AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782361572242
168 pages
Editions Transboréal (05/04/2018)
3.5/5   6 notes
Résumé :
Au coeur de l'Afrique, Kinshasa, mégapole de quelque 17 millions d'habitants, grouille d'une vie intense et surprenante. Oubliée des voyageurs occidentaux, la capitale de l'immense République démocratique du Congo est une ville-monde où se mêlent les expériences les plus contrastées : musique, spectacles et créativité côtoient débrouille, misère et tracasseries. A travers une quinzaine de récits courts et haletants, Victor Muller invite à découvrir la déconcertante ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
afriqueah
  13 janvier 2022

Une ville, imprévisible, insaisissable, talentueuse et dangereuse, immensément riche et à la fois extrêmement pauvre, ravagée par les orages monstrueux de la nature en furie, suivis des pluies équatoriales torrentielles, dévastant tout, les chemins, les voies bitumées, détruisant les cases, déversant les ordures et les boues accumulées : Kinshasa, Kin-la-belle, tenant tête à l'autre capitale de l'autre côté du fleuve Congo: Brazzaville.
Un homme, Victor Muller, muté à Kin, l'ancienne Léopoldville, dans une banque voulant promouvoir la micro-finance. Il est accueilli par les rafistolages de l'autobus depuis l'aéroport dont les portes tiennent, mal, avec du scotch, petit détail sans importance lorsque les couleurs des pagnes, avec fractales et dessins abstraits emplissent les yeux, et la musique du Seigneur Rochereau s'invitent dans les petits malewa, gargotes de plein air tenues par des femmes seules, où l'on peut déguster un bon riz-viande ou de la chèvre grillée.
Un pays, appelé Congo belge, puis Zaire jusqu'en 1997, puis République démocratique du Congo (RDC) : les images de carnages, de famine, d'émeutes et de viol s'imposent à nous.
Mais la RDC , même si la faim et la corruption ravagent le pays, avec la vitalité de sa population, la grande forêt équatoriale, les fêtes le long du fleuve, les changements vers la mondialisation, nous livre aussi une autre image.
Ambiance, qu'avec intelligence et humour, pour donner ses impressions sur ce qu'il a vécu en plusieurs chapitres, l'auteur évoque sans oublier les facettes contrastées de la ville : Ambiance, bière à gogo, sape et, aussi, surpopulation, (17 millions d'habitants à Kin !) inefficacité des moyens de production et des circuits de distribution, chômage endémique, racket fiscal, d'où débrouille obligée.
Famine des shégués, jeunes considérés comme sorciers ou portant le mauvais oeil, abandonnés par leur famille, regroupés en bandes autour du Grand marché, vivant d'expédients, de fauche, de prostitution.
Ambianceurs, où les noceurs se regardent danser dans des miroirs accrochés aux murs, à Matonge par exemple, dont un quartier de Bruxelles a adopté le style et le nom, où les musiques de Seigneur Rochereau, Papa Wemba, Koffi Olomidé, Werrason font danser la rumba ou , plus musclé, le ndombolo.
Et puis il y a les sapeurs, dont nous avons deux exemples sur la couverture : gants à petits pois, pagnes écossais, smoking vert à rayures roses, noeuds- papillons, chapeaux –haut de forme, chaussures assorties aux mitaines, montres et bracelets en or…. Déhanchement digne des précieux, docteurs en sape, puisqu'ils la soigne.
La ville est pleine de pièges, repères essentiels de la jungle urbaine, les policiers improvisant en pleine rue des « douanes » obligatoires, payantes, de faux sens interdits, des barrages imprévus. Donc, rouler vitres et portes fermées, ne pas marcher seul la nuit, et garder son calme, d'autant que l'on peut toujours négocier.
Victor Muller raconte, aussi, la tentative de coup d'Etat du 30 décembre 2013, après lequel ils échouent à l'hôtel Memling, souvenir du peintre flamand. Evènement vécu dramatiquement par lui, et pourtant banal, « émeutes et coups d'état se produisant à une fréquence quasi semestrielle à Kinshasa. »Il n'oublie pas d'évoquer brièvement l'histoire, sanglante, Mobutu-Sese-Seko et Kabila.
Pourtant, dit l'auteur, « si ce recueil a suscité chez le lecteur plus de sourires que d'apitoiement, plus de joie et de curiosité que de tristesse et de dégoût, alors il aura rempli son oeuvre ». J'ai beaucoup souri, je me suis beaucoup souvenue de ces pluies, -image de ces petits éperdus de joie, nageant dans l'eau qui recouvrait les capots des voitures- de ces barrages, des petits boulots, de la débrouille, de la joie de vivre, de la musique, de l'ambiance en un mot, de la corruption des policiers,- l'un me demandant mon passeport, avec kalach comme arme de persuasion, et mettant sans un mot le passeport dans sa poche- Persuasion assurée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4532
Acerola13
  08 décembre 2021
Un joli hommage à Kinshasa, et pari réussi pour son auteur qui désirait montrer une autre facette de cette ville dont on brosserait un portrait injustement apocalyptique en omettant la folle énergie que l'on y ressent, et le bouillonnement culturel qui y mijote sans cesse.
On y découvre donc à travers de courtes impressions Kin la Belle et ses artistes, ses musiciens, ses ambianceurs, mais aussi ses pièges pour les néophytes et ses embouteillages incessants. J'ai un peu regretté que tout ou presque se rapporte au narrateur, même si on comprend qu'il ait voulu partager sa vision et son vécu de la capitale congolaise, mais j'ai tout de même dévoré ce petit bouquin sympathique qui m'a ramenée à Kinshasa, que le maître In Koli Jean Bofane avait si bien incarnée dans ses romans.
A ceux qui s'intéresseraient à la scène culturelle kinoise, je recommande de poursuivre l'aventure avec le très chouette documentaire Système K !
Commenter  J’apprécie          62
tlauren
  22 mars 2020
Dans les "Quelques mots" qui ouvrent ce livre, le cadre est posé, clair et précis. L'auteur présente son projet avec modestie, déterminé à rétablir un peu de vérité et de lumière dans le sombre tableau dépeint par les médias. Une envie d'écrire qui est venue naturellement, “comme un besoin pressant de rendre compte d'une foule d'aspects quotidiens, inattendus, ingénieux, absurdes, intéressants”. La suite est une succession de nouvelles, des situations vécues transcrites sous forme de récits accrocheurs, sur des thèmes aussi divers et variés que la corruption, la musique, les situations de crise ou la mode.
Lien : https://visionsdailleurs.com..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
afriqueahafriqueah   13 janvier 2022
Rien ne semble acquis au Congo, tant les accidents de la route sont nombreux, l’insécurité permanente et surtout tant qu’une partie de la masse, pauvre ou riche, n’hésite pas à recourir au vol, au pillage et à l’escroquerie, et qu’à tout moment le pays, comme souvent il l’a fait par le passé, peut plonger dans la guerre civile.
Quelques semaines plus tard ,8 Après le coup d0état) je découvrirai dans le roman « Mathématiques congolaises » d’In Koli Jean Bofane, un récit proche de ce que j’ai vécu. Dans cette histoire, une cellule occulte de la présidence organise un faux coup d’Etat à l’insu du pouvoir en recrutant le matin même des évènements des désoeuvrés pour faire le coup de feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183
afriqueahafriqueah   13 janvier 2022
Ici les eaux majestueuses donnent une fausse impression de sérénité. Car quelques kilomètres en aval, â Kinshasa, le Congo se fracasse en cataractes dont les ondes gigantesques peuvent atteindre plusieurs mètres de haut. La colère du fleuve est soudaine et imprévisible, à l’image de cette ville de Kinshasa, constamment au bord de l’implosion.
Commenter  J’apprécie          70
Acerola13Acerola13   15 octobre 2021
Sur la piste, Michel l'ambianceur danse la mobylette. C'est un complice de Royce, rasta lui aussi, chargé de faire bouillir la salle d'O Poeta les vendredis soirs. Assemblés en cercle autour de lui, les danseurs miment ce que je comprends être le démarrage d'un cyclomoteur, en lâchant de grands «vroum!». Le public est déchaîné. Tout le monde semble bien s'amuser. Mais, pour moi, l'intermède est de courte durée. Royce me fait signe de regagner la scène pour le final.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Acerola13Acerola13   06 décembre 2021
On oublie trop souvent de préciser que Kinshasa est un nid de talents, en matière musicale, bien sûr, mais aussi dans les domaines de la danse, de la photographie, de la sculpture et, surtout, de la peinture.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : congoVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura