AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Comme l'ombre qui s'en va (11)

blandine5674
blandine5674   22 décembre 2016
Les musiciens de jazz étaient ou avaient été dépendants de l’héroïne ou de l’alcool, ou des deux comme Charlie Parker. Billie Holiday, vers la fin, tenait à grand-peine debout et chantait avec une lenteur pâteuse d’alcoolique, Allan Poe, Baudelaire, Paul Verlaine embaumé vivant dans l’absinthe, William Faulkner embaumé dans le bourbon, Malcolm Lowry se sacrifiant au gin et au mezcal, Carson McCullers le visage livide et les yeux injectés de sang, Marguerite Duras gonflée par l’alcool comme une grenouille ou comme une outre, Raymond Chandler, Ernest Hemingway, Dashiell Hammett, les meilleurs parmi les meilleurs, l’aristocratie de la littérature et du delirium tremens.
Commenter  J’apprécie          100
Kirsikka
Kirsikka   18 octobre 2017
Même la vie la plus clandestine laisse derrière elle des traces indélébiles
Commenter  J’apprécie          90
Pirouette0001
Pirouette0001   27 août 2016
J'étais maladivement convaincu, comme tant d'aspirants écrivains de province, que la véritable vie se trouvait ailleurs, que l'imagination est plus riche et plus puissante que la réalité, le désir plus précieux que son assouvissement, que les géants sont plus mémorables que les moulins à vent et les histoires de fiction plus parfaites que le futur hasardeux, répétitif et sans éclat de la réalité.
Commenter  J’apprécie          90
blandine5674
blandine5674   23 décembre 2016
Il y a 3 075 agents du FBI consacrés uniquement à cette enquête, dit ces jours-ci un rapport de J. Edgar Hoover ; on a dépensé jusqu’à présent 781 407 dollars ; les agents ont parcouru 332 849 miles au cours des recherches ; le Département de la Justice passe en revue une par une 2 153 000 demandes de passeport aux Etats-Unis : la police criminelle canadienne doit en examiner 200 000 ; on a vérifié 53 000 empreintes digitales.
Commenter  J’apprécie          70
Pirouette0001
Pirouette0001   04 septembre 2016
Quand nous nous rappelons qui nous étions dans notre jeunesse, ce qui émerge est l'image que nous avions de nous-mêmes à l'époque. Voilà pourquoi lorsque nous voyons un jeune homme, il nous donne l'impression d'être plus enfant ou moins adulte que nous ne l'étions à son âge, pour cette raison et peut-être aussi parce que la condescendance nous guette. Et en même temps, le jeune homme regarde un adulte de l'âge de ses parents comme déjà très éloigné de la jeunesse, presqu'installé dans le déclin.
Commenter  J’apprécie          60
Pirouette0001
Pirouette0001   31 août 2016
Sans doute y a-t-il eu des jours de bonheur que je n'ai pas célébrés ou pas remarqués sur le moment, que j'ai oubliés et qu'aujourd'hui, tant d'années plus tard, j'aurais scrupule à me rappeler. Le remords reste installé dans les espaces vides presqu'aussi intensément que dans le souvenir précis des dommages que j'ai causés. Le remords résiste extraordinairement au passage du temps.
Commenter  J’apprécie          60
zhivago
zhivago   30 août 2016
On se rend compte d'une erreur à l'instant précis où elle devient irréparable, une seconde ou un dixième de seconde après l'avoir commise, ou même plus tôt, pendant qu'on la commet, tout en sachant qu'on se trompe mais en continuant, témoin impuissant de ses propres actes ou de sa propre inertie fascinée et désastreuse. Plus tard, on revit de nombreuses fois ce moment, on l'examine rétrospectivement comme on examine un insecte sous la loupe, détail par détail, seconde par seconde, dans la tranquillité d'une pièce fermée de l'intérieur, ou au coeur d'une insomnie, couché sur le dos sur le dur sommier d'un châlit, dans une cellule.
Commenter  J’apprécie          30
corali
corali   01 juin 2016
Le rêve dont je me suis éveillé aurait pu être le sien, même s’il n’y apparaissait pas. J’ai passé trop d’heures immergé dans sa vie – des jours entiers depuis mon arrivée à Lisbonne.
Commenter  J’apprécie          35
michdesol
michdesol   29 septembre 2016
Quand il est né sa mère avait dix-neuf ans. Elle aura huit autres enfants au cours des vingt années suivantes. Certains jours elle s'enivrait seule, d'autres avec son mari. Ils vivaient dans un cabanon sans eau ni électricité. Sa deuxième fille, Marjorie, s'est brûlée vive à six ans en jouant avec des allumettes. Elle sera souvent emprisonnée pour ivresse et désordre public, pour vol, pour prostitution. Elle volait dans les boutiques quand elle n'avait pas d'argent pour acheter du vin bon marché, et quand elle ne volait pas elle se prostituait à d'autres ivrognes ou à des vieillards libidineux. Pour s'offrir ses cuites, elle a fini par prostituer sa fille de douze ans. Les services sociaux lui enlèveront ses enfants les plus jeunes. Une inspectrice venue chez elle ouvrira une armoire et recevra une avalanche de bouteilles vides. Les enfants étaient couverts de poux, jouaient et se battaient parmi les bouteilles et les ordures. Elle est morte d'une cirrhose du foie à l'âge de cinquante et un ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pirouette0001
Pirouette0001   27 août 2016
Je ne savais ni faire de la fiction avec ce que j'avais sous les yeux, ni inventer des personnages qui mèneraient une vie semblable à la mienne, dans mon temps présent. Pour moi, la fiction avait à voir avec l'imaginaire, avec ce que je rêvais ou ce que je désirais et qui m'était inaccessible.
Commenter  J’apprécie          10


    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





    Quiz Voir plus

    Littérature espagnole au cinéma

    Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

    Vincent Perez
    Olivier Martinez
    Viggo Mortensen

    10 questions
    39 lecteurs ont répondu
    Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre