AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070136027
Éditeur : Gallimard (08/10/2015)

Note moyenne : 2.71/5 (sur 12 notes)
Résumé :
En dix-neuf récits, Herta Müller évoque les plaines du Banat et ses habitants. Cette région autour de la ville de Timisoara, ses villages souabes et ses dépressions constituent le microcosme que la plume de Müller dissèque avec férocité. L'univers si fermé de la petite communauté germanophone de Roumanie après la Deuxième Guerre mondiale, ses us et coutumes, sont souvent vus à travers les yeux de l'enfant. Au-delà de l'univers familial qui se trouve au centre de plu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Nuageuse
  03 mai 2018
Il ne faut pas lire ce recueil de nouvelles en ayant le cafard.
Ce sont des nouvelles où la noirceur de la vie domine dans ce village roumain.
Cependant, l'auteur y allie quelques touches lumineuses dans un style poétique, ce qui alimente la tristesse.
Herta Müller nous insuffle de profiter de chaque petit moment de répit.
Un livre intéressant sur la vie de la Roumanie communiste.
Commenter  J’apprécie          112
de
  23 juin 2018
Les chouettes dévorent les baisers oubliés sur les bancs
Dix neuf nouvelles dont un presque petit roman qui donne le titre de ce recueil.
La Roumanie rurale, une minorité de langue allemande, les regards lucides d'une enfant sur les mensonges et les violences, les mots contre l'oppression.
La mort, les rêves, l'eau glacée d'un bain, la haine des autres jusque dans la plus grande proximité, « Quand la nuit la peur avait chassé le sommeil », l'hypocrisie, la mort présente et cachée, « Et on dit que le dernier trépassé garde le cimetière jusqu'à la mort du suivant », les mensonges familiaux, « Les mains de mon père s'emparaient des mots du mensonge et rendaient convaincant tout ce qu'elles faisaient », les ensorcellements, le sommeil, « le sommeil presse son odeur de renfermé sur mon visage », les grenouilles, « Je me mords les lèvres en silence pour ne pas perdre ma bouche dans la nuit », les poires, et l'obscène, « Toute la plaine est remplie de lits noirs et de poires pourries », l'homme à la boîte d'allumettes…
Un village, les expropriations nommées nationalisations, un cimetière et ce qu'au village « on appelle se reposer », l'effacement du nom du village et la simple plaque « gare », des souabes et des tziganes, des valises « pleines d'objets du foyer, pleines du quotidien », les marionnettes, « il est fadasse ton sentiment, il sent le moisi »…
La force d'une poésie abrupte, les mots d'un quotidien voilé par la violence.
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ay_guadalquivir
  23 mai 2017
J'ai eu plus de difficultés que d'habitude à entrer dans le livre d'Herta Müller. Moins porté peut-être par le récit que précédemment. Car ce livre est celui du quotidien d'un village allemand en Roumanie après la guerre. Quotidien de labeur, d'hommes et de femmes qui animent leur corps pour labourer la terre, préparer les repas, planter une clôture, frotter le sol. Pensées pour Vies minuscules de Pierre Michon, ou les livres de Marie-Hélène Lafon. L'impression d'un quotidien résigné. Comme toujours chez Herta Müller, la nature a sa place, comme contrepoint à cette société humaine sans vie.
Les derniers chapitres s'éloignent du village vers l'environnement totalitaire qu'Herta Müller décrit avec tant de force. L'ouvrier qui proteste, la parade militaire. Un autre décor, mais toujours l'homme au travail aux mains impuissantes.
Commenter  J’apprécie          20
Lordo
  28 janvier 2016
Des nouvelles de longueurs très variées, mais rien pour s'accrocher, pas de réelle narration, pas de personnage suffisamment empathique ou clairement défini, des phrases très courtes, extrêmement terre à terre, pas de talent littéraire à mon humble avis de lecteur (mais il s'agit d'une traduction d'une auteure allemande)... bref donc arrêt de lecture au milieu de la 3ème nouvelle, la plus longue. Et ça ne m'arrive pas tous les jours..
Commenter  J’apprécie          20
Mamartin
  19 avril 2016
Emprunté par hasard à la bibliothèque, j'ai tout d'abord été intriguée par ces nouvelles sans queue ni tête. Cependant, je m'en suis très vite lassée malgré le style très particulier et attrayant de ces récits. J'ai abandonné quelques pages avant la fin.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
NievaNieva   31 août 2018
À côté de moi le parc aboie. Les chouettes dévorent les baisers oubliés sur les bancs. Les chouettes ne me voient pas. Les rêves fatigués et usés sont tapis dans les buissons.
Les balais me balaient le dos parce que je m’appuie trop contre la nuit.
Les balayeurs des rues balaient les étoiles, en font un tas, les balaient sur leur pelle et les vident dans le canal.
Un balayeur des rues crie quelque chose à un autre balayeur des rues, qui le crie à un autre, qui le crie à un autre.
À présent tous les balayeurs des rues parlent en même temps. J’avance au milieu de leurs cris, dans l’écume de leurs apostrophes, je me brise, je tombe dans la profondeur des significations.
Je fais de grands pas. Je m’arrache les jambes en marchant.
Le chemin est balayé.
Les balais me tombent dessus.
Tout est sens dessus dessous.
La ville erre à travers champs vers on ne sait où.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   11 octobre 2015
Les enfants chantent des chansons et récitent des poèmes. Les chansons parlent de randonnées et de chasse, les poèmes de l’amour pour la mère et pour la patrie. Quelquefois la jardinière d’enfants qui est encore très jeune, ce qu’on appelle au village une jeunesse, et une bonne accordéoniste, apprend aux enfants des rengaines dans lesquelles il y a aussi des mots anglais comme darling ou love. Il arrive quelquefois que les garçons mettent la main sous la jupe des filles, regardent par la fente large d’un doigt dans la porte des toilettes des filles, ce que la jardinière d’enfants appelle une honte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
feanorafeanora   04 décembre 2015
Et les vieux pêcheurs dans le bistrot témoignaient d'une belle déchéance. Leurs barbes étaient ébouriffés et collées et ils buvaient et chantaient de beaux chants rauques de brigands et je voulais qu'ils n'arrêtent pas de chanter de si beaux chants rauques. Et ils tambourinaient sur le tables pour rythmer leurs chants avec leurs belles mains sales jusqu'à ce que les tables se balancent sur l'eau, et c'était beau
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NievaNieva   29 août 2018
Et lorsque vint l’hiver, les jardins se dépouillèrent. Les plates-bandes étaient vides. Les épouvantails restèrent perchés sur les mâts et grandirent lorsqu’il neigea, brandissant leur menace dans les airs. Ils devinrent de grands magiciens de glace et de porcelaine dominant les arbres de leur hauteur.
La neige tombait de leurs chapeaux sur le village, les nuages étaient accrochés sur leurs épaules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   11 octobre 2015
Des traces de sang sur la neige. Blanche-Neige avait la peau blanche comme neige et les joues rouges comme sang. La neige éclaboussée de sang, neige et sang au-delà des sept montagnes.
Des enfants écoutent le conte et s’attrapent par la joue lisse comme du velours.
Commenter  J’apprécie          60
Video de Herta Müller (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Herta Müller
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=59753&motExact=0&motcle=&mode=AND
DU TRAUMA À L'ÉCRITURE
Un point de vue sur la création littéraire de Herta Müller
Radu Clit
Études Psychanalytiques
Décelé dans la création littéraire de Herta Müller, le rapport du trauma avec l'écriture se décline différemment en fonction des quatre types de prose qui sont isolés dans la création de la lauréate du prix Nobel de littérature 2009. Dans son volume de début, le trauma est ou physique ou subi par des animaux. Les romans qui décrivent la vie quotidienne sous le régime communiste présentent des traumas infligés par les autorités de l'état. Dans le camp de travail soviétique, le trauma est intégré dans le cadre existentiel. Les essais de l'écrivaine ouvrent la perspective autobiographique et montrent que tous les traumas présentés ont été subis ou par elle, ou par sa famille.
Radu Clit a déjà publié un livre et plusieurs études sur les effets psychiques des phénomènes totalitaires. Psychologue clinicien, psychanalyste, psychothérapeute de groupe, il ajoute cette fois à l'approche interdisciplinaire la grille d'analyse littéraire, ce qui lui permet d'affiner certains points de vue avancés précédemment.
Broché - format : 13,5 x 21,5 cm ISBN : 978-2-343-14532-7 ? 16 mai 2018 ? 230 pages
+ Lire la suite
autres livres classés : roumanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
257 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre