AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707145424
Éditeur : La Découverte (01/03/2005)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Entre 2001 et 2003, un thème a brutalement envahi les médias : les viols collectifs, rebaptisés " tournantes ". A l'instar d'autres manifestations de l'" insécurité ", qui dominait alors tous les débats, ces comportements ont été présentés comme un phénomène nouveau, en pleine expansion et imputable aux seuls " jeunes issus de l'immigration " habitant les " quartiers sensibles ". La dénonciati... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Gribouille_idf
  14 février 2018
Parti d'un triple éclairage (statistique, historique et sociologique), ce sociologue passe au scalpel le phénomène des « tournantes » qui a alimenté bon nombre d'amalgames et attisé une xénophobie qui ne demandait qu'à trouver un foyer de propagation.
Ce livre, publié au début de l'année 2004, revient sur des affaires de viols en réunion (ou viols collectifs) qui ont défrayé la chronique et ont été instrumentalisées par la classe politique. Comme à son habitude, Laurent Mucchielli ne laisse rien au hasard. Après avoir démontré les dérives médiatiques, il met en perspective de manière synchronique et diachronique l'épineux sujet. Il rend intelligible les mécanismes psycho-sociologique des violences sexuelles et surtout bat en brèche la thèse culturaliste et racialisante qui consiste à affirmer que le comportement de prédateur sexuel est propre à la culture d'origine voire à la confession ; autrement dit les "jeunes de cités", arabes, africains et musulmans, sont prédisposés à commettre des viols.
Pour conclure, l'auteur replace le fait dans le débat public et s'interroge : « Quelle société voulons-nous ? » lorsque rien est fait pour lutter contre les inégalités sociales et économiques. Quel avenir pour les jeunes ? lorsque la société ne leur accorde que très peu de place et les laisse dans l'incertitude. Quelle démocratie peut-on attendre ? lorsque les journalistes et les dirigeants politiques glissent de l'indignation morale aux jugements de valeurs et à la stigmatisation.
Aujourd'hui, les violences sexuelles connaissent un large écho au-delà même des banlieues avec le mouvement « #balancetonporc » ; espérons qu'il ne soit pas instrumentalisé et que ces violences cessent. Espérons également que les inégalités femmes/hommes connaissent un réel recul …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Sodapop_CurtisSodapop_Curtis   12 mai 2016
Revenons une dernière fois sur les ressorts profonds du ou des types de viols collectifs qui semblent dominer en quantité, du moins dans les grandes agglomérations, à savoir ceux qui mettent en scène des groupes de jeunes hommes habitant les quartiers populaires. Cette forme de violence sexuelle exercée par de jeunes hommes envers de jeunes femmes ne doit rien à la "culture d'origine" de ces personnes, encore moins à une religion dont ils sont au contraire très éloignés. Le contresens constamment opéré dans le débat public, par des commentateurs de l'islam qui ignorent à peu près tout de la réalité des pratiques religieuses, est ici total. En effet, les chercheurs et les professionnels de terrain constatent depuis plusieurs années que la conversion à un islam réellement pratiqué, loin d'être un facteur de violence, est au contraire un moyen efficace pour sortir des pratiques délinquantes : d'une part, cette conversion suppose l'adoption d'un mode de vie structuré et structurant, d'autre part, elle offre un cadre identitaire et revalorisant s'agissant de jeunes hommes qui cachaient derrière leurs attitudes provocatrices et supérieures des fragilités narcissiques importantes liées à leurs multiples échecs depuis l'enfance.
L'idée d'une culture maghrébine et d'une religion musulmane qui prédisposeraient à la violence envers les femmes constitue donc un grossier préjugé ethnocentrique (consistant comme toujours à considérer l'autre comme un barbare) et un argument de lutte politique malhonnête (consistant à prétendre que les hommes d'origine maghrébine ou africaine violentent particulièrement leurs femmes, pensant ainsi promouvoir l'émancipation de ces dernières). Loin de ces idées reçues, nous avons vu que la pratique des viols collectifs dans les quartiers pauvres des grandes agglomérations doit se comprendre à travers l'analyse des groupes de pairs ou des bandes de jeunes et de leurs systèmes de normes propres : c'est parce que le virilisme compensant la marginalisation sociale des jeunes hommes ainsi que les mécanismes de formation des bandes jouent beaucoup plus dans ces quartiers que les viols collectifs y sont plus nombreux. La preuve en est que, à des époques et dans des populations différentes, des mécanismes similaires ont produit des comportements similaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Sodapop_CurtisSodapop_Curtis   12 mai 2016
La première défaillance (la socialisation familiale) est la moins facile à repérer et à analyse car elle est moins visible. Le problème principal n'est sans doute pas l'absence physique d'un parent (en l'occurrence le père), la famille en situation monoparentale. C'est là une explication courante que toutes les recherches relativisent fortement. L'essentiel ne tient pas à la forme de la famille mais au contenu réel des relations familiales, à l'existence ou non d'un conflit entre les parents (déterminant "l'ambiance générale" de la famille), à la capacité des parents à représenter des supports d'identification pour leurs enfants. Cela tient aussi à leur "capital social", entendu ici comme leurs capacités de mobilisation dans le voisinage et vis-à-vis des institutions locales. Or les situations de précarité (économique, relationnelle, sociale au sens large) des parents, qui accroissent les conflits internes des familles, sont concentrées évidemment dans les quartiers pauvres ou résident massivement les familles d'origine maghrébine et africaine.
La seconde défaillance (celle de la socialisation scolaire) est beaucoup plus aisément repérable car elle est sanctionnée par des mécanismes d'exclusion institutionnalisés. Or, nous l'avons vu, l'échec et la marginalisation scolaires sont le principal point commun des biographies des auteurs de viols collectifs. Le problème est connu de longue date. La question qui se pose dès lors est également bien connue de tous les éducateurs et plus largement des professionnels qui travaillent auprès de ce public. Comment un adolescent en situation d'échec ou de marginalisation scolaire, a fortiori s'il ne trouve pas en famille les ressources économiques et psychologiques nécessaires pour faire face à cet échec ou à cette marginalisation, peut-il s'affirmer sur le plan personnel et social, et se projeter dans l'avenir en tant qu'adulte, c'est-)-dire ayant un véritable travail (conférant statut et revenu), habitant son propre logement et fondant à son tour une famille ? La réponse est souvent : c'est impossible. Le résultat est une terrible anxiété, de très profonds sentiments de dévalorisation, de colère et d'injustice. Pour survivre psychologiquement, cette situation nécessite une réponse.
Le monde de la bande en constitue une. L'adolescent peut y trouver une place, y exister, s'y affirmer, y être valorisé, à tel point qu'il peut avoir le sentiment de dominer les autres et de prendre en quelque sorte une revanche sociale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Gribouille_idfGribouille_idf   14 février 2018
La référence constante à l'origine maghrébine ou noire africaine accentue encore ce clivage: c'est l'éducation dans ces sociétés qui est aussi en procès. Et parfois même, c'est la religion musulmane.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Laurent Mucchielli (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Mucchielli
Comment la vidéosurveillance a conquis les territoires et les esprits?
La vidéosurveillance a connu un succès fulgurant en France à partir de l?élection présidentielle de 2007, sous l?impulsion de Nicolas Sarkozy et François Fillon. Cette technologie a été présentée comme une contribution majeure à la fois à la prévention et à la répression de la délinquance et du terrorisme. Mais cette promesse sécuritaire, activement entretenue par les industriels de la sécurité, relève-t-elle du mythe ou de la réalité ? À quoi sert vraiment la vidéosurveillance ? Après avoir enquêté dans trois villes françaises emblématiques, Laurent Mucchielli dresse un constat sans appel : la vidéosurveillance n?est pas et ne sera jamais un outil important de lutte contre la délinquance et encore moins contre le terrorisme. Dissiper les écrans de fumée, percer à jour le « bluff technologique » des industries de sécurité, le gaspillage de l?argent public et la démagogie politique : tels sont les résultats de cet essai sans concession et profondément citoyen. Laurent Mucchielli est directeur de recherche au CNRS (Laboratoire méditerranéen de Sociologie) et enseigne la sociologie de la délinquance à l?université d?Aix-Marseille. Il est l?un des meilleurs spécialistes des questions de sécurité et de prévention en France.
Pour en savoir plus : https://goo.gl/jcY1FL
+ Lire la suite
>Criminologie>Délits et crimes>Homicides, crimes sexuels, kidnapping (140)
autres livres classés : Viol collectifVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (3 - littérature jeunesse )

Anaïs Vaugelade : "Le déjeuner de la **** ogresse"

vilaine
méchante
petite
gentille

20 questions
140 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature jeunesse , albums jeunesse , roman jeunesse , jeunesseCréer un quiz sur ce livre