AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Jourdheuil (Traducteur)Heinz Schwarzinger (Traducteur)Béatrice Perregaux (Traducteur)
EAN : 9782707319937
150 pages
Éditeur : Editions de Minuit (07/11/2006)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 22 notes)
Résumé :
Quartett est une adaptation des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.
La Mission. Souvenir d’une révolution, qui reprend les thèmes de la nouvelle d’Anna Seghers « Lumière sur le gibet », traite d'une révolution exportée par la République à l'époque de la Révolution Française et de ce qu'il en advint lorsque la République cessa d'être révolutionnaire : de la situation quasi-kafkaïenne du révolutionnaire dont la mission devient sans objet.
Promé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Bruidelo
  16 décembre 2018
Dans un salon d'avant la Révolution, à moins que ce ne soit un bunker d'après la 3ème guerre mondiale, Valmont et Merteuil se retrouvent dans un sulfureux face-à-face pervers et fascinant. Ils luttent, ils jouent - Merteuil les rôles De Valmont et de Cécile de Volanges, Valmont celui de Mme de Tourvel - et nous emportent dans un cruel et vertigineux tourbillon de fantasmes, Eros et Thanatos mêlés. On s'enfonce dans les méandres de leurs désirs et projections, c'est fort, le jeu de travestissement dévoile une réalité plus profonde, celle des pulsions, de l'imaginaire, de la violence du théâtre qui se joue en nous. Comme le dit La Merteuil:
« Quand je ferme les yeux, vous êtes beau, Valmont. Ou bossu, si je veux. le privilège des aveugles. Ils ont en amour la meilleure part. La comédie des circonstances accessoires leur est épargnée: ils voient ce qu'ils veulent. L'idéal serait aveugle et sourd-muet. »
C'est noir et brûlant, troublant, l'écriture d'Heiner Muller est d'une profondeur impressionnante.
Une pièce courte, mais dense et puissante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
AMR_La_Pirate
  06 août 2020
Au gré de mes écoutes et dispersions diverses, je suis tombée par hasard sur ce texte de Heiner Müller, un écrivain, dramaturge et penseur allemand dont je n'avais jamais entendu parler. Si je me suis intéressée à Quartett, c'est parce que c'est une réécriture des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.
J'avoue avoir été très déstabilisée par cette adaptation.
Il s'agit d'un dialogue entre la marquise de Merteuil et le vicomte De Valmont, les deux personnages libertins, pervers et destructeurs. Ils se livrent, ici, à une véritable joute verbale dans un espace-temps élastique et poreux qui reprend à la fois leur réalité telle que décrite au siècle des lumières et leur projection, vieillissants, de nos jours ou dans un futur proche.
Nous sommes loin des faux-semblants du XVIIIème siècle ; ici, on parle sans tabous d'érotisme et de sexualité… La marquise et le vicomte échange même les rôles et les sexes, mettant également en scène leurs victimes, Mme de Tourvel et Melle de Volanges…
Si certaines répliques, particulièrement efficaces, prêtent à sourire et même à rire, l'ensemble ressemble plus à une logorrhée dont je n'ai pas toujours saisi les tenants et aboutissants.
La version audio, avec les voix admirables de Jeanne Moreau et Sami Frey donne une belle dimension à cette pièce, mais ne m'a cependant pas convaincue.
https://www.franceculture.fr/emissions/avignon-fictions/quartett-de-heiner-muller
Une réappropriation de l'oeuvre originale qui n'était pas pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Marti94
  16 février 2016
C'est parce qu'Heiner Muller était ami avec Bernard-Marie Koltès que je me suis intéressée à cet auteur. « Quartett » est la première pièce de théâtre que je lis de l'écrivain allemand (et la seule que j'ai lu dans ce livre qui en contient plusieurs).
Ce texte, publié en 1982, peut être considéré comme une réécriture des « Liaisons dangereuses » de Choderlos de Laclos.
Le titre de la pièce « Quartett » suggère quatre personnages. Pourtant, il n'y en a que deux. Deux qui comptent pour quatre puisqu'il s'agit des deux grands manipulateurs pervers de la littérature du 18ème siècle, le vicomte De Valmont et la marquise de Merteuil. L'âge, loin de les assagir, les a rendus plus cyniques et plus inventifs dans leur recherche de la volupté.
La marquise et le vicomte se rejouent leur scénario dramatique, convoquant leurs victimes : la présidente de Tourvel et la jeune Cécile de Volanges. Ils échangent leurs rôles et endossent ceux des autres.
Ils vont surtout tenter une ultime prise de pouvoir l'un sur l'autre.
Ce qui à l'époque De Laclos pouvait fasciner dans ces deux libertins, c'est qu'ils exprimaient une part inavouable de désirs et fantasmes dans un monde où la morale dominait.
La réécriture de Müller est très intéressante car elle transpose le mythe dans notre société, comme si la destruction qui oppose ces deux personnages était la métaphore d'une agonie.
Lu en février 2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
sandrine68
  21 juin 2018
affrontement et jeu de rôle entre Valmont et Merteuil, personnages de liaisons dangereuses
Commenter  J’apprécie          10
Klizou
  15 août 2019
"Dans cet échange verbal entre éloquence et obscénité, chacun des protagonistes – tour à tour homme et femme, proie et prédateur – exprime le désir de posséder l'autre, avec une vitalité et un humour qui font de cette guerre des sexes et des cerveaux une cérémonie sans pitié."
Lien : https://www.theatre-contempo..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
SeïlaSeïla   22 septembre 2014
La révolution n'a plus de patrie, ce n'est pas nouveau sous ce soleil qui ne brillera peut-être jamais sur une nouvelle terre, l'esclavage a de multiples visages, nous n'avons pas encore vu le dernier, ni toi Sasportas, ni nous Galloudec, ce que nous avons pris pour l'aurore de la liberté n'était peut-être qu'un nouvel esclavage plus effroyable, comparé auquel le règne du fouet dans les Caraïbes et ailleurs n'est qu'un aimable avant-goût de la félicité du paradis, et ta bien-aimée inconnue, la liberté, quand ses masques seront usés, peut-être n'aura-t-elle pas d'autre visage que la trahison : ce que tu ne trahis pas aujourd'hui te tuera demain. La révolution d'un point de vue médical, est un mort-né, Sasportas : de la Bastille à la Conciergerie, le libérateur devient gardien de prison. MORT AUX LIBÉRATEURS telle est la vérité dernière de la révolution. Et en ce qui concerne le meurtre que j'ai commis pour notre cause : le médecin meurtrier n'est pas un rôle nouveau dans le théâtre de la société, la mort n'a pas une telle importance pour les sauveurs de l'humanité : un autres état chimique, jusqu'à la désertification, chaque ruine est un terrain où bâtir contre la morsure du temps.

La Mission, p.36-37
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
hupomnematahupomnemata   13 décembre 2010
Pourquoi l'avenir est-il toujours au singulier dans notre langue, Galloudec. Peut-être en va-t-il autrement chez les morts, si la poussière parle. Penses-y, Sasportas, avant de risquer ton cou pour la libération des esclaves dans un abîme qui n'a plus de fond depuis cette nouvelle que je vais à présent m'incorporer afin qu'il ne reste aucune trace de notre tâche. En voulez-vous un morceau. C'était notre mission, elle n'a plus que la saveur du papier. Demain elle aura suivi le chemin de toutes chair, toutes les ascensions ne se font pas dans le même sens. Et peut-être est-elle déjà en route l'étoile qui vient du froid de l'espace, un bloc de glace ou de métal qui fera le trou définitif dans ce terrain des faits où nous replantons toujours nos fragiles espérances. Ou le froid lui-même qui gèlera notre hier et notre demain en un éternel aujourd'hui. Pourquoi ne sommes-nous pas nés arbres, Sasportas, non-concernés par tout ceci. Ou bien préfères-tu être une montagne. Ou un désert. Qu'en dis-tu, Galloudec. Pourquoi écarquillez-vous les yeux comme deux pierres. Pourquoi ne sommes-nous pas simplement là à contempler la guerre des paysages. Que me voulez-vous. Mourez votre mort, si vous n'avez plus goût à la vie. Je ne vous aiderai pas, moi non plus elle ne me plaît pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
hupomnematahupomnemata   16 décembre 2010
Même s'il me faut avouer que je commence à comprendre pourquoi la fidélité est le plus sauvage des déréglements. Trop tard hélas pour ce qui est de notre tendre relation, mais je me propose de m'adonner un peu à cette nouvelle expérience. Je hais les choses passées. Le changement les accumule. Considérez la croissance de nos ongles, nous continuons à germer dans notre cercueil. Et imaginez qu'il nous faille habiter avec les déchets de nos années. Des pyramides de saleté, jusqu'à ce que soit arraché le ruban de la ligne d'arrivée. Ou dans les déjections de nos corps. Seule la mort est éternelle, la vie se répète jusqu'à ce que l'abîme soit béant. Le déluge, un défaut de canalisation. Pour ce qui est de l'amoureux mari: il est à l'étranger en mission secrète. Peut-être réussira-t-il, politique comme il est, à faire éclater une nouvelle guerre. Excellent venin contre l'ennui de la dévastation. La vie va plus vite quand la mort devient un spectacle, la beauté du monde fait dans le coeur une entaille moins profonde, avons-nous un coeur, Marquise, quand on en contemple la destruction, on voit la parade des jeunes culs nous rappeler quotidiennement que nous sommes éphémères, on ne peut pas tous les avoir, n'est-ce pas, et que la vérole emporte tous ceux qui nous échappent, dans l'éclair des canonnades, devant la haie des pointes d'épée, avec un certain sang-froid. Pensez-vous parfois à la mort, Marquise. que dit votre miroir. C'est toujours l'autre qui nous regarde. C'est lui que nous cherchons quand nous creusons à travers les corps étrangers, nous quittant nous-même. Possible qu'il n'y ait ni l'un ni l'autre, seulement le néant dans notre âme qui réclame sa pâtée. Quand sera-t-il possible d'inspecter votre virginale nièce, Marquise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SeïlaSeïla   22 septembre 2014
Avec les dents de mes chiens je veux arracher de ta chair souillée la trace de mes larmes, ma sueur, mes cris de plaisir. Avec les lames de leurs griffes tailler dans ta peau ma robe de mariée. Ton haleine, qui a le goût des cadavres des rois, la traduire dans la langue du tourment qui est l'apanage des esclaves. Je veux manger ton sexe et engendre un tigre qui dévore le temps dont les horloges battent mon cœur vide traversé par les pluies des tropiques.

La Mission, p.20-21
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
hupomnematahupomnemata   16 décembre 2010
Quavez-vous appris si ce n'est à manoeuvrer votre queue dans un trou en tous semblable à celui dont vous êtes issu, avec toujours le même résultat, plus ou moins divertissant, et toujours dans l'illusion que l'applaudissement des muqueuses d'autrui va à votre seule personne, que les cris de jouissance vous sont adressés à vous, alors que vous n'êtes que le véhicule inanimé de la jouissance de la femme qui vous utilise, indifférent et tout à fait interchangeable, bouffon dérisoire de sa création. Vous le savez bien, pour une femme tout homme est un homme qui fait défaut. Et vous savez également ceci, Valmont: bien assez tôt le destin vous enjoindra de n'être même plus cela, un homme qui fait défaut. Au fossoyeur de trouver ensuite sa satisfaction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Heiner Müller (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Heiner Müller
Quartett d’Heiner Müller : lu par Jeanne Moreau et Sami Frey (France Culture / Festival d’Avignon). Lecture proposée par France Culture et le Festival d’Avignon, enregistrée en direct et en public dans la Cour d’honneur du Palais des Papes, au Festival d’Avignon, le 9 juillet 2007 - Une production de France Culture. Photographie : Quartett - lecture © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon. « C’était il y a tout juste dix ans, le 9 juillet 2007. Jeanne Moreau lisait avec Sami Frey sur la scène de la Cour d’honneur du palais des Papes, “Quartett” de Heiner Muller. “Quartett” fut écrit en 1981 par Heiner Müller, écrivain et dramaturge allemand. C’est un palimpseste des “Liaisons dangereuses” de Choderlos de Laclos, mettant en scène la marquise de Merteuil et le comte de Valmont. Müller avait confié à Jean Jourdheuil son désir de voir interpréter la Merteuil par Jeanne Moreau. Ce désir resta secret jusqu’au jour ou France Culture confia à Jean Jourdheuil un hommage à Heiner Müller en 2005. Ainsi France Culture et le Festival d’Avignon, dirigé alors par Vincent Baudriller et Hortense Archambault, décidèrent de réaliser ensemble ce rêve de Heiner Müller. 60 ans après avoir joué le “Prince de Hombourg” avec Gérard Philipe, 18 ans après avoir interprété la “Célestine” dans la mise en scène d’Antoine Vitez, Jeanne Moreau remontait sur les planches de la Cour d’honneur, accompagnée par Sami Frey. Cette lecture de “Quartett” est vertigineuse car Sami Frey et Jeanne Moreau jouent tous les rôles, échangent leurs rôles, échangent le féminin et le masculin. Ce fut une émotion très forte pour les 2000 spectateurs de la Cour : deux immenses comédiens seuls sur le plateau, d’une beauté saisissante, chacun assis à une petite table éclairée d’une lumière bleue dans la nuit d’été. » Blandine Masson Lu par Jeanne Moreau et Sami Frey Réalisation : Blandine Masson Une proposition de Jean Jourdheuil “Quartett”, traduit de l’allemand par Jean Jourdheuil et Béatrice Perregaux est publié aux éditions de Minuit. Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : ThéâtreVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Théâtre (83)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
730 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre