AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782362341267
154 pages
Éditeur : Edition Dynamite (21/05/2015)

Note moyenne : 2.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
[RESERVE A UN PUBLIC AVERTI]

Dorothée est jeune, attirante, avec ses petits seins fièrement dressés, ses longues jambes, son corps d'adolescente sans complexe. A dix-huit ans, elle s'éveille aux choses du sexe. Un rien suffirait à déclencher en elle le désir irrésistible de se donner. C'est ce qui lui arrive après avoir rencontré un couple ami bien décidé à s'offrir la troublante Dorothée. Au fil des planches, vous vivrez l'initiation de cette jeune f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Hugo
  02 juillet 2015
Merci Babelio et les éditions Dynamite pour m'avoir si Hardement envoyer cette débauche insanités qui me va droit au fond du calbute bousculant la tranquillité d'un habitant qui vit sous mon nombril mais dont je prends bien soin d'occuper comme il se doit dès que possible...
"Le Jouet", c’est l’histoire d’une gamine de 18 piges qui se fait initier à des pratiques SM, c’est 50 Nuances de Grey version grosse chaudasse et petite pute alors baisse les yeux et bouffe moi la queue… pas de contrat à la pucelle rose, là tu fermes ta gueule salope, tu suces, tu te fais humilier, ça dégouline de partout ta tronche, tes cheveux s’emmêlent, même le facteur, le docteur, la vendeuse et les potes y pénètrent, le pire c’est queue tu jouisses de cette déchéance, la soumission t’orgasme les uns après les autres et plus l’humiliation est profonde plus l’excitation est troublante…
Pour moi le cul c’est léger, drôle, pudique aussi, mais terriblement addictif, chacun ses délires, ses envies, ses pratiques tant que le consentement est réciproque, il faut s’en marrer, ne surtout pas en rougir, en parler aussi, ça écarte les cuisses, parfois ça décoince tes pudeurs, et ça titille les appétits.. obsédé de par mon père qui m’initia très tôt à la beauté d’une femme nue, les trois suisses ont pris la relève le temps de corner mes mains, de coller les pages, et de trouver les bouquins de cul planqués dans le placard du salon… sinon tu peux toujours faire un Monopoly, Le uno c’est bien aussi…
et bizarrement j’ai apprécié cette petite bd assez émoustillante sans pour autant me pignoler entre deux pages… Pourtant je n’ai jamais vraiment été emballé par les BD… impossible de m’immerger dans l’histoire, là ou livre t’emporte, la bande dessiné me laisse sur ma faim d’imagination… et ma soif de mots…
Paradoxalement J’aime bien le dessin, mais j’ai toujours été une burne, mais j’aime bien quand même… dans ma vie j’ai dessiné pas mal de meuble, mais le talent c’est inné, et moi je suis inné sans…. Du coup j’aime bien regarder les beaux dessins, et depuis peu je prends un réel plaisir à lire une BD… comme quoi Babelio initie à certaines pratiques…
Faut reconnaitre que personne ne m’a jamais enseigné l’art, à la sensibilité qu’il faut avoir pour saisir toute la beauté d’une œuvre, le sens à lui donner, et ça me gonfle le complexe quand je vois toutes ces gens bizarres capables de te pondre une psychanalyse intellectuelle sur un tableau… Alors oui j’aime Delacroix, Vinci , Michel ange, mais je suis une pucelle de l’abstrait, et du contemporain… et un frigide des classiques, quand je matte une croute, je me la joue cool, premier bouton de la chemise dégrafé, ma barbe me donne le côté Hippie artiste un peu paumé, ensuite je me dis :
"Eh beau gosse le barbouilleur il a la peinture talentueuse et le pinceau habile",
je sifflote mon malaise de trouduc, je fais style que ya pas de malaise, je traine des pieds, et je passe à l’autre toile… tu parles d’un gland tiens…
Je me souviens avoir réalisé un cadre laqué noir pour un artiste qui commence à avoir une certaine notoriété et un univers pour le moins troublant, donc le mec Jérôme Zonder de son petit nom (pour toi petit bouchon) ramène sa toile à encadrer, moi je lui cause de son tableau pour le moins flippant, bingo le mec est perché à 30 mille, dans un monde bien chelou, je décroche rapidement tout en hochant la tête par politesse mais je comprends que dalle aux énergies cosmiques et nucléaires moi quand je vois des gens à oilpés se bouffer entre eux, je pense pas tout de suite aux raisonnements mais plutôt aux causes d’un tel délire… c’est que moi je suis resté au Nesquick voyez-vous… du coup Il a vendu sa toile 10 000 mille euros quand même…
Enfin voilà quoi, bonne BD plein le cul, et la bouche, qui peut te mettre dans certaines positions avec ton partenaire le soir venu… mais avec gourmandise et rigolade parce que le cul c’est bon et pas sérieux, faut se marrer...
A plus les copains…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5323
Elana
  23 juillet 2015
J'ai laissé trainer cette critique jusqu'au dernier moment mais là je ne peux plus reculer. J'ai choisi le jouet dans le dernier Masse Critique car je ne connaissais pas Ardem. Et je crois bien que j'aurais préféré continuer à l'ignorais...
Sans scénario intéressant , sans personnages accrocheurs, il ne se rattrape même pas sur les graphismes. de ce dernier point, il ne dépasse pas le croquis et c'est franchement dommage. En quelques mots, elle ne contient pas grand chose de passionnant.
Même sans un scénario mirobolant, la qualité des illustrations auraient pu radicalement changer cette critique.
Je n'espère qu'une chose, si je dois me retrouver avec une autre de ces BDs dans les mains, qu'elle soit totalement différente de celle-ci.
Commenter  J’apprécie          10
Eden_Zorjunn
  05 juillet 2015
Merci au site Babelio pour m'avoir fait découvrir ce genre de bande-dessinée même si ce n'est pas pour moi.
Je pense que cette bande-dessinée érotique est dessiné par un homme pour des hommes. Les corps des femmes sont exposés en permanence. Dorothée est jeune, elle découvre sa sexualité par une relation dominant-dominé. Est-elle pervertie ou est-ce dans sa nature ? Elle aime de plus en plus le sexe, même être offerte à des hommes inconnus. Lucie est celle qui domine Dorothée. Elle est dominante et sadique. La partie psychologique est bien présente. C'est la jeune femme qui nous raconte son histoire. Cette initiation a eu des conséquences sur le reste de sa vie. Chacun a une opinion sur les différentes pratiques sexuelles qui existent. Cette BD peut donner à réfléchir. Je ne suis pas emballée par le style des dessins. Il n'y a aucun ombrage ou c'est tout comme. Ça manque de profondeur. Je pense qu'il est possible de faire mieux.

Lien : http://les-lectures-d-eden.b..
Commenter  J’apprécie          30
UnKaPart
  03 mars 2021
Le pire Ardem que j'aie pu lire.
Histoire inexistante, qui se limite à voir l'héroïne servir d'objet sexuel pour les uns et les autres.
Personnages sans relief. Dorothée est juste là pour se faire passer dessus par tout le monde. Et "tout le monde", c'est une kyrielle de silhouettes interchangeables, sans un semblant de développement des protagonistes.
Dessin très brouillon.
À éviter.
Lien : https://unkapart.fr/critique..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Sceneario   27 mai 2015
On a l'impression de retrouver une nouvelle variante de l'éternelle héroïne "Ardemienne", douce, jeune et soumise avec un corps à faire damner tous les saints du paradis.
Lire la critique sur le site : Sceneario

Lire un extrait
Videos de Alain Mounier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Mounier
Bande annonce de la BD "Box" d'Alain Mounier, publiée chez Grand Angle.
autres livres classés : roman érotiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'érotisme en littérature

Lequel de ces romans de Diderot, publié anonymement, est un roman libertin ?

Le Neveu de Rameau
Les Bijoux indiscrets
Le Rêve de D'Alembert
La Religieuse

6 questions
303 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature libertine , érotisme , érotiqueCréer un quiz sur ce livre