AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782366400076
120 pages
Physalis (01/08/2012)
3.88/5   142 notes
Résumé :
Dans une petite et sinistre communauté villageoise isolée, située en bordure d'une route qui mène à la grande ville, un gamin se prépare à commettre le pire. En effet, persuadé d'avoir tué sa mère à sa naissance et après le terrible meurtre, un peu plus tard, de son frère, ce dernier a décidé de décimer tous ceux qui l'entourent. C'est ainsi que, se référant à un plan diaboliquement simple, le gamin égraine une à une les victimes sans soulever le moindre soupçon sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 142 notes

manU17
  19 janvier 2014
Un village où personne ne s'arrête jamais, « sauf si l'on tombe en panne ». Un village perdu dans une campagne isolée, sauvage, revêche, entouré de marécages hostiles, une terre infertile où rien ne pousse, dont rien jamais ne sort, sauf la mort…
Un gamin qui s'est construit, ou déconstruit, persuadé d'être responsable de la mort de sa mère morte en couches en le mettant au monde. Une vie brisée avant même que d'être arrivée.
Des adultes plus effrayants et répugnants les uns que les autres, entre consanguins et tarés congénitaux. Bienvenue dans la misère morale et sociale la plus noire. Aucun espoir, aucun ressort, sauf la mort…
Un gamin menteur, raciste, manipulateur, fourbe, menteur, un gamin qui a ses propres codes, faussement naïf, un tueur.
"Je suis un enfant qui tue les gens"
Son premier meurtre effectif sera celui de son demi-frère. Il se saisit de sa tête à deux mains et va lui fracasser le crâne à grands coups contre le sol. Il déteste tout le monde, il fallait bien commencer par quelqu'un.
D'autres suivront, beaucoup, des meurtres prémédités pour la plupart, toujours plus violents, toujours plus sanguinolents. Une raison, une explication ? Parfois évidente, parfois moins. Mais y-a-t-il toujours une explication à la haine ?
"Moi, j'ai un peu décidé d'arrêter de tuer, histoire de de ne pas affoler tous les survivants.
J'empoisonne quand même le chat de Mme Frolignac, pour ne pas perdre la main.
Amen."
Un album adapté du roman éponyme de Jean-Luc Luciani, lauréat du Prix SNCF du Polar bande dessinée 2013, à la noirceur totale. Noirceur du sujet, noirceur du graphisme de Jonathan Munoz, on oscille entre des bruns sombres et du bleu nuit, noirceur du milieu dépeint, noirceur du cadre, la nuit, la pluie, la boue, le sang, la mort…
Le malaise et l'horreur sont amplifiés par la narration qui est faite par l'enfant, avec son regard et son langage, ses mots d'enfant. Regard sans concession sur un monde d'adultes ignares et décadents, issus de ces horribles petits villages reculés, vivant en autarcie, comme on en voit parfois dans certains films d'horreur américains.
Et bien sûr, comment ne pas penser à l'excellent roman d'Agota Kristof, le Grand cahier, et à ses deux terribles jumeaux.
Une lecture que je vous conseille un soir de violents orages, dans une maison vide, à la lueur de la flamme vacillante d'une bougie, pour en savourer encore plus la terreur à sa juste valeur…
Un léger bruit dans le moteur, où comment sombrer dans l'horreur, où comment tenter d'échapper à son destin de la pire manière qui soit…

Un grand merci à Babelio et aux Éditions Physalis pour cet aussi effrayant que surprenant coup de (poignard dans le) coeur !

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
marina53
  16 août 2015
Un hameau, pauvre et rural, au milieu de nulle part. Personne ne s'y arrête sauf si l'on est en panne...
Ma mère est morte à ma naissance. Je déteste mon père et sa nouvelle femme. Je détestais mon demi-frère. Mort « accidentellement » en tombant de la balançoire. du moins, c'est ce que j'ai dit, des larmes dans les yeux et des sanglots dans le corps. Je déteste tous ces gens qui m'entourent: Mme Esplonde, la vieille femme qui pue et qui nous fait l'école; l'épicière qui vend tout trois fois plus cher; le gros et bête Adrien, le fils des paysans; Laurie parce que c'est une fille; la catin qui vit dans la forêt... Je les déteste tous. Et, tous, je les tuerai...
Ne vous fiez pas à son petit sourire ou à sa coupe de cheveux improbable... Ce gamin en culottes courtes à qui l'on donnerait le bon Dieu sans confession est un être ce qu'il y a de plus glacial, mesquin, haineux et sans coeur. Ce petit village où les habitants semblent vivre misérablement cache un véritable tueur en série. Certes, il ne ressemble en rien à l'idée que l'on a du tueur en série mais ses desseins sont les mêmes et son mode opératoire n'a rien à envier aux autres. du curé à la catin, en passant par ses camarades, ils y passeront tous. Gaet's nous emplit d'effroi avec ce scénario, certes improbable, mais tellement jouissif au final. Car, pas un ne semble rattraper l'autre, tous sont détestables. Cet album, aussi étrange qu'effroyable, nous tient en haleine. le dessin de Jonathan Munoz est terriblement efficace: des tronches à faire peur, des décors sordides, des expressions jouissives, des couleurs évidemment sombres.
Faites attention si vous entendez Un léger bruit dans le moteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
LePamplemousse
  08 novembre 2013
Nous sommes ici dans une histoire qui démarre tout de suite très fort et où l'intrigue va crescendo jusqu'à la fin. le héros est un petit garçon qui rêve de tuer tout le monde…
C'est le quotidien d'un lieu paumé à travers les yeux d'un enfant. Une vie où le sordide et le glauque côtoient la tristesse et l'humour noir, très très noir même. On croit à chaque page qu'on vient d'être témoin de choses horribles mais la page suivante nous révèle quelque chose d'encore plus ignoble, à la limite du supportable.
Le personnage est sournois, machiavélique mais en même temps attendrissant avec ses attentes d'enfant.
Les dessins sont tout simplement sublimes, les couleurs étant en totale adéquation avec le thème de la bande dessinée.
C'est véritablement mon coup de coeur BD de l'année.
Commenter  J’apprécie          230
choumette
  12 mars 2018
Les amerloques diraient "oh my goood !" Moi je dis "Rhoooooo la vaaaache !!! ".
Ah mais là c'est une BD.... (c'est parti pour les adjectifs) : originale, bizarre, surprenante, flippante, noire, violente, gore, sanglante, cruelle, glauque, terrifiante, dérangeante, captivante,  bref.....vous l'aurez compris, digne d'un film d'horreur.
Le ton est donné d'entrée et pourtant je ne voulais pas y croire. En général, on peut dire d'un enfant qu'il est mignon, attachant, pénible, marrant, grognon, joueur....Ah mais là, vous oubliez tout de suite tout ça.
Le personnage principal de l'histoire, un garçonnet, est horrible. Il le dit lui même dès le 1er chapitre, c'est un enfant qui tue les gens ! Mais en plus, tout est moche, troublant, aussi bien le village paumé que les villageois.
Les dessins m'ont plutôt rebuté au début mais c'est tellement en adéquation avec l'histoire que ça en devient magistral.
Il en faut du courage pour s'aventurer dans ce genre de BD, autant du côté de l'auteur que du lecteur.
Cette histoire n'est pas un coup de coeur, loin de là, mais je ne peux pas non plus dire que je n'ai pas aimé. C'est étrange, je n'ai jamais eu ce ressenti....Je pourrais peut être la qualifier d'ovni ? ou hihoni (HIstoire HOrrible Non Identifiée) ? BDni (BD Non Identifiée) !!! ?
 En fait, je suis tellement bluffée que j'en parlerai lors de ma prochaine réunion BD de ma bibliothèque de quartier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
christinebeausson
  07 janvier 2014
Quand on commence sa vie en tuant sa mère à la naissance, est on condamné à devenir un enfant qui tue les gens ?
Qu'est ce qu'un assassin ? Quand devient on un assassin ? Quand sommes nous considérés comme un assassin ?
Des questions importantes, auxquelles nous ne savons pas répondre si facilement!
Ce qui est important : Est ce le sentiment de responsabilité qui peut nous étreindre lors d'un accident ? Ou est ce, ce que nous renvoie les autres ?
Et après, si on a déjà tué, sommes nous condamnés à reproduire le même scénario ?
Tuer l'autre, parce qu'on ne l'aime pas, parce qu'elle est moche, parce qu'il est différent, parce qu'il a les mains sales, parce que.... Peut être parce qu'on ne nous a rien appris d'autre ?
Peut on se sortir d'un sentiment de culpabilité et affronter la vie comme si de rien était ?
Cette bande dessinée inspirée du roman de Jean Luc Luciani et adaptée avec un scénario de Gaet's nous plonge dans ces questions métaphysiques, et ne nous apporte pas de réponses miracles.
L'illustration de Jonathan Munoz nous fait faire corps avec cette histoire, nous vivons dans ce village au bout du bout du bout....du monde, séparé de la vraie vie, du côté du ciel qui n'en finissait pas de pleurer, le monde où ce sont les enfants qui ont raison...
L'univers graphique est majestueux et imprime aux textes un décor et des couleurs qui rajoute encore à l'intrigue un peu de suspense, d'angoisse et de désespoir.
Merci à Babelio, aux éditions Physalis de m'avoir fait découvrir ce livre, lauréat du prix SNCF bande dessinée 2013.
J'espère garder maintenant un léger bruit dans ma tête pour ne pas oublier ces enfants nés du mauvais côté de la vie, déjà victime en venant au monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (3)
BDGest   21 avril 2021
Ce dernier annonce d'ailleurs qu'il n'en a pas tout-à-fait terminé avec cette histoire. Si vous aimez les séries noires, n'hésitez pas !
Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo   18 février 2021
Après la série RIP, Gaet’s nous plonge de nouveau dans une œuvre sombre et glaçante. Narré par le garçon, le récit dévoile l’horreur de son quotidien et de son environnement. Il esquisse avec candeur le portait de chacun des habitants du village, dévoilant pour tous leurs vices et perversions.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Sceneario   08 août 2012
[…] Gaet’s signe un découpage moderne, bien adapté, mêlant souvenirs et situations présentes, dans une ambiance psychotique pour le moins oppressante et noire.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
lunchlunch   11 janvier 2013
Elle c'est Laurie Gandriale. C'est une jolie fille ! Mais c'est une fille.
Voilà sa mère. La mère Gandriale. Depuis qu'elle a vu Laurie sortir de ses jambes ensanglantées. Elle a perdu la boule.
Du coup le père Gandriale fait tout à la maison. Il s'occupe du ménage, des courses... du repas... ainsi que de Laurie.
Laurie a toujours les yeux dans le lointain car tout est sale autour d'elle. Elle préfère regarder ailleurs.
Je l'aime bien Laurie. Je la tuerai après tous les autres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
miladomilado   25 janvier 2013
(au prêtre victime d'une attaque à l'écoute de sa confession ) :

- Mais ? Vous pouvez pas mourir comme ça ! Je vous ai encore rien fait !
Commenter  J’apprécie          150
voiliervoilier   05 décembre 2013
Les enfants disent des trous.
Les adultes disent des tombes
Ce sont les enfants qui ont raison
Commenter  J’apprécie          140
OliZOliZ   28 septembre 2012
ohééé ! Y a quelqu'un ici ?

J'ai comme un léger bruit dans le moteur... et je n'aimerais pas tomber en panne sous ce déluge.

eh ! oh ! Quelqu'un m'entend ?
Commenter  J’apprécie          70
christinebeaussonchristinebeausson   04 janvier 2014
Les Kallifan ... Ils sont ... Ils sont morts !
Pourquoi ?
J'aimerais lui dire. Parce que je les détestais. Parce que je voulais être libre. Parce ce que la vie d'ailleurs m'appelait trop fort .....
Parce qu'à force de tuer le temps. On finit par tuer vraiment.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jonathan Munoz (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jonathan Munoz
Dans le 131e épisode du podcast Le bulleur, on vous présente le premier tome des mémoires du dragon Dragon, baptisé Valmy, c’est fini, album que l’on doit au scénario de Nicolas Juncker et au dessin de Simon Spruyt, édité chez Le Lombard. Cette semaine aussi, on revient sur l’actualité de la bande dessinée et des sorties avec : – La sortie de l’album Bertille & Bertille que l’on doit à Éric Stalner et aux éditions Grand angle – La sortie de l’album L’inconnue du bar que l’on doit à Jonathan Munoz et aux éditions Fluide glacial – La sortie de l’album L’ami colocataire que l’on doit au scénario de Pog, au dessin de Séverine Lefebvre et c’est édité chez Marabulles – La sortie de l’album Super cyprine, une vengeance corrosive, album que nous devons à Tess Kinsky et aux éditions Massot – La sortie de l’album Itinéraire d’une garce que nous devons au scénario de Céline Tran, au dessin de Grazia La Padula et c’est édité chez Glénat dans la collection Porn' pop – La réédition en intégrales des Confessions d’un canard sex-toy que nous devons au scénario de Mikaël Roux, au dessin d’Arnaud Poitevin et c’est édité chez Fluide glacial
+ Lire la suite
autres livres classés : enfants tueursVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4468 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre