AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782221133385
400 pages
Robert Laffont (16/01/2014)
4/5   6 notes
Résumé :
Le Journal d'une Anne Frank russe pendant le blocus de Leningrad.
Traduit en plusieurs langues, Le Journal de Léna a été salué par la critique internationale
comme un événement majeur tant d'un point de vue littéraire qu'historique.

Le blocus de Leningrad, 1941. Une lycéenne de seize ans, Léna Moukhina, commence à rédiger son journal intime quelques semaines avant l'invasion nazie et va relater, au quotidien, un des épisodes les plus meu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Aela
  19 janvier 2014
Léna est une jeune lycéenne de 17 ans. Elle commence son journal en mai 1941, soit un mois avant l'invasion de l'URSS par l'Allemagne nazie.
La ville de Leningrad (Saint Petersburg maintenant) se retrouve vite encerclée par les troupes allemandes.
Léna se trouve prise au piège; La ville va être assiégée pendant exactement 872 jours. Deux millions de Leningradois se retrouvent pris au piège; 700 000 personnes vont mourir de faim, de froid et d'épuisment; soit un habitant sur trois.
La jeune fille va survivre, elle sera évacuée en juin 1942.
C'est donc une expérience tragique et hors du commun que nous conte Léna.
Elle nous parle de la guerre au jour le jour, avec les angoisses, la faim, les alertes aériennes, le peu de sommeil. Léna est aide-soignante dans un hôpital en plus de ses occupations de lycéenne. Elle va découvrir les horreurs de la guerre.
Elle est seule, sa mère est morte peu de temps auparavant.
Le rationnement devient de plus en plus drastique: 125 g de pain pour les adultes.
On sort bouleversé de la lecture de ce livre. le témiognage est très fort. L'écriture rappelle un peu celle de l'excellent livre "Une femme à Berlin".
Ici nous sommes dans l'autre camp..
Les anecdotes sur la vie quotidienne dans ces terribles moments sont très riches.
Léna trouve dans l'écritre la force de résister face aux horreurs de la guerre.. et la force de survivre aussi.
"Le Journal de Léna" est un document authentique.
Il a récemment été découvert dans les archives de Saint Petersburg où il avait été déposéau début des années 60 dans un fonds regroupant des centaines de journaux et écrits intimes.
La jeune lycéenne s'appelalt Léna Moukhina.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Ingrid91
  20 février 2014
C'est un très beau témoignage, un véritable hommage à tous les Léningradois ayant subits ces jours terribles durant l'hivers 41. Malgré la violences des évènements que doit vivre Léna au quotidien, son journal n'est pas larmoyant, il est juste rempli d'espoir. La faim omniprésente est un supplice pour le lecteur. J'avoue avoir eu une pensée pour elle a chaque morceau de pain englouti au fil de ma lecture, au point que j'ai fini par culpabiliser !
Même après Leningrad sa vie n'a pas été facile. Dommage quelle n'aie pas connu de son vivant la publication de son journal aux 4 coins du monde. Je suis certaine qu'elle aurait apprécié...
Commenter  J’apprécie          10
im2b
  12 juin 2014
Quel livre !
Léna raconte très facilement son quotidien pendant la guerre, ce livre se lit donc assez facilement.
Personnellement, ce n'est pas le premier livre de ce sujet que je lit, et celui-ci m'a appris beaucoup de choses (historiquement parlant).
Ca a été une bataille intérieure de ne pas pouvoir lui dire "Non achète plutôt à manger", "Garde ces bonbons pour demain" etc…
Plus facile à dire qu'à faire !
Et en dehors de la guerre, il reste le sujet préféré des adolescentes, à savoir, les amies et les amours. Cela allège un peu la pression de la famine et de la mort…
J'ai beaucoup apprécié ce roman plein de sincérité et d'espoir. On ne lit pas l'histoire d'une jeune fille parfaite et c'est de cette manière que l'on peut (dans certains points) s'identifier à elle.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
jmquentinjmquentin   28 juin 2014
Il se passe actuellement dans mon âme quelque chose que je n’arrive absolument pas à analyser moi-même. J’ai peu de désirs, peu de projets, je me pose peu de questions, et il y a tellement de pensées qui s’emmêlent et s’agitent dans ma tête que je ne parviens pas à les démêler. Si au moins je pouvais attraper l’extrémité d’une seule d’entre elles ! Par exemple, il m’arrive d’avoir l’impression que tout est clair, et je commence à croire vraiment que tout est limpide, littéralement tout, et soudain, tout paraît se recouvrir de brouillard et il m’est impossible de comprendre quoi que ce soit. Et surtout, je n’ai personne avec qui partager mes pensées. Maman ? Elle arrive à la maison, elle mange et elle se couche. Elle est si fatiguée maintenant. Tamara ? Mais comment partager quoi que ce soit avec elle et que saisira-t-elle dans ce que je lui dirai, et partager quoi ? En fait, la seule chose qu’il y ait en moi, c’est un vide, un vide véritable. Je ne comprends rien, ou plus exactement je comprends tout, seulement je ne sais pas ce qu’il y a à comprendre.

Lena Moukhina le 27 novembre 1941
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
AelaAela   19 janvier 2014
Leningrad est assiégée. L'ennemi encercle Moscou. L'Allemand est près de Toula. Toute l'Ukraine est occupée.
Ainsi que le Donbass.
Les USA nous aident en nous fournissant des armes et des provisions.
On ne sait pas ce que nous réserve l'avenir.
Mais quoiqu'il se passe, je veux vivre, et tant que je serai en vie, je veux aimer.
Mais qui? Nous verrons cela.
Commenter  J’apprécie          100
jmquentinjmquentin   30 juin 2014
Il se passe actuellement dans mon âme quelque chose que je n’arrive absolument pas à analyser moi-même. J’ai peu de désirs, peu de projets, je me pose peu de questions, et il y a tellement de pensées qui s’emmêlent et s’agitent dans ma tête que je ne parviens pas à les démêler. Si au moins je pouvais attraper l’extrémité d’une seule d’entre elles ! Par exemple, il m’arrive d’avoir l’impression que tout est clair, et je commence à croire vraiment que tout est limpide, littéralement tout, et soudain, tout paraît se recouvrir de brouillard et il m’est impossible de comprendre quoi que ce soit. Et surtout, je n’ai personne avec qui partager mes pensées. Maman ? Elle arrive à la maison, elle mange et elle se couche. Elle est si fatiguée maintenant. Tamara ? Mais comment partager quoi que ce soit avec elle et que saisira-t-elle dans ce que je lui dirai, et partager quoi ? En fait, la seule chose qu’il y ait en moi, c’est un vide, un vide véritable. Je ne comprends rien, ou plus exactement je comprends tout, seulement je ne sais pas ce qu’il y a à comprendre.

Lena Moukhina le 27 novembre 1941
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Ingrid91Ingrid91   20 février 2014
Mais un obus ne choisit pas ses victimes, il est aveugle ce funeste morceau de métal, il n'épargne personne ; il est impossible de s'en prémunir, et le seul salut possible consiste à rester en permanence à la cave. Mais pour beaucoup de gens c'est impossible.
Commenter  J’apprécie          10
EFournEFourn   18 avril 2014
8 février
Hier matin maman est morte. Me voilà seule.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : léningradVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2600 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre