AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782081374515
280 pages
Flammarion (06/04/2016)
4.21/5   53 notes
Résumé :
"Nous sommes les parents d’un tueur et violeur. Nous sommes pétris de honte, de chagrin, de culpabilité. Pourtant, nous aimons toujours notre fils. Nous restons ses parents. À perpétuité. Nous sommes les parents de Matthieu. Le 16 novembre 2011, il a violé puis assassiné Agnès Marin. Elle avait treize ans, lui dix-sept. Seize mois plus tôt, il avait déjà violé une camarade de classe puis il avait été remis en liberté dans l’attente de son jugement. Nous pensons cons... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4,21

sur 53 notes
5
6 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

bidule62
  31 décembre 2021
Je ne finis pas l'année sur un livre drôle, loin de là. En fait je suis arrivée à ce livre suite à une critique réussie de lenou78. "Réussie" car oui elle n'est pas facile à faire cette critique, car ce livre est très, très dur.
D'où l'absence d'étoile, une exception chez moi. Mettre une note sur un témoignage c'est difficile. On ne lit pas un témoignage pour ses qualités littéraires. Personnellement je lis très rarement de témoignage (pour ne pas dire jamais). Là ce témoignage est riche en réflexions....
.
Allez je me lance et je vous rappelle un horrible "faits divers" de 2011. Une collégienne violée, tuée, le corps brûlé par un lycéen de 17 ans. le tout au lycée cévenol de Chambon-sur-Lignon. Un jeune homme en attente de son procès pour un viol commis 15 mois auparavant.... Deux viols, un meurtre, un coupable mineur.
L'abject en un mot.
.
Ce témoignage est celui des parents du jeune homme. M et Mme Toutlemonde : père prof, mère comptable, 3 enfants, une maison, des amis... Manque que le chien pour l'image d'Epinal. On est loin des cas sociaux, de l'enfance gâchée, violée ou battue ; non au contraire le jeune homme/violeur/assassin a grandi dans un environnement favorisé, aimé, entouré.... On ne peut pas s'empêcher de se sentir proche d'eux.... Avec cette question lancinante : qu'est-ce qui nous sépare d'eux ?
.
Aux deux familles de victimes détruites s'ajoute cette famille qui est également détruite. Dans ce livre se multiplient les interrogations sur ces actes abjects, les parents s'interrogent sur leur responsabilité, sur ce qu'ils ont pu rater, sur la Justice, la pression de la presse, l'absence de réponse médicale adaptée... car leur fils est malade et la société ne l'a pris en compte. Il est toujours malade et le jour où il sera libéré, il sera toujours malade mais laissé sans soin....
.
Je ne regrette pas ma lecture, bien au contraire, c'est un livre utile qui fait réfléchir. Mais pas facile du tout, pas confortable loin de là. Un livre qui secoue.
.
PS : parmi les remarques qui m'ont atterrée : on a reproché aux parents d'avoir été "trop aimants". C'est quoi aimer trop ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
prune42
  09 octobre 2017
Le 1er novembre 2011, au Chambon-sur-Lignon, en Haute-Loire, le corps d'Agnès Marin est retrouvé brûlé en forêt. Elle a été victime d'un viol et de nombreuses blessures mortelles. le jeune Matthieu Moulinas, pensionnaire comme elle au collège Cévenol, est arrêté et va avouer rapidement, manifestement sans éprouver d'émotion. Un peu plus d'un an auparavant, il avait violé Julie et avait été emprisonné pour son acte mais la justice, en attendant son procès, l'avait remis en liberté, à condition qu'il soit scolarisé. Aurait-on pu éviter les deux drames ? Des signes avant-coureurs étaient-ils présents avant les tragédies ? Matthieu doit-il être condamné ou soigné ? Est-il malade ou conscient de ses actes ?
Habitant pas très loin du Chambon-sur-Lignon, j'ai entendu parler de l'affaire "Agnès Marin" quand elle est arrivée. Je ne savais pas qu'un livre avait été écrit par les parents du jeune homme, ce récit m'a interpelée par son titre sur les rayons de la médiathèque de ma ville et j'ai eu envie de le découvrir.
Ce livre a créé une polémique, on a accusé les parents de beaucoup de choses, amplifiant encore une culpabilité énorme de n'avoir rien vu, rien pu faire.
J'ai beaucoup aimé ce témoignage justement car derrière ses deux auteurs, il y a un père et une mère bouleversés par ce qui est arrivé, qui voudraient comprendre et qui continuent d'aimer leur fils, envers et contre tout. A leur place, on peut se demander comment on aurait réagi, quel sentiment l'aurait emporté. Nous n'aurons jamais la réponse...
Ce livre nous interroge aussi sur la responsabilité de la justice et le fait que celle-ci et nous autres, citoyens ordinaires, jugeons bien vite et sans connaître précisément. Pour moi, le procès a été conduit à décharge, même si l'émotion était forcément au coeur des débats, elle a influencé considérablement le verdict.
Je terminerai en adressant toute ma compassion aux victimes, celles des familles de Julie, d'Agnès, mais aussi de Matthieu. J'espère que quand celui-ci sortira de prison, il sera guéri psychologiquement ou en bonne voie de l'être, comme le demandaient ses parents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
Jmlyr
  14 septembre 2016
Je n'avais pas vu le reportage ,j'ai lu ce livre un peu par hasard ;au delà du témoignage bouleversant de ces parents d'un adolescent criminel , il est intéressant de suivre l'analyse qu'il font de l'éducation qu'il lui ont donnée, des liens qu'il pourrait y avoir entre leur propre histoire personnelle à chacun et la psychogénéalogie, des doutes et intuitions qu'ils ont ressentis sur son équilibre psychologique ;des questions qui sont restées sans réponses malgré des alertes aux professionnels durant son enfance .Ils mettent aussi en évidence une défaillance du système pénitencier en ce qui concerne le suivi psychiatrique des détenus dont l'obligation de soins fait partie du verdict.
Leur préoccupation essentielle ,au delà de leur immense peine en tant que parents est avant tout qu'il ne récidive jamais. Ils souffriront à perpétuité de toutes façons pour les vies qu'il a détruites .
Commenter  J’apprécie          207
Gwenaweb
  06 mars 2019
Parents à perpétuité est un livre terrible, dans tous les sens. Le témoignage de ces parents en souffrance est très prenant et très touchant.
Il retrace la vie de leur fils, de la naissance aux actes terribles qu'il a posés, en violant une camarade de classe et d'enchainer en violant, tuant et brulant le corps d'une autre fille de 13 ans. Ils ont bien sûr été accusés d'avoir créé ce monstre, mais eux posent juste la question de savoir ce qu'ils ont mal fait. Selon Marcel Rufo, que j'apprécie beaucoup écouter, rien.
C'est justement le sujet de ce livre. Qui pense quoi à propos de Matthieu et de sa famille. On parcourt le procès, les étapes et la maladie mentale de ce fils. Qui a loupé son diagnostic et a permis que tout recommence ? Qui a essayé de sauver sa peau plutôt que d'être honnête ?
Sur certains points, ce livre m'a fait penser à L'affaire Thomas Quick, mensonges et vérités du tueur en série qui terrorisa la Suède, en ce qui concerne la manipulation des différents intervenants d'un procès pour faire dire et penser ce qu'on veut à une batterie d'experts.
J'ai eu beaucoup d'empathie pour la famille du meurtrier et bien sûr pour celles des victimes. Ça m'a beaucoup remuée. Et j'ai dévoré ce témoignage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
elematt44
  20 mai 2016
Quel regard porter sur ce récit inspiré par un effroyable fait divers survenu il y a quelques années ? Un adolescent âgé de 17 ans et demi était accusé d'avoir violé, tué et brûlé le corps d'une jeune fille de 13 ans ; une quinzaine de mois auparavant, il avait déjà violé une autre jeune fille âgée également de 13 ans.
Les parents de ce jeune homme, Matthieu, nous livrent ici avec retenue, pudeur, humilité, douleur, courage et amour le récit de l'effroyable tragédie qu'est devenue leur vie à partir de ces drames perpétrés par leur fils. Jamais dans le déni de l'horreur ni dans l'oubli des victimes et de leurs proches, ils racontent leur bataille pour tenter de faire reconnaître la maladie mentale de leur fils. J'ai été très touchée par ce témoignage d'une famille lambda à laquelle on peut facilement s'identifier (je suis mère d'une et d'un ado). Ce jeune homme a beaucoup de chance d'avoir des parents infiniment aimants et présents dans sa vie quoiqu'il ait pu faire. J'ai beaucoup d'admiration pour leur force, celle du papa en particulier qui "tient" toute la famille. A découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
Culturebox   06 avril 2016
Un témoignage poignant et une réflexion intense sur la parentalité et l'amour que l'on porte à ses enfants.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
prune42prune42   09 octobre 2017
Nous sommes les parents d'un tueur. Nous sommes les parents de Matthieu, 22 ans, grand, blond, gentil avec les membres de sa famille, seul, emprisonné, malade. Nous sommes aussi les parents de 2 jeunes filles extraordinaires, fortes, aimantes, drôles, intelligentes, courageuses. Ensemble, tous les 5, nous formons une famille. Une fois par mois, dans une pièce de six mètres carrés minable au milieu d'une taule, Matthieu, Margaux et Zélie rigolent ensemble. Ils sont heureux de se retrouver parce qu'ils s'aiment.
Un jour, dans 20, 25 ans, on ne sait pas, Matthieu sortira de prison. Ce sera un homme, mais il sera seul, il n'aura pas de femme, pas d'enfant, et nous ne savons pas aujourd'hui, s'il sera guéri. Nous ne savons pas si nous serons encore là, vivants et en assez bonne santé pour nous occuper de lui. Il aura 40, 50 ans, il sera encore, à jamais, notre enfant.
Nous sommes les parents de Matthieu Moulinas.
Nous sommes les parents de 3 enfants, dont l'un fait du mal.
Nous sommes vivants. Qu'on nous pardonne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
prune42prune42   09 octobre 2017
Matthieu a apporté la démonstration des limites d'un jury populaire. On demande à des gens qui ne sont pas psychologues ni médecins de juger de la santé mentale d'un garçon. Ils sont parents, ils ont une fille peut-être, ils sont horrifiés par ce que les victimes ont subi, et c'est normal. C'est leur émotion qui l'emporte. Alors ils ne retiennent pas que Matthieu est malade. C'est terrible pour lui, c'est dommage pour nous tous, et notamment pour la société, mais c'est comme ça et on ne peut pas leur en vouloir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Jackie_HJackie_H   01 février 2020
On nous a reproché d'avoir été trop protecteurs avec notre fils, toute son enfance durant. On reproche pourtant aussi facilement aux parents de démissionner trop vite en cas de problème. Matthieu présentait des difficultés de concentration et d'apprentissage, nous l'avons aidé à les surmonter dans son intérêt, sans nous demander si on était « trop » ou « pas assez ». Nous avons fait ce que nous pensions devoir faire pour lui, pour la réussite de sa scolarité. Au cours des deux procès, on nous a dit « trop aimants ». Qu'est-ce que ça veut dire ? Aimer son enfant, je sais ce que cela veut dire. Mais trop aimer ; je ne comprends pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          53
Lechinois06Lechinois06   08 février 2021
Nous sommes tous impardonnables ,certainement, aux yeux et au cœur des parents de cette enfant. Nous les comprenons. Nous ne nous pardonnerons jamais, qu'ils en soient bien certains, la mort atroce de leur fille. Leur chagrin nous hante. Pourtant, nous restons les parents du meurtrier d’Agnès. Et cela, cela au moins, qu'ils nous le pardonnent : notre fils, nous l'aimons toujours. Nous ne savons pas ne pas l'aimer. Nous n'essayons même pas. Ce serait peine perdue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
prune42prune42   09 octobre 2017
Quand les jurés sont arrivés au tribunal, au Puy-en-Velay, ils avaient déjà jugé Matthieu par ce qu'ils avaient vu, lu et entendu via les médias. Il n'avait jamais été question d'un enfant malade, seulement d'un monstre.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : parentsVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
250 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre