AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782844850713
77 pages
Éditeur : Allia (27/08/2001)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Encore une histoire d'amour qui tourne mal. Ou plutôt qui fonctionne longtemps à sens unique. De bout en bout, même. D'une part, la narratrice, Valérie Mréjen elle-même, amoureuse, naïve. D'autre part Bruno, dit l'Agrume, amateur de fruits qu'il laisse béatement pourrir dans une corbeille, dessinant son effigie sous forme d'un citron. Il prend des rendez-vous qu'il ne tient pas, conserve près de lui une soi-disant ex-peti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
ATOS
  20 juin 2015
Un stylo caméra. C'est pas souvent qu'on peut en voir filer, de cette façon là, entre les lignes.
Dans ma petite panoplie de lectrice, je n'ai pour l'instant rencontré cela que deux fois : Duras et Mréjen. Pas de parti pris narratif, l'auscultation dénué de tout soupçon, la palpation du regard.
Les mauvais plans peuvent produire des séquences remarquables. Cela donne un style, un rythme, un ton couleur banche et citron.
L'oeil surplombait... et regardait la mouche.
Valérie Mréjen est auteure. Auteure de livres, auteure de films. Auteure donc en totalité.Elle écrit. Cruelle, ironique, à hurler de dire souvent, irritant, attendrissant, on ne sait pas sur quel plan il faudra que les mouches continuent de danser.
Ce n'est pas « je vois..» mais c'est « regarde ! », c'est la seule indication qui sera donnée au lecteur. Face stylo caméra. Sans jugement, sans valeur, sans sous titre, entre l'acidité du désir et l'amertume de l'amour le goût de cet agrume se déposera sur le bord de votre bouche.
Quant au zest de l'histoire, il nous appartiendra ne pas laisser se perdre la mouche.
Donc grande envie de poursuivre cette très belle découverte !
Astrid SHRIQUI GARAIN
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
fee-tish
  12 février 2012
« L'agrume », c'est Bruno. Un homme de son temps, un artiste dans l'âme qui voit la beauté au travers d'un champ en fleur, d'une photographie de charnier ou d'un film d'auteur. La narratrice, c'est Valérie Mréjen elle-même. Fiction la mettant en scène ou autobiographie ? le lecteur n'a pas le moyen de le savoir vraiment.
Cette histoire, c'est avant tout celle d'un semblant d'amour. le livre commence par « Il m'a dit je ne t'aime pas« . A la suite de cette courte phrase, Valérie se remémore des anecdotes, des instants de vie passés avec ou sans Bruno. le roman est truffé de paragraphes courts, comme des passages se rappelant à la mémoire de l'héroïne. Peu à peu le lecteur arrive à cerner cette relation, comme étant presque à sens unique. Une relation destructrice et sadique psychologiquement puisque Valérie aime l'Agrume et lui pardonne tout : infidélité, rendez-vous manqué, intérêt feint pour sa vie, etc. L'Agrume, lui, profite de l'amour aveugle de Valérie : il lui en fait voir de toutes les couleurs, sachant qu'il sera excusé.
Deux personnages auxquels je ne me suis pas attachée, simplement du fait qu'ils sont tous les deux agaçants. D'une part, Bruno, dit « l'Agrume ». Un homme comme on n'aimerait pas en croiser ; un individu dont le narcissisme est extrême. Il m'a donné l'impression de bien trop s'aimer pour pouvoir aimer quelqu'un en retour. Égocentrique, il n'en a pas moins besoin d'autrui, mais uniquement pour l'accomplissement de sa propre personne. Antipathique à souhait. Concernant ce surnom « l'Agrume » qui donne son titre au livre, je ne l'ai pas compris. Mis à part le fait que Bruno signe souvent d'un citron, qui semble être l'emblème dont il s'est affublé.
D'autre part, Valérie, la narratrice. Étonnamment, elle n'est pas plus sympathique que son amant aux yeux du lecteur. Une femme amoureuse et naïve. Est-ce son attitude ou le reflet de celle qu'on a déjà pu être qui nous énerve ? Quoiqu'il en soit, sa capacité à tout pardonner, ses oeillières concernant les infidélités de l'Agrume sont dérangeantes. On a une impression d'autodestruction malsaine dans son comportement. Aucune affinité mais beaucoup de pitié pour ce personnage.
Avec ce livre, j'ai découvert une plume qui m'a beaucoup plu. Une écriture très poétique, qui décrit une situation amoureuse délicate avec beaucoup de finesse et de tendresse. L'auteur arrive à nous suggérer lorsque Valérie se rend compte que quelque chose ne va pas ou lorsque sa naïveté prend le dessus.
En conclusion, j'ai beaucoup aimé ce moment littéraire, même s'il est toujours étrange de ne pouvoir s'attacher à aucun personnage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
zazy
  28 février 2012
Le sens unique n'existe pas seulement dans le code de la route. En amour, cela fonctionne très bien si l'on en croit Valérie Mrejen. Amoureuse ( ?) de Bruno, alias l'Agrume, espèce de mec lui aussi à sens unique, très imbu de sa petite personne, soit-disant esthète et amateur d'agrumes pourris. Dès le début, il a fixé les règles de leur histoire : c'est moi qui commande, c'est moi qui dit quand, où, pourquoi… Les rendez-vous où il ne vient pas, les absences, le téléphone silencieux, l'attente interminable…. Rien ne lui sera épargné, la narratrice accepte tout le lot avec en prime l'ex-petite amie.
Chose bizarre, alors qu'elle nous parle de l'homme qu'elle aime, il n'y a aucun mot d'amour, rien qu'un rapport de faits. La construction du livre est faite de petits paragraphes. Elle écrit par petites touches très précises comme pour mieux disséquer son amour à sens unique.
Dès le début, nous sommes fixés :
« Nous étions assis sur un banc près des Halles, sous une espèce de pergola en bois. Il faisait bon. Il m'a dit je ne t'aime pas »
La fin est assez inattendue :
« A la scène du vaudeville en peignoir, j‘ai propos » que nous rompions. Il a tout de suite été d'accord.
Je m'étais attendue à une apocalypse. Qu'allait-il se passer ?
Je ne vous pas voir ça.
En fait, il ne se passa rien : le téléphona n'a plus sonné. Ça n'a pas été trop brutal comme transition. »
Les deux antagonistes sont aussi agaçants l'un que l'autre. Lui, par sa suffisance, sa lâcheté, sa petitesse ; elle par sa soumission. La force de Valérie Mrejen, est de nous donner une succession de faits, non des états d'âme et la banalité devient un bon livre.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
chroniquesassidues
  24 février 2012
Voilà un petit livre bien sympathique et pétillant que j'ai dévoré dans le train. L'histoire est simple : la narratrice (Valérie Mréjen elle-même ?) est follement amoureuse de Bruno. Seulement voilà, il est déjà avec une autre femme et il n'est franchement pas disposé à changer cette situation qui lui convient très bien. Alors, notre narratrice accepte tout de Bruno : ses défauts, ses manies, ses mensonges, ses vacheries, ses retards, ses excuses, sa rivale... Elle est totalement aveugle et même naïve ! Et pourtant, on s'y attache et on se reconnait même un peu dans le personnage (par exemple, quand elle attend désespérément un coup de fil de son amant, et qu'elle a peur de sortir une heure de chez elle de peur de le rater). Évidemment, on prend rapidement en grippe Bruno (mais quand va-t-elle se décider à le quitter ??) même si on s'amuse en lisant les excuses farfelues qu'il invente et en découvrant peu à peu son portrait à travers les mots d'une amoureuse transie :
Une fois, il avait oublié un reste de couscous dans une cocotte minute avant de s'en aller trois jours. C'était moisi à son retour. Je me disais : comme il est attendrissant. Il a la tête ailleurs. Je trouvais les mouches drosophiles attendrissantes.
Valérie Mréjen a une écriture fluide et très agréable à lire. le livre est composé d'une succession de paragraphes plus ou moins courts qui racontent tous un épisode ou une anecdote différents, sans forcément suivre un ordre chronologique, ce qui rend la lecture dynamique. J'ai adoré ce petit bouquin publié en 2001 aux éditions Allia et vous le recommande vivement. D'ailleurs, un autre de ses livres me fait de l'oeil : Mon grand-père.
Lien : http://leschroniquesassidues..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mimipinson
  11 février 2012
Je ne garderai pas un souvenir ému de cette lecture. Elle sera passée, tel un météore, sans laisser ni traces, ni souvenir.
L'histoire, ou plutôt, les petites histoires de ce couple me laissent de marbre. Elle l'aime, lui non. Elle accepte tout. Des anecdotes mises les unes après les autres, montrant la communication difficile entre les deux, qui se lisent, mais bon….
Les histoires d'amour ne me passionnent pas outre-mesure, mais quand elles sont insipides…très peu pour moi. Ces deux- là m'ont laissée perplexe.
A lire quand on aime ce genre d'introspection !!!
Je remercie les éditions Allia pour ce premier ouvrage de l'opération Un éditeur se livre à laquelle je participe grâce à Libfly.

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
valeriepasdeloupvaleriepasdeloup   19 mai 2018
Un jour, il m'avait donné rendez-vous au cinéma. Je ne l'ai pas vu, j'ai attendu et je suis repartie. EN fait, il avait pris son billet sur-le-champ et il était entré dans la salle sans attendre. Une autre fois, c'était pour aller voir une séance du matin. Le rendez-vous était fixé depuis 10 jours. Les dix jours s'écoulèrent sans nouvelle ni message, mais il était réconfortant de pouvoir se fier à une date.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ssabssab   16 janvier 2012
Il possédait un Leica. Au cours d'un rendez-vous, il prit quelques photos, dont celle de deux sacs en plastique transparents. Il s'émouvait de la beauté des choses avec un réel enthousiasme. De la crème de lait à la surface d'une tasse, d'un bouchon de lavabo durci et craquelé, d'une tache de moisi sur un fruit, il disait c'est beau en les pointant du doigt.
Commenter  J’apprécie          10
zazyzazy   28 février 2012
La veille d’un jour passé, il m’avait dit qu’il m’appellerait. J’ai attendu. Je n’osais pas sortir. J’avais peur qu’il raccroche en trouvant le répondeur. Je suis restée chez moi, j’ai patienté non loin du téléphone en pleurant d’impatience. Il s’est mis à faire nuit. Je n’avais fait qu’attendre et espérer toute la journée. Peut-être était-il arrivé quelque chose? (Je me disais cela pour ne pas l’accuser). Je l’ai appelé vers 9h10. Puis vers neuf heures et quart. Tout à coup, il venait de rentrer. Il m’a dit : on est allés voir une exposition au Jeu de Paume. Il parlait gentiment mais avec une voix ferme. Il m’a promis de rappeler plus tard.
Il est revenu au bout d’une heure. J’ai pensé ouf.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
zazyzazy   28 février 2012
La première fois qu’il est venu chez moi, c’était en revenant de Tours. Il m’avait pris une boîte de macarons chez un pâtissier tourangeau. Nous sommes restés debout à nous embrasser au milieu du studio. Il était arrivé chez moi, avait réussi à trouver ma rue et apporté ces délicieux gâteaux. Bientôt, il m’a dit qu’il devait remettre un document à son frère aux environs de Jouy-en-Josas. Il est parti en promettant de revenir. Pendant ce temps, j’ai tournoyé en rond et admiré les macarons. Au bout d’un moment, je me suis mise à la fenêtre pour guetter sa voiture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
zazyzazy   28 février 2012
« Une fois, il avait oublié un reste de couscous dans une cocotte minute avant de s'en aller trois jours. C'était moisi à son retour. Je me disais : comme il est attendrissant. Il a la tête ailleurs. Je trouvais les mouches drosophiles attendrissantes. »
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Valérie Mréjen (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Mréjen
Le 30.10.2018, lecture dans La Fabrique de la nuit (Radio Brume) d'extraits de ?L'Agrume? de Valérie Mréjen.
autres livres classés : acidesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3723 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..