AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2021382362
Éditeur : Seuil (07/02/2019)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Dans ce recueil de huit nouvelles, Petros Markaris nous promène dans le temps et dans l’espace, de la Grèce contemporaine à celle des colonels, de l’Allemagne d’aujourd’hui à celle de 1944, d’Athènes à Istanbul durant les pogroms visant la communauté grecque. Le lecteur retrouve l’hypersensibilité de l’auteur à la question des migrants et de « l’étranger », le dégoût du nationalisme, l’analyse subtile des relations complexes entre Grecs et Turcs tantôt oppresseurs, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Bookycooky
  05 mars 2019
Je lis rarement des romans policiers, mais Markaris dont j'avais lu “Défense en béton “, il y a quelque temps, m'ayant laissée un très bon souvenir, la parution de ces huit nouvelles récemment publiées, m'ont donnée l'envie de le retrouver.
“Lambros Spakhis.....un écrivaillon qui avait en plus le culot de vouloir devenir académicien “ est retrouvé le crâne fracassé dans son bureau. Markaris débute avec une forte satire des milieux littéraires grecs, mais pas que....il enfonce le clou , “quiconque tente de réussir dans ce pays sans appuis ni relations est un meurtrier en puissance”.
La deuxième nouvelle se passe dans tout un autre milieu, celui des immigrés turcs en Allemagne. Les tentacules de l'islam radical turc opérant comme la mafia, mieux vaut ne pas y aller à contre courant.....Markaris n'y manque pas de décrocher une critique acerbe au nationalisme et racisme des allemands envers les turcs.
Rechangement de décor et d'époque avec les “Trois jours” Nous sommes chez les
Rums, les Grecs d'Istanbul dans les années 50. Une époque compliquée des relations greco-turques. La nouvelle raconte les mésaventures d'un commerçant durant les 3 jours de pogrom de septembre 1955 à Istanbul, déclenché par l'incident d'une bombe lancée à la maison natale d'Ataturk à Salonique en Grèce, conséquence du bazar chypriote. Un progrom personnellement vécu par Markaris qui avait 18 ans à l'époque.
Suivent, le truculent «  le cadavre et le puits », l'émouvant “Ulysse” , le nostalgique grec d'Istanbul qui finit par rentrer au pays, et trois autres nouvelles intéressantes.
Markaris à travers ces histoires de cadavres, qui n'en sont qu'un prétexte, cerne admirablement des conflits politiques, sociaux et culturels dans le temps et l'espace, de la Grèce actuelle à la Turquie des années 50, de l'Allemagne actuelle à celle d'Hitler, analyse les relations complexes entre Grecs et Turcs, tour à tour victimes et oppresseurs, raconte la nostalgie des Grecs de la Ville ( Istanbul ) immigrés en Grèce, pour leur Ville, dénonce la xénophobie des nationalistes en générale que ce soit en Grèce, en Turquie ou en Allemagne, bref prend le pouls d'une Grèce malade surtout avec la dernière nouvelle “Crimes et poèmes “.
Un receuil à forte connotation autobiographique qui traite avec humour et intelligence et un zeste d'intrigue les maux actuels de notre époque, tout en les plaçant dans leur contexte historique. Beaucoup aimé !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          902
mimo26
  13 février 2019
L'assassinat d'un Immortel – Un écrivain a été tué chez lui, dans son bureau. le policier interroge son employée (d'origine arménienne), la nièce du défunt (qui le considérait comme vaniteux et prétentieux en privé), son éditeur (qui lui apprend que l'écrivain postulait pour l'Académie d'Athènes), la critique littéraire Mme Kouranu (sévère sur le talent relatif du mort). Son adversaire pour l'Académie, l'écrivain Romylos apparaît modérément motivé. Il faudra probablement se souvenir d'un autre meurtre dans le milieu littéraire, cinq ans lus tôt, qui présente des similitudes avec celui-ci…
En terrain connu – Un Turc s'est installé de longue date en Allemagne. Son fils, policier formé en Allemagne, parti vivre en Turquie, vient découvrir la maison actuelle de son père. C'est ainsi qu'il apprend le meurtre du voisin et meilleur ami de son paternel. Ce dernier projetait de bâtir une mosquée locale, qui échapperait à la montée des intégrismes religieux. En effet, deux fanatiques de l'Islam l'aurait menacé. Parfois, les intérêts de ces islamistes ultras et de l'extrême droite allemande convergent. La police ne s'est guère éternisée sur ce crime, considérant qu'il s'agissait juste d'une affaire "entre Turcs".
Trois jours – 1955. Vassilis est un commerçant qui fait partie des Grecs de la Ville à Istanbul. Sa famille avant lui a souvent subi le sort chaotique des Grecs installés ici. Lui-même est proche de la ruine. Sous l'influence d'Atatürk, le nationalisme turc se fait de plus en plus exigeant dans le pays. Son ami commissaire prévient Vassilis que la situation est en train d'empirer pour les Grecs de la Ville. Les Turcs alimentent le conflit chypriote, et un attentat (certainement simulé) visant la maison d'Atatürk ne font qu'aggraver les choses. Avec la complicité des forces de l'ordre, des émeutes entretiennent le chaos. Les Grecs de la Ville sont visés par le vandalisme. Vassilis n'y échappe pas. C'est ainsi qu'il découvre un squelette dans la cave (invisible d'accès jusqu'à là) de sa boutique. Un mystère qui réveillera son passé familial…
Le cadavre et le puits – Quand le cadavre d'un homme de trente-cinq ans est découvert dans un puits, ça entraîne une enquête de police. D'autant que la victime avait des idées de gauche, était même syndiqué. Mais les apparences sont parfois trompeuses. Une mise en scène meurtrière peut induire en erreur les enquêteurs…
Ulysse vieillit mal – Un Athénien s'est pris de sympathie pour un petit commerçant d'Istanbul faisant partie des Grecs de la Ville. Toutefois, le septuagénaire Ulysse sent le besoin de quitter la Turquie. Il va finalement habiter dans un hospice, en Turquie, où l'Athénien lui rend quelquefois visite – rarement, car leur relation n'est plus la même. Tardivement, il apprend la mort d'Ulysse. Rien de suspect, c'est un infarctus suite à un ultime "coup de sang" de révolte…
L'arc de Pompéi – En Grèce, le père Ioannis est très actif dans l'aide aux nécessiteux et aux migrants. Ce que lui reproche un comité nationaliste grec, des enragés hostiles à sa généreuse démarche. Mais le père Ionnais n'est pas de ceux qui cèdent aux pressions, il persistera. Sans doute ne mesure-t-il pas que ses ennemis (il ne s'agit plus de simples adversaires) sont des jusqu'au-boutistes…
Tentative tardive – En juillet 1944, le couple Krull accorde toujours sa confiance à Hitler. Ceux qui ont organisé un attentat raté contre le Führer sont, pour les Krull qui refuse d'y voir le début de la fin, des traîtres – qu'on va bien vite juger et condamner mort. Malgré la fermeté toujours affichée par le Reich, l'Histoire est en marche…
Crimes et poèmes – le commissaire Charitos enquête sur un meurtre commis au coeur de la nuit près d'un café-librairie, suite à une soirée de danse à laquelle participèrent le policier et son épouse. La victime est un cinéaste connu, actuellement sur un projet de nouveau film. Si Charitos interroge un modeste marchand de fleur, c'est davantage en tant que témoin que comme suspect. le policier comprend de plus en plus mal son pays : “Les metteurs en scène se font tuer, les flics écrivent des poèmes, les maisons d'édition se changent en bistrots, la Grèce est mal barrée.”
En marge des enquêtes du commissaire Charitos, ce recueil de huit nouvelles offrent une autre facette du talent de Petros Markaris. On y retrouve la même lucidité de l'auteur sur son pays (à la fois Istanbul dont il est natif, et la Grèce) et son histoire. C'est particulièrement vrai dans “Trois jours” qui illustre la position souvent incertaine des Grecs d'Istanbul. Il traite aussi de sujets de société d'aujourd'hui, avec la radicalisation contre les immigrés en Grèce, et l'Islam qui installe ses théories fortes y compris en Allemagne. Par ailleurs, ce sont des enquêtes de police plus classiques qu'il nous invite à suivre – soulignant quand même la déliquescence de la culture en Grèce. Ces crimes ne relèvent pas de la tragédie, dont ce pays fut autrefois maître en la matière. Markaris ne manque pas de nous faire sourire dès que s'en présente l'occasion. Comme dans ses romans, on savoure son regard sans préjugé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
BazartBazart   23 février 2019
Vassilis se moquait bien de savoir si son grand père était un héros ou un lâche.
Ce qui le terrorisait, c'était le retour des jours sombres qui avaient fait de lui un héros ou un lâche et qui avaient plongé sa famille dans une longue période de deuils, cette ronde macabre qui reprenait.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Pétros Márkaris (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pétros Márkaris
Pétros Márkaris - Liquidations à la grecque .À l'occasion du Festival International Quai du Polar, Pétros Márkaris vous présente "Liquidations à la grecque" aux éditions Seuil. Traduit du grec par Michel Volkovitch. Lauréat du prix le Point du Polar européen 2013. http://www.mollat.com/livres/petros-m%C3%A1rkaris-liquidations-grecque-9782021053517.html Notes de Musique : "Morning Emerges From Night" by Ergo Phizmiz (http://www.ergophizmiz.net)
autres livres classés : littérature grecqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1581 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre