AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2374535495
Éditeur : Les éditions du 38 (01/05/2018)

Note moyenne : 3.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
400 ans après la montée des eaux et l'engloutissement de l'Europe, les anciens Blancs vivent en vaincus dans les quatre pays d'Afrique encore à sec. Pourtant, grâce à ses inventions, c'est l'un d'entre eux qui a rétabli la paix et la sécurité dans la nouvelle confédération, avant de disparaître. Roseau, une jeune blanche, sait cependant qu'il n'est pas le héros que l'on croit. À la recherche de son identité, elle part sur ses traces, mais son chemin est semé d'embûc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Fifrildi
  08 janvier 2019
Ce livre aurait pu me plaire. L'intrigue se déroule dans une Afrique post-apocalytpique (25ème siècle?) où le rapport de force s'est inversé : les Blancs sont les esclaves des Natifs. L'Europe a été rayée de la carte par la montée des eaux. Retour à un mode de vie sans technologies. Cela étant dit, la lecture du livre de Sophie Moulay ne vous en apprendra pas davantage sur le contexte. Dommage.
L'histoire est centrée sur le personnage de Roseau une jeune fille « inhumaine ». Elle cherche à retrouver un certain Devereaux pour se venger. Accompagnée de Cicade un poète fan de Julien Doré, elle va devoir affronter bien des dangers et des « ombres ».
Je n'ai pas du tout aimé le style de l'auteure. J'ai trouvé les personnages plats et l'intrigue sans saveur. Je n'ai pas du tout été convaincue : dans l'ensemble, cela manquait de crédibilité. L'affrontement final entre Roseau et Devereaux était vraiment décevant. Et la fin… je ne trouve pas mes mots. C'était vraiment n'importe quoi :/
Une lecture bien décevante.
Le fiston adore la couverture (illustration de Jef Caïazzo) avec ses araignées mécaniques à six pattes (pour info, les araignées ont 8 pattes ce sont les insectes qui ont 6 pattes).

Challenge Plumes féminines 2019
Challenge défis de l'imaginaire 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          415
LeslivresdeRose
  30 juin 2018
Je tenais tout d'abord à remercier chaleureusement le site Simplement Pro et la Collection du Fou pour l'envoi de ce service presse numérique !
Le résumé de ce roman post-apocalyptique/dystopique m'avait intriguée tout autant qu'effrayée. Pour moi, le postulat de départ pouvait être aussi intéressant que « dangereux ». Je craignais, en effet, que l'auteure ne tombe dans la facilité et nous propose une histoire très manichéenne. Au final, j'ai passé un bon moment de lecture même si je reste sur ma fin en ce qui concerne les éléments évoqués ci-dessus…Je m'explique…
Ce point de départ est finalement très peu exploité par l'auteure. Il reste en toile de fond mais elle ne le développe pas beaucoup plus que ce qu'en dit le résumé. Les Blancs n'ont pas un statut spécialement avantageux (généralement ils sont employés comme domestiques) sans être non plus réduits en esclavage. Ils ont l'air d'être assez libre en somme, libre de leurs mouvements et d'une partie de leurs choix,…Leur seule contrainte semble résider dans leur place au sein de la société : ils ne peuvent briquer que des postes de voleurs, domestiques et autres petits métiers peu enviables. Et ils n'ont pas l'air de trop mal le vivre. Ee tout reste assez flou. Je n'ai pas réussi à me faire une idée précise de leur quotidien ni de leur statut réel.
L'origine de cette scission entre Blancs et hommes de couleur n'est pas bien définie non plus. Les Blancs se sont retrouvés sous eau et sont venus demander asile aux habitants d'Afrique. Ceux-ci les ont accueillis mais à leurs conditions. Quelles conditions exactement ? L'auteure ne nous le précise pas. Elles se devinent entre les lignes mais Sophie Moulay a décidé de ne pas nous expliquer en détails ce qui s'est passé, pourquoi les uns et les autres ont réagi de cette manière et comment ils en sont arrivés là exactement. le fait de ne pas avoir plus développé cette partie, réduit la décision des peuplades africaines a une petite vengeance personnelle, compréhensible mais sans relief ni profondeur…Du coup, je ne sais pas trop sur quel pied dansé à ce propos. En approfondissant peu cette partie, l'auteure laisse planer le doute, elle choisit un peu la facilité, ne se mouille pas trop finalement. C'est dommage parce qu'il y avait matière à travailler !
Dans ce livre, les continents, tels que nous les connaissons ont presque entièrement disparu, engloutis par la montée des eaux, de ceux-ci ne subsistent plus que quatre pays africains, seules terres immergées, et donc viables, restantes. Une grande partie de ce territoire est recouvert de régions désertiques et très sèches. Il y a encore des Cheiks, les habitants semblent prier Allah, l'électricité a presque entièrement disparue, tout comme le pétrole, de nouveaux moyens de transports ont été inventés, un savant fou a réussi à créer des machines aussi fascinantes qu'effrayantes…c'est à peu près tout ce que je peux vous dire sur ce monde post-apocalyptique. C'est déjà pas mal, sans doute, mais il m'a manqué quelques descriptions en plus concernant le système politique, la religion, la société en général…même si je suis parvenue sans trop de difficultés à me représenter mentalement cet univers oriental coloré ! J'aurais voulu plus de détails mais, en soi, c'était suffisant.
Si l'univers et l'idée de départ ne m'ont pas totalement convaincue dans leur approfondissement, les personnages m'ont davantage plu, surtout, Roseau et Cicade, nos deux héros principaux ! Ils sont à l'opposé l'un de l'autre ! Roseau est une jeune fille badass qui n'a peur de rien et n'a pas froid aux yeux. Elle a peut-être un côté un peu cliché mais celui-ci ne m'a pas dérangée. Et son histoire sort des sentiers battus (en tout cas par rapport à ce que j'ai déjà pu lire). Cicade, par contre, est un personnage clairement atypique : un jeune poète, un peu insouciant et très naïf. Il n'est pas lâche pour autant, il vit juste sur une autre planète par moments. Ses vers semblent le transporter ailleurs. Quand il les récite ou les compose, le monde autour de lui disparait. Il est également sûr de son art et de ses capacités, un brin arrogant mais d'une arrogance un peu candide. C'est un personnage amusant et au charme indéniable qui sort de l'ordinaire.
La petite romance qui se crée entre les deux était agréable mais, à vrai dire, je m'en serais volontiers passée. Je l'ai trouvée crédible dans les grandes lignes bien qu'un peu trop rapide à mon goût, d'autant plus que nos deux héros n'ont vraiment pas grand-chose en commun au départ. Toutefois, les opposés s'attirent, c'est bien connu, donc pourquoi pas. Leur histoire était mignonne sans être nunuche non plus. J'aime les romances en général mais, ce qui me dérange, c'est leur côté systématique. C'est fatiguant de se dire qu'il y en aura d'office une. Mise à part ce constat et, peut-être, sa rapidité, celle entre Roseau et Cicade m'a plu !
Les personnages du Cheik et de Devereaux sont tous deux assez complexes, surtout concernant le Cheik. Il est dur à cerner au début mais au fur et à mesure du récit, l'auteure distille des éléments qui permettent de mieux l'appréhender. C'est un personnage très intéressant.
J'ai bien aimé l'intrigue de ce livre. Je ne sais pas trop si un tome 2 est prévu mais cette histoire peut parfaitement se terminer sur cette fin. le rythme est bien mené ; il n'y a pas de temps mort et les révélations arrivent au compte-goutte mais toujours à point nommé. J'ai apprécié également la manière dont l'auteure a découpé son roman : entre les chapitres d'un point de vue omniscient, essentiellement centrés sur Roseau et Cicade, elle a intercalé des extraits du passé de Roseau dans lesquels un conteur narre l'histoire de Devereaux (entre autre), intermède efficace, donc, pour en apprendre davantage à son sujet. Je ne m'attendais pas du tout aux choix que l'auteure fait à la fin. J'aimerais vous en dire plus mais j'ai peur de faire une allusion qui pourrait un peu vous spoiler donc…Motus et bouche cousue !
En bref, une bonne lecture même si j'en ressors un peu déçue au niveau du développement de son postulat de départ. Pour moi, l'auteure avait de bonnes idées mais elle n'a pas été au bout de celles-ci. Malgré tout, son univers tient la route et possède des éléments originaux, son intrigue est bien menée et prenante, ses personnages très attachants et certains éléments de la fin, inattendus ! C'est donc une lecture que je vous recommande chaudement malgré les petits défauts que j'ai relevés (qui n'en seront peut-être pas pour vous) ! Pour ma part, je suis assez curieuse de découvrir ses autres écrits!

Lien : https://leslivresderose.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MuseaUranie
  21 décembre 2018
Edité chez Edition du 38, Inhumaine est le dernier roman de Sophie Moulay dans la collection du Fou. Lu dans le cadre du Prix Sirius SF dont je fais partie en tant que membre du jury, le roman fait partie de cette mouvance post-apocalyptique sur fond d'écologie.

Roseau est une jeune femme encore adolescente évoluant dans notre monde après que ce dernier est vécu un cataclysme. L'eau qui ne cessait de monter à un jour entièrement ravagé le monde pour détruire entièrement les continents de l'Hémisphère nord et les Européens ont du fuir vers l'Afrique, seul continent à avoir survécu. le flux migratoire devient important et les dominances s'inversent. L'homme noir détient le pouvoir et asservi le blanc. Ces derniers ne sont plus alors que des domestiques sans droits.
IMG_20181217_114930_606.jpg
Derrière ce contexte, se développe toute une quête initiatique pour Roseau qui revient sur ses origines et son histoire. Elle rencontre un jeune poète du nom de Cicade ayant le vers Doré. Petite pointe d'humour dans ce roman très sérieux axé young adult qui m'aura fait tiquer. le young Adult est la dénomination littéraire qui me dérange le plus et qui souffre à mon sens de certaines facilitées dont Inhumaine met les deux pieds dedans. Parce qu'en effet, Inhumaine n'a pas été une expérience littéraire que je retiendrais.
Premier souci, le contexte. Derrière un contexte qui aurait pu être intéressant à développer, surtout dans un roman qui porte un message écologique, Inhumaine peine à rendre crédible son histoire. C'est dommage, car d'une certaine manière, ce roman est presque de l'anticipation à l'heure où la planète nous fait clairement comprendre qu'il y a un problème. C'est à mon sens la partie qui aurait pu être le plus intéressant ! La trame scénaristique, est quant à elle trop prévisible. J'ai très vite retrouvé toutes les mécaniques du Young Adult que j'ai déjà pu voir avec le roman qui fait désormais la base du genre : Hunger Games. On retrouve cette héroïne à peine sorti de l'adolescence qui essaye de sauver le monde tout en faisant face à son mal adolescent. Un passage en particulier m'aura fait lever les yeux au ciel tellement je m'y attendais.
Pourtant, le roman est loin d'être mal écrit avec un vocabulaire riche et ciblé à son univers avec des passages très intéressants (je pense entre autres à la découverte de ruine du monde ancien), mais tous ces ingrédients mal ficelés et faciles m'auront donné une sensation de travail bâclé sans grande originalité. J'ai pourtant apprécié cette idée d'inverser les dominances et de faire comprendre aux Blancs que leur comportement avant la catastrophe était vraiment cruel, mais encore une fois, c'est juste une ligne dans le roman. Ligne qui m'a plus donné l'image d'une l'autrice qui voulait juste être dans cette mouvance « ouverture d'esprit » sans être vraiment d'accord avec l'idée que tout Homme est égal.
Ça me dérange beaucoup de devoir dire autant de choses négative dans un roman nominé pour un prix, mais je suis le plus sincère possible concernant mon ressenti et ce ne fut vraiment pas une bonne expérience de lecture. À trop vouloir surfer sur une tendance sans apporter quelque chose de novateur, on se casse les dents.
En conclusion, c'est un livre malheureusement déjà vu pour moi avec un contexte mal exploité malgré la possibilité de faire quelque chose de vraiment pousser et trop proche d'un Young Adult pour que je puisse vraiment l'apprécier.
Lien : https://museaurania.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Miss_Huakinthos
  06 juin 2018
Service presse via SimPlement.pro.
Sophie Moulay est une romancière qui a déjà démontré son talent avec une saga "L'Elu de Milnor". Avec "Inhumaine - retour aux sources", elle partage de nouveau son aisance dans le domaine de la science-fiction.
D'une plume efficace et légère, l'auteure  nous invite à suivre Roseau, jeune femme blanche qui a déjà eu un passé très difficile mais très mystérieux. Elle va croiser Cicade, poète pour le compte du Cheik Linker, qui va lui sauver la vie et s'engager dans l'aventure auprès de cette inconnue à la carapace impénétrable. Les personnages sont très attachants, opposés dans tout les domaines et qui pourtant doivent faire équipe face à des épreuves difficiles dans un monde où l'Europe a été submergée et où les européens, venus se réfugier en Afrique, sont devenus des esclaves pour leur survie.
Cette aventure a été passionnante et nous conduit dans un univers aux notes arabes à travers le désert, les montagnes et les grandes villes. L'univers est maîtrisé et l'intrigue menée avec brio. On bascule de vers du célèbre Doré (quand j'ai lu la note de l'auteur, le sourire m'est resté accroché au visage...) aux paroles froides, voire acerbes, de la jeune femme. Les rebondissements sont classiques mais efficaces et nous transportent tout du long vers un dénouement dramatique. Il a été facile de se laisser aller à l'empathie dans ce roman. Roseau est une jeune femme solitaire, qui s'est battue durant toute sa petite vie pour survivre et qui finalement rencontre un jeune homme insouciant, rêveur et inconscient du danger extérieur. Ce duo apporte la légèreté et l'humour nécessaires aux épreuves rencontrées lors de leur aventure.
Cette lecture a été une découverte pour moi et quand j'ai lâché ma liseuse, l'émotion est restée imprégnée dans mon esprit. J'ai vécu chaque instant du récit avec intensité, sans relâche et directement aux côtés du duo atypique. J'ai voyagé avec eux, subi la chaleur du désert, espéré des oasis, et fini assoiffée de cette histoire émouvante, tendre et épique à la fois.
Lien : https://abaciaetacu.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FifrildiFifrildi   06 janvier 2019
- Le soleil s'endort sur Seychelles, le sable et l'aurore fleur de sel, attends-moi je sors de l'île aux cerfs…
Roseau crut s'étrangler de stupeur. Une rigole dévala son menton, traça des disques sombres dans la poussière de la route.
- Qu'est-ce que c'est que ça? s'écria-t-elle quand dans la gorge, l'air remplaça l'eau.
- Et bien, du Doré, évidemment. Le plus grand poète que le monde ait porté.
- Mais ça ne veut rien dire du tout!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
FifrildiFifrildi   06 janvier 2019
- Il paraît qu'avant, les livres étaient destinés à être lus.
Commenter  J’apprécie          161
Miss_HuakinthosMiss_Huakinthos   06 juin 2018
Désormais, grâce aux ombres d’Armand Devereaux, on pouvait cultiver les céréales sans craindre de se faire dépouiller ou d’être tué en défendant sa récolte.
Plus tard, la petite Roseau apprendra à ses dépens que Devereaux ne s’est pas arrêté à cette seconde génération d’ombres.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : post-apocalyptiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2647 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre