AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Georges Kassai (Traducteur)Zéno Bianu (Traducteur)
ISBN : 2253099317
Éditeur : Le Livre de Poche (23/02/2005)

Note moyenne : 3.08/5 (sur 19 notes)
Résumé :
C'est une petite boule de poils qui gambade et aboie. Il n'est pas beau mais semble avoir de l'esprit et bientôt, grâce à ses maîtres, de bonnes manières...Tchoutora est le nom de ce chiot joyeux que Monsieur a décidé d'offrir à Madame en ce Noël 1928 assombri par la crise économique. Bien qu'attendrissant, le quadrupède se montre vite rétif aux règles que dicte la bonne société à un « être inférieur » de son espèce, et bouleverse de sa turbulente présence la vie du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Fortuna
  04 décembre 2016
C'est Noël, il neige, nous sommes en Hongrie à la fin des années 20. Les temps sont durs mais il faut sacrifier aux traditions la morosité ambiante et la maigreur des économies. Monsieur, écrivain, doit trouver un cadeau pour Madame, un présent qui ne la déçoive pas mais il n'a pas d'argent. Son choix se porte sur un chiot de deux mois qu'il achète en hâte au chenil du zoo. Or à la place du chien puli escompté, charmant chien hongrois au poil très abondant, il se retrouve avec un bâtard indomptable et méchant...Tchoutora.
Les relations entre le maître et le chien, puisque c'est finalement lui que le chien adopte, ne se passent pas trop mal au début malgré tous les aléas dus à la présence de ce jeune animal - il fait ses besoins sur le tapis, ronge pantoufles, robes de chambres et livres anglais, aboie parfois pendant des heures. de quoi vous dégoûter à jamais de la race canine...
Mais à un moment tout dérape, le chien grandit, devient incontrôlable. Un sauvage indompté au coeur d'une vie bourgeoise, qui va bientôt devenir indésirable, inadapté à la vie dite civilisée...Un caractère trop fort mais qui pourtant laissera des regrets.
Finalement l'écrivain aurait peut-être du se contenter d'un chat ...animal beaucoup mieux adapté au besoin d'un homme de lettre. Bien que certains matous puissent également avoir des caractères bien trempés...Mais au delà du choix d'un animal, c'est la société hongroise dont Sandor Marai se moque gentiment. Avec parfois quelques longueurs, un certain humour et une interrogation : qui est finalement le plus sauvage des deux ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Kirsikka
  16 septembre 2016
Sandor Marai est un écrivain dont je me promets de lire tout au moins des titres comme Les braises ou Métamorphoses d'un mariage. J'ai commencé par Un chien de caractère, et je n'ai pas regretté. Certes, ce roman est atypique dans son oeuvre, j'en ai bien conscience. En effet, il diffuse une ironie désabusée dans un contexte de "vide universel", alors qu'un "système économique suranné cède la place à un autre". Ou pour le dire autrement, dix ans après la fin de la Grande Guerre, c'est la crise et le désenchantement en Hongrie. L'observation de Tchoutora, des rapports avec ses maîtres et de sa découverte progressive du monde donnent à Sandor Marai l'occasion de dessiner les portraits caustiques de personnages pittoresques : le concierge déclassé, l'illuminé mystique, les analysées prosélytes, les retraités en loden, la famille divisée en branches ennemies, la bonne, une américaine snob, les voisins du quartier huppé d'un pays en déclin... Ce roman est aussi une réflexion sur le caractère, ou l'instinct sauvage, fascinant et attachant à proportion sans doute de son impossible éducation aux bonnes manières.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
pasiondelalectura
  22 avril 2015
C'est un livre apocryphe de Sándor Márai, publié par ses héritiers.
C'est un vrai bijou de subtilité psychologique car sous le faux prétexte de nous narrer l'arrivée d'un petit chien dans une famille bourgeoise hongroise, nous avons une fine et assez drôle (rare chez Márai !) analyse de toute la société hongroise, et même un traité de psychologie canine !
Un régal de fraicheur.
Commenter  J’apprécie          21
Nikoz
  04 février 2015
Qu'a voulu faire S. Marai de ce chien? le livre gagne en profondeur et en largeur à chaque page. Beaucoup de subtilité dans le final.
Commenter  J’apprécie          20
Bookinista
  10 mars 2012
Roman du grand écrivain hongrois Sandor Marai : "Un chien de caractère" (L'acquisition d'un chien joyeux mais rebelle, nommé Tchoutora lors du noël 1928, bouleverse la vie d'une famille de la bourgeoisie hongroise du milieu du XXe siècle. En fait, le héros de ce conte moral, un charmant quadrupède, semble totalement rétif aux règles dictées par la bonne société aux êtres inférieurs.).
Et que lit-on dans le Télérama du 29/02/2012, à propos de la politique du nouveau Ministre-Président élu en 2010, qu'étant "capable d'instaurer une taxe sur les chiens non-hongrois", il est "donc capable de tout". Et pour rester dans le domaine de la littérature et de la Hongrie, ce même journal nous apprend que la statue du grand poète Attila Jozsef (suicidé sous un train à 32 ans en 1937) devrait être déboulonnée car considérée comme politiquement trop marquée à gauche : "Une révolution culturelle absurde est en cours", dixit le journal
Lien : http://coquelicoquillages.bl..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
FortunaFortuna   04 décembre 2016
Il se souvient qu'en cette veille, tout est surprise, tout est mystère, y compris le nombre d'œufs que la bonne doit mettre dans la mayonnaise, parce que ce soir-là, chacun attend le retour d'un merveilleux qui a définitivement disparu. On dirait que c'est vraiment Noël, songe t-il ébahi, et qu'il me faut prendre au sérieux cet appartement, cette famille et cette fête, avec ses mystères, son odeur de sapin et son atmosphère attendrissante...Ce genre de choses l'étonne toujours.
Il regarde la neige tomber, mais n'entend plus le carillon d'autrefois. Non le mystère s'est évaporé. La fête le met mal à l'aise : on ne s'attendrit pas en cette société.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
KirsikkaKirsikka   16 septembre 2016
Cette cohabitation exigeant nécessairement des sacrifices, son maître a renoncé à sa discipline, si chèrement acquise, pour emmener promener Tchoutora au Champ du Sang dont les beautés l'enchantaient bien moins qu'elles ne ravissaient l'animal. Ce dernier a pu user des meubles à sa guise, donner libre cours à ses sympathies comme à ses aversions ; un jour, Monsieur s'est même fait violence pour aller rendre visite à ses voisins afin de combattre leur hostilité à l'égard de Tchoutora ; la famille ferma les yeux sur ses penchants pervers pour des chiens séniles, travailla sans relâche à effacer ses traces, prit sa défense contre les critiques que formulaient, concernant son origine, spécialistes, vétérinaires et retraités en lodens. Tous jouèrent avec lui, du moins quand c'était l'heure de jouer, et si Madame et Monsieur ne partageaient pas, à table, leur repas avec le chien, c'était tout simplement à cause de sa réserve et de son étrange pudeur rustique. En outre, surmontant leur égoïsme et leur réticence à introduire des étrangers dans leur intimité - réticence qui, en dernière analyse, traduit peut-être leur peur de la mort -, ils ont fini par adopter cet être vivant, malgré l'indéniable déception qu'il leur a causée en devenant non pas un pouli, mais un bâtard tenant du fauve. (...) Chacun s'est montré indulgent dans les moments critiques de son existence, lui prodiguant des conseils, mais restant toutefois impuissant contre les remords qui s'emparaient de son âme russe chaque fois qu'il déchirait telle robe de chambre ou dévorait à belles dents certains romans britanniques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NikozNikoz   04 février 2015
Toute la soirée, Madame de garda serré dans ses bras
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Sándor Márai (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sándor Márai
L' émission "Un livre toujours" vous présente «Les Grands Romans» de Sandor Marai, publié au Livre de Poche (collection Pochothèque).
autres livres classés : littérature hongroiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1770 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre