AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Annie Morvan (Traducteur)
ISBN : 2246314518
Éditeur : Grasset (31/03/1991)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Dans ces onze nouvelles écrites en 1947 et 1955, la maîtrise du jeune Garcia Marquez est déjà frappante : riche en images mais sans jamais tomber dans le piège du « réalisme magique » alors si à la mode en Amérique du Sud, il fait sans cesse passer le lecteur de l' « autre côté », celui de la mort : mais sans tristesse, sans dépit. Dans le combat des personnages où mort et vie sont les deux faces de la marche à travers le temps, ce qui triomphe, c'est toujours, souv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
artemisia02
  17 avril 2017
Recueil de plusieurs nouvelles autour du thème de la mort, des âmes errantes, des personnes en état de mort cérébrale et de l'essence de leur corps qui se balade autour de leur propre corps.
Certaines nouvelles traitent des errances des âmes et des essences des êtres non morts mais ne pouvant plus ou peu communiquer avec leur entourage, de leur questionnement sur leur condition, de la fuite du temps, de leur incompréhension face à leur condition.
Quelques unes relatent les réactions et les ressentis de ceux qui restent ou de ceux qui s'occupent des personnes qui ne réagissent plus.
Comme dans tout recueil de nouvelles, certaines sont meilleures que d'autres.
Le style de l'auteur m'a plu, il ne faut pas oublier que ces nouvelles ont été écrites entre 1947 et 1955. Une vision intéressante des limbes et des âmes en quête ou en découverte de leur état.
Commenter  J’apprécie          131
ConfidencesLitteraires
  05 mars 2016
Un recueil de nouvelles bien énigmatique.
Si certaines m'ont assez plu comme celle du garçon mort mais vivant qui attend dans son cercueil (la 1ère nouvelle : La troisième résignation), celle de la femme qui demande au barman de mentir sur l'heure de son arrivée au bar (La femme qui venait à six heures) et celle du mort qui veut aller déposer un bouquet de roses sur sa tombe (L'inconnu qui déplaçait les roses), d'autres sont vraiment passées près de moi sans que je les comprenne : La douleur de trois somnambules et La nuit des butors. Pour ces deux nouvelles, je serais bien incapable de dire ce que l'auteur voulait faire passer !
Mais j'ai vraiment aimé une nouvelle : Des yeux de chien bleu, ou la rencontre régulière de deux personnes en songes. Un homme et une femme ne se voient qu'en rêves et l'homme oublie tout chaque matin, tandis que la femme le cherche partout dans la réalité en lançant, écrivant, gravant, hurlant leur expression de reconnaissance : des yeux de chien bleu.
Quoi qu'il en soit, les nouvelles ont toutes un point commun : la conscience de la mort ou de l'inconscience. Des morts qui s'expriment, des vivants qui perçoivent la mort, des endormis ou des aveugles dont l'état frôle la mort... Il y a parfois un certain humour noir, morbide autour de ces personnages.
Et bien sûr, l'écriture de Garcia Marquez joue un grand rôle dans la manière dont on perçoit ces nouvelles : les hermétiques ressemblent à de la poésie en prose, tant l'histoire semble lointaine et celles qui nous parlent sont sublimées par le choix des mots et le rythme des phrases.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
artemisia02artemisia02   17 avril 2017
Alors José se retourna pour la regarder. "Je t'aime tellement que je n'ai pas besoin de coucher avec toi ",dit-il. Puis il s'approcha et la contempla, immobile, ses bras puissants posés devant elle sur le comptoir. Il la regarda droit dans les yeux et dit :" Je t'aime tellement que je pourrais tuer l'homme qui couche avec toi chaque après midi."
Commenter  J’apprécie          90
ConfidencesLitterairesConfidencesLitteraires   05 mars 2016
« Tous les jours j’essaye de me rappeler la phrase pour te rejoindre, ai-je dit. Je crois que demain, je ne l’oublierai pas. Pourtant, je dis toujours la même chose et en me réveillant j’oublie les mots qui me conduiront jusqu’à toi. - C’est toi-même qui les as inventés le premier jour », a-t-elle dit. Et j’ai répondu : « Je les ai inventés parce que j’ai vu tes yeux couleur de cendre. Mais, le lendemain matin, je ne m’en souvenais plus. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
AnadyomedeAnadyomede   07 octobre 2013
C'est alors qu'elle m'a regardé. Pour la première fois, me semblait-il. Mais lorsqu'elle a contourné le chandelier et que j'ai senti glisser sur mes épaules et dans mon dos son regard velouté, j'ai compris que c'était moi qui la regardais pour la première fois. J'ai allumé une cigarette et j'ai avalé la fumée âcre et forte avant de faire pivoter ma chaise sur un pieds arrière. Alors je l'ai vue.
Commenter  J’apprécie          20
ConfidencesLitterairesConfidencesLitteraires   05 mars 2016
« Madame, votre enfant est atteint d’une maladie très grave : la mort. Toutefois, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour le maintenir en vie après sa mort. Nous ferons en sorte que ses fonctions vitales se poursuivent grâce à un système autonutritionnel complexe. Seuls évolueront les fonctions motrices et les mouvements réflexes. Nous saurons qu’il est en vie à sa croissance, qui sera normale. Il s’agit simplement d’une ‘‘mort vivante’’. Une mort authentique, une mort réelle. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ConfidencesLitterairesConfidencesLitteraires   05 mars 2016
C’est un dimanche, il a cessé de pleuvoir et je voudrais aller déposer un bouquet de roses sur ma tombe.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Gabriel Garcia Márquez (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriel Garcia Márquez
En 2005 a paru Dictionnaire égoïste de la littérature française , immense succès immédiat critique et public. Chroniqué par tous les médias en France et beaucoup même à l'étranger, ce livre qui n?avait pas d?équivalent a reçu cinq prix littéraires. Il est aujourd?hui devenu un classique.  Le Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale est consacré aux littératures des autres pays du monde. Et non pas « étrangers ». Un article l?explique, l?auteur ne croit pas à la notion d?étranger, surtout en matière de littérature. Nous ne sommes pas seuls au monde, et aucun lecteur français n?a été constitué par l?unique lecture de livres français. de même, aucun lecteur n?est constitué par l?unique lecture des livres de son temps. Un lecteur est de tous les temps et de tous les pays. Et c?est ainsi que ce livre comprend aussi bien Eschyle (le plus ancien) que Gabriel García Márquez (le plus récent). Pour « égoïste », cela signifie que l?auteur ne parle que de choses qui, en bien ou en mal, l?intéressent, le passionnent, l?éveillent, et non à partir d?on ne sait quels canons de la littérature.  Le « DELM » comprend, comme son frère aîné, quatre types d?articles : sur des auteurs (Karen Blixen, Jorge Luis Borges, F.S. Fitzgerald, Yukio Mishima, Elsa Morante, Platon, Gertrude Stein?), des ?uvres ( Amant de Lady Chatterley (L?) , Guépard (Le) , Petit Livre rouge (Le)? ), des personnages (Ali-Baba, Lady Bracknell, Mademoiselle Else, le prince André, Arturo Ui?), des notions (« Bonheur », « Enterrements d?écrivains célèbres », « Imagination », « Verbes réfléchis »?). Il a, en plus, des « express » (« Esthétique Express », « Machiavel Express »?). On y retrouvera tous les grands noms célèbres, et on y découvrira des méconnus délicieux. On y trouvera un esthétique, et des anecdotes qui sont peut-être un peu plus que des anecdotes, comme Joyce en train de dicter Finnegans Wake à Beckett qui répond « entrez » à un visiteur, Beckett écrivant le mot par mégarde et Joyce lui disant : « Laissez. » Allègre, partial, drôle, sérieux, brillant, inattendu. Un livre qui donne envie d?en parler avec l?auteur. Venez converser avec Charles Dantzig...
En savoir plus sur le "Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale" : https://www.hachette.fr/livre/dictionnaire-egoiste-de-la-litterature-mondiale-9782246820741
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : réalisme magiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez

Comment s´appelle la famille dont l´histoire est contée dans le roman

Buenos Dias
Buendia
Bomdia
Banania

8 questions
588 lecteurs ont répondu
Thème : Cent ans de Solitude de Gabriel Garcia MárquezCréer un quiz sur ce livre