AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782234081918
Éditeur : Stock (21/02/2018)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Depuis 1967, des milliers de jeunes gens sont passés par la Guilde. Ils ont accompli leurs rêves, escaladé les montagnes, traversé les océans.
Ils sont partis prêter main forte aux moudjahidines d’Afghanistan, aux boat people de l’Indochine, aux enfants du Cambodge, et ils continuent aujourd’hui à se déployer partout où l’homme a besoin de l’homme, en Irak, en Amérique du Sud, au Liban.
Tous furent inspirés par la Guilde. L’organisation tient de la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
nadiouchka
  01 mars 2018
Quand on lit une longue préface bien détaillée de 13 pages, de Sylvain Tesson, écrivain et grand voyageur, président de la Guilde, pour le livre de Jean Mouzet : « Éclats d'actions - La Guilde Européenne du Raid», on ne peut que s'attendre à lire un ouvrage sortant de l'ordinaire.
Sylvain Tesson commence ainsi :
« UNE MYSTIQUE DE L'ACTION
D'abord permettons-nous une définition. On y verra plus clair, car il s'agira ensuite de s'intéresser à d'étranges destins privés et de belles vertus publiques. Il importe donc de savoir de quoi l'on va parler. (...)
La Guilde européenne du Raid est une association reconnue d'utilité publique, fondée il y a cinquante ans. On la connaît peu car la communication – veau d'or de notre époque – ne fut pas son fort. Son mutisme fut sa noblesse. Ce livre lui rend une place qu'elle n'a jamais voulu occuper : une place visible.
La Guilde propose à de jeunes volontaires de s'engager sur le théâtre du monde pour le salut des autres ou pour l'édification de soi. »
Jean Mouzet est né en 1990, est un écrivain français. Il a étudié la philosophie à la Sorbonne, codirigé le numéro "Les philosophes et la psychologie" de la Revue philosophique et collaboré à Philosophie Magazine. Il est bien connu pour avoir traduit le roman argentin « Le Modèle aérien « de Leonardo Sabbatella (Tituli, 2015).
Son livre est divisé en six chapitres : Rompre – Être – Risquer– Résister – Réaliser - Rechercher.
Cette Guilde est une ONG au sein du service de l'Aventure et de la Solidarité et son action porte sur une trentaine de pays. Étant très peu connue (ainsi que signalé par Sylvain Tesson dans la préface) et compte tenu de l'importance de ses « actions », il est tout à fait juste d'en parler enfin : « Faire ce dont les autres rêvent, dit la devise de la Guilde. Il était temps qu'un livre raconte l'histoire de cette confrérie impossible ».
Au départ, elle s'était plutôt consacrée au domaine de l'aventure et parmi ses participants, on a la surprise d'apprendre la présence de personnalités telles que Paul-Emile Victor, Henry de Monfreid, Roger Frison-Roche, Philippe de Dieuleveult, Patrice Franceschi et tellement d'autres...
On apprend qu'aujourd'hui elle est dirigée vers deux principaux thèmes : la solidarité internationale mais aussi l'aventure.
Patrick Edel qui s'est posé la question suivante : « Comment un détenu politique tout juste libéré réussit-il à ne pas renoncer aux idéaux qui l'ont précisément conduit à l'endroit d'où il vient de sortir ? » a créé cette Guilde. Elle est « à la fois cette tentative, ce moyen, cette aventure, échappant à toute définition administrative, sortant de l'esprit d'un garçon qui rêva d'honneur et de fidélité derrière les murs d'une prison pendant que les bourgeois de son âge préparaient les molles barricades de Mai 68. » Et le mot d'ordre en était : « Action ! », mot qui est toujours d'actualité.
Sylvain Tesson finit sa préface par ces mots : « Elle a un demi-siècle et n'a pas vieilli. Après tout, rien n'est plus jeune, c'est-à-dire plus éternel, que le regard posé sur la carte du monde par un garçon ou une fille de vingt ans.
Imaginons-les.
Ils se penchent sur le planisphère et murmurent : « Par où commence-t-on? ».
Par sonner à la Guilde, les gars ».
Et c'est parti mais c'est très difficile de parler de ces 266 pages aussi riches en renseignements inattendus : descriptions des interventions de tous ces humanitaires – les actions entreprises avec tous les risques encourus – le courage et la foi dans les « actions » - le mépris des convenances – l'acharnement pour arriver au succès de leurs opérations… mais aussi leur humour même dans des circonstances graves.
On y parle de la bataille d'Alger en 1957 avec des réseaux terroristes mais aussi du Biafra avec son génocide, de Kouchner qui ne voulait pas reproduire le même schéma de la Croix-Rouge qui n'avait pas dénoncé les camps d'extermination nazis.
Une évocation est faite sur le Rwanda en 1994  : « guerre aux Arabes et assimilés, dite guerre contre le terrorisme, depuis 2001. » (page 71).
Je passe sur d'autres événements (très importants malgré tout) et j'arrive à Patrice Franceschi qui avait décroché une « bourse de l'aventure en 1975 pour son premier raid au Congo, et une seconde en 1976 avec Hugues Tissandier et Pascal Manoukian pour l'expédition Yacumo » dont il allait tirer le récit « Terre Farouche » ainsi que le film « Cariba et Cariba, » prix du jeune réalisateur au premier film d'aventure, créé par la Guilde en 1977 et qui revendique aujourd'hui quinze mille visiteurs par an ». (page 83).
Un passage qui m'a beaucoup intéressée est celui portant sur Philippe de Dieuleveult :
« UN SECRET DE POLICHINELLE
Philippe de Dieuleveult est tué voici trente ans. On l'a dit noyé avec ses amis, de l'Africa Raft. Il est cocasse que les Français s'interrogent encore et ce, nonobstant le colportage de la puissante radio-trottoir de Kinshasa. Au Congo-Zaïre, personne n'a jamais cru dans la noyade. » (page 115). Malgré l'ancienneté des faits, il est un personnage mythique, hors du commun, un baroudeur qui n'avait peur de rien et dont l'énigme de la disparition perdure toujours. Cet officier parachutiste devenu présentateur vedette d'une émission télévisée : « La Chasse aux trésors », « ne se complaisait pas aux mises en scène de l'aventure à la télé » (page 111). Il gardait en lui une action autrement plus importante, plus grave et c'est certainement cela qui lui a coûté la vie lors d'une expédition devant traverser l'Afrique centrale d'Est en Ouest. Malgré toutes les recherches entreprises, aucun corps, ni le sien ni celui de ses compagnons de l'Africa Raft n'ont jamais été retrouvés. Le thème de la noyade avait été évoqué mais même Patrice Franceschi, venu participer aux recherches, doute de la façon dont sont morts ces aventuriers.
Au fur et à mesure des années la Guilde prend de l'importance et se retrouve également en Afghanistan pour tenter de porter secours à la famine qui sévit. Mais si la Guilde fournit de l'alimentation on lui demande des armes et de l'argent pour en acheter. Et « l'action politique prend de l'ampleur » : « Avec Laurence Laumonier d'Aide médicale internationale, Maréchaux critique les Américains pour la distribution exclusive de leur aide aux services secrets pakistanais, qui la livrent aux seuls partis islamistes de Peshawar : « A ce compte-là, nous refusons de participer ! Démerdez-vous ». Les Américains cèdent. Pas le choix. ». (page 166).
Mais je m'aperçois qu'il est impossible de parler de tout ou du moins de la plus grande partie de ces actions qui sont vraiment des « Éclats d'actions » car les événements y sont tellement nombreux, ces actions tellement diversifiées, que le gros risque en faisant la critique de ce livre est de donner la préférence à certaines et laisser dans l'ombre d'autres.
C'est fort dommage mais c'est aussi le but d'une critique : laisser place à l'imagination du futur lecteur et le laisser découvrir tout cet univers particulier. On ne peut que saluer le courage de tous ces hommes et femmes qui ont agi au sein de cette Guilde et qui continuent à le faire.
Je peux quand même tenter l'éventuel lecteur intéressé par cette oeuvre, en lui disant que la Guilde s'est retrouvée aussi en Indochine, au Cambodge, en Irak, en Amérique du Sud, au Liban...
Cet ouvrage, tout en étant très sérieux et décrivant des événements tragiques, réussit à conserver un grand humour (digne de Sylvain Tesson). C'est peut-être son style qui transparaît et il n'est pas étonnant qu'il soit le président de cette Guilde.
Une bibliographie se trouve en fin de livre pour les différents et nombreux documents cités ainsi qu'un chapitre sur la Guilde aujourd'hui.
Je retranscris les paroles du fondateur, Patrick Edel :
« L'aspiration des masses aux satisfactions de Sancho Panza nous fait souhaiter que la Guilde poursuive, aristocratique et intempestive, au troisième millénaire, l'impossible quête de Don Quichotte. » Patrick Edel, Aventure n° 54, 1991.
- Il faut bien s'occuper.
- Ouais. »
Si j'ai pu livre cet ouvrage étonnant et passionnant, c'est grâce à la dernière opération de la Masse Critique Babelio que je remercie vivement ainsi que les Éditions Stock, car sans cela, je ne sais pas si j'en aurais eu l'occasion. Le résumé intéressant et une recommandation par Sylvain Tesson avaient fait que j'avais coché la bonne case.
Quelle belle découverte ! Mais je sais aussi que c'est un livre que je relirai pour en mieux examiner d'autres facettes que celles d'une première lecture. Il fait partie de ces ouvrages que l'on n'hésite pas à redécouvrir.
Ayant moi-même fait partie de la Croix-Rouge, mais en tant que secouriste bénévole, alors que j'étais lycéenne, je connaissais déjà le côté « sauvetage » des accidentés (sur la route ou en montagne) au cours de mes week-end ainsi que des manœuvres militaires.
Mais ici j'ai mieux appréhendé ce côté humanitaire et aventureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
thomassandorf
  18 août 2018
Voilà un livre bien étrange et fascinant : Eclats d'action centre son propos sur la Guilde du Raid, association créée en 1967 par Patrick Edel en réaction à la génération soixante huitarde dont il discernait déjà l'hypocrisie bourgeoise derrière la posture contestataire, et pour promouvoir les aventures en tout genre pourvu qu'il y ait de l'action et du risque.
L'auteur vous emmène à travers le destins et les témoignages de membre de la Guilde et par ce biais, par touches répétées fait découvrir cette association et sa vocation unique au monde.
Le principe de la Guilde est simple : « L'action est plus profitable que les discours » est l'un de ses axes cardinaux. Un autre principe fondamental est l'opposition à la société contemporaine occidentale, toute entière centrée sur l'utilitarisme. Chacun peut se choisir un autre destin que celui de citoyen neutre.
Impressionnant palmarès que celui de la Guilde. Parmi ses membres — anciens ou actuels : Sylvain Tesson, Frédéric Maréchaux (auteur d'un livre fantastique qui a été présenté sur ce blog), Philippe de Dieuleveult (rendu fameux par l'émission La Chasse aux Trésors et disparu dans des conditions plutôt étranges au Zaïre sur lesquelles ce livre donne quelques pistes), Pierre Fyot (co-fondateur de Médecins du Monde), Patrice Franceschi (entre autre écrivain de Marine, ancien président de Solidarités International)… Ces hommes ont constitué la première ONG de l'histoire. Indépendante, affilié à aucun gouvernement ni multinationale.
Il y a un côté rétrograde et barjot dans la philosophie du projet. C'est bien ce que rappellent ces mots que ne renierait nullement Jean Raspail, les mots de « confrérie », « mythologie », « bravaches », « cavalcades », « conquête de soi », « imaginaire », « refus du renoncement » , « exaltation », « honneur ». Tels les cailloux du Petit Poucet, ils traversent ce recueil de témoignages.
Mais dans l'exécution, c'est vraiment dans le concret que la Guilde trouve tout son sens. Là où l'homme se fait du mal, un aventurier s'engage. le Biafra, Liban, Afghanistan, Inde, Amazonie…
Ces hommes et ces femmes qui sont passés par la Guilde illustrent bien en creux les propos de Simone Weil : « Comme la pensée collective ne peut exister comme pensée, elle passe dans les choses (signes, machines…). D'où ce paradoxe : c'est la chose qui pense et l'homme qui est réduit à l'état de chose. » (La pesanteur et la grâce)
Au fil des pages apparait la cause que défend la Guilde : l'humanité, en dépit de toute modernité. Ces aventuriers d'aujourd'hui agissent à la marge par seulement par nature, mais bien par volonté. La douleur et la sueur font partie du voyage et ils le savent bien. Voilà donc un acte parfaitement conscient ; un acte de conscience.
Bien entendu, quelques côtés sombres surgissent ça et là : les liens avec les services secrets, les tentatives de manipulation politiques, le passé au sein de l'OAS de son fondateur (amnistié en 1965, précisons-le). La frontière entre l'engagement humanitaire et politique semble parfois assez poreuse.
Mais n'oublions pas que la Guilde accueille les « jeunes gens de bonne famille comme les chats de gouttière ». Derrière les inévitables différences d'opinion pour une organisation qui se présente comme ouverte et universelle, la conviction que l'engagement réside dans l'action, donc l'aventure, constitue le ciment qui lie tous ces destins disparates.
Livre complexe et à multiples entrées qui n'est pas facilité par le format ebook (je recommande la version papier à cet égard), le texte fascine car au milieu de morceaux de bravoure, il livre des propos hors normes, ceux de ces aventuriers qui font part de leur vision lucide et acerbe de notre monde et de son ordre occidental. C'est en effet en étant en marge que l'on peut mieux embrasser les contours de notre société et en saisir les défis.
Ah ! Et si vous aussi, vous sentez frémir cet esprit d'aventure et que votre coeur exige autre chose que des soirées à suivre la coupe du monde de football, passez donc une tête rue Pasquier dans le VIIIème arrondissement à Paris.
Thomas Sandorf
Merci à Netgalley et à Jean Mouzet pour son témoignage personnel sur cet ouvrage et pour notre échange fructueux sur son travail.

Lien : https://thomassandorf.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mguy
  13 mars 2018
Ce livre rapporte des bribes d'actions mondiales accomplies au sein de la Guilde. Pour comprendre ce qu'est la Guilde, il est nécessaire de lire la très bonne préface de Sylvain TESSON. Il s'agit d'une association créée il y a cinquante ans, dont l'objectif est de porter des projets dans les domaines de l'aventure physique, de la solidarité internationale, de l'exploration scientifique ou culturelle. L'objectif de ce livre est de nous faire découvrir cette structure très peu connue. Cet ouvrage est très riche car il mêle exemples concrets d'actions avec des réflexions philosophiques sur le thème, le sens et la finalité de l'aventure, de l'action, et même de la création. Bien que le texte soit assez décousu, la lecture n'en reste pas moins édifiante. Je remercie les éditions Stock de cette découverte très riche.
Commenter  J’apprécie          20
AnneLevy
  22 mars 2018
Cet essai est passionnant. Il met en scène une confrérie dʼaventuriers. Cʼest un prétexte à folles embardées sur lʼétat du monde. Une philosophie concrète de lʼaventure, en images. En actions. On y trouve de lʼhistoire, de la géopolitique, de lʼethnologie. le récit part un peu dans tous les sens. Il y a un fil rouge à suivre : comment donner du sens à sa vie ? Et des réponses par éclats de vie. Des fragments de destins, dʼexemples à suivre (ou pas). le ton mʼa parfois choquée. Mais c'est un beau texte, dense, profond, ironique. Merci à Sylvain Tesson pour cette découverte. Jolie préface.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   01 mars 2018
En somme, pour plagier la devise des Pères chartreux, le monde tourne mais la Guilde demeure, fidèle à ses axes cardinaux. Ramassons-les en quelques phrases :
- On ne peut pas changer le monde mais on peut en dénouer certains nœuds par le pouvoir de la volonté.
- Le geste gratuit est la paire de gifles que les cœurs aventureux distribuent à un monde utilitariste.
- La modestie d’une action est supérieure à la grandiloquence d’une promesse.
- L’action est plus profitable que les discours.
P.8/9
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
AnneLevyAnneLevy   22 mars 2018
TABLE DES MATIÈRES

ROMPRE - Afrique. 1960.
Empire et grandeur. Guerre subversive. Opération Résurrection. Terrorisme de résistance et dʼÉtat. Métamorphoses dʼune vocation. Création de la Guilde. Tintin, les vacances et les scouts. LʼEurope et la fraternité. Le style. Licence ou liberté. Les valeurs de lʼaction. Espions et communicants. Lʼintoxication médiatique. Françafrique et pétrole. Lʼhumanitaire sans frontières au Biafra. Génocide et propagande de guerre. Les nazis sont méchants. Devoir dʼingérence. Lʼhumanitaire par-delà bien et mal. Ruptures et fidélité.

ÊTRE - Europe. 2010.
Le bonheur ordinaire. La vie intérieure. Lʼennui. Devenir dans la société du bien-être. Principe de précaution, décadence. La dépression. Sʼinventer un nouveau problème. Horreur dʼêtre, besoin de vivre. Changer. Lʼamour en couple. Shakespeare ou Nietzsche. Conseils dʼamis. Lʼindividu moyen. La sagesse du petit bonheur. Lʼenfant. Sensations africaines. Échanger à défaut de changer le monde. Vivre, pas visiter. Joie dʼimmersion en mission.

RISQUER - Amérique. 1970.
Mort dʼun vieillard. Orage et naufrage. Amazonie. La revue Aventure. Les bourses de lʼaventure. Primitifs inconnus. Musique. Chance et volonté. Lʼesprit du raid et le panache. Fugue en Guyane. Lʼinstant du choix. Jeux de hasard à quitte ou double. Rencontre. Effets des flâneries en string. Ethnologie nomade et tribalisme. Le travail et le temps. Fauves et bestioles. Descartes aventurier. Lʼessence du capitalisme et la crise. Néolibéralisme et dictatures en Amérique latine. Lʼempire de la dette. Esclaves. Épuiser le champ du possible. Lʼorgueil. La personnalité est un totem. Le métier dʼaventurier. Grands raids auto-moto. Guerre au Liban. Courir contre la mort. Nécrologies dʼun agent secret. Le rafting sauvage. Philoctète et son arc. Lʼaventure pour lʼaventure.

RÉSISTER - Asie centrale. 1980.
Invasion de lʼAfghanistan. En avoir ou pas. Anarchie tribale et transcendance. Accrochages. Le solidarisme en guerre. Manuel du petit djihadiste. Attaquer une place forte. Le progrès. La famille. Vanité, toquades et volte-face. Lʼaventure utile. Ambiance à la Guilde. Support à la guérilla. Liberté et solidarité des forts. Caravanes et volontaires. Prise dʼotage. Radio aventure. Espionnite. Le milieu humanitaire. Marketing du freedom fighter. Le financement américain dʼAl-Qaïda. Mort dʼun volontaire. Serrer les fesses. Le complot. Du communisme à lʼislamisme. Fuck le charity business. Croire au système. Le sens du combat. Suicide. Évaluation des morts. Réinvention du mojito.

RÉALISER - Asie du Sud. 1990.
Fin de lʼhistoire. Montrer lʼexemple. Entreprendre. Lʼagence des micro-projets. Zéro blabla. Le touriste. Enseigner au Laos. Effet de la colonisation. Grandir dans un désert. Devenir immature. Intelligence et bêtise. Métamorphose, révélation. Bourlinguer. Réseaux Guilde. Lʼaventurier parfait. Maîtriser le développement. Savoir-faire local et multinationales. Comment prendre une décision. Aider les fous. Bricoler, naviguer. Puissance, bonheur et liberté. Comment échapper aux pirates. La bureaucratie est un génocide. Le sens de lʼexploit. Lʼinhumanisme. Survivre en autonomie. Lʼîle déserte. Low-tech. Lʼentrepreneur et lʼactionnaire. Le néolibéralisme, lʼesclavage et la création. Lʼintérêt supérieur des nations.

RECHERCHER - Moyen-Orient. 2000.
Les générations passent. La mystique du raid. Un fou. Le ferry de Noé. Saint patron des alpinistes. Bordel en Orient. Ascension. Volcan Camping. La recherche de lʼabsolu. Une écharde de bois sur une montagne de glace. Avoir la foi. Morts dʼalpinistes. Lʼexil et lʼamour. Vouloir ou rêver. La folie. Immortalité, discipline et génie. Des moines-soldats. Le sens de la vie : non. Aimer Dieu, sa femme et ses moutons. Pèlerinages. Retour du religieux. Radio de la paix. Genèse de lʼÉtat islamique. Travailler. La littérature. Le temps. Lʼécriture ou la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nadiouchkanadiouchka   08 mars 2018
Morte, l’aventure ? Finie… fichue ? Allons donc. Seuls le prétendent les moroses, les maussades, les tristes, les snobs à qui on ne la fait pas… Aujourd’hui, comme hier, l’aventure est dans le cœur de l’homme. Elle comporte un risque, qui peut aller jusqu’à la mort et lui donne son authenticité. Ce risque, ce danger sont des conditions nécessaires.
P.123
Commenter  J’apprécie          160
nadiouchkanadiouchka   05 mars 2018
La liberté, c’est le pouvoir d’accepter toutes les occasions d’agir pour ce à quoi nous croyons, disait Philippe de Dieuleveult. La liberté doit s’arracher par la force à la platitude ; elle est le combat et la récompense du combat.
P.157
Commenter  J’apprécie          210
nadiouchkanadiouchka   03 mars 2018
En perdant une bataille décisive contre les divisions communistes au Vietnam, l’armée française avait en toute logique perdu la guerre à Diên Biên Phu. Ce n’est plus du tout le cas en Algérie. Rupture dans l’histoire des conflits : pour la première fois, la victoire ne dépend pas des militaires. (…) La guérilla est à genoux. Les réseaux terroristes sont en proie aux purges internes de la bleuite, intoxiqués par les agents français.
P.23
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Video de Jean Mouzet (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Mouzet
Écrivain voyageur, président de la Guilde européenne du Raid, Sylvain Tesson préface "Éclats d'action" de Jean Mouzet (Stock). Un récit passionnant qui retrace le parcours du fondateur de cette ONG hors du commun et en établit les principes qui poussent de nombreuses personnes à s'engager sur le théâtre du monde pour le salut des autres et l'édification de soi. Sylvain Tesson nous en dit un peu plus dans cette vidéo. 
En savoir plus sur "Éclats d'action" : https://www.hachette.fr/livre/eclats-daction-9782234081918
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
179 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre