AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203149595
Éditeur : Casterman (09/01/2019)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Corto comme vous ne l'avez jamais lu !

« Corto Maltese est le symbole même du voyage. Un Ulysse moderne, un passeport pour le monde libre de l'imaginaire. Corto représente le voyage par excellence car il l'incarne dans son caractère, dans ses origines et dans la manière de se comporter vis-à-vis de son prochain, sans idées préconçues. (...) Voyager à la manière de Corto Maltese ne signifie donc pas atteindre un lieu. Cela signifie chercher un itinéra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Charybde2
  04 septembre 2019
Six nouvelles habiles pour retrouver le goût de l'aventure, de la poésie et du mystère qui environnent si naturellement Corto Maltese.
Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2019/09/04/note-de-lecture-mirages-de-la-memoire-marco-steiner-jose-munoz/
Lien : https://charybde2.wordpress...
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Sceneario   04 mars 2019
Mirages de la mémoire est un livre qui permet de découvrir six récits tournant autour du marin créé par Hugo Pratt en 1967. Ces récits sont de belles invitations au voyage, que ce soit sur les mers et océans du globe, qui nous entraînent à Cuba, en Ecosse, en Inde et ailleurs... Ce sont aussi des endroits mythiques qui entraînent les lecteurs, outre dans des voyages, vers des rêves inédits.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   04 septembre 2019
l pleuvait en permanence depuis plusieurs jours, et d’évidence, cela n’avait aucune intention de cesser. Le ciel et la mer ne faisaient désormais plus qu’un, un plan gris coupé en deux par une ligne très fine.
La musique, c’était le crépitement sur la véranda. Parfois, elle changeait de rythme, des fleuves grondaient, des éclairs jaillissaient, des coups de tonnerre, puis tout redevenait régulier et constant, comme avant.
Les feuilles étaient brillantes, elles écoulaient l’eau, distillaient les gouttes, elles se pliaient, s’allongeaient, essayaient de changer quelque chose, et puis tout recommençait.
Corto Maltese se tenait assis dans un fauteuil d’osier, une chaise devant lui, les jambes croisées, les pieds nus luisants de pluie.
Il fumait et regardait ce monde vert et bleu voilé de gris. Il n’y avait rien d’autre à faire que se perdre dans les sentiers de cet humide néant.
Sur la table se trouvaient une bouteille de rhum à moitié vide et un verre contenant une dernière goutte.
Du cigare montait une ligne de fumée qui nourrissait un nuage bleu, ondulant dans la véranda sans nulle intention de sortie.
Sur le canapé, un gecko fixait une araignée dans sa toile. Lui aussi semblait immobile, mais il surveillait l’ennemi.
Rien n’était immobile, tout était suspendu, même le temps. Et la pluie continuait.
Elle avait peut-être décidé d’engloutir Saint Kitts, de l’enfoncer dans la mer. Mais les îles des Caraïbes savent qu’il suffit d’attendre. À la fin, le soleil essuie la pluie, sèche la boue, ranime le vert, les couleurs. Même les marins le savent, il suffit d’attendre.
Et la mer reste là, comme un rappel.
Corto Maltese avait été bloqué dans l’un de ces typhons qui balaient les îles, fracassent les voiles, arrachent le toit des maisons, mais la barque était intacte, à l’abri dans une anse protégée. Ce n’était pas la sienne, mais celle de madame Java, c’est pourquoi il y tenait plus encore. Il pouvait la voir de la véranda. C’était son refuge quand la mer et le vent décidaient de faire tourner les nuages entre la Floride et le golfe du Mexique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   04 septembre 2019
Chaque fois que je viens à Buenos Aires, un voile mouillé de mélancolie me tombe dessus. C’est peut-être la pluie fine de cette grise journée, ou bien la fumée de mes cigarettes. Je ne sais pas d’où elles viennent, je les ai trouvées dans le bateau. Elles sont sèches, l’odeur s’obstine à me tourner autour, m’enveloppant d’un nuage qui se colle à moi et ne semble pas vouloir se disperser au vent. Eh oui, le vent. D’habitude, il m’accompagne, m’entraîne loin, mais depuis quelques jours il a disparu, et me contraint à l’immobilité.
Parfois, ma mer fait ça. Elle se fige, et les marins le sentent. Ils restent muets, indolents, et pendant ce temps, raclent le fond de leurs pensées. Tout se bloque, même l’envie de parler. S’abat alors un silence étrange, surnaturel. Nul remous, nul froissement de voile ou grincement de gréements. Et l’eau même devient plus bleue.
Moi, je voulais seulement rentrer. Il n’y avait pas de vrai motif, mais c’est sûr, je ne voulais pas rester.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EmsWildEmsWild   13 juillet 2019
" Il n'y a pas de meilleure matière à rêver qu'une carte "
Robert Louis Stevenson

[Robart Kee p. 75 Casterman]
Commenter  J’apprécie          10

Video de José Muñoz (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de José Muñoz
Vidéo de José Muñoz
autres livres classés : voyagesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
449 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre