AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070127917
128 pages
Éditeur : Gallimard (05/01/2010)

Note moyenne : 3.98/5 (sur 25 notes)
Résumé :

L'Iguifou ("igifu" selon la graphie rwandaise), c'est le ventre insatiable, la faim, qui tenaille les déplacés tutsi de Nyamata en proie à la famine et conduit Colomba aux portes lumineuses de la mort...

Mais à Nyamata, il y a aussi la peur qui accompagne les enfants jusque sur les bancs de l'école et qui, bien loin du Rwanda, s'attache encore aux pas de l'exilée comme une ombre maléfique...

Kalisa, lui, conduit ses fantôm... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  04 novembre 2017
****
Dans ce recueil de 5 nouvelles, Scholastique Mukasonga nous fait partager la dure vie et les terribles souvenirs des Tutsis au prémices du génocide.
Avec douceur et poésie, elle arrive à poser de jolis mots sur cette période sombre.
Il est toujours compliqué de parler de nouvelles, mais ce recueil là est à savourer... En souvenir... Et pour ne pas oublier...
Commenter  J’apprécie          260
majero
  31 juillet 2017
L'Iguifou, c'est la faim qui ronge le ventre des petites Tutsi exilées à un tel point qu'il leur rend si belles et lumineuses les portes de la mort. Alors on se souvient de la vache, du lait, sacré, que l'on buvait assis par terre le dos bien droit et les jambes allongées.
La peur par contre n'a pas de nom mais c'est leur ange gardien, toujours être prêt à se jeter dans les fossés épineux quand un camion de militaire s'amuse à lancer une grenade ou à tirer dans les jambes des écoliers.
Il y a aussi la triste histoire d'Helena, la plus jolie fille de la région, et ce deuil, si difficile à accomplir en exil avec juste devant soi la liste des membres de la famille victimes du génocide.
L'écriture de Scholastique Mukasonga est très belle et reste légère et sereine malgré la gravité du sujet.
Commenter  J’apprécie          213
thedoc
  03 avril 2015
« L'Iguifou », c'est la faim. Celle qui vous tenaille, vous fait mal au ventre, celle qui vous réveille avant le lever du jour. C'est celle qui rend vos yeux plus grands lorsque vous guettez la rondeur pleine de promesses du balluchon de votre mère. Ce méchant Iguifou, c'est celui qui vous emmène aux portes de la mort et c'est celui qu'a connu l'auteur, Scolastique Mukasonga, alors qu'elle était exilée dans la région insalubre du Bugesera, au Rwanda. Parce qu'elle était Tutsi.
Dans ce recueil de nouvelles, l'auteur nous fait partager ses souvenirs rwandais. Que ce soit à travers les personnages de Colomba, Kalisa ou Asumpta, l'auteur dévoile son ancienne vie, celle d'avant le génocide. Un temps où déjà les signes avant-coureur annonçaient le pire…
« La gloire de la vache » nous rappelle que les Tutsis étaient au tout début des éleveurs pour qui les vaches revêtaient une extrême importance. Source de prospérité, la vache apportait chance et nourriture à celui qui en possédait une. Retirer ces bêtes aux Tutsis, c'était leur ôter de quoi survivre mais aussi de quoi rester dignes.
« La peur », c'est celle qui n'a jamais quitté les Tutsis lorsque les persécutions ont commencé. On la guette et, au premier signe - un nuage de poussière au loin, des buissons qui bruissent – on s'enfuit et on se cache.
« le malheur d'être belle », c'est l'histoire d'Héléna. Jeune femme très belle… mais tutsi. Son avantage physique va décider de son destin. de maîtresse adorée, elle devient prostituée, répudiée et contrainte à l'exil.
Enfin « le deuil » est la seule nouvelle qui aborde directement le génocide et le thème des survivants. Comment continuer à vivre alors que tous nos proches ont été tués ? Comment « faire son deuil », leur dire au revoir, alors qu'il n'y a pas de corps à pleurer, alors que l'on est exilé dans un autre pays ?
Dans ce livre, Scholastique Mukasonga, tout en sobriété et poésie, nous conte son malheur et celui des siens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Dridjo
  10 novembre 2012
L'inguifu. Ce n'est assurément pas un livre facile à digérer, ce n'est pas un ouvrage que l'on avale goulument sans que le palais n'en sente le goût. Ce livre s'avale comme un sirop pour la toux, ou une aspirine effervescente. On anticipe le goût amer, on serre les maxillaires, on se renfrogne à l'odeur qui se rapproche des narines car on sent que ça ne va pas être bon.
Au fond de nous, nous savons qu'il faut se méfier de ce 4ème de couverture qui annonce "Rwanda", "faim" et qui nous penser "génocide". Nous entamons sur cette lecture à reculons, nous butons sur les premiers mots remplis de Kinyarwanda et de nom Hutus et Tutsi imprononçables.
Nous nous disons, "punaise, je me disais bien que ce livre serait abominablement chiant à lire", mais nous insistons, nous continuons à avancer dans la lecture peut-être parce que la voix de cette enfant qui invective sa faim personnifiée nous a déjà hypnotisée.
Peut-être parce que, petit à petit, les mots nous pénètrent, font tomber nos à priori et nous révèlent cette âme jeune qui ne se plaint pas de l'horrible manque de nourriture qui l'amène au bord du tombeau. Pas de complainte, pas d'injures au sort, pas de mots larmoyants. Rien que le dialogue d'une enfant avec la faim qui est devenue sa compagne. Une ombre permanente dont elle essai de protéger sa jeune soeur sous le regard impuissant de parents que l'on devine au bord du désespoir.
Cette "entrée" n'est que le départ d'un voyage qui nous emmène au coeur du Rwanda. Non pas au coeur de la guerre, mais autour, tout autour, avec, toujours, le génocide que l'on devine en toile de fond.
Dans ces vécus qui nous montrent le quasi-culte des Tutsi pour l'élevage de la vache, science transmise de génération en génération et qui fait la marque de ce peuple,
ces destins qui incombent à celles qui naissent avec la beauté faite vie et qui n'ont d'issues que la misère et la mort, sous le règne de régimes fous et d'un monde aux valeurs corrompues,
Cette peur qui laissent ses relents fétides dans les vies de ceux qui ont vécu l'indicible, qui vivent un présent de frayeurs permanentes. L'horreur anticipée dans l'âme d'une enfant que l'on voudrait entourée que de rires et de désir futiles.
Scholastique MUKASONGA est une auteure d'origine rwandaise qui a, dans sa façon de conter la vie un pragmatisme dans l'écriture et un rendu de l'intenable qui est magnifique.
Dans un style, parfois, quasi journalistique, très descriptive, elle nous apprend à connaitre le Rwanda, l'histoire de ces peuples autrement que par les spéculaires pétarades des canons dont sont friands les apôtres des dieux "Médias". Et si les premières bouchées peuvent sembler difficiles à ingurgiter, ce livre se déguste néanmoins avec le bonheur et la gravité de celui qui sait qu'il sortira de ce festin un peu plus humain qu'il ne l'était.

Lien : http://www.loumeto.com/spip...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
LN
  09 février 2011
Dans ses nouvelles, Scholastique Mukasonga donne la parole aux enfants de l'avant-génocide, quand la peur s'échafaudait lentement, pas à pas, semant ses grains insidieusement. Elle décrit un monde qui décline dans un quotidien grevée par la faim, la peur, l'appât du gain, l'exil à Nyamata...
Elle aborde le sujet de façon très pudique, par touches subtiles, en peignant la vie de ces enfants, hommes et femmes qui subissent une lutte qui n'a aucun sens pour eux. Elle suggère le massacre, mais jamais elle ne l'aborde de front, permettant ainsi au lecteur d'apprécier cette lecture pure et solaire qui cache une réalité sombre et sanguinaire.
- Seule la dernière nouvelle « le deuil » parle - mais toujours très délicatement - des années des génocides au travers le vécu d'une jeune exilée qui apprend à vivre avec la mort de tous ses proches :
« Ce n'est pas sur les tombes ou près des ossements ou dans la fosse des latrines que tu retrouveras tes Morts. Ce n'est pas là qu'ils t'attendent, ils sont en toi. Ils ne survivent qu'en toi, tu ne survis que par eux. Mais c'est en eux désormais que tu puiseras ta force, tu n'as plus d'autre choix, et cette force-là, personne ne pourra te l'enlever, elle te rendra capable de faire ce que peut-être aujourd'hui il t'est impossible de prévoir. La mort des nôtres, et nous n'y pouvons rien, nous a nourris, non pas de rancoeur, non pas de haine, mais d'une énergie que rien ne pourra briser. » (p. 120)
Cette jeune fille, c'est sans doute l'auteur elle-même qui a perdu les siens lors du génocide de 1994. Elle est l'une des rares rescapées de sa famille et par ces récits discrets, elle offre une digne sépulture à ses proches. Grâce à elle, nous n'oublions pas l'horreur afin de mieux lutter contre son retour…


Lien : http://lecturissime.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
thedocthedoc   03 avril 2015
Elle non plus ne connaissait pas le mot "génocide", mais en kinyarwanda, il y avait depuis longtemps un mot pour désigner ce qui se passait chez elle, "gutsembatsemba", un verbe qui était employé à propos des parasites et des chiens enragés qu'il fallait éradiquer.
Commenter  J’apprécie          10
thedocthedoc   03 avril 2015
C'était peut-être pour cela qu'elle était partie loin d'eux, en exil, parce qu'il faudrait quelqu'un pour pleurer ceux dont on voulait anéantir la mémoire, leur denier d'avoir existé.
Commenter  J’apprécie          10
thedocthedoc   03 avril 2015
Il sait que son devoir, c'est de te tuer. Il croit que c'est lui ou toi. C'est ce que l'on lui a appris. C'est ce qu'il entend à la radio. C'est ce qu'il chante.
Commenter  J’apprécie          10
EmilicorneEmilicorne   19 juin 2014
La mort des nôtres, et nous n'y pouvons rien, nous a nourris, non pas de rancœur, non pas de haine, mais d'une énergie que rien ne pourra briser.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Scholastique Mukasonga (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Scholastique Mukasonga
Comme chaque mois sur Babelio, nous vous proposons de découvrir quelques adaptations de romans qui sortiront prochainement dans les salles obscures. Au menu ce mois-ci : une aventure touchante au coeur des contrées canadiennes, le plus petit des grands héros sur grand écran, un institut catholique dans le Rwanda des années 1970, un tricheur au pull rayé de retour pour un troisième opus et le cauchemar d'une femme face à un homme invisible...
L'Appel de la forêt de Jack London : https://www.babelio.com/livres/London-Lappel-de-la-foret/491072 SamSam de Serge Bloch : https://www.babelio.com/livres/Bloch-SamSam-tome-1--Une-famille-cosmique-/1137017 Notre-Dame du Nil de Scholastique Mukasonga : https://www.babelio.com/livres/Mukasonga-Notre-Dame-du-Nil/366549 L'Elève Ducobu de Zidrou et Godi : https://www.babelio.com/livres/Zidrou-LEleve-Ducobu-tome-19--Ducobu-eleve-modele-/485509 L'Homme invisible de H.G. Wells : https://www.babelio.com/livres/Wells-LHomme-invisible/8290
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : rwandaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2017 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre