AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Yvan Pommaux (Illustrateur)
EAN : 9782211090001
51 pages
L'Ecole des loisirs (06/03/2008)
3.79/5   60 notes
Résumé :
Illustrations d'Yvan Pommaux.
Le jeune Vladimir voulait juste faire rire. A l'occasion de la naissance du tout petit riquiqui duc Ivan, en l'an de grâce 1720, il avait composé un innocent poème plein de mots en V et de rimes en vlan !

Mais le grand-duc prit la mouche. Pour que plus personne ne reprenne en chœur le poème devenu chanson à succès, le grand-duc eut une idée formidable : interdire tous les mots contenant la lettre V.

>Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 60 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis

En l'an 1720, le grand-duc Nikolaï, devient père d'un petit Ivan : "un bébé tout petit riquiqui [...], on craignit même pour sa vie".

Vladimir, un jeune étudiant rêvant de devenir écrivain, compose, un soir d'ivresse, quelques vers sur le fils du duc et ce poème devient vite une chanson populaire. Nikolaï le tyran, n'ayant aucun sens d'humour et croyant qu'on se moque d'Ivan, prend alors une vilaine décision qui va non seulement chambouler le franc-parler de tout un peuple, mais aussi susciter méfiance et crainte générales.

Parce que le grand-duc interdit dorénavant tous les mots contenant la lettre V ; chaque citoyen risque une amende...voir, d'avoir la langue coupée !

Ladimir, après s'être futilement essayé au métier de "correcteur de la chose écrite" (gagne-pain consistant à supprimer la 22ème lettre de l'alphabet dans tous les bouquins), se réfugie dans la campagne, où fort heureusement il rencontre la femme de ses songes...ensemble ils auront une jolie fille prénommée ....... (Zut, je ne peux pas l'écrire, ce petit nom à très grosse amende !)

Mais, croyez-moi, cette demoiselle n'est pas "tombée sur la bouche" et on peux craindre pour sa langue bien pendue !

On peut s'amuser avec ce court roman pour petits (et grands) lecteurs à partir de 7-8 ans, à chercher des synonymes de mots contenant des V...on se rend compte alors qu'on emploie cette consonne fréquemment.

C'est également un petit conte sur l'autorité abusive avec ses directives absurdes...

L'écriture dans laquelle transparaît l'humour ironique reste résolument optimiste et les illustrations nettes, détaillées, à l'encre de chine d'Yvan Pommaux, enrichissent agréablement le texte.

P.s. J'ai reçu à l'instant, un P.E. (Procès Erbal) du ministère de la Répression du V, me sommant de m'acquitter d'une amende de 1100 sous parce que j'ai osé utiliser la lettre interdite 22x dans le tapuscrit ci-dessus ! J'ai trente jours pour payer, sinon j'aurai la langue coupée !

Commenter  J’apprécie          5219

Quand Marie-Aude Murail s'amuse à faire disparaître une lettre de l'alphabet, cela donne une histoire pleine d'humour !

En l'an de grâce 1720, le grand-duc Nikolaï s'indigne d'une chansonnette se moquant de son fils maigrichon. Il décide alors de bannir une certaine lettre bien présente dans ce poème et de faire payer une amende à tous ceux qui oseront prononcer des mots la contenant.

Tu te doutes bien que la suite est tordante ! Car l'auteure elle-même se prend au jeu et cela donne un texte plein de gaieté !

C'est une façon bien astucieuse pour faire comprendre aux enfants ce que sont un régime totalitaire et la censure.

Un texte drôle, pétillant et invent....euh... ingénieux !!

Commenter  J’apprécie          287

Que se passe-t-il lorsqu'un tyran proscrit l'usage de la lettre V dans son royaume? Un court roman, accessible aux plus jeunes et qui aborde le thème de la censure sur un mode enjoué et ludique. Et oui, c'est possible quand on s'appelle Marie-Aude Murail!

Commenter  J’apprécie          180

Ce petit conte pour enfant sachant déjà lire tout seul est original, le Grand-Duc décide de supprimer la lettre V et créé un ministère qui fera tout pour réécrire les histoires, les habitants qui prononcerons la lettre interdite se verrons payer une amende de 50 sous par lettre ! Tout ça à cause de Vladimir qui avait un peu trop bu à la naissance du petit-duc et avait écrit une chanson pleine de V. Ladimir donc, décide de partir à la campagne pour vivre sa vie et retrouver le V perdu, il se marie et appelle sa fille Viviane mais, horreur, le petit-duc bien malade doit partir à la campagne pour se refaire une santé. Les deux enfants vont se croiser et va naître une belle histoire.

C'est assez drôle, c'est une histoire très courte qui se lit sans problème et qui permet d'apprendre pleins de synonymes aux jeunes lecteurs. Ca m'a bien plu car, outre le ton amusant, l'histoire et les personnages sont bien écrits.

Commenter  J’apprécie          30

Excellent.

A la fois très drôle, et pas mal de réflexion, sur la tyrannie, sur le langage, etc ...

Un Marie-Aude Murail comme on les aime, pour les lecteurs débutants.

Je l'ai lu à mes petites-filles (6 ans et demi et 8 ans et demi) elles ont beaucoup ri à chaque page ou presque, se sont amusées à répéter les phrases avec ou sans V, et c'est un texte dont elles se souviendront sûrement.

Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (5) Ajouter une citation

- Je ne peux pas faire couper la tête à tous ceux qui chantent cette chanson, mon bourreau serait débordé.

- En effet, approuvèrent les ministres, soulagés.

- J'ai donc trouvé une meilleure idée. J'ai décidé d'interdire la lettre V. [...]. Quiconque prononcera un mot contenant la lettre V paiera cinquante sous d'amende, et un franc si le mot contient deux V. [...].

Tous les ministres en restèrent bouche bée.

- Mais, Votre Majesté...bredouilla le grand chambellan.

- Cinquante sous, dit le grand-duc en tendant la main.

- Mais...Ta Majesté, se reprit le grand chambellan, il sera très difficile d'interdire à tous tes sujets de prononcer la lettre...heu, la lettre, enfin, la lettre en question.

Un ministre osa ajouter :

- Et nous ne pourrons pas la supprimer de tous les li... bouquins.

- Il le faudra pourtant, conclut Nikolaï, car telle est ma...

Commenter  J’apprécie          311

Pendant ce temps, au palais grand-ducal, le petit duc, qu'on appelait Ian, allait sur ses neuf ans. Il était entouré de domestiques terrorisés à l'idée de prononcer un V puisque, dans ce cas, les agents spéciaux étaient au regret de leur couper la langue. Le précepteur du petit duc, monsieur Grog, passait son temps à lui faire apprendre des synonymes pour remplacer les mots défendus. Ainsi, Ian, qui ignorait l'existence du vent, connaissait la brise et la bise, le zéphyr et la tramontane.

Il ne parlait jamais de ses cheveux blonds, mais de sa toison d'or.

Commenter  J’apprécie          10

Le jeune Vladimir, responsable de la disparition du V, était bien ennuyé. D'abord, il ne s'appelait plus que Ladimir, ce qui était ridicule. Puis, il ne pourrait plus être écrivain, le métier ayant disparu du dictionnaire. Il se contentait d'être homme de lettre, et encore, il lui en manquait une.

Commenter  J’apprécie          20

- Vite, vole, va, je veux, je l'avoue, vivre ma vie, et vroum et vroum... Ah, ça fait du bien !

Commenter  J’apprécie          50

Une seule lettre vous manque et tout est perturbé.

Commenter  J’apprécie          71

Videos de Marie-Aude Murail (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Aude Murail
de Marie-Aude Murail, illustré par Régis Lejonc https://www.ecoledesloisirs.fr/livre/pitsi-mitsi
autres livres classés : tyrannieVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus






Quiz Voir plus

Simple, de Marie-Aude Murail

Pourquoi Simple a-t-il cassé la montre ?

Pour voir ce qui faisait du bruit
Pour voir s’il y avait des bonhommes dedans
Parce que l’aiguille s’est arrêtée

12 questions
441 lecteurs ont répondu
Thème : Simple de Marie-Aude MurailCréer un quiz sur ce livre