AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791090662506
116 pages
Éditeur : La Clef d'Argent (01/09/2018)
4.33/5   3 notes
Résumé :
Ainsi, il existe à Vesoul un musée et au sein de ce musée, des tableaux. Jusque-là, quoi de plus banal ? Quelques sculptures aussi- mais cela n'a rien d'extraordinaire non plus- Ce qui l'est bien davantage en revanche c'est lorsque -parfois, certaines de ces statues semblent s'animer ou que des personnages apparaissent dans les peintures où ils ne sont pas censés figurer. Un mystère digne des meilleurs enquêteurs.
Une aventure à la hauteur de la collection L... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
alberthenri
  24 septembre 2018
Le musée Garret de Vesoul, vous connaissez ?
L'oeuvre du peintre/sculpteur Jean-Léon Gérôme, ça vous dit quelque chose ?
Si les réponses à ces questions sont négatives, je vous conseille la lecture du nouveau tome de la collection LoKHale de la Clef d'Argent.
Tanagra, du nom d'une sculpture grecque, est un court roman (une novella) mettant en scène des membres d'une mystérieuse organisation -la T.A.N Company-, chargés de neutraliser les réincarnations d'une entité antique passant d'une statue à l'autre.
Cela donne ; une statue grecque qui s'anime pour jouer les exhibitionnistes, des tableaux dans lesquels on entre littéralement, une charmante prof de latin, le tout dans un récit mené avec verve et humour par l'auteur Stéphane Mouret originaire de Vesoul, justement.
L'aspect didactique de ce petit livre, n'a donc rien de rébarbatif, et les documents qui le complètent, s'ils apportent du sérieux à l'ensemble, sont tout à fait à leur place.
Encore une réussite de ce petit éditeur dynamique, que je vous recommande, une fois de plus !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
paulmaugendre
  30 septembre 2018
Les paroles de cette chanson de Jacques Brel se sont incrustées dans la tête de Roger (prononcez Rodjeur !) puis de Marcellin, deux membres de la TAN Compagnie.
Et ce n'est pas par hasard s'ils fredonnent cette rengaine. Ils ont été envoyés en mission dans cette ville de la Haute-Saône car un incident a été enregistré, a même fait l'objet d'un article dans le journal local.
Une jeune femme se complait à parcourir les rues de l'accueillante cité dans le plus simple appareil, danse, se baigne nue dans la rivière, souriante, aguicheuse, s'exhibant devant les badauds ébaubis, et pas uniquement les adolescents, et s'enfuyant lorsque la maréchaussée est envoyée sur place. Cela les change les braves pandores qui préfèrent cette tâche à celle de débusquer voyous, cambrioleurs, lanceurs de projectiles en tous genres.
D'après leurs renseignements, et sur la foi des témoignages, nul doute pour les envoyés de la TAN compagnie qu'il s'agit d'une Tanagra, ces statuettes qui datent de quelques siècles avant J.C. et découvertes en Grèce. Et justement le musée Georges-Garret, installé dans un ancien couvent des Ursulines, possède outre de très nombreux tableaux et sculptures signés Jean-Léon Gerôme, un tanagra de belle facture et qui est représenté en couverture.
Mais Roger a disparu et Marcellin visite ce musée, découvrant la statuette qui ressemble fort à la nymphe qui met les Vésuliens en émoi (et moi aussi !). Alors qu'il déambule, il est abordé par une charmante jeune femme qui lui fournit, sans qu'il ait besoin de le demander (il existe encore des personnes serviables même si elles ont tendance à s'immiscer un peu trop) l'origine de Tanagra et lui explique les symboles des tableaux tel un maître de conférence.
Il est rejoint par Teddy qui lui aussi a son rôle à jouer, car chaque membre de la TAN Compagnie possède sa partition, une association qui comporte des Démineurs, des Chasseurs, des Cafouilleurs. Marcellin s'extasie devant le Tanagra, mais un détail dans un tableau l'interloque. C'est ce que l'on pourrait appeler un tableau vivant. Sa mission va durer quelques jours et il prend, de même que Teddy une chambre dans un hôtel renommé de la cité. Mais il sacrifie à la bonne chère et à la chair, car Anaïs ne se montre pas uniquement une guide très documentée, mais experte également en langue. Elle est notamment professeur de latin.

Ce court roman charmant est tout autant didactique que fantastique et l'intrigue s'insère avec habileté dans la pédagogie. le lecteur, qui comme moi, ne connaissait pas Jean-Léon Gérôme, découvrira un peintre et un sculpteur d'inspiration classique, un représentant de l'art académique alors que l'impressionnisme détrônait toutes formes d'art pictural.
Le lecteur averti avait déjà eu l'occasion d'apprécier le style de Stéphane Mourret, en collaboration avec son ami Jérôme Sorre, dans des romans ou nouvelles de fort belle facture. Une imagination sans limite et une narration parfois poétique et travaillée, pour un fantastique que l'on peut qualifier de classique. Un peu à la façon de ces vieux maîtres que furent Rosny Aîné, Sheridan le Fanu, et quelques autres, qui écrivaient avec joliesse. Mais l'on ne peut s'empêcher de penser au Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde et au Portrait du mal de Masterton, sans que pour autant ce roman soit une parodie de l'un ou de l'autre. Il s'agit bien d'une oeuvre personnelle permettant de découvrir un artiste, une ville, et une intrigue judicieusement ficelée.

Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
aureliestrega
  23 septembre 2018
Un récit haut en couleurs. J'ai beaucoup aimé le ton de l'histoire. L'auteur a un parler littéraire et populaire en même temps c'est très intéressant. L'histoire est drôle; un brin coquine, fantastique à n'en pas douter. Cela m'a donné envie de voir les oeuvres de Gerome et peut-être Vesoul même si on en voit surtout une montée infernale. Les compléments étaient très intéressants aussi pour mieux comprendre l'artiste et son temps. Seul regret ne pas avoir commencé par lire la présentation de la couverture avant de faire des recherches sur Tanagra sur internet, tout était dedans!
Commenter  J’apprécie          10
Ivannvasic
  23 novembre 2018
Super
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
alberthenrialberthenri   24 septembre 2018
-Car c'est à leur immortalité que travaillent les artistes, ces grands enfants effrayés par le néant...
Commenter  J’apprécie          130

autres livres classés : didactiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre