AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290124001
Éditeur : J'ai Lu (04/05/2016)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 145 notes)
Résumé :
C'est auprès d'un couple d'Écossais amateurs d'art snobs en diable, dans une immense demeure du Luberon, que Françoise et son mari débutent « dans le milieu ». Le milieu : les très-riches ; le métier : gouvernante.

Au gré des années, c'est autant de maisons et de personnalités qu'elle rencontre. Et c'est avec autant de malice que de discernement que Françoise va nous raconter comment elle a servi tout ce que l'Hexagone compte de riches et de puissant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
Ptitgateau
  02 août 2018
Nom : Joyeux (qualité dont elle aura sans aucun doute besoin dans l'exercice de sa profession).
Prénom : Françoise.
Profession : femme de ménage, femme d'entretien, parfois conseillère voire confidente, chargée des courses, cuisinière, … en tout cas taillable et corvéable à Merci.
Accompagnant de la susnommée employée : Michel Joyeux, cuisinier de son état qui en aura vite ras le bol des manies, exigences, et débordements des patrons souvent incapables de reconnaître son travail.
S'il s'agit d'un roman, c'est sans aucun doute un écrit fort bien documenté qui me rappelle une grande tante qui a travaillé dans la haute société parisienne entre 1940 et 1980 et qui nous racontait la petite histoire de ces gens friqués, et moi petite fille, j'adorais ces récits, c'est sans doute la raison pour laquelle j'ai eu envie de lire ce livre. Mais ce n'est peut-être pas l'unique raison : les gens très fortunés font pour moi partie des mystères de la création : leur apprend-on dès leur plus jeune âge à mépriser ? quelles sont exactement leurs valeurs ? qu'est-ce que l'amitié pour eux ? Est-ce une notion basée sur les rapports d'argent ? Bien sûr, il ne faut pas généraliser.
Toutefois l'histoire de Françoise et de ses places successives me semble très édifiante. Son histoire professionnelle est constituée de chapitres s'ouvrant sur la présentation du poste qui lui est attribué, son salaire, ses obligations, et se refermant sur une règle qu'elle établit pour elle-même et dont elle devra tenir compte au long de sa carrière si elle veut éviter les ennuis.
des employeurs dont l'étendue de la fortune est inconcevable pour le commun des mortels, elle en rencontre de toutes sortes : depuis les richissimes châtelains qui curieusement ont beaucoup de travail lorsque Françoise se voit obligée de harceler Monsieur au sujet d'une éventuelle augmentation, (mais elle rit quand madame voit pour la première fois une paire de gants de caoutchouc), en passant par la Tatie Danielle de service, les gens biens qui ne voient pas ce que leur rejetons font de leur argent de poche, la notaire illuminée qui écoute la messe en latin tout en vitupérant contre les Africains, les Asiatiques et les arabes, prête à dénoncer les sans-papiers, la mère de famille qui s'aperçoit (un peu tard ) qu'élever des enfants, c'est difficile voire impossible… J'en passe, je laisse aux lecteurs de cette pépite le soin de découvrir les aventures de Françoise qui garde en toutes circonstances son humour. Cet écrit de Véronique Mougin est admirable, on croirait une autobiographie, et plusieurs fois, je me suis surprise à retourner le livre dans tous les sens, à la recherche de quelque indice qui aurait pu expliquer le pourquoi de ce roman : vécu de l'auteur, témoignages venant de relations, travail dans ce milieu avant de se convertir pour devenir écrivain ? Rien de tout cela. Il faut tout de même savoir que Véronique Mougin , en tant que journaliste, semble s'intéresser particulièrement au social et a publié deux ouvrages : femmes en galère et les SDF, que je lirai certainement si je trouve ces livres.
J'avais adoré « où passe l'aiguille » publié en 2018, je me suis délectée en lisant ce premier roman qui paru en 2015. J'espère que l'auteur nous prépare encore quelques romans et continuera longtemps à manier son humour souvent décapant qui empêche de refermer ses livres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          8013
Kittiwake
  16 mai 2015
Qui n'a jamais rêvé de se transformer en petite souris pour aller voir comment cela se passe là où l'on a pas d'accès possible? Par exemple, chez les nantis de ce monde, ceux qui « valent « ce qu'un citoyen ordinaire mettrait de nombreuses vies à atteindre avec leur salaire actuel? Véronique Moulin l'a fait pour nous : gouvernante moins par choix que par nécessité, elle a fréquenté ce milieu pour assurer sa subsistance. Et le parcours est édifiant. L'auteur affirme que presque tout est authentique (en dehors de l'identité des personnages), c'est intéressant qu'elle le précise, car on a peine à croire ce que l'on lit.
Comme elle le dit :

« Pour supporter d'être nanti, il faut un équilibre mental hors du commun. En effet , la richesse est le terreau préféré des névroses. Elle les multiplie comme des petits pains. Elle leur donne les moyens de s'épanouir et aplanit les garde-fous. Elle pose un coin dangereux dans des cerveaux déjà fissurés. Au moindre coup de marteau, tout craque. Au final, il n'y a rien de plus proche d'un hôpital psychiatrique qu'un hôtel particulier »
Châtelains anglais, directeur de chaînes d'hôtel, prince du proche Orient…..aucun ne semble avoir connaissance d'un code du travail, avec des lois qui le régissent . Taillables et corvéables à merci, les employés n'auraient t-ils pas d'âme?

C'est sûrement très enrichissant….sur le plan personnel, mais il vaut mieux disposer d'une nature optimiste et solide pour ne pas déprimer devant de telles aberrations du comportement humain. le porte-monnaie bien rempli n'incite pas à la compassion.
"Les riches ne naissent pas seulement avec une cuillère en argent dans la bouche. S'y loge aussi un radar hypersensible au mauvais goût, qui désactive la fonction "amabilité envers le personnel" au moindre déclenchement"

Ce qui pourrait être sordide devient une comédie, grâce à l'humour, arme défensive indispensable pour survivre dans ce milieu, et que l'auteur distille savamment au cours des pages.

Merci à Babelio et aux éditions Flammarion pour ce partenariat très apprécié

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
latina
  22 octobre 2019
Les « ultra-riches » : les princes et princesses, les parvenus, les snobs….Pas triste, tout ça ! Ou plutôt, si, c'est triste. C'est égoïste, malveillant, pingre.
Etre « gouvernante » ou bonne à tout faire, disons les choses sans filtre, n'est pas une sinécure chez ces gens qui se croient supérieurs, indignes de fréquenter les petites gens.
Françoise en a fait les frais, de multiples fois. D'abord mariée à Michel, un cuisinier qui a perdu son emploi et a donc dû « devenir larbin », ensuite divorcée, elle a besoin d'argent, donc s'engage corps et âme dans ce métier difficile qui l'occupe à temps plein.
Que d'anecdotes nous livre-t-elle ici ! Que de goujateries ! Elles sont tellement nombreuses que ce serait fastidieux de les citer. Et puis cela plombe le moral. Françoise est au bord de la dépression et est heureuse d'atteindre doucement l'âge de la retraite. C'est qu'à force de servir les autres et de subir leurs caprices incroyables, sa vie personnelle s'en est allée rejoindre les oubliettes. Petit exemple : quand sa maman est morte, elle ne l'avait plus vue depuis 9 mois…
Le ton est ironique, caustique ; les anecdotes sont conclues par de petites « leçons ». En voici quelques-unes qui vous donneront tout de suite l'orientation prise dans ce roman qui, paraît-il, est tout à fait véridique, sauf les noms.
« Les promesses des employeurs n'engagent que ceux qui y croient »
« Il existe tant de patrons ingrats, manipulateurs, duplices, impolis voire odieux, que le personnel pardonne beaucoup à ceux qui ont pour seule qualité d'être gentils avec lui »
« Grâce à leur salaire, les domestique de luxe possèdent, eux aussi. Ils ont quelques économies qu'ils n'ont pas le temps de dépenser, de beaux vêtements qu'ils portent à Noël, parfois une maison de campagne où ils vont une fois l'an. Leur vie s'écoule gentiment, sans eux ».
Après cette lecture pour le moins édifiante, j'en retire, moi, plusieurs leçons :
- Les très riches sont très souvent infréquentables
- Les très riches ne sont presque jamais humains
- le métier de serviteur de luxe est un enfer alors qu'il est présenté comme un paradis
- Je suis contente d'être un simple prof…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          427
rabanne
  08 janvier 2016
Un livre bien divertissant.
Surtout, j'ai trouvé à ce premier roman un petit supplément d'âme.
C'est "Le journal d'une femme de chambre" transposé au XXIème siècle : Françoise, modeste épouse d'un restaurateur qui a fait faillite, devient gouvernante "chez les riches".
Attention, pas de simples bourgeois, mais des aristocrates renommés, des magnats de la finance, des multimillionnaires, un prince du pétrole et j'en passe. Témoin privilégiée du décor intérieur, des fâcheuses manies, détentrice de certains secrets de famille, Françoise gouverne les coeurs autant qu'elle est asservie...
Un mélange d'humour décapant et incisif, des portraits au vitriol, ce roman se lit avec beaucoup de plaisir.
Le style est enlevé et pertinent (de savoureux oxymores et jeux de mots) avec la juste dose d'émotion.
Bref, 359 pages lues d'une seule traite !
Commenter  J’apprécie          370
isabelleisapure
  31 mai 2015
Après la faillite de leur restaurant, Françoise et son mari doivent d'urgence trouver un emploi.
Une petite annonce les conduit dans le château d'un riche couple britannique.
Il sera en charge de la cuisine et Françoise s'occupera de l'entretien de la maison. Au fil des années, Françoise divorcera et continuera à servir les très riches.
Véronique Mougin nous entraîne à la suite de Françoise dans le nid d'amour d'un patron adultère qu'elle remet en ordre après les frasques de Monsieur ou chez une vieille comtesse à la mauvaise humeur chronique.
Autant de situations qui nous font pénétrer par la petite porte dans un monde où l'argent ne fait pas toujours le bonheur.
Certains dialogues sont croustillants.
« Qu'est-ce que cette horreur, Françoise ?
Une paire de gants en caoutchouc, Madame.
Mais pour quoi faire grands Dieux ?
La vaisselle, Madame.
Really ? Très bien. C'est affreux mais si c'est pratique, après tout.
L'essentiel est que tout cela reste à l'office, n'est-ce-pas ? »
Ce livre se lit avec plaisir, avec le sourire aux lèvres parfois.
Il m'a fait passer un bon moment, c'est vrai, mais je ne crois pas qu'il restera très longtemps dans ma mémoire.
Merci à Babelio et aux Editions Flammarion pour cette découverte.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Citations et extraits (61) Voir plus Ajouter une citation
ShavalyShavaly   09 février 2020
Mes patrons me faisaient penser à ces délicieux gâteaux à la framboise qui dissimulent un coeur de citron acidulé. Ils étaient à la fois extrêmement bienveillants et légèrement méprisants, parfaitement aimables et totalement convaincus de leur supériorité.
Commenter  J’apprécie          10
PtitgateauPtitgateau   14 juin 2018
Dès que les invités furent partis, Madame se précipita dans la cuisine pour me débriefer dans le genre brutal. Trop lent, trop amateur, trop épicé ce riz, mais qu'était-ce que ce riz, enfin ?
- Du riz sauvage de Camargue, expliquai-je, l'un des meilleurs de...
-C'est vous la sauvage ! Je vous interdis de me répondre, un employé, ça se tait et ça exécute.
Elle jeta le paquet de riz par terre. Je lui faisais honte. Jamais la saucière ne devait toucher la table, seuls les bougnoules ajoutaient du piment dans le bouillon et il fallait énoncer bien distinctement "Madame est servie", elle ne me payait pas pour chuchoter. La bouche de la princesse était déformée par la colère et ma déception à la hauteur de la sienne :
je pensais entrer au service de mamie Nova, j'avais débarqué chez tatie Danielle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
PtitgateauPtitgateau   06 juin 2018
Le poulailler de Margery, commande sur mesure au menuisier de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ressemblait au palais de Barbie Princesse version chêne massif. Quant aux gallinacés qui y habitaient, ils étaient hollandais et de collection, même pedigree que les tableaux de maîtres. Visuellement, c’etait Spécial : les cocottes avaient la moumoute du yéti sur le dos et le chignon de la Pompadour. Elles auraient pu défiler pour la haute couture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
PtitgateauPtitgateau   17 juin 2018
Pour me donner du courage j’ecoutais Jazz sur le piste de mademoiselle Chausson avant qu’elle n’arrive.
- ça ne vous dérange pas que je remette radio Notre-Dame, Madame Benoît ? Me demanda-t-elle très poliment un jour où elle arriva en avance.
Elle se justifia ainsi :
- la musique de negres, très peu pour moi.
Commenter  J’apprécie          352
iris29iris29   19 novembre 2015
Pour supporter d'être nanti, il faut un équilibre hors du commun. En effet, la richesse est le terreau préféré des névroses. Elle les multiplie comme des petits pains . Elle leur donne les moyens de s'épanouir et aplanir les garde-fous. Elle pose un coin dangereux dans les cerveaux déjà fissurés. Au moindre coup de marteau , tout craque. Au final, il n'y a rien de plus proche d'un hôpital psychiatrique qu'un hôtel particulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Videos de Véronique Mougin (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Mougin
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, le journaliste David Medioni (ernestmag.fr) recevait sur la scène des déblogueurs l'auteur Véronique Mougin...
Pour vous servir de Véronique Mougin aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/38014-divers-litterature-pour-vous-servir.html
Où passe l'aiguille de Véronique Mougin aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/136090-romans--ou-passe-l-aiguille---le-destin-extraordinaire-de-tomi.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : domestiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15642 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..