AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations sur La Rivière à l'envers, tome 1 : Tomek (55)

raton-liseur
raton-liseur   14 août 2012
L’histoire que voici se passe en un temps où l’on n’avait pas encore inventé le confort moderne. Les jeux télévisés n’existaient pas, ni les voitures avec airbags, ni les magasins à grande surface. On ne connaissait même pas les téléphones portables ! Mais il y avait déjà les arcs-en-ciel après la pluie, la confiture d’abricot avec des amandes dedans, les bains de minuit improvisés, enfin toutes ces choses qu’on continue à apprécier de nos jours. Il y avait aussi, hélas, les chagrins d’amour et le rhume des foins, contre lesquels on n’a toujours rien trouvé de vraiment efficace.
Bref, c’était… autrefois. (p. 7, Prologue).
Commenter  J’apprécie          572
MllePeregrine
MllePeregrine   06 octobre 2016
L'histoire que voici se passe en un temps où l'on n'avait pas encore inventé le confort moderne. Les jeux télévisés n'existaient pas, ni les voitures avec airbags, ni les magasins à grande surface. On ne connaissait même pas les téléphones portables! Mais il y avait déjà des arcs-en-ciel après la pluie, la confiture d'abricot avec des amandes dedans, les bains de minuit improvisés, enfin toutes ces choses qu'on continue à apprécier de nos jours. Il y avait aussi, hélas, les chagrins d'amour et le rhume des foins, contre lesquels on n'a toujours rien trouvé de vraiment efficace.
Bref, c'était...autrefois.
Commenter  J’apprécie          260
c.brijs
c.brijs   20 août 2012
Est-ce qu'on peut vraiment souhaiter ne jamais mourir? ... N'est-ce pas justement parce que la vie s'achève un jour qu'elle nous est si précieuse? ... Est-ce que l'idée de vivre éternellement n'est pas plus effrayante que celle de mourir? ... Et si l'on ne meurt jamais, alors quand reverra-t-on ceux que l'on aime et qui sont déjà morts? ...
Commenter  J’apprécie          262
babel95
babel95   01 septembre 2015
Prologue
L'histoire que voici se passe en un temps où l'on n'avait pas encore inventé le confort moderne. Les jeux télévisés n'existaient pas, ni les voitures avec airbags, ni les magasins à grande surface. On ne connaissait même pas les téléphones portables ! Mais il y avait déjà les arcs-en-ciel après la pluie, la confiture d'abricot avec des amandes dedans, les bains de minuit improvisés, enfin toutes ces choses qu'on continue à apprécier de nos jours. Il y avait aussi, hélas, les chagrins d'amour et le rhume des foins, contre lesquels on n'a toujours rien trouvé de vraiment efficace. Bref, c'était... autrefois.
Commenter  J’apprécie          220
blandine5674
blandine5674   26 janvier 2021
N’est-ce pas justement parce que la vie s’achève un jour qu’elle nous est si précieuse ?...
Commenter  J’apprécie          193
c.brijs
c.brijs   20 août 2012
- Nous sommes soeurs, aussi fragiles que les ailes du papillon, mais nous pouvons faire disparaître le monde. Qui sommes-nous?
Commenter  J’apprécie          160
Maliae
Maliae   04 février 2016
– La vie est trop courte, monsieur Tomek, pour qu’on la gaspille à de mauvaises choses.
Commenter  J’apprécie          132
Abyssinia
Abyssinia   20 avril 2020
Si je n’ai pas sauté à l’eau pour me tuer, c’est parce que je ne savais pas nager ! C’est ridicule, non ?
Commenter  J’apprécie          110
JPavlovicth
JPavlovicth   27 novembre 2017
Quand je mourrai, Tomek, pleure un peu si tu ne peux pas faire autrement, mais pas trop longtemps, s'il te plaît. Tu viendras peut-être de temps en temps sur ma tombe, alors dis-toi bien que je ne serai plus là. Si tu veux me voir, il faudra te retourner. Tu regarderas les rangées d'arbres dans le vent, la flaque d'eau où le petit oiseau boit, le jeune chien qui joue, c'est là que je serai, Tomek.
Commenter  J’apprécie          110
Ileauxtresors
Ileauxtresors   11 novembre 2017
Il prit un sucre d’orge dans un bocal et le lui tendit. Elle le cacha aussitôt dans une poche de sa robe. Mais elle ne semblait pas vouloir s’en aller. Elle restait là à regarder les rayons et les rangées de petits tiroirs qui occupaient un pan de mur tout entier.
- Qu’avez-vous dans tous ces petits tiroirs ?
- J’ai… tout, répondit Tomek. Enfin tout le nécessaire…
- Des élastiques à chapeau ?
- Oui, bien sûr.
Tomek escalada son échelle et ouvrit un tiroir tout en haut.
- Voilà.
- Et des cartes à jouer ?
Il redescendit et ouvrit un autre tiroir.
- Voilà.
Elle hésita, puis un sourire timide se forma sur ses lèvres. Cela l’amusait visiblement.
- Et des images… de kangourou ?
Tomek dut réfléchir quelques secondes puis il se précipita sur un tiroir sur la gauche :
- Voilà.
Cette fois, les yeux sombres de la petite s’éclairèrent tout à fait. C’était si charmant de la voir heureuse que le cœur de Tomek se mit à faire des bonds dans sa poitrine.
- Et du sable du désert ? Du sable qui serait encore chaud ?
Tomek gravit encore une fois son échelle et prit dans un tiroir une petite fiole de sable orange. Il redescendit, fit couler le sable sur son cahier spécial pour que la jeune fille puisse le toucher. Elle le caressa avec le dos de la main puis promena dessus le bout de ses doigts agiles.
- Il est tout chaud…
Comme elle s’était approchée très près du comptoir, Tomek sentit sa chaleur à elle, et plus que sur le sable chaud, c’est sur son bras doré qu’il aurait voulu poser sa main. Elle le devina sans doute et reprit :
- Il est aussi chaud que mon bras…
Et de sa main libre elle prit la main de Tomek et la posa sur son bras. Les reflets de la lampe à huile jouaient sur son visage. Cela dura quelques secondes, au bout desquelles elle se dégagea en un mouvement léger, virevolta dans la boutique puis pointa enfin son doigt au hasard vers l’un des trois cents petits tiroirs :
- Et dans celui-ci, qu’avez-vous dans celui-ci ?
- Oh, ce ne sont que des dés à coudre, répondit Tomek en versant le sable dans la fiole grâce à un entonnoir.
- Et dans celui-ci ?
- Des dents de Sainte Vierge… ce sont des coquillages assez rares…
- Ah, fit la petite, déçue. Et dans celui-là ?
- Des graines de séquoia… Je peux vous en donner quelques-unes si vous voulez, je vous les offre, mais ne les semez pas n’importe où, car les séquoias peuvent devenir très grands…
Tomek avait cru lui faire plaisir en disant cela. Mais ce fut tout le contraire. Elle redevint grave et songeuse. À nouveau ce fut le silence. Tomek n’osait plus rien dire. Un chat fit mine d’entrer par la poste restée ouverte. Il s’avança avec lenteur, mais Tomek le chassa d’un geste brusque de la main. Il ne voulait pas être dérangé.
- Ainsi, vous avez tout dans votre magasin ? Vraiment tout ? dit la jeune fille en levant les yeux vers lui.
Tomek se trouva un peu embarrassé.
- Oui… enfin tout le nécessaire… répondit-il avec ce qu’il fallait de modestie.
- Alors, dit la petite voix fragile et hésitante, mais soudain pleine d’un fol espoir, sembla-t-il à Tomek, alors vous aurez peut-être… de l’eau de la rivière Qjar ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111




    Acheter ce livre sur

    LirekaFnacAmazonRakutenCultura





    Quiz Voir plus

    la rivière a l'envers

    Quel âge a Tomek ?

    12 ans
    14 ans
    13 ans
    15 ans

    8 questions
    826 lecteurs ont répondu
    Thème : La Rivière à l'envers, tome 1 : Tomek de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur ce livre