AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330072483
88 pages
Éditeur : Actes Sud (11/01/2017)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 8 notes)
Résumé :
C'est le jour de l'enterrement de Victoire, une exceptionelle étudiante du conservatoire national d'art dramatique, qui, à vingt-quatre ans, s'est jetée de la fenêtre de son appartement.
Tour à tour, ses condisciples médusés prennent la parole et transgressent , à travers certains secrets, leurs propres peurs, silences et duplicités. L'occasion pour eux de faire le bilan de leurs parcours d'apprentis comédiens mais aussi de jeunes adultes. Afin que la sauvage... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
5Arabella
  02 novembre 2017
C'est la dernière pièce publiée par l'auteur, sortie cette année (2017). Il explique qu'elle est née de sa rencontre avec les élèves du Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris. Les élèves souhaitaient que Wajdi Mouawad leur écrive un texte, il manquait de temps, leur a proposé de reprendre un ancien texte. Mais au final, un texte nouveau est né, qui comprend quelques éléments écrits par les étudiants eux-mêmes.
Dans la pièce deux moments, deux réalités s'entrecroisent. Les étudiants du conservatoire de Paris cohabitent avec ceux de l'Ecole nationale de théâtre de Montréal, dans laquelle Wajdi Mouawad a étudié. Un étudiant s'y est suicidé, ce qui a provoqué une forte onde de choc. Wajdi Mouwad transpose ce fait tragique dans la pièce, une étudiante parisienne, Victoire, s'est suicidée. Chacun de ses camarade réagit à sa façon à cette mort, qui les interroge tous, les remet en question. Nous avons par ailleurs quelques flashs sur les étudiants québécois qui ont été confronté à cette situation environ trente ans auparavant.
Je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure pièce pour aborder Wajdi Mouwad. C'est un peu une pièce de commande, avec des contraintes fortes, dont celle d'avoir 12 rôles, pour les 12 étudiants comédiens. Et une partie du texte a été écrite par les étudiants eux-mêmes, sans doute dans l'esprit du projet, et peut être à cause du manque de temps qu'évoque l'auteur. Cela devait constituer une expérience forte et formatrice pour les étudiants, le lecteur pour sa part est confronté à un texte qui n'est sans doute pas le plus abouti et le plus personnel de Wajdi Mouawad.
Challenge Théâtre 2017-2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
julienleclerc45
  19 mai 2017
C'est le jour de l'enterrement de Victoire qui, à vingt-quatre ans, s'est jetée de la fenêtre de son appartemen. Par leur dialogue et par la mise en abîme théâtrale, ses camarades du conservatoire national d'art dramatique tentent de comprendre cet acte de mourir.
Cette pièce est née de la rencontre entre Wajdi Mouawad et les élèves de troisième année du Conservatoire national supérieur d'art dramatique. Comme l'auteur l'explique dans sa préface, le sentiment principal dans une telle institution est la peur. Ce texte s'en est nourri à la fois dans les faits (le suicide de Victoire) et dans les mots (les confessions des élèves). Dans ce conservatoire, nous suivons l'attente des amis de Victoire se préparant à l'enterrement, à la vie d'après et poussé à se rappeler à cause de l'intervention d'un enquêteur étrange. Certains monologues ont été écrits par les élèves du Conservatoire (avec ou sans Mouawad). Ces instants de parole directe sont forts et portés par une sincérité touchante. En puisant également dans ses propres souvenirs d'école de théâtre, l'auteur bouleverse les époques et les lieux. En parallèle des scènes en France, il y a les paroles d'élèves canadiens. Cela déconstruit les intentions purement linéaires pour mettre en valeur le sujet de la pièce : la peur face à ce métier, cette profession, cet acte de foi. La diversité de date, de lieu et de ton rappelle la violence du doute qui peut surgir dans l'esprit de jeunes comédiens.
Lien : https://tourneurdepages.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   30 octobre 2017
Moi, je veux pas penser de même, je veux pas me fermer parce que j'ai peur, et je crois que c'est pour ça que le théâtre est pas seulement une forme d'expression pour moi, mais que le théâtre peut être une manière de rencontrer ce qu'on est en train de devenir comme société, et d'aider le monde à ne pas avoir peur de ce qui s'en vient. En fait, ce serait ça mon rêve : je rêverais de ne pas avoir peur de l'étranger.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
5Arabella5Arabella   30 octobre 2017
Qu'est-il advenu de Lucie ? Que s'est-il passé dans le casier de Victoire ? Est-ce que les âmes égarées du Conservatoire ou le souffle de quelques ancêtre oubliés qui ont pénétré l'esprit de Lucie ? Mystère.
Commenter  J’apprécie          40
julienleclerc45julienleclerc45   19 mai 2017
Je te conseille vivement de garder tes débilités pour tes pièces de boulevard puisque tout porte à croire que tu seras un comédien destiné à crever de faim en vivotant de-ci de-là, de projets merdiques en projets merdeux, jusqu’à ce que, écœuré, tu sois obligé de constater ton manque de talent flagrant et que tu n’as rien à faire sur une scène de théâtre, alors tu deviendras enseignant de français pour des maisons de riches où tu finiras par trouver une femme à ta mesure qui te donnera une situation pour que tu sois enfin ce que tu ne veux pas assumer d’être, c’est-à-dire, bêtement, un mec de droite. La situation est, me semble-t-il, assez grave, et je ne suis pas venu ici pour plaisanter avec des refoulés de la politique. A présent, prenez les chaises, ceux qui ont été au bar, et disposez-vous comme vous étiez disposés, et tâchez, de vous rappeler ce qui s’est passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nathalie02nathalie02   07 mai 2018
Et on parle, on parle, on parle ! Ce n'est pas le suicide de Victoire qui nous choque, c'est qu'elle l'ai fait, le geste ! Victoire s'est défenestrée. Elle n'a pas fait semblant de se défenestrer, elle n'a pas dit qu'elle allait se défenestrer, elle n'a pas fait un monologue sur le sens de la fenêtre dans l'oeuvre de Spinoza ! Non ! Victoire s'est défenestrée ! Les 2 avions se sont fracassés contre les tours du World Trade center et les 2 mecs sont entrés dans les locaux de Charlie Hebdo ! ils ont ouvert la porte, ils ont grimpé les escaliers, ils ont tiré des balles, ils ont tué les yeux dans les yeux ! Tout ça ce sont des gestes, non ? Très peu de mots et beaucoup de gestes ! Pourquoi les seuls gestes qui ont frappé mon esprit ont toujours été des gestes de terreur et d'effroi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nathalie02nathalie02   07 mai 2018
Je ne vais pas avoir peur parce qu'on me dit que je dois avoir peur. Mes peurs, je veux les éprouver pour les avoir vécues. Pas autrement. Non, pas autrement. Sortir de la matrice. Tout est trop propre ici. Je vais écrire, je vais filmer, je vais peindre, je vais chanter, je vais danser.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Wajdi Mouawad (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wajdi Mouawad
// EN DIRECT // AUTOUR DU LIVRE TOUS TÉMOINS DE NAJAH ALBUKAI Avec Najah Albukai, Philippe Claudel, Nancy Huston, Laurent Gaudé, Jérôme Godeau, Bernard Lavilliers, Farouk Mardam-Bey & Wajdi Mouawad Musique : Dominique Mahut (percussions), Najah Albukai (guitare et oud), Nancy Huston (piano) Mise en scène de Wajdi Mouawad Lecture, musique & projection des dessins
Soirée à l'occasion des dix ans de la révolution pacifique syrienne et en collaboration avec l'exposition des dessins de prison de Najah Albukai, dessinateur syrien, à la galerie Fait et Cause, par l'association Pour Que l'Esprit Vive.
Lorsque, en août 2018, Libération consacrait cinq pages aux dessins de Najah Albukai, incarcéré et torturé par le régime syrien, Sarah Moon, Michel Christolhomme et Béatrice Soulé ont ressenti le besoin de partager leur sidération devant la violence de ces dessins autant que devant le talent de l'artiste. Et la nécessité que cette oeuvre soit exposée, éditée et accompagnée. Ils ont donc sollicité des auteurs pour écrire librement en résonance avec l'émotion suscitée par ces dessins, témoigner contre l'horreur et évoquer les dérives nées d'une révolution à l'origine totalement pacifique. Car la Syrie est devenue la métaphore de ce que Farouk Mardam-Bey appelle la syrianisation du monde.
Lectures des textes de Santiago Alba Rico, Mohamed Berrada, Laurent Gaudé, Philippe Claudel, Jérôme Godeau, Nancy Huston, Farouk Mardam-Bey, James Noël, Wajdi Mouawad
Pour poursuivre la soirée, rendez-vous à 20h30 sur la chaîne YouTube et la page Facebook du Mucem pour leur événement “Syrie. Mémoire vivante”, un débat accompagné en lecture et musique par le duo Catherine Vincent & Mohamed al Rashi. Avec Sana Yazigi (fondatrice du site Mémoire créative de la révolution syrienne), Agnès Levallois (spécialiste du Moyen-Orient et des questions méditerranéennes) et Yves Aubin de la Messuzière (diplomate, expert du monde arabe). Plus d'infos https://www.mucem.org/programme/syrie-memoire-vivante
À lire – Tous témoins, dessins de Najah Albukai accompagnés de textes d'une vingtaine d'écrivains, sous la direction éditoriale de Farouk Mardam-Bey, co-édité par Actes Sud et l'association Pour Que l'Esprit Vive et la galerie Fait et Cause, Actes Sud, 2021.
+ Lire la suite
autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
747 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre