AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2359102753
Éditeur : Ankama Editions (09/02/2012)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 13 notes)
Résumé :
50 Francs pour tout est la «presque suite» de 41 euros pour une poignée de psychotropes ! Cette fois. Davy Mourier tente de comprendre l'élément déclencheur qui fait que l'on devient adulte. Est-ce que c'est l'argent ? L'amour ? Ou simplement les pulsions sexuelles, qui font que l'on abandonne nos jouets de gosse, pour entrer de plain-pied dans l'illusion des relations amoureuses et leur lot de déceptions ? Porté par les dessins, les collages et le regard décalé don... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
lemillefeuilles
  17 janvier 2016
C'est plus ou moins une suite de 41€ pour une poignée de psychotropes, un livre que j'avais adoré et qui m'avait beaucoup touchée. Cette bande-dessinée est une autobiographie, plutôt axée sur l'adolescence de Davy Mourier et de son passage à l'âge adulte. Comme pour beaucoup, l'adolescence a été pour lui la découverte de pleins de choses : l'amour, le sexe, les déceptions... Il semble avoir assez mal vécu cette période (à raison, certainement).
Davy Mourier m'a émue à plusieurs reprises, notamment avec une réflexion sur l'amour et sur sa vie "Puis j'ai grandi Lorsque ma première copine m'a quitté. J'étais persuadé que jamais je ne retrouverais un tel amour. Puis, 7 ans plus tard, lorsqu'"elle" est partie. J'étais persuadé que je ne retrouverais jamais l'amour. La preuve : j'en fait trois bouquins avec mon chagrin". C'est beau et c'est triste. J'ai eu envie de pleurer.
Mais il y a aussi des passages plus joyeux (enfin, si on veut) et des moments cocasses. Comme je le répète à chaque fois quasiment, Davy Mourier est un clown triste. Un humoriste qui prend la vie trop au sérieux, comme lui disait son psychothérapeute.
C'est une bande-dessinée très courte, triste et drôle, comme seul Davy sait le faire.
Lien : http://anais-lemillefeuilles..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bountyfrei
  05 avril 2013
C'est la deuxième bande-dessinée de Davy Mourier que je lis, et celle-ci est un peu une suite de 41€ pour une poignée de psychotropes. Dès ma première lecture, je ne l'est pas considéré comme une suite, et l'auteur lui même nous accueilles avec un « ceci n'est pas une suite, c'est du refoulement ».
Avec ce tome, nous remontons là où Davy n'a pas voulu aller avec 41€ : l'adolescence. Cette période où l'ont découvre l'amour, le sexe, les joies comme les déceptions. Bien entendu, tout reste en lien avec « Elle », son ex. Et toujours ses roadstrips de 3 cases voir plus du passage chez le psy, dont certaines ont été faites par des lecteurs du précédent tome. Elles sont toujours à voir sur le site de l'auteur, Badstrip.
C'est toujours aussi sur fond d'images de Ulysse 31, Skeletor et Capitaine Flam, pour ne cité qu'eux, que notre histoire avance. Avec ses photos, ses dessins et autres post-it, on retrouve le côté « journal intime» toujours aussi bien travaillé.
Le format reste le même, le cahier spirale taché par endroits. Cependant, je réserve 50 francs pour un public avertit, à la vue des dessins de femmes nues. C'est pas grand chose, mais ça pourrait bien choqué les plus jeunes ^^
50 francs pour tout reste dans la même veine que le précèdent tome : drôle et triste à la fois, il se laisse relire à volonté.
Lien : http://onceuponatime.ek.la/5..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
BulledEncre   12 avril 2012
Une séquelle qui ne fait pas trop avancer les choses mais qui demeure suffisamment réjouissante pour semer le trouble et permettre une belle immersion dans la psyché de son héros.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
CronosCronos   18 septembre 2013
On pourrait croire que pour atteindre la plénitude, on doit passer par le bonheur, la relaxation ou la concentration.
En fait, je viens de découvrir que l'on pouvait atteindre la plénitude d'une autre façon. Lorsqu'on perd énormément, lorsqu'on se sent complètement déraciné et désorienté, on atteint autre chose.
Commenter  J’apprécie          00
DeathCorpDeathCorp   30 août 2015
On dépasse le stade des larmes et de la douleur pour obtenir un "rien" très profond.
Commenter  J’apprécie          20
Yves2014Yves2014   31 mai 2014
Parfois
je me sens
fort et pouf!
juste après,
je me sens
nul.
Commenter  J’apprécie          10
DeathCorpDeathCorp   30 août 2015
Si Corneille était toujours vivant, il ferait des super Tweet.
Commenter  J’apprécie          10
DeathCorpDeathCorp   30 août 2015
L'oeuvre dépasse souvent son auteur. Alors que lui ne la comprend pas complètement, elle, elle sait tout de lui.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Davy Mourier (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Davy Mourier
Davy Mourier présente les albums de la Sélection Jeunesse ép. 3 "Clémence Évidence a toujours raison" de Sandrine Bonini & Merwan Ed. Delcourt
Lire les 1ères pages : http://bit.ly/ClemenceEvidence
Programmation et infos sur www.bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @actudufauve #partageonslaBD
autres livres classés : adolescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

la petite mort le retour!

quel métier la petite mort voudrait faire plus tard?

faucher des 'vieux'
fleuriste
faucheuse comme son père
bonhomme de neige

6 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : La Petite Mort de Davy MourierCréer un quiz sur ce livre