AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
>

Critique de bilodoh


bilodoh
  01 juin 2015
Troisième volet de la « trilogie de la crise » en Grèce, un polar qui mélange fiction politique et triste réalité.

Au départ, on sait qu'on est dans la fiction, car le premier chapitre commence par le retour au drachme pour le Jour de l'An 2014 (et aussi le retour à la lire en Italie et au peseta en Espagne). le changement de monnaie ne s'est pas produit, mais les difficultés économiques de la Grèce sont bien réelles et font toujours les manchettes.

À travers le prétexte de l'enquête criminelle, c'est un pan d'histoire qui nous est révélé, l'époque de la chute de la dictature et du changement de garde du pouvoir politique qu'elle a entraîné. Que sont devenus les étudiants qui réclamaient « Pain, éducation et liberté » ?

La vie des Grecs d'aujourd'hui n'est pas facile, car les coupures dans les indemnités sociales touchent plus durement les plus pauvres, ceux qui n'ont pas profité de la corruption pour accumuler des fortunes cachées.

Avec la misère et la désillusion, Markaris met cependant en scène un élément d'espoir, le partage et la solidarité sociale qui, s'ils ne permettent pas de rebâtir l'économie du pays, tentent au moins de protéger les plus faibles et d'éviter les dérives de la violence et de la xénophobie.

Si on va en Grèce pour voir les ruines d'une civilisation disparue, le voyage à Athènes avec Markaris nous amène au coeur de l'effondrement d'une société moderne.
Commenter  J’apprécie          200



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (18)voir plus