AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742741127
Éditeur : Actes Sud (03/01/2003)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Pour son quatorzième anniversaire Wahab reçoit en cadeau la clef de l'appartement de sa famille. Le soir, au retour de l'école, sa surprise est grande quand il entre et ne reconnaît plus le visage de sa mère. Le jour où il devient un homme est aussi celui où le réel se disloque sous ses yeux. Alors que commence pour Wahab une terrible initiation aux mensonges du monde, il s'enfuit de la maison et fait une fugue qui le transporte au-delà de lui-même, là où l'onirisme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
LZ
  10 octobre 2015
Première lecture d'un roman du libano-québecois Wajdi Mouawad. Après le choc Incendies au cinéma , ma curiosité était fortement titillée. Une langue très belle, ciselée, douce et violente à la fois. Une maîtrise de la simplicité et de la complexité sous la plume.
Visage retrouvé, c'est l'histoire de Wahab, petit libanais. Qui raconte sa vie d'enfant heureux sous le soleil du Liban. Puis son autre vie, en exil au Canada. La guerre est passée par là.
Un roman qu'on dévore, tiraillé par le destin de ce garçon, dont l'identité est malmenée. Dont la vie toute entière est malmenée… Wajdi Mouhawad a le don de nous scotcher à son histoire et celle de ses personnages. le choc est rude mais on persiste, on veut savoir la fin. Même si on pressent qu'elle sera inévitablement difficile…
Commenter  J’apprécie          70
ChristelleC
  04 février 2012
Visage retrouvé, est une oeuvre puissante.
Mouawad réitère le thème de la quête d'identité, et de la recherche de soi.
Wahab, le personnage, ne reconnaît plus sa mère le jour de ses 14ans: c'est un monde qui est bouleversé, qui ne tient plus debout, et qui l'amène même à dire à un ami "Voilà mon secret: je suis fou".
Le point de départ de ce roman est lorsque Wahab, âgé de 7 ans, voit un autobus rempli brûler: cette vision d'horreur provoque un traumatisme. (ce fait est tiré de la vie de l'auteur, il s'agit d'un bus au Liban en 1975).
Il va alors se chercher, et va faire une fugue car il pense que c'est la solution: il ne supporte plus sa famille, et surtout sa mère. Les personnages qu'il rencontre lors de son périple vont lui apprendre beaucoup de choses, et permettre de vivre avec le visage perdu de sa mère.
Une quête initiatique bouleversante, remplie de la violence de la guerre et du choc subit.
Commenter  J’apprécie          30
freesia31
  04 août 2010
Après avoir été séduite par sa tétralogie le sang des promesses (Littoral, Incendies, Forêts, Ciels), je me lance dans la lecture de son premier roman...
Ecriture qui mêle deux formes narratives : le récit à la première et à la troisième personne. On suit la vie familiale de Wahab, jeune garçon qui fête ses quatorze ans et on découvre à travers ses yeux ses peurs, ses joies, et sa vision du monde qui change.
Une histoire un peu longue avec des phrases parsemées de métaphores, de poésie mais on retrouve le style de Wadji Mouawad avec le glissement de points de vue, les rapports entre les hommes, ses thèmes de prédilection (la quête d'identité, des personnages à la recherche de leurs origines,...) et "le reflet de sa propre existence".
Commenter  J’apprécie          40
EveToulouse
  06 février 2014
Bof... Autant j'ai adoré les pièces de théâtre et le 2ème roman "Anima", autant là non, je n'adhère pas. C'est l'histoire d'un ado qui fugue et qui 10 ans plus tard perd sa mère. Ses pensées, ses démons. je n'ai pas accroché.
Commenter  J’apprécie          40
ibougoudj5
  03 avril 2015
Wajdi Mouawad est donc un dramaturge prolifique, mais au milieu de ce paysage théâtral surgit, en 2002, un roman : Visage retrouvé. Visage retrouvé se situe dans notre temps, au pays d'accueil de l'auteur, dans sa ville d'adoption. le protagoniste central est Wahab, l'incipit du roman le place dans son enfance. Ce préliminaire au roman nommé « Avant la lettre, le temps » se compose de huit courts chapitres allant de ses quatre ans à ses sept ans. C'est Wahab, le petit garçon, qui y est le narrateur de sa vie. Il raconte son quotidien d'enfant, à travers ses yeux d'enfant. C'est le jardin qu'on arrose, les bagarres dans la cour de recréation, les trajets en voiture avec la famille. Puis la tragédie. le début de la guerre est inconcevable pour l'enfant et passe au début par la radio de la voiture « A la radio, pas de musiques, pas de chants. Une voix parle.
Lien : http://www.ondinnok.org/fr/i..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
freesia31freesia31   05 août 2010
Jamais une nuit n'avait passé si vite ; jamais il ne s'était à ce point oublié, à ce point abandonné à la douceur de la nuit, à ses voyages chloroformisants, abandonné à ce lieu où ni la peur ni le temps n'avaient accès. Cela n'était ni l'oubli, ni l'évanouissement, ni même le sommeil profond, cela était le bonheur.
Commenter  J’apprécie          70
matthieu-wadouxmatthieu-wadoux   28 juin 2014
J'ai sept ans (...) Ma mère m'énerve. Sa présence me rappelle que je suis toujours à la maison et non pas dans l'hyperespace. C'est pas grave. Mes yeux la transforment aussitôt, elle et sa planche à repasser, en un gnome spatial horrible à écailles de morue et à yeux de mouche. Et je fonce, et je pédale, libre comme l'air. Calme-toi et roule moins vite, me hurle le gnome à la planche à repasser, et moi, courageux comme pas un, je lui répond que le venin informe qui lui sort de la bouche ne saura pas m'arrêter dans ma mission.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EveToulouseEveToulouse   06 février 2014
Quand notre mère est en train de mourir, ça nous donne certains droits. En manœuvrant bien, on peut en tirer un max d'avantages. Ça touche tout le monde, ça ébranle quand on dit que notre mère est en train de mourir et qu'on a seulement 19 ans. Dans les yeux des autres, nous devenons porteurs d'un destin particulier : lui, c'est quelqu'un, disent les gens à voix basse, sa mère est en train de mourir. Ça impose le respect.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mickkellymickkelly   14 octobre 2014
Eteins la lampe de chevet je te prie, elle m'empêche de voir la nuit.
Commenter  J’apprécie          101
ChristelleCChristelleC   04 février 2012
Il n'y a qu'une peur d'enfance pour terrasser une autre peur d'enfance!
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Wajdi Mouawad (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wajdi Mouawad
Directeur du théâtre de la Colline, Wajdi Mouawad est auteur, metteur en scène et comédien. Il signe des adaptations et mises en scène de pièces contemporaines, classiques et de ses propres textes.
Ecoutez aussi : - Son passage dans Par les temps qui courent : https://www.franceculture.fr/emissions/par-les-temps-qui-courent/wajdi-mouwad - Son passage dans La Grande table : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/la-grande-table-1ere-partie-lundi-20-novembre-2017
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/francecult... Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : libanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Couples d'Harry Potter

Lorsque Harry demande à Cho Chang d'aller au bal avec lui, elle ne peut pas car elle y va déjà avec...

Viktor Krum
Ron Weasley
Cedric Diggory
Dobby

15 questions
1119 lecteurs ont répondu
Thèmes : amour , harry potter 1Créer un quiz sur ce livre