AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2267030322
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (24/08/2017)

Note moyenne : 2.95/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Un couple de psychanalystes se rend compte qu’un même patient les fréquente tous deux. Comme il vient de disparaître, ils mènent l’enquête et découvrent un manuscrit intitulé Imitation de la vie. Le manuscrit retrace l’histoire d’Émir Sulter. Il vit à Setrou, une ville de banlieue parisienne où il gère, avec Ingrid Égala et quelques cinéphiles passionnés, un cinéma dédié aux films expérimentaux, le Mekas Palace, nommé ainsi en hommage à Jonas Mekas, l’un des plus cé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Arthore
  14 février 2019
Pitch attrayant. Certes, très peu de lecteurs et d'avis mais et alors????
Totalement décousu, pas très bien écrit, difficile de suivre l'auteur, le cheminement des 2 psychiatres. Pourtant les 30 premières pages donnent une toute autre impression.
Donc, non, je passe mon tours. Dommage 😩😩
Commenter  J’apprécie          50
MarianneL
  14 août 2017
La folie et la poésie contre les assauts du réel.
Dans le premier roman d'Antoine Mouton, un metteur en scène polonais était aux prises avec un roman qui se transformait à chaque lecture, et qu'il ne réussissait par conséquent pas à mettre en scène jusqu'à le rendre fou. Dans «Imitation de la vie», à paraître le 24 août 2017 aux éditions Christian Bourgois, le monde du roman, pour l'essentiel un manuscrit à l'intérieur du livre, est lui aussi instable, foisonnant et piégé.
L'histoire se déroule suivant une série de malentendus, reflet de l'absurdité et de l'imprévisibilité de la vie. Paul Renard, psychanalyste de son état, se rend par erreur à un congrès de charlatans, ayant confondu l'invitation avec celle d'un symposium sérieux de psychanalyse se déroulant dans le même lieu. Malgré l'évidence de sa méprise, il reste, tombé sous le charme de sa voisine, Camélia Mélondas. La relation amoureuse qui s'ensuit prend rapidement une tournure décevante et triste.
Tous deux sont contactés quelques mois plus tard, suite à la disparition d'un dénommé Pierre Érazi, un patient qu'ils avaient en commun à leur insu. Avec l'impression d'avoir été floués, Pierre Érazi devient l'objet d'une compétition négative entre eux, fantôme obsédant venant s'immiscer dans leur histoire d'amour à moitié vécue.
La suite sur mon blog ici :
Lien : https://charybde2.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
DirtyTricks
  19 octobre 2017
Tout commence par un couple de psychiatre contacté par une détective privé à la recherche d'un suspect dénommé Pierre Erazi. Celui-ci, patient des deux psychiatres (à leur insu) a laissé un manuscrit dont la détective souhaiterait avoir un avis. Et cela ne résume pas du tout le livre, nous sommes qu'au début de l'histoire. « Imitation de la vie » d'Antoine Mouton joue avec la forme du récit et ici l'important va être l'histoire (le manuscrit) dans l'histoire, celle d'Emil Sulter : de son enfance, sa famille, ses amis, ses amours ombragés par la folie, la mort, les désillusions mais pas d'apitoiement malgré les sujets abordés, Antoine Mouton glisse dans son récit un humour tendre, manie avec malice le langage, mêle du fantastique et de l'incongrue dans des situations complètement ordinaires. Une histoire non-conforme pour des personnages non-conformes à l'image de ce cinéma expérimental mis à l'honneur dans ce livre.
Commenter  J’apprécie          00
Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire
  25 janvier 2019
Qui est donc Émir Sulter ? C'est la question que se posent deux psychanalystes qui découvrent qu'un de leurs patients a disparu, laissant derrière lui un manuscrit narré par ce curieux personnage. Sulter, co-gérant d'une salle de cinéma expérimental dans une petite ville où se produisent d'étranges disparitions, reste marqué par plusieurs traumatismes issus de ses années de lycée...
Teinté d'humour surréaliste, Imitation de la vie évoque le délicat passage à l'âge adulte, plein de renoncements et de dangers mortels. Une confirmation du brillant talent d'Antoine Mouton qui signe, après le Metteur en scène polonais (sorti en 2015 chez Éditions Christian Bourgois) un second roman atypique, grinçant et mélancolique.
Commenter  J’apprécie          10
Elouan00
  16 octobre 2017
Toujours d'une remarquable oralité, ici Antoine Mouton semble expulser un récit qui prend la forme d'une plaisanterie, sinon d'une tentative d'explication s'anéantissant à mesure que l'histoire devient fantastique, étrange. Une fêlure agit au coeur de ces comédies de couples, concubinages et cohabitations. Emir tente de recoller des morceaux, résultat d'une déchirure née d'un événement tragique, de l'indifférence, de la vie qui s'érige sur des disparitions. le récit se fond dans un tournoiement d'absurdités, de rire, avec un effet cathartique très bien venu.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LeMonde   13 octobre 2017
Chassé-croisé, fictions enchâssées, quiproquos… L’écrivain excelle dans l’absurde tragi-comique.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Elouan00Elouan00   16 octobre 2017
Il ne dessinait plus. Les murs du salon était couverts de prospectus punaisés qu'il se contentait de rayer d'un, deux ou quatre traits (jamais trois) selon le dégoût qu'ils lui inspiraient. Le dégoût lui-même était une interprétation caduque, car François, quand je l'interrogeais à ce sujet, niait toute volonté d'avoir exprimé quelque chose qui fût de l'ordre d'une émotion. « J'organise les images que le monde m'envoie. » Telle était son oeuvre désormais. Il passait des heures, encastré dans son canapé, à observer les murs ainsi tapissés, élaborant à l'occasion une théorie macabre au sujet de la nouvelle piscine municipale (« une fosse commune », psalmodiait-il), des restaurants chinois et japonais, ou bien à peu près de n'importe quoi, « conspiration » était le mot revenant le plus régulièrement, à défaut d'inspiration, mettre un terme à son discours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ArthoreArthore   14 février 2019
Il avait arrêté de rêver, en 1992, quand il était officiellement devenu psychanalyste, recevant dans le cabinet qu’il venait d’ouvrir son premier patient. La psychanaliste avait été son seul rêve, il l’avait réalisé et s’il rêvait encore la nuit il ne disait pas « j’ai rêvé » mais « j’ai produit un rêve auquel je vais pouvoir donner du sens
Commenter  J’apprécie          30
DirtyTricksDirtyTricks   19 octobre 2017
Il faut que je fasse quelque chose de ma vie, que j'ouvre un cinéma, n'importe quoi plutôt que de continuer à rêver comme si j'avais le temps.
Commenter  J’apprécie          10
DirtyTricksDirtyTricks   19 octobre 2017
J'avais l'impression que nous nous parlions beaucoup mais que nous ne nous disions rien.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Antoine Mouton (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Mouton
A l'occasion de l'édition 2016 du Printemps de Montaigu, Antoine Mouton, jeune auteur, nous présente son dernier roman "Le metteur en scène polonais", aux éditions Christian Bourgois.
Si vous êtes intéressé par ce livre, vous pouvez le commander sur notre site : https://www.librairiesiloelarochesuryon.fr/livre/8184245-le-metteur-en-scene-polonais-antoine-mouton-christian-bourgois
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5224 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre