AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Ladislas Gara (Traducteur)Marcel Largeaud (Traducteur)
EAN : 9782226058898
229 pages
Albin Michel (28/04/1992)
3.83/5   36 notes
Résumé :
Tandis que leurs pères sont au front, des adolescents découvrent en bande leur indépendance.
Livrés à eux-mêmes, menés par les démons de leur révolte, ils inventent des jeux qui leur permettent de renverser le monde des adultes, d'échapper à l'autorité de leur famille. C'est l'apprentissage de tous les dangers, de toutes les déraisons. Sur fond de guerre, la découverte de la vie, de la sexualité, le passage du rêve de l'enfance aux réalités du monde ne vont p... >Voir plus
Que lire après Les révoltésVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Pour apprécier, savourer ce court roman, le premier de son créateur, donc publié en 1930, je pense qu'il est nécessaire de se remettre dans ces années-là... le récit de ce livre, tout à fait étonnant, se déroule en 1918... c'est donc encore la guerre, ca sent la fin, mais comme on dirait aujourd'hui ca sent le sapin, c'est-à-dire que déjà les civils recueillent les blessés, les amputés de retour du front.
Même si le thème apparemment principal du roman est l'histoire de quatre adolescents entre deux mondes, le thème sous-jacent est cette guerre, mais ce thème en devient dominant. Car il détermine les trajectoires, les destins des uns et des autres, si minutieusement dessinés par l'auteur.
En effet, cette guerre, pour la Hongrie, a enlevé les pères, ainsi l'autorité, la sévérité, la loi, la règle établie. Il ne reste que des femmes (en très petit nombre et faibles et maladives ou les deux ) et les adolescents : quatre. Abel, Tibor, Erno et Bela. Et des personnages satellites.
Quatre figures emblématiques de ce que a pu être la Hongrie au moment de la déliquescence de l'empire austro-hongrois. Quatre figures qui devraient la construire cette Hongrie. Et ben, pas simple... conflit de classe, conflit de religion, conflit ethnique, donc politique... chaque adolescent figure une composante de la nation hongroise qui devra émerger après 1918.
Certes l'on pourra y lire un simple roman adolescent, comme les Enfants terribles de Jean Cocteau.
Moi je crois, j'ai vu, j'ai lu, une quête bien plus profonde qui est la quête d'une nation, un bébé, un adolescent, qui doit se battre, qui doit se rebeller contre les anciens, contre les lois séculaires.
La portée de ce livre est éminemment, supérieurement politique, noblement.
A part cela, l'écriture est belle : précise, les descriptions autant les paysages que les visages, sont magnifiques, tranchante, sans fioritures.
C'était mon premier livre de Sandor Marai, j'attaque le second, Les Etrangers.
Commenter  J’apprécie          110
Acheté et lu ce livre lors d'un voyage en Hongrie... Sandor Maraï est un auteur culte là-bas, je me devais de le lire.
L'histoire : dans une Europe qui bouge, à la veille de la 2ème guerre mondiale, des jeunes garçons hongrois, en passe de devenir des hommes, essayent de vivre une vie, des expériences, qui ne sont pas celles des adultes.
On pense aux "Enfants terribles" de Cocteau, et à Graham Green...
Ecrit en 1929, à l'aube de la guerre, dans une Hongrie en pleine effervescence communiste et anarchiste, ce roman sonne étrangement, un peu sauvage, poétique, et sent la liberté, mais aussi la fatalité qui plane au-dessus de ses jeunes héros.
Commenter  J’apprécie          40
Des jeunes gens passent leur Bac en 1918, leurs pères sont au front. le monde change pour eux, mais ils sont désemparés, ils sont en rupture avec tout autour d'eux. Ils vont former une bande que, forcément, tournera mal.

C'est un roman désenchanté, assez morbide et pessimiste. On sent venir le naufrage de l'ancien monde.
Commenter  J’apprécie          50
C'est l'histoire d'une bande de jeunes hongrois, à la sortie de la guerre 14-18. C'est intéressant, notamment pour analyser les sentiments d'une génération née pendant la guerre mais qui n'a pu y participer, n'ayant pas encore l'âge, notamment dans l'analyse des relations avec leurs parents, qui eux ont été en grande partie décimés par la Grande Guerre.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Certes, pour personne la ville natale n'est un clocher, ou une place avec un jet d'eau ; encore moins un centre commercial ou industriel important… La ville natale, c'est un porche sous lequel une idée t'es venue ; c'est un banc où tu t'es assis, méditant sur ce que tu ne comprenais pas ; c'est un instant de vertige, au cours d'un plongeon dans la rivière, où une vie antérieure t'es soudain apparue ; c'est un galet poli retrouvé au fond d'un vieux tiroir, et dont tu ne sais plus pourquoi tu l'as gardé ; c'est le chapeau de ton professeur de latin, souillé d'une large tache sombre ; c'est le trac qui te serrait le ventre avant l'interrogation d'histoire ; ce sont les jeux bizarres que nul ne comprenait et que tu aurais eu de la honte à expliquer ; c'est un mensonge dont les conséquences hanteront tes rêves pendant toute ta vie ; c'est une voix montant de la rue, une nuit, par ta fenêtre ouverte, et que tu n'oublieras jamais ; c'est l'éclairage d'une chambre ; c'est la frange au bas d'un rideau.
Commenter  J’apprécie          20
C'est curieux combien vous êtes plus jeunes que je ne l'aurais pensé. Moi, à dix-huit ans, j'étais beaucoup plus vieux. C'est plus tard que je me suis mis à rajeunir.
Commenter  J’apprécie          60
La guerre n'était sans doute qu'une des formes de cette dégradante servitude forgée par les adultes pour torturer eux-mêmes et pour torturer les faibles.
Commenter  J’apprécie          40
Tous les enfants ont un talent d'acteur.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sándor Márai (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sándor Márai
Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/
N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie.
Avez-vous déjà vécu cette expérience terrible : quand l'amour entre en conflit avec l'amitié ? Mais savez-vous qu'il existe un roman formidable qui nous dit lequel de ces deux sentiments finit toujours par l'emporter ?
« Les braises », de Sandor Marai, c'est à lire au Livre de poche.
Dans la catégorie : Littérature hongroiseVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures ouralo-altaïque, paléosibériennes, finno-ougriennes (hongroise, finnoise), dravidiennes>Littérature hongroise (84)
autres livres classés : littérature hongroiseVoir plus
Les plus populaires : Jeune Adulte Voir plus


Lecteurs (84) Voir plus



Quiz Voir plus

Antigone de Jean Anouilh

Qui sont les parents d'Antigone :

Jocaste et Oedipe
Créon et Jocaste
Créon et Eurydice
Hélène et Ménélas

10 questions
660 lecteurs ont répondu
Thème : Jean AnouilhCréer un quiz sur ce livre

{* *}