AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226252061
Éditeur : Albin Michel (01/11/2013)

Note moyenne : 3.48/5 (sur 28 notes)
Résumé :
A la veille de la Seconde Guerre mondiale, un haut fonctionnaire hongrois reçoit une jeune réfugiée finlandaise qui désire être régularisée. Stupéfiante coïncidence, elle est le sosie d'une femme qu'il a aimée et qui s'est suicidée cinq ans plus tôt. Il l'invite à passer la soirée avec lui. L'imminence du conflit accroît la tension de cette rencontre énigmatique.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Zakuro
  22 mars 2014
Un froid matin hongrois. Un visage féminin émerge du brouillard. Sur un bureau, des mains d'homme tremblent des efforts fournis. le visage est celui de Aino Laine, Unique Vague, jeune femme finlandaise à la recherche d'un travail en tant que professeur. Les mains sont celles d' un haut fonctionnaire d'Etat, qui par ordre vient d'écrire un communiqué encore confidentiel annonçant l'entrée en guerre de la Hongrie dans le 2ième conflit mondial. Il pense avec effroi aux actions que ces mots imprimés vont immanquablement enclencher.
Cet homme et cette femme se rencontrent. L'homme est d'abord incrédule car il croit reconnaître en Aino Laine les traits de la femme qu'il a aimé et qui s'est donné la mort par amour pour un autre homme. Car cet homme doute de la réalité, ne la tient pas acquise, jamais. Se demande si la vie a un sens. Mais Aino Laine entend défendre qui elle est, bien vivante et non le fantôme d'une femme morte.Comme le vol léger et délicat d'une mouette qui défie la distance pour se nourrir, Unique Vague s'applique à vivre avec force et ivresse malgré un passé lui aussi douloureux "... oui, c'est vrai, les mouettes sont visiblement obligées de fournir une énorme énergie pour exister et ne se demandent pas si la vie d'une mouette à un but".
Ce roman est le face à face diaphane de l'aube jusqu'à la fin de la nuit entre ces deux êtres ; ils se découvrent l'un l'autre, parlent de leur passé. Ils abordent aussi bien des thèmes intellectuels et généraux comme la grande Histoire, la solidarité et la guerre entre les peuples. Mais aussi des questions métaphysiques comme les lois de la répétition et de la nuance, du temps qui passe ou encore des sujets plus personnels et intimes qui touchent leur "moi", au sens de la vie, le destin, les rapports hommes-femmes, la fuite de la jeunesse, l'amour et l'émerveillement.
L'homme et la femme se plaisent, se tutoient, se trouvent parents, amis. Ils sont reliés physiquement par un seul baiser qui fait l'objet d'un très beau passage dans le roman sur son origine et son sens.
Ils savent désormais que par leur confrontation, ils existent l'un et l'autre, certainement différents après leur rencontre.
Un roman de questionnements où Sandor Marai excelle comme à son habitude à sonder l'âme humaine.
C'est avec plaisir que j'attends chaque année la réedition par Albin Michel des romans de Sandor Marai.
"Nous nous sommes rencontrés et nous nous sommes dit adieu. Ouvre-moi la porte et laisse-moi aller mon chemin".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
madamelafee
  12 décembre 2015
Un homme d'environ 45 ans est à son bureau. Il paraît calme, il s'interroge sur le mal que peuvent faire les hommes sur d'autres hommes. Nous sommes à Budapest à la veille de la seconde guerre mondiale.
Pendant ce temps, une femme gravit les escaliers, son pas est léger comme celui d'un oiseau. Elle attend derrière la porte qu'il la reçoive. L'homme ouvre la porte, il est pâle puis tout à coup il reçoit une joie foudroyante en la voyant. Une curiosité infinie s'empare de lui. Il se demande pourquoi ce double de l'être aimé, morte il y a 5 ans, réapparaît. Ce n'est pas sans raison qu'elle se tient là, devant moi pense-t-il ?
Aino Laine, la jeune femme qui se tient devant lui a environ 22 ans, elle est venue le voir pour qu'il l'aide à avoir un visa ainsi qu'un permis de séjour, car fuyant la Finlande elle veut travailler en tant que prof de français et d'anglais en Hongrie.
Elle vient de loin, les mouettes viennent aussi de loin, l'homme trouve que son regard est indifférent et cruel comme les yeux des mouettes. Aino a quitté son pays à cause de la guerre. J'ai bien ressenti cette grande souffrance à travers ces belles lignes, lorsqu'elle raconte comment une bombe a détruit sa maison en emmenant tous ses souvenirs d'enfance.
Ils se donnent RV à l'opéra.
L'homme déambule dans les rues puis s'arrête dans un café. Il se souvient de l'être aimé, Ili, elle lui avait demandé s'il voulait mourir avec elle sur le ton de la conversation, il s'interroge sur cette question diabolique. Pourquoi s'est-elle suicidée, était-elle possédée par cet homme (qu'elle aimait), chimiste, l'aurait--il manipulée, déstabilisée jusqu'à perdre ses repères, l'aurait-il amenée insidieusement à un comportement suicidaire ?
Leurs échanges se poursuivirent après leur soirée à l'opéra. Il voudrait que Laino se souvienne, mais elle ne comprend pas.
Pour l'homme rien n'est fait au hasard, qui t'a envoyé, Aino Laine ? Dieu ?
Je me suis retrouvée dans le royaume des contes avec ce livre. Un conte où règnent le merveilleux, le réel enveloppé d'irréel avec un zeste de spirituel !! Il y a une magie dans ce roman où les éléments célestes et quotidiens se mêlent. Le mystère est omniprésent, c'est un voyage au pays des âmes car Sandor Maraï s'interroge sur le sens de la vie, l'envol de la jeunesse, sur Dieu, sur l'Amour et sur la Mort.
Sandor Maraï met en scène 2 personnages qui parlent de leur vie, de leurs sentiments, il y a un forte introspection dans l'humain et aussi un jeu avec le divin !! Très bonne lecture que j'ai beaucoup appréciée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
sylvaine
  17 novembre 2016
Budapest -Hiver 40 ?- Un bureau dans un ministère_ un homme y est assis- sa mission :rédiger des dépêches et celle qu'il vient d'écrire va sans aucun doute changer la face du monde pour les hongrois .
Une femme demande à être reçue - elle entre -lui se fige- assiste t 'il à la réapparition de Ili la jeune femme qu'il a aimé profondément cinq ans plus tôt et qui s'est suicidée? La Femme se nomme Aino Lainé, Unique vague, elle est finlandaise, enseignante et vient le voir pour obtenir de l'aide; pour rester en Finlande il lui faut un visa peut il l'aider ?
L'homme , nous ne connaîtrons pas son nom, l'observe , l'étudie et mu par l'envie de mieux percer le mystère l'invite à l'accompagner à l'Opéra.
Suivent alors monologue intérieur de l'Homme, monologue à "deux voix" de la Femme et de l'Homme, le tout dans le respect des règles du théâtre classique, unité de lieu-Budapest- de temps -24 h- de fait -l'apparition d'Aino véritable double d' Ili .
Roman très exigeant c'est le moins que je puisse dire. Sandor Marai l'un des plus grands écrivains hongrois y aborde les thèmes qui lui sont chers, Dieu , la place et le rôle de l'Homme, l'Amour, le Couple, la Mort et la guerre . Ecrit et publié en 1943 par un homme anti-fasciste qui se verra contraint à l'exil aux U.S.A. lors de la prise de contrôle après-guerre de la Hongrie par les russes, ce roman nous offre de magnifiques pages qui parfois ne se laissent pas facilement apprivoiser mais au lecteur de "vaincre" ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Corboland78
  26 août 2019
Sándor Márai (de son vrai nom Sándor Grosschmied de Mára) né en 1900 à Kassa qui fait alors partie du Royaume de Hongrie dans l'Empire austro-hongrois (aujourd'hui en Slovaquie) et mort en 1989 à San Diego aux Etats-Unis, est un écrivain et journaliste hongrois. La vie de l'écrivain fut itinérante, européenne et quasi-vagabonde dans sa jeunesse pour fuir la Terreur Blanche de 1919, hongroise pendant vingt ans, américaine et italienne après le passage de la Hongrie dans la sphère soviétique et le choix par Márai de l'exil qui le mènera de New York à Salerne, en Italie, puis en Californie où il se donnera la mort à 89 ans, quelques mois avant la chute du mur de Berlin. Les Mouettes, un roman datant de 1943.
Budapest. Un haut fonctionnaire reçoit dans son bureau du ministère une jeune finlandaise désirant obtenir un permis de séjour. Elle est professeure de langues et souhaite enseigner en Hongrie. Cette rencontre imprévue sidère l'homme, la jeune femme ressemble à s'y méprendre à une jeune fille qui fût son grand amour mais qui s'est suicidée il y a cinq ans pour un autre…
Bien qu'il s'agisse d'un roman, le texte présente toutes les caractéristiques d'une pièce de théâtre. Deux acteurs, un homme (dont on ne saura jamais le nom) et une femme (Aino Laine) ; un lieu quasi unique, le bureau du fonctionnaire ; et la fameuse unité de temps, leur discussion courant le temps d'une nuit, entre la toute fin de journée et l'aube.
Le roman est très mystérieux : l'entame plonge le lecteur dans l'interrogation, y-a-t-il là une touche de surnaturel avec une femme revenant du pays des morts, à moins que l'intrigue ne soit plus prosaïque à la manière d'un Hitchcock, genre belle espionne en quête d'informations auprès d'un fonctionnaire qui vient justement de rédiger quelques heures auparavant un rapport ultra secret qui engagera l'avenir du pays dans la guerre qui gagne l'Europe ? Et pour tout dire, même quand le livre se referme, éloignée l'idée du surnaturel, reste une part d'incertitude… volontaire, car tout ceci n'est que poudre aux yeux. L'art et la manière d'un grand écrivain pour tenir son public en haleine et lui faire avaler son propos.
Ce livre - où l'on retrouve avec plaisir le style de l'auteur, un rythme apaisant et ouaté où l'esprit prend ses aises pour réfléchir à la vie, ses aléas et la mort – est un roman philosophique.
Sous l'épée de Damoclès suspendue au-dessus des deux protagonistes, à savoir la guerre qui se propage à travers l'Europe, les deux acteurs, l'homme principalement, vont discourir toute une nuit sur la nature du couple (il est unique depuis l'origine jusqu'à la fin des temps, seules de légères différences identifient les paires) ; sur l'amour « et ce qu'on cherche dans les bras de l'autre » ; sur la vieillesse et la mort, une obsession pour le fonctionnaire, « un homme, un vrai, ne fait pas ses adieux à la jeunesse avec sentimentalisme et avec émotions » ; et sur la place des gens dans ce monde, pourquoi se rencontre-t-on ou pas, « au-delà des emportements et des passions » ? Quelle est la part du destin dans tout cela et d'ailleurs le destin existe-t-il ?
Un roman très intellectuel, parfois répétitif mais toujours fascinant, voire hypnotique. Je ne pense pas qu'on puisse le placer parmi les meilleurs livres de Sándor Márai mais j'ai trouvé là, matière à un excellent moment de lecture.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Moan
  11 juin 2015
Une jeune réfugiée finlandaise vient se présenter à un haut fonctionnaire hongrois, la veille de la seconde guerre mondiale. Celui-ci la voyant devant lui est troublé. Cette femme ressemble étrangement à la femme qu'il a aimé et qui s'est suicidée, il y a quelques années. Il l'invite à l'opéra.
Cette coïncidence l'interroge.
Marai retranscrit bien l'atmosphère d'avant la guerre.
J'ai beaucoup aimé Les Braises, mais les Mouettes et toutes les questions posées ont fini par me lasser.
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
kabikabi   30 avril 2016
De quelle manière raffinée on peut tuer. On peut tuer quelqu'un sans poison ou sans stylet ou même sans paroles, il suffit simplement d'un certain comportement.., répondit le pharmacien d'un air presque bête et apeuré, comme stupéfait par la signification de sa découverte. Voilà comment un être peut en anéantir un autre : il ne le laisse pas partir mais ne s'abandonne pas lui-même, il se l'attache en le détachant du monde, mais en même temps il ne lui permet pas de s'approcher trop près et surtout il ne noue aucun engagement. La personne que l'on choisit et que l'on isole ainsi du monde succombe. Car elle reste seule sans l'être tout à fait, parce que malgré tout elle vit dans une sorte de lien, alors que le maître ne se soucie pas d'elle, l'esclave... vous comprenez ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
josteinjostein   18 décembre 2013
Çà c'était la réalité. Et celui qui ne l'a pas vécue ne sait pas ce que l'on ressent quand on est assis dans une cave, quand la maison au-dessus de soi s'écroule et que tout ce qui appartenait à la vie de famille et qui signifiait l'enfance, tout se réduit en cendres, non, il ne sait pas vraiment ce que c'est, la guerre.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   06 avril 2018
La vie est extraordinaire et une règle extraordinaire de la vie c’est qu’en réalité, dans la pratique, tout est plus simple, y compris la mort et la guerre. J’ai quarante-cinq ans et je pourrais imaginer que, à la dernière minute, la vie satisfait tout le monde : elle m’enlève la mer mais elle me rend la sensation de vivre que me procurait l’amour, elle me rend cette femme, elle me renvoie ce corps, ce sourire, ce regard auxquels mon corps et mon âme répondaient de tout leur élan. Mon cadeau d’adieu… je le verrais ainsi si j’étais mystique. Mais il est probable qu’il ne s’agit que d’un hasard. Un hasard – même si tout cela est vraisemblable, incroyablement, bêtement vraisemblable et d’un romantisme bon marché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
irenapirenap   17 juin 2018
Il se demande parfois lui aussi ce qu’est l’amour et ce que l’on cherche entre les bras de l’autre… et répondre à cette question devient de plus en plus douloureux. ‘Dis-moi, mon cœur, est-ce cela, l’amour ?...’ Question simple. (...) Question simple, et on aurait dit que la femme étendue sur ce sofa la posait non sans quelque ironie ; oui, bien que détendue dans l’intimité d’une situation aussi vieille que l’humanité, apaisée et gratifiée, elle parlait avec dérision, avec humeur, comme si elle doutait du sens véritable de la situation et de l’expérience. Question diabolique. (…) La question, il ne la comprend que maintenant, jusque-là elle n’était qu’un vers, un lieu commun, du badinage. À présent, il pense qu’Ili la posait sérieusement. Car il y avait comme une désillusion dans sa voix : c’était la question d’un être qui, bien qu’apaisé et gratifié, prend brutalement conscience de quelque chose, la question d’une créature qui reprend soudain pied dans le chaos de l’existence humaine, allongée sur un canapé, dans l’appartement d’un homme, et qui adresse, au-delà de cet homme et de la situation, cette question à la fois naïve et narquoise, choquée et dubitative au Créateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Corboland78Corboland78   26 août 2019
… oui, comme les mouettes qui atterrissent ici, guidées par leur instinct qui les emmène du Nord dans cette direction parce que, dans leur lutte pour la vie, elles espèrent y trouver les conditions atmosphériques et la subsistance dont elles ont besoin. Ce n’est pas une expérience banale, ordinaire… Il est vrai que je cherche à comprendre les phénomènes et les signes sur un mode humain. Mais que puis-je faire d’autre ? Je ne suis qu’un homme. Le deuxième exemplaire m’a trouvé, elle a appuyé sur la poignée de la porte et, avec l’assurance des somnambules, elle a pénétré chez moi, l’homme pour lequel ce visage, ce physique, ce regard et ce sourire signifient davantage que pour les autres, le million d’habitants de cette cité. Il ne peut s’agir que d’une provocation démoniaque ; on dirait qu’ils sont habiles ces temps-ci, là en bas, à organiser le quadrille infernal, les grandes valses du mal masqué. Quel instinct a mené cette femme chez moi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Sándor Márai (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sándor Márai
L' émission "Un livre toujours" vous présente «Les Grands Romans» de Sandor Marai, publié au Livre de Poche (collection Pochothèque).
autres livres classés : littérature hongroiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
297 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre
.. ..