AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Sophie de Mullenheim (Autre)
EAN : 9782215166207
232 pages
Editions Fleurus (12/03/2021)
3.76/5   50 notes
Résumé :
Nord de la France, juin 1888 Léon va bientôt avoir douze ans. Il est fils et petit-fils de mineur. Pour lui, l'avenir est tout tracé : il sera mineur.
Mais Léon va à l'école et, contrairement à ses parents et grands-parents, il sait lire et écrire. Il lit beaucoup d'ailleurs : les livres que lui prête son instituteur et le journal dans lequel il suit avec passion l'avancée des travaux de la Tour Eiffel.
A mesure que l'immense tour s'élève, le rêve de L... >Voir plus
Que lire après Léon et Gustave : Au coeur de la mineVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 50 notes
5
7 avis
4
11 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis
1888, une cité minière du Nord de la France. Léon, 12 ans, doit aller travailler à la mine avec son père, malgré ses excellents résultats scolaires, s'il veut empêcher qu'on vende sa jument Cachou pour descendre dans le puits. C'est vraiment pour lui à contre coeur car Léon, passionné par la construction de la Tour Eiffel pour la future exposition universelle, espérait continuer ses études à Paris. Mais l'accident de sn père suite à un coup de grisou, abat ses derniers rêves. Il lie amitié avec Marie qui travaille elle aussi à la mine. Aidé indirectement par un journaliste et son instituteur, Léon reçoit un jour un courrier inattendu de Gustave Eiffel...

Un très grand merci à Babelio et aux éditions Fleurus de m'avoir envoyé ce roman jeunesse que j'ai beaucoup apprécié. La quatrième de couverture m'avait attirée car j'habite dans une région minière (qui n'est pas le Nord de la France) et mes grands-parents ont travaillé à la mine, donc je souhaitais m'intéresser de plus près à cet univers.
Ce roman se lit très facilement, il pourra être lu par de jeunes lecteurs dès le collège. Les chapitres courts permettent de s'arrêter fréquemment, il n'y a pas de vocabulaire compliqué et le lexique technique de la mine est expliqué en bas de page.
Ce roman aborde plusieurs thèmes qui toucheront les lecteurs comme l'amitié, l'affection avec un animal, le travail à la mine des enfants mais il décrit aussi la vie d'une famille modeste au début du XXème siècle.
J'ai apprécié également l'histoire d'amitié entre Léon et Marie ou celle avec Cachou qui est touchante et apporte beaucoup de douceur.
Ce roman m'a aussi rappelé le livre et le film Germinal (peut-être un peu dur pour de jeunes lecteurs) mais évocateur pour des adultes.
Commenter  J’apprécie          220
1888. Alors qu'à Paris la construction de la Tour Eiffel avance à grands pas, dans une ville du nord le jeune Léon rêve de rejoindre l'équipe de Gustave Eiffel. L'adolescent est brillant dans ses études. Pourtant, les parents du jeune homme décident une toute autre trajectoire pour lui. Il sera mineur, comme son père, afin de pouvoir contribuer à l'économie familiale. Comment Léon pourra-t-il rallier les équipes de Gustave Eiffel ?

Quel excellent roman jeunesse. J'aime beaucoup les récits de Sophie de Mullenheim qui bien souvent place ses intrigues dans une période historique spécifique et permet ainsi aux plus jeunes d'en apprendre beaucoup sur divers sujets.

Ici, c'est surtout le travail de mineur qui est mis en avant. Au travers du jeune Léon, le lecteur pourra en apprendre davantage sur ce métier. Les explications sont claires et Sophie veille bien à placer un lexique afin de donner la définition de certains mots particuliers.

Mais ce roman, c'est avant tout une belle histoire d'amitié. Léon fera la rencontre de Marie et entre les deux, une complicité va peu à peu s'installer. J'ai trouvé cela très touchant. La jeune fille aidera son ami tout au long du récit.

La plume de l'auteure est très fluide et idéale pour rythmer son récit. Avec des chapitres courts, le tout reste très aisé à lire. Sophie veille à bien expliquer les mots qui peuvent être compliqués et j'ai trouvé cela très judicieux.

Un excellent roman jeunesse avec pour toile de fond le travail de mineur, et servi par deux personnages principaux touchants et qui partagent une belle amitié. À découvrir.

Lien : https://mavoixauchapitre.hom..
Commenter  J’apprécie          200
Je pensais, j'espérais apprécier davantage cette lecture. On ne refait pas le passé, on ne peut guère changer les choses. Je ne peux non plus changer mon parcours de lectrice, celle qui à 13 ans avait déjà lu Germinal. Léon a des rêves, il a brillamment réussi le certificat d'études, mais il ne pourra pas faire d'études, parce que son père en a décidé autrement. Il est toujours bon de rappeler que les enfants cessaient d'être des enfants à douze ans (au mieux) et allaient travailler dans les mêmes conditions que les adultes, que leur salaire était pour leurs parents, pour aider la famille à vivre. Léon rêve, cependant, un peu, mais la vie à la mine se charge d'étouffer ses rêves. Il est ami avec Marie, qui travaille elle aussi à la mine. Pour ceux qui font mine que le travail des femmes est récent, il est bon de rappeler que les femmes ont travaillé de tout temps, y compris quand elles étaient enceintes. Ainsi, Minette est née dans la mine, d'où son prénom, parce que sa mère, hercheuse, n'a pas eu le temps de remonter à la surface pour accoucher - ce qui signifie, pour ceux qui n'auraient pas compris l'horreur de la situation, que des femmes enceintes poussaient des berlines pleines de charbon. Minette a la poitrine faible, sans doute parce qu'elle a respiré de la poussière de charbon à la naissance. C'est le seul point positif : elle ne peut travailler sous terre, elle travaille à la lampisterie. Même l'amitié entre Cachou, la jument, et Léon n'est pas pour moi un événement heureux, puisque Cachou descend à son tour - et le fait qu'elle soit désormais avec Léon ne me fait pas oublier quelle fin attend les chevaux au fond des mines.
Je reconnais que le monde de la mine, exact opposé du monde de Gustave Eiffel, est très bien décrit. Cependant, je ne suis pas sûre d'avoir envie de partager ce livre avec mes élèves.
Commenter  J’apprécie          80
En1888, dans une cité minière du Nord de la France, Léon, 12 ans, très brillant à l'école, rêve de pouvoir rejoindre l'équipe de Gustave Eiffel, en pleine construction de cette fameuse tour fort décriée dans la presse mais qui pour lui représente une prouesse technique sans pareille. Malgré l'appui inconditionnel de son instituteur, son père refuse de le laisser partir à Paris poursuivre ses études car sa famille ne peut se passer de son futur salaire à la mine. La seule solution serait de vendre Cachou sa jument adorée. Léon ne peut s'y résoudre et débute donc son travail de mineur. Les conditions sont difficiles, dangereuses mais il y rencontre Marie avec qui il va lier de solides liens d'amitié. Tout semble écrit et pourtant… Un roman historique de qualité qui fait découvrir la vie des mineurs et l'histoire de la construction de la tour Eiffel. Léon est un jeune garçon courageux, prêt à se sacrifier pour ceux qu'il aime et Marie une véritable amie capable de lui dire ses quatre vérités quand la situation l'exige. A découvrir à partir de 10 ans.
Merci à NetGalley et aux éditions Fleurus pour cette belle lecture.
Commenter  J’apprécie          100

Ce roman jeunesse fait partie de la sélection du prix des Incorruptibles 2022-2023 en direction des classes de cinquième et quatrième ; il met en scène une famille de mineurs du Nord de la France vivant à l'époque de la construction de la Tour Eiffel. le personnage principal, Léon, jeune garçon qui a bénéficié des nouvelles lois concernant l'instruction obligatoire jusqu'à 12 ans prépare son certificat d'études avec application. Vivement encouragé par son instituteur à poursuivre des études, Léon va être confronté à la dure réalité des pauvres puisque son père l'attend pour travailler à la mine afin de l'aider à nourrir la famille. Léon s'étant passionné par l'aventure de la construction de monsieur Eiffel, il rêve de rencontrer l'ingénieur voire, d'entrer en apprentissage dans ses ateliers. L'instituteur, convaincu de l'intelligence de son élève et étant lui-même issu d'une famille pauvre, essaiera de convaincre le père de laisser partir son fils. Léon connaîtra la dure vie à la mine mais aussi une belle amitié avec une jeune fille de son âge, contrainte, elle aussi, à travailler six jours sur sept, sans se plaindre. Mais heureusement, l'ingéniosité de l'instituteur et sa persévérance seront récompensées.
Cet ouvrage met en avant les difficultés économiques des ouvriers à la fin du dix-neuvième siècle, le travail des enfants qui n'avaient d'autre horizon que de reproduire de père en fils les mêmes métiers, vivant dans la même ignorance et la même misère. Ce récit est principalement rédigé au présent de narration et contient beaucoup de dialogues permettant aux jeunes lecteurs d'être inclus dans l'aventure du héros ce que les temps du passé ne permettent pas toujours pour des jeunes qui n'aiment pas lire ou pour qui ouvrir un livre est loin d'être un réflexe.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Souvent le soir, quand ses parents pensent que tous les enfants dorment, Léon les entend discuter des finances de la famille. Même si la compagnie minière les loge à moindre coût et leur fournit le charbon pour se chauffer, l’argent manque toujours. Ce n’est pas avec les quatre francs par jour que rapporte le père que l’on peut faire vivre une famille de sept personnes. Avant, ils pouvaient compter sur le salaire supplémentaire du grand-père, de deux francs par jour. Mais il est mort de silicose en début d’année et, depuis, la situation financière est encore plus difficile.
Commenter  J’apprécie          60
Léon baisse la tête. Son grand-père lui manque. Léon aimait lui lire le journal. Un peu comme à Cachou. Le vieil homme était de ceux qui le comprenait mieux. Le garçon est persuadé que, s'il vivait encore, il aurait poussé pour que son fils aille à Paris. Son grand-père aimait la mine car elle était toute sa vie, mais il s'autorisait à rêver d'autres choses pour les siens, d'autant plus quand ses poumons ont commencé à partir en lambeaux. Contrairement au père Sabourin, il avait applaudi quand l'école était devenue obligatoire pour les enfants*. Il y voyait une bonne chose. Il aurait beaucoup aimé savoir lire.
Commenter  J’apprécie          51
-Vous savez, je ne demande que cela, que mes enfants ne soient pas obligés de descendre à la mine. Quand je vois les hommes qui rentrent chaque jour épuisés et noirs de charbon, je me dis que ce n'est pas une vie. Et mon beau-père qui est mort à cinquante-quatre ans d'avoir trop respiré la poussière du charbon... Non, vraiment j'aimerais une autre vie pour nos enfants. Mais qu'y pouvons-nous?
Commenter  J’apprécie          40
Ce n'est pas bon d'avoir des rêves, murmure-t-il. Les rêves c'est pour les riches.
Commenter  J’apprécie          30
Ce qui porte malheur, c'est de croire au malheur.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Sophie de Mullenheim (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie de Mullenheim
La librairie Point Virgule a pioché dans ses albums jeunesse pour vous proposer une première sélection, classée en trois catégories d'âge :
Pour les 0 - 3 ans - Regarde comme je t'aime, Emiri Hayashi, édité chez Nathan, 13,95€ - Dans les airs, Natasha Durley, édité chez Amaterra, 13,90€ - Ernest et Célestine, Le concours de bonne humeur, Gabrielle Vincent, édité chez Casterman, 15,95€ - Au bois dormant, Karen Jameson & Marc Boutavant, édité à l’École des loisirs, 13,50€
Pour les 3 - 6 ans - Hou ! Hou ! Prince charmant ?, Amandine Piu & Sylvie Misslin, édité chez Amaterra, 14,90€ - Blue, en mission autour du monde, Sophie de Mullenheim & Julie Mercier, édité chez Fleurus, 14,90€ - La Famille Passiflore, Pirouette & Nymphéas, Loïc Jouannigot, édité chez Daniel Maghen, 13€ - Le projet Barnabus, The Fan Brothers, édité chez Little Urban, 15,90€
Pour les 6 ans et plus - La Belle Aventure, Gérald Guerlais, édité chez Gautier Languereau, 14€ - Dragons père & fils, Alexandre Lacroix & Ronan Badel, édité au Père Castor, 16,90€ - La Milléclat dorée, Benjamin Flouw, édité par La Pastèque, 13€ - L'abécédaire de la magie, Anne-Sophie Schlick, édité par Rustica, 17,95€
Musique du générique d'intro par Timo Vollbrecht.
+ Lire la suite
autres livres classés : tour-eiffelVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (73) Voir plus



Quiz Voir plus

ROSA PARKS

Combien a-t elle de frères et sœurs

2
1
3

6 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Rosa Parks : La femme qui osa dire non ! de Sophie de MullenheimCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..