oiseau veut aller à leur rencontre et il tombe vers la mer. Mais les autres oiseaux, ses congénères, le rattrapent avant qu'il n'atteigne les vagues. "Non ! lui dit le plus sage, ne t'avise jamais d'aller vers ces créatures. Elles te sont étrangères en tous points et, les rejoignant, tu mourrais comme elles mourraient si elles nous rejoignaient. Nous ne sommes faits ni pour nous rencontrer ni pour vivre ensemble." L'oiseau obéit et va sa vie, mais toujours son coeur se tord à la vue de la mer. Taciturne, il ne chante plus. Jusqu'au jour où, pétri par un chagrin devenu trop lourd à porter, il songe qu'à une longue vie malheureuse il préfère un seul instant d'extase, et il referme sur lui ses ailes ! Et dans la bleuité du ciel, il tombe vers la bleuité de la mer pour en fendre la surface. le voilà sous l'eau, s'enfonçant vers l'abysse des lumières et dans le peu de temps qu'il lui reste, l'oiseau ouvre ses yeux ! Infinité de poissons multicolores ! Satin insoupçonné des abîmes ! Indicible beauté étrangère ! Son coeur s'enflamme ! Sa dernière heure approche, mais il ne s'en soucie plus, tout à son désir de l'autre, de ce qui est différent, et ce désir est si absolu, si immense, si spirituel, qu'à l'instant précis où la mort veut le saisir des ouïes lui poussent au cou ! Et il respire ! Il respire ! Et respirant, volant-nageant, il s'avance au milieu des poissons aux écailles d'or, de jade et de rose aussi subjugués que lui par eux, et, les saluant, l'oiseau prononce la parole magique : "Me voici ! C'est moi ! Je suis l'oiseau amphibie arrivant au milieu de vous, je suis l'un des vôtres, je suis l'un des vôtres !"
Il m'a semblé approprié de vous relater l'histoire de l'oiseau amphibie pour introduire cette présentation de la pièce de Wajdi Mouawad, car elle illustre à elle seule le propos de la pièce, à savoir notre quête d'identité et la recherche de nos identités perdues ou égarées.
Cette pièce que je n'ai pu que lire, c'est-à-dire que je n'ai pas eu la chance de voir jouer au théâtre, met en scène huit personnages... non en quête d'auteur, mais en quête d'eux-mêmes, perdus qu'ils sont entre ce qu'ils croient être et ne sont pas, ce qu'on veut leur faire croire qu'ils sont et qu'ils ne sont peut-être toujours pas, ce qu'ils voudraient être et qu'on leur refuse qu'ils soient, égarés dans un monde où les murs, les bannières, les barbelés, les check-points, les idéologies, les dogmes, les croyances, les religions, L Histoire s'érigent en parangons identitaires qui ne suffisent pourtant pas à étancher leur quête, tel cet oiseau irrésistiblement attiré par ce qui semble n'être pas lui et ne jamais pouvoir le devenir.
Ces huit personnages sont Eitan jeune juif new-yorkais, étudiant en statistiques, Wahida jeune étudiante new-yorkaise doctorante qui prépare une thèse sur Hassan Ibn Mohammed Al-Wazzân, diplomate de haut rang, enlevé par des pirates en 1518 au retour d'un pèlerinage à La Mecque et offert au Pape Léon X, Eden soldate israélienne, Leah grand-mère d'Eitan... elle vit en Israël, Norah belle-fille de Leah et mère d'Eitan, Etgar mari de Leah, beau-père de Norah et grand-père d'Eitan et père de David... il vit en Allemagne, David père d'Eitan, fils de Leah et d'Etgar, mari de Norah... ils vivent également tous deux en Allemagne, Wazzân personnage historique sujet de la thèse de Wahida.
Eitan, le juif rencontre Wahida, l'arabe... c'est le grand amour.
Ils vivent à New York.
Eitan fait venir ses parents ( David, Norah et Etgar) qui vivent en Allemagne, à New York, pour leur présenter Wahida l'amour de sa vie avec laquelle il veut se marier.
C'est le clash.
Entre l'orthodoxie de David son père, le soutien de Norah sa mère à son époux et ce malgré son passé de communiste de l'ex-RDA et donc pro-palestinienne et l'attitude ambiguë d'Etgar rescapé de la Shoah... ils se quittent sur un constat d'échec et une énième brouille.
Eitan se rend en Israël pour rencontrer Leah sa grand-mère.
Il est accompagné de Wahida qui veut profiter de ce voyage pour se rendre en Jordanie et dans d'autres pays musulmans... sur les traces de Wazzân le "personnage" de sa thèse.
Ils font partie des victimes d'une attaque terroriste.
Eitan est hospitalisé dans le coma.
Wahida prévient Leah et les parents berlinois d'Eitan.
Tous se retrouvent en Israël au coeur de l'affrontement entre Israéliens et Palestiniens.
Les masques vont tomber. Chacun va devoir faire face à ses vérités et à ses mensonges.
Que leur réserve cette recherche d'identité après laquelle ils couraient tous et qui désormais s'impose à eux ?
Une pièce que j'aurais vraiment voir aimé jouer sur scène.
Qui sait ?
Plus que du théâtre, l'art de Wajdi Mouawad, c'est de mêler poésie, réalisme, à ce qui apparaît à la lecture de son oeuvre comme relevant également du cinéma.
Le propos est intelligent, lourd, touchant, et ce, dans un ensemble où se mêlent les langues, les espaces-temps, où le poids de l'Histoire est omniprésent.
Autour du conflit israélo-palestinien plane la mémoire toujours vivace de l'holocauste, et l'auteur à travers - Tous des oiseaux - nous montre son pessimisme face à ce drame fait pour durer.
Les clés, peut-être pas toutes, certaines tout au moins, sont là et pourraient permettre d'ouvrir des portes entravées par des oiseaux sans ailes.
La présence, la vie, l'expérience et le legs à l'Histoire de Wazzân est une de ces clés...
J'espère ne pas avoir été trop confus, mais j'avoue qu'à défaut d'avoir vu la pièce au théâtre... il me faudra la lire et la relire... tant sa structure et son propos sont plus complexes que ce que ma pauvre présentation s'est évertué à essayer de montrer.
Du très grand théâtre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          483
visages
  29 février 2020
Plus qu'un coup de coeur, j'ose parler d'un coup de foudre pour cette pièce de théâtre mais aussi pour la rencontre qu'elle me permet avec son auteur. Wadi Mouawad est comédien,metteur en scène,auteur et actuellement directeur du Théâtre de la Colline à Paris. La postface de Sylvain Diaz est très intéressante pour en apprendre davantage sur cet homme et ses oeuvres. Tous les oiseaux est une pièce bouleversante, déchirante qui peut presque se résumer par le questionnement de Wahida "Faut il à ce point s'attacher à nos identités perdues? Qu'est ce qu'une vie entre deux mondes ? Qu'est ce qu'un migrant? Qu'est ce qu'un réfugié ? Qu'est ce qu'un mutant ?". Wahida écrit une thèse sur Wassam, Léon l'Africain " Diplomate marocain du XVI siècle enlevé et offert au Pape Léon X qui le convertit au christianisme." Eitan prépare lui aussi une thèse en génétique. Ils s'aiment passionnément mais contrairement à lui, elle n'est pas juive...Ils partent ensemble en Israël car Eitan veut faire la lumière sur son père et résoudre un secret familial. Wahida sans le savoir part elle aussi à la recherche de qui elle est vraiment. A travers les six personnages principaux ( Wahida,Eitan,ses parents et grands parents) se joue la question fondamentale de l'identité. Chacun a sa zone d'ombre connue ou méconnue qui une fois dévoilée ne pourra qu'ebranler leur construction. A cette quête intime s'ajoute L Histoire qui elle aussi,interroge l'identité à travers la judéité, le conflit israélo-palestinien, la place du Liban. Plane aussi évidemment la menace terroriste,sa violence son pouvoir séparateur des peuples.
Le texte est splendide et les multiples questions qu'il soulève ne peuvent se traduire par ce simple billet. C'est un texte qui allie un réalisme sans concession et une poésie très humaine, très sensible. Quand je pense que cette pièce s'est jouée dernièrement à Brest et que je l'ai ratée je me maudis!!! A toutes celles et ceux qui comme moi ne sont pas spécialement attirés par la lecture de pièces de théâtre, n'hésitez pas,jetez vous dans cette lecture que vous n'oublierez pas de si tôt !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          302
RITAB
  30 mars 2020
Tous les oiseaux ; Wajdi Mouawad ; Editions Actes Sud ; 2019
Lien : https://www.lapagederita.com..
Commenter  J’apprécie          233
sophronie
  21 mai 2020

Magnifique texte sur la quête d'identité, le destin, l'amour. Il puise dans des ressorts mythologiques en y mêlant des accents poétiques.
Leah et Etgar ont changé le destin de David. Il n'a jamais su qu'il n'était pas leur descendant, ni de leur religion. Eitan, son fils, venu depuis les Etats-Unis à la recherche de la vérité sur son père est touché par un attentat. David et Norah, le mère d'Eitan, débarquent en Israël....
C'est l'heure des règlements de compte. Eitan est "visité" par sa famille pendant son coma. C'est l'heure des révélations. Elles changeront le cours de l'histoire de ces personnages aux liens obscurs.
Commenter  J’apprécie          120
TwentyHundred
  12 décembre 2021
Je suis loin d'être en mesure de critiquer ne serait-ce qu'en surface une oeuvre de Wajdi Mouawad. J'essaye tout de même.
J'ai assisté à une représentation de "Tous des Oiseaux" il y a de cela 3 ans mais je ne relis le texte qu'aujourd'hui. Ce texte basique et complexe, structuré et démembré, simple et essentiel. le drame de la descente en enfer israélite d'un jeune juif, poussé par son besoin de lumière sur ces origines et de sa famille qui l'y rejoint. Il est accompagné de sa belle Wahida, arabe et éplorée.
Romé et Juliette des temps modernes ? Eitan et Wahida incarnent 100 fois plus que ça. Ils incarnent la génération brisée, les rêves morts dans l'oeuf. L'oeuvre est provoquante mais d'une grande justesse. Eitan, scientifique des plus matérialistes, va plonger dans ce que la transmission lui cachait. 46 chromosomes, vraiment ? Traumatismes, secrets, douleurs et même religion et culture semblent s'y ajouter, au grand damne d'Eitan.
Les couteux sont retirés mais la salive ne sera pas ravalée avant longtemps. La plaie est ouverte. Bientôt, peut-être, le désert ensanglanté laissera les Zimmerman (?) en paix.
Wahida comprend sa place, celle qu'elle a toujours haïe et fuit. Elle s'y resigne, elle qui n'a pas de couteau à arracher. Elle a créé sa prope arme qu'elle traîne désormais, seule.
La mise en scène de la pièce aux 4 langues fût une merveille. Les lueurs d'humour dans la situation sans issue sont parfaitement agencées. le dessein est clair. Un texte qui nous rappelle nos différences fondamentales qui ne sont malheureusement pas contournables par le plus grand nombre. La guerre les met alors en exergue et tord les peuples criant de douleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
sophroniesophronie   21 mai 2020
Les oiseaux vont et viennent de chaque côté de ce mur, quand ils sont là-bas, ils sont là-bas, quand ils sont ici, ils sont ici. Qui saurait dire le contraire ? Il existe pourtant des oiseaux quantiques, à la fois là-bas et ici, apparus comme nous à l'instant du Big Bang, et qui volent toujours au midi des deux mers. Je te le jure ! Je serais fou de me plaindre. Deux ans de bonheur. Pour quelqu'un comme moi, quelle chance ! Depuis cette descente d'escalier, chaque seconde passée était une seconde de gagnée puisque je la passais avec toi, et même celle qui passe là, si amère, et là, et là. De toi j'ai tout pris comme un cadeau, chaque caresse, chaque baiser et tous les jours, je te jure, je me suis tenu prêt pour ce moment où tu allais me quitter. Je l'ai attendu comme on attend la mort : un jour ça va arriver. Mais on a beau se tenir prêt on ne tient rien, et la mer Morte, je vais l'avaler entière tout à l'heure quand tu vas te lever et que tu vas t'éloigner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
milonademilonade   14 janvier 2019
De toute façon ça ne sert à rien de s'en faire parce que les choses ne vont jamais comme on aimerait. N'est-ce pas ? Tout est déréglé et personne ne peut plus rien prévoir. Avant, les fermiers engendraient les fermiers, les rois les rois et les ouvriers les ouvriers. Tu naissais dans un monde et tu ne le quittais pas, sauf pour mourir. Alors que maintenant… celui qui dit "adieu" finit par revenir et celui qui dit "au revoir" on ne le revoit plus. Il a fallu l'anéantissement de mon monde pour qu'un bateau me conduise ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sophroniesophronie   17 mai 2020
- Ne rigolez pas, c'est très sérieux ! Je ne vois pas d'autres explications... Jusqu'à l'instant T du Big Bang, notre matière devait être déjà enlacée à celle de ce livre en un point infiniment plus petit qu'une tête d'aiguille. Entrelacée d'une manière si inconcevable qu'il a fallu le Big Bang pour nous séparer et 1,3 milliards d'années pour nous réunir dans cette bibliothèque, vous, moi et le livre, à nous faire ressentir au-delà du temps et de l'espace la sensation initiale du lien. Bon, je dis ça, je ne voulais surtout avoir l'impression de vous draguer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
KamilleBKamilleB   07 janvier 2020
Vous ne l'aurez jamais. David ne voit rien, n'entend rien de ce que les autres ressentent pour lui. En mal ou en bien. Il n'y a que ce que lui ressent. David croit avoir raison sur tout, pas par orgueil, mais par entièreté. Et c'est pour ça qu'on l'aime ! Un monstre, un monstre ! Merveilleux et insupportable monstre et, comme tous les monstres, s'il s'écroule il va tout emporter avec lui !
Commenter  J’apprécie          40
cassiopeegcassiopeeg   28 octobre 2021
Ça veut dire quoi "Wahida"?
L'unique. Et "Eitan"?
Le robuste.
Vous êtes sûr que ça ne signifie pas "le dragueur"?
Vous êtes sûre que Wahida ne signifie pas "monstruosité génétique"?
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Wajdi Mouawad (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wajdi Mouawad
JOCELYN LAGARRIGUE – LA NUIT RECOMPOSÉE
Lecture par l'auteur & Victoria Quesnel, accompagnés par Igor Quezada à la guitare
Combien d'hommes dans un homme ? Antoine est comédien. Sa vie, il la brûle avec les femmes, sur les planches, dans la haute mer des grands textes. Seule l'intensité l'intéresse. Jusqu'au jour de trop où, plongé dans le coma, une vague noire menace de l'engloutir. Renaître est un risque, Antoine le sait. Lentement, son existence reprend, mais sur une ligne de crête aussi fragile que périlleuse. À quoi s'expose-t-il dans le jeu de l'amour et du hasard, à quoi s'expose-t-il s'il ne joue pas, s'il ne joue plus ? Porté par une écriture bouillonnante, d'une liberté rare, La Nuit recomposée nous plonge dans la vie d'un homme de théâtre, à la fois roi et clochard.
Jocelyn Lagarrigue est comédien. Formé au théâtre du Soleil avec Ariane Mnouchkine, il travaille aujourd'hui avec de nombreux metteurs en scène, dont Wajdi Mouawad, Mélanie Laurent ou encore Simon Abkarian.

À lire – Jocelyn Lagarrigue, La Nuit recomposée, Quidam éditeur, 2022.
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
1013 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre