AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'Hayden tome 1 sur 3
EAN : 9782298132311
France loisirs (08/08/2017)
4.04/5   98 notes
Résumé :
Depuis le décès de son père, Mila vit sous la tutelle de sa soeur, Elizabeth, qui gère une maison d'hôtes. Alors que de mystérieux incendies ravagent plusieurs établissements de la ville, Mila fait connaissance avec un charmant pompier, Jeremiah, qui souffle avec elle le chaud et le froid. Mila voit aussi se multiplier autour d'elle des faits étranges : une prétendue amie de sa soeur qui débarque en pleine nuit, blessée et en danger, des tatouages trop ressemblants ... >Voir plus
Que lire après L'Hayden, tome 1 : Le secret d'EliVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
4,04

sur 98 notes
Des personnages attachants, une intrigue divulguée par petit morceau, histoire de ferrer le lecteur : bienvenue au pays de l'Hayden. Nous sommes dans un roman de fantasy mais l'histoire commence dans le monde de notre époque.
Deux soeurs viennent de perdre leur père. Mila est sous la tutelle de sa soeur Elisabeth (Eli). Elles dirigent une maison d'hôtes mais Mila va encore à l'école. Une série d'incendie a lieu dans la région, c'est lors de celui de l'établissement scolaire que Mila fait la connaissance de Jeremiah, charmant pompier bien fait de sa personne. Mila succombe et à sa grande surprise le nouveau pensionnaire de la maison d'hôte n'est autre que le jeune homme. Bientôt une série de phénomènes étranges se produit.
Il faut attendre la page 170 pour enfin pénétrer l'histoire fantastique. le premier gros tiers du bouquin est consacré à la mise en place d'événements qui servent de tremplin pour la suite. Beaucoup de descriptions d'émotions, de situations auraient pu nuire au rythme de la lecture mais il faut reconnaître à l'auteure un certains talents pour nous conter l'histoire. Par contre y a des trucs vraiment agaçants comme par exemple la relation Mila / Jeremiah, avec eux deux c'est je t'aime moi non plus.
Et puis arrive la fameuse page ou je me dis que l'on va enfin pénétrer dans un univers fantastique et là en prenant le tournant je me suis littéralement fait éjecter par la force centrifuge. Je n'ai plus trouvé aucun intérêt à ce livre : j'ai commencé par sauter des lignes, puis des paragraphes, je l'ai refermé quand j'ai commencé à sauter des pages.
1 c'est la note que j'attribue au livre que je n'ai pas fini.
Commenter  J’apprécie          360
J'avais une envie d'évasion, alors j'ai ouvert un livre type fantastique. Pas de déception, le voyage était au rendez-vous. Au fil des pages, il m'arrachait à la réalité pour arborer une contrée imaginaire, l'Hayden.

L'écriture est simple et agréable. La construction de l'intrigue est bien réalisée. L'intrigue ne se dévoile pas d'un seul coup : elle garde le mystère jusqu'à la fin, déployant peu à peu quelques-uns de ses secrets. La réalité si concrète commence au fil des pages, à se brouiller, à se transformer, jusqu'à frôler le ciel de l'imaginaire et à disparaître derrière lui.

Le suspens, les rebondissements donnent à ce voyage, des émotions qui le colorent : rêverie, crainte, terreur, surprise. A la fin du roman, le rebondissement redonne un nouveau coup d'élan à l'intrigue, préparant, par là, la suite du roman.

On n'en voudra pas à ce roman, d'élaborer une relation amoureuse, typique d'un grand nombre de livres fantastiques, tombant dans le stéréotype. Néanmoins, l'essentiel est le développement des sentiments du personnage, qui montre la complexité humaine, dans ses doutes, interrogations. On ne pourra pas en vouloir à ce roman d'emprunter le couple-caricature, pour se l'approprier, le faire sien. Il délivre des messages essentiels. Les élans de l'adolescence, le bonheur de l'amour, la découverte, les tensions, déceptions, autant de sentiments, émotions propre à l'homme.

Peut-être qu'un voyage sans amour quel qu'il soit n'en est pas un. Peut-être l'amour est vecteur de force et de courage. le roman, met en avant cet aspect : tout est possible ensemble. Ainsi, l'enquête portant sur Eli, la soeur de Mila, prend une dimension collective. Les sentiments amènent à une résistance, à une ténacité efficace, pour protéger la personne que l'on aime. On appréciera aussi l'altruisme de Mila, prête à sauver le presque-impossible. On découvre aussi les secrets, les souvenirs qui donnent force aux personnages, une profondeur qui les caractérisent.

Le roman met en avant aussi, l'aspect mauvais chez l'homme, son avidité, sa soif de pouvoir, le portrait même du tyran. Tous les moyens qu'importe lesquels sont permis. le personnage de Morval est l'incarnation même de ces penchants. C'est tout de même une réflexion sur le gouverner qui est esquissée : qui gouverne le mieux celui qui inspire la crainte ou celui qui incarne la confiance du peuple ?

Voyage dans des contrées féeriques, où le réel s'agence et s'en fuit, où se mêlent des émotions humaines, enquête, mystère… tout cela fait la profondeur du roman

Noter un roman, est-ce possible ? le qualitatif ne peut se noter par du quantitatif. C'est au fond notre ressenti qui puisse seul juger de l'appréciation d'un roman. Si la subjectivité en rencontrant celle du roman, s'y est plu.
Commenter  J’apprécie          170
le prix de l'imaginaire Nouvelles Plumes de 2017. Grand amateur de ce genre, j'ai sauté directement sur l'occasion pour découvrir ce roman. Je n'ai pas été déçu de cette histoire. Je trouve que la collection « Nouvelles Plumes » permet de découvrir de nouveaux talents.

Tout d'abord, j'ai trouvé ce roman assez moderne par rapport à notre société actuelle. On y parle de smartphones, de SMS et cette modernité est la bienvenue. Parfois, on peut se dire que cela dénature un peu la beauté d'un livre mais ici, le tout était si naturel que cela passait bien malgré que ça ne soit pas encore assez répandu dans la littérature. J'ai lu de nombreux romans et manuscrits dans lesquels les auteurs essayaient d'apporter cette nouvelle touche, ce côté high-tech dans les histoires et cela ne cadrait pas avec les personnages ou le contexte. le problème est que quand on veut moderniser son écrit, on ne peut pas se contenter de reprendre certains éléments de la période actuelle, il faut reprendre le maximum possible et que cela soit pertinent. C'est un peu comme écrire une histoire du Moyen-Âge et que les chevaliers rappaient. Non, il faut tout associer et ce roman est un des rares livres qui a su concilier cela et je suis assez content d'avoir lu un tel résultat. Certes, le langage est un langage de jeunes dans les dialogues mais un vrai langage, pas une invention. Ainsi, oui, on a des épisodes de la vie d'adolescent actuelle et une intrigue qui est plus tournée pour les jeunes. C'est vraiment bien écrit. Alors, bien entendu, cela demande un petit temps d'adaptation mais sincèrement, jusqu'à maintenant, je pense que c'est le meilleur résultat qu'il m'ait été donné de lire.

Ensuite, les personnages sont assez amusants. Ils sont jeunes, un peu gauches et avec de belles illusions en tête. J'arrive à m'identifier à eux dans certains actes, dans certains traits de leur comportement et cela est assez amusant de nous retrouver, nous, à leur âge. de plus, s'identifier à eux permet de s'y attacher plus facilement et cet attachement permet de mieux les apprécier et de se sentir plus concernés des péripéties qui s'y déroulent. Les personnages sont également intéressants de par leurs différences. Parfois, dans certains écrits, il m'est force de constater que les protagonistes viennent d'un seul et même moule et cela est fort regrettable car dans la vie de tous les jours, on ne se ressemble pas alors pourquoi des personnages devraient se ressembler ? Je suis donc vraiment rassuré et content que cette différence, que cette vie propre ait été inculquée aux personnages de l'histoire, ce qui la rend plus réelle et passionnante. le seul petit bémol que j'ai dénoté est dans la couleur des personnages. Ils sont tous blancs ou noirs. Je ne parle pas, bien entendu, de la couleur de peau mais de leur caractère, de leur méchanceté. Nous avons les bons et les mauvais. Il n'y a pas d'entre-deux. Il n'y a pas un personnage qui est à la fois bon et mauvais. Peut-être que cela viendra dans les prochains tomes. Cela pourrait être surprenant.

Pour terminer, ce qui m'a énormément plu également est le fait de voyager d'un monde à l'autre. Pour ceux qui lisent régulièrement mes chroniques, vous devez sans aucun doute savoir que ce genre de romans est un genre que j'adore. Il n'y a pas d'autres mots. Durant ma jeunesse, je n'ai pas arrêté de dévorer des livres de fantasy, c'est ce qui m'a donné goût à la lecture. Alors, quand l'éditeur m'a proposé cette lecture, je n'ai même pas dû lire le résumé pour donner mon accord. J'étais partant. Alors, il est vrai que c'est un genre visite et revisité et que les mondes parallèles se ressemblent tous. Nous entrons dans un univers dans lequel la modernité n'existe pas et tout a un certain esprit moyenâgeux. Ce n'est pas pour cela que nous ne devons pas aimer le monde dans lequel on est plongé. C'est un peu comme faire du tourisme dans un pays que vous adorez. Vous arrivez toujours à découvrir de nouvelles choses et dans le pire des cas, vous passez juste du bon temps.

En conclusion, le premier roman de l'auteure est très bon et je ne peux que le conseiller aux adolescents pour qui le monde de la fantasy est un monde de prédilection pour la lecture. J'ai hâte de connaître la suite.
Commenter  J’apprécie          50
Le synopsis est plaisant mais je n'ai pas vraiment aimé ma lecture. Au début, j'ai été bien accrochée par les personnages et l'histoire qui se développe au fur et à mesure. Cependant, je n'ai pas du tout apprécié la relation Mila/Jeremiah se mettant en place directement dès les premières pages et se transformant en amour dégoulinant et exaspérant malgré les nombreux "Je t'aime, moi non plus".
Plus, on se retrouve à rentrer dans l'univers fantastique du roman moins les personnages deviennent attrayants. Mila, que j'aimais beaucoup au début, devient de plus en plus nigaude . le seul personnage qui ne m'a pas déçu est Elisabeth, je trouve que que l'auteur l'a bien travaillée. Sinon en ce qu'il s'agit du contexte, on se retrouve avec une histoire basique: un monde plein de beauté mais gouverné par un tyran ( au passage que j'ai trouvé vraiment grotesque , il a une attitude de vilain dans les dessins animés pour enfant... ), avec un couple amoureux, des créatures fantastiques pouvant contrôler les quatres éléments ( vu et revue) dont le but est de renverser le gouvernement pour la liberté.
Ensuite, il y a trop d'héroïsme de la part de Mila, ce n'est pas du tout crédible ...
Pour finir, la fin a bien été mise en place. Car même si on ne souhaite pas lire la suite, l'auteur arrive quand même à éveiller notre curiosité.
Commenter  J’apprécie          130
C'est une tradition pour moi ! Dès que je vois apparaître le bandeau « Prix Imaginaire » chez Belgique Loisirs, je craque. Pourquoi ? Et bien car c'est grâce à ce prix organisé par les éditions Nouvelles Plumes que j'ai découvert Alexiane de Lys et sa série « Les ailes d'éméraude ». Mon coup de coeur de l'année 2014. Et puis, l'année suivante, voilà que je me suis éprise du magnifique roman « le dernier brûleur d'étoiles » que je compte bien relire un jour. Bilan des courses : le Prix de l'Imaginaire, il est pour moi ! Et j'espère qu'il réussit à convaincre plein d'autres lecteurs également. C'est une valeur sûre et bien que je n'ai pas encore lu celui de 2016 (qui est dans ma PAL depuis sa sortie bien évidemment), j'ai décidé de lire celui de 2017 pour respecter mon challenge « tout ce que j'achète en 2017, je le lis en 2017 ».

Du coup, j'ai aujourd'hui le plaisir de vous parler de ce premier roman, lauréat de l'édition 2017. Ecrit par Julie Muller Volb, ce titre ravira tous les fans d'héroïnes contemporaine et drôle et de fantasy légère. Malgré son début un peu long (il faut plus de 150 pages pour qu'on entre vraiment dans le vif du sujet), j'ai adoré cette histoire qui n'est en réalité qu'un début… Et oui, encore une saga qu'il me faudra surveiller ! Car je compte bien lire le suivant. Tant de mystères rôdent encore autour de ce récit une fois la dernière page tournée. Au final, ce n'était qu'une introduction. Mais quelle introduction ! Tous les ingrédients sont là pour faire de ce type une nouvelle saga incontournable : des filles qui n'ont pas froid aux yeux, un mystérieux beau gosse pompier qui est la pour secourir l'héroïne principale, un secret de taille qui ouvrira la porte vers un nouveau monde et enfin un méchant tyran contre qui il faudra se révolter !

Le style est très facile d'accès. La lecture se fait sans accro et malgré l'épaisseur du volume, les pages défilent à toute vitesse (merci les fins de chapitres en cliffhanger !). J'ai lu la moitié en une après-midi et je n'ai pas arrêté de faire haaaaaaaa-noooooooon à tout bout de champ. Même si certaines révélations sont parfois prévisibles, j'ai été ravie de la façon dont l'histoire s'est déroulée. Si vous n'essayez pas de jouer à Sherlock mais que vous profitez simplement de l'histoire, vous passerez comme moi un excellent moment lecture !

Au cas où vous n'avez pas lu le résumé, voici le pitch en quelques mots : Mila et Elisabeth (Eli) sont soeur et depuis le décès de leur père, Eli est la gardienne de Mila qui n'a pas encore dix-sept ans. Mila est une jeune fille comme les autres. Elle va à l'école, elle a un chat, un meilleur ami (Liam) avec qui elle passe des moments si complices qu'on pourrait croire qu'ils sont bien plus que bons copains. Les deux soeurs résident dans une maison d'hôte où elles ont le plaisir d'accueillir des visiteurs de tant à autres. Lorsque l'histoire commence, Mila sauve une amie de l'incendie qui ravage son lycée. Lors de son sauvetage, elle rencontre un pompier dès plus sexy, Jeremiah. Et évidemment, elle découvre en rentrant chez elle qu'il s'agit du nouveau pensionnaire qui vit désormais chez elle. Mais cela n'est pas la plus grande surprise qu'elle découvrira. Sa soeur a apparemment un tatouage qu'elle n'avait jamais vu avant et voilà qu'une femme étrange, prétendument en danger débarque chez elles, cherchant refuge. Une femme qui a le même tatouage qu'Eli ! de quoi vous divertir pendant plus de 400 pages !

Le début est assez long et il faut attendre que l'histoire se mette bien en place pour profiter du « secret d'Eli » mais une fois ce moment arrivé, vous aurez envie de continuer votre lecture, je vous l'assure !

De la fantasy légère, mélangée au monde contemporain, qui se prête à des jeunes comme à des adultes. En attendant la suite (dans pas trop longtemps j'espère !), je vous souhaite encore de bons moments avec les Prix de l'Imaginaire. Personnellement, je vais m'empresser de lire celui de 2016 qui traine chez moi depuis trop longtemps !
Lien : https://atouchofbluemarine.w..
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
- Chers concitoyens... (ou partisans de mes deux...) nous sommes réunis, ici, aujourd'hui... (de gré ou de force...) à la demande de notre aimable souverain, Morten Valek... (maître Morval le tyran...) pour célébrer... (pour déplorer...) l'union de cet homme, Morten Valek... (pff...) et de cette femme, Elizabeth Wilde... (ah tiens donc, c'est son véritable nom ?) dans l'amour et le respect mutuels (mais bien sûr ! C'est tout à fait ça !). Morten Valek, consentez-vous à prendre Elizabeth Wilde ici présente pour épouse... (tu parles qu'il y consent !) de l'aimer, la chérir... (de la torturer et la punir...) dans la richesse comme dans la pauvreté... (surtout pour s'enrichir, oui...) dans le bonheur comme dans l'adversité... (particulièrement dans ce dernier cas, je dirais...) et ce, jusqu'à ce que la mort vous sépare (c'est-à-dire probablement dans les plus brefs délais...).
- Je le veux (évidemment, connard !).
- Elizabeth Wilde, consentez-vous à prendre Morten Valek ici présent, pour époux (NON !) de l'aimer (NON !), de le chérir (NON !), dans la richesse comme dans la pauvreté (NON et NON !), dans le bonheur comme dans l'adversité, et ce, jusqu'à ce que la mort vous sépare (NOOOOON !) ?
Ça y est... c'en est fini...
- Non. Je refuse.
Commenter  J’apprécie          20
Voilà la dure réalité de la vie quotidienne dans un lycée : si l'on ne rentre pas dans le moule, on est forcé de vivre toute sa scolarité en paria !
Et puis il y a moi. Je n'entre dans aucune des deux catégories, tout simplement parce que je m'y refuse. Il est hors de question pour moi d'être définie par ces étiquettes, je veux être libre de pouvoir être celle que je suis, avoir la possibilité d'être à la fois ringarde et mignonne, peut-être, ou bien intelligente et fréquentable, sans aller jusqu'à être populaire, mais surtout briser ces chaînes qui nous entravent tous. Aller au-delà des conventions et des a priori...
Commenter  J’apprécie          50
Le premier symptome de l'amour vrai chez un jeune homme c'est la timidité, chez une jeune fille c'est la hardiesse.
Commenter  J’apprécie          310
Je jubile intérieurement de l'avoir touché dans son amour propre, les mots sont une arme puissante dont personne ne me privera. Ma liberté d'expression m'appartient et j'en ferai usage tant que je vivrai ! Enfin tant que je le pourrai... ils seraient capable de me couper la langue... j'en frissonne rien qu'à y penser.
Commenter  J’apprécie          40
Je me souviens de ses paroles lors du décès de mon père : "Tout ira bien. Ce n'est qu'un mauvais chapitre dans le livre de ta vie. Tourne une page après l'autre et bientôt tu ne te souviendras que des bons moments."
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Julie Muller Volb (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Muller Volb
L’écrivaine rohrbachoise Julie Muller Volb vient de sortir son nouveau roman « Apis Apocalypsis » inspiré du Simserhof. Réalisation : Maurane GRANDCOLAS
autres livres classés : fantasyVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (266) Voir plus



Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2477 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..