AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782211309097
L'Ecole des loisirs (19/08/2020)
4.28/5   176 notes
Résumé :
Jamais une psychothérapie n'a autant ressemblé à une enquête policière que dans cette saison 6.
Qui est cet homme qui veut être reçu à 7 heures du matin au 12, rue des Murlins et qui a l'air de connaître la maison de Sauveur comme s'il y avait déjà vécu ?
D'où vient Gilbert le Démon qui persécute la jeune Sarah en lui criant à l'oreille des insanités ? Pourquoi Ghazil Naciri a-t-elle volé une clé dans le sac de sa prof de SVT ? Qu'est-ce que Kimi va fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
4,28

sur 176 notes
5
22 avis
4
13 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ziliz
  07 décembre 2020
Sixième séquence de thérapie dans le cabinet de Sauveur, en catimini. J'assiste aux séances, j'écoute, en loucedé. Je médite pour en prendre de la graine (chut, Hugo, stp).
Je pénètre un peu dans sa maison aussi, pleine de monde et de problèmes d'enfants, d'ados, de couple(s). Et je m'inquiète pour Jovo qui perd la boule, tout en savourant ses jurons qui ont bercé ma jeunesse mais que je n'avais pas le droit de répéter, ce vocabulaire étant réservé aux vieux oncles alcoolos ('fant de putain, 'fi de garce). Vieux ? pas tant que ça, finalement, j'ai atteint leur âge d'alors !
.
Sauveur est psychologue, le meilleur à des kilomètres à la ronde, à en croire ses appréciations sur Notetonpsy. Il faut dire qu'il donne de sa personne : refuse rarement des rendez-vous, se déplace pour voir les patients hospitalisés, et a du mal à cloisonner vie pro et vie perso (ça rend service aux uns, ça en agace d'autres)...
.
Le ton est le même que dans les précédents opus : paroles & conseils sages, dialogues bien sentis (les mots d'enfants sont particulièrement réalistes et amusants).
Beaucoup de noirceur, quand même : famille, parentalité et couple sont déclinés dans ce qu'ils peuvent avoir de pire.
Même reproche que pour les derniers de la série : beaucoup trop de coïncidences, en totale contradiction avec l'éthique de la profession, puisque tout le quartier défile dans le cabinet de Sauveur, et la plupart des patients ont un lien entre eux.
Mais ceci est un roman, pas la vraie vie !
.
Je me suis régalée avec les impros de Jovo, et j'adore Grégoire, un nouveau patient. J'ai aimé (re)vivre Noël 2018 🎄 de cette façon joyeusement bordélique, par procuration - ne sachant pas encore à quoi ressemblera celui de 2020.
.
La série devait s'arrêter là, mais un 7e tome est prévu.
C'est annoncé en 4e de couv', et par l'époux de l'auteur qui n'oublie jamais de poster sur Babelio de longs billets dithyrambiques (dont je me demande toujours ce qu'ils font là, d'autant qu'ils spoilent !).
.
Merci à L. 😘 d'avoir fait entrer Sauveur chez moi un dimanche après-midi d'automne 🍂🍁 - c'est août 🎂 & Noël 🎁 en novembre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          346
Tinaju
  19 novembre 2021
Voilà, je viens de lire le dernier tome paru de la série "Sauveur" et je me suis régalée.
J'espère sincèrement que l'auteure a l'intention de continuer à écrire cette excellente série. Ce qui est formidable, c'est que ce sont vraiment des livres qui sont accessibles à tous les âges avec plusieurs niveaux de lecture.
Un livre tout en émotion mais sans jamais tomber dans le pathos. Bravo.
Commenter  J’apprécie          245
Under_the_Moon
  07 juin 2021
Retour rue des Murlins à Orléans pour la 6ème fois ; quand on aime on ne compte pas paraît-il ! Je n'irais pas jusqu'à dire que la lecture de ce tome a été la plus palpitante de la série : il a fallu que je m'y reprenne à plusieurs fois pour rentrer dans cette lecture et elle a traîné pas mal de temps. La faute à certaines scènes qui avaient un air de réchauffé , un manque de surprise finalement.
Toutefois, j'ai quand même eu plaisir à retrouver les habitants de ce cabinet médical / auberge espagnole et voir leur évolution. Et Jovo l'ancien légionnaire y est pour beaucoup !
L'humour, l'écriture fluide et l'intelligence des mises en scène de Marie-Aude Murail fonctionnent toujours aussi bien. J'ai également apprécié les nouveaux personnages qui évitent la redondance quoi qu'on en dise.
Au final, malgré les petits bémols que j'ai cité, j'ai pris plaisir à lire ce roman.
Commenter  J’apprécie          150
Luria
  15 mars 2021
Les anglais ont le 4, privet drive et nous, nous avons le 12, rue des Murlins.
De ce tome là je n'en avais pas entendu que du bien, et je me souviens avoir moins apprécié le précédent tome. Aussi ai-je attendu longtemps pour le lire. Assez longtemps pour qu'on me demande:
- tu veux quoi pour ton anniversaire ?
- La paix, la guérison du monde ! Et un peu de bonheur aussi.
- tu as déjà lu le dernier Sauveur & fils ?
- ah oui sinon tu peux m'offrir ça aussi, merci !
Ce tome se déroule pendant certains des pires mois de mon année horrible (chuis comme ça moi je fais mes p'tits trucs hors pandémie) et il y avait sans doute une certaine catharsis à dévorer ces pages. Oui dévorer. J'ai eu une panne de beaucoup de choses depuis et je ne lis plus autant qu'avant. Aussi est-ce avec encore plus de bonheur quand j'arrive encore à lire sans pouvoir m'arrêter.
Et donc, comme au précédent tome, il y a beaucoup de monde qui va voir Sauveur & presque Sauveur. Alors on effleure. On fait ses adieux aussi. On a des patients one-shot peut-être même. Et on se doute que Sauveur Rmfufu à donf pour être crédible (mais on s'en fiche c'est un roman). Mais cette fois cela ne m'a pas dérangé. J'ai pris le rythme, 30 min (ou 20?), 45 euros. J'ai tout d'abord recroquevillé mes jambes sous ma chaise comme pour me rendre encore plus minusculinsignifiante. J'ai eu envie d'attraper la boîte de mouchoir. Laissé échapper quelques trucs puis, me dépliant de plus en plus à mon aise, j'ai eu l'impression que j'avais ma place, là, dans cette grande maison de famille, à parcourir les pièces. Et je me suis dit qu'en partant, le siège gardera encore un moment l'empreinte de mon popotin.
Merci Sauveur.
A vite.

[coup de coeur]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
magalette
  21 mars 2021
C'est tellement étrange cette incapacité que l'on a à quitter des personnages de papier ! Malgré ma lecture en demi-teinte de la saison 5, je me retrouve le nez enfoui... dans la saison 6 ! J'y retrouve un peu plus de rythme et apprécie dés les premiers chapitres que Marie-Aude Murail relance le suspense et les questionnements sur les personnages. Premier mystère : un nouveau patient anonyme s'invite au petit matin au 12 rue des Murlins. Sauveur étant en mode off, c'est le bon vieux Jovo qui s'improvise thérapeute ! Second élément perturbateur qui relance le récit, une nouvelle patiente s'avère vite être la petite fille prise en otage par l'ex légionnaire Jovo lors du braquage chez un bijoutier à son domicile. le vieil homme est-il aussi inoffensif que le prétend Sauveur ? Comment ce vieux brigand peut-il faire coexister tant d'ambivalences ? Enfin, le personnage de Grégoire, petit garçon rendu responsable par sa grand-mère du décès de sa maman dans un accident de voiture, est irrésistible et la fin du roman nous emporte dans une valse de douceurs et de bons sentiments. L'humour est au rendez-vous. Marie-Aude Murail chahute son lecteur en le faisant passer du rire à l'émotion avec maestria. En bref, Sauveur est sauvé, on ne l'oubliera pas et on s‘empressera encore d'acquérir la saison 7 de ses aventures !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103


critiques presse (1)
LaLibreBelgique   16 septembre 2020
Le plus palpitant de la série feel good dont Marie-Aude Murail continue à tirer le fil, sans n’avoir rien prémédité, demeure le profil psychologique des personnages, la justesse de leurs émotions et leur ambivalence dans cette galerie de portraits qui dresse, en ce début du vingt et unième siècle, une cartographie de l’enfance et de l’adolescence, ainsi que de la société tout entière.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   07 décembre 2020
- On peut retenir le bon côté des choses ou se laisser obnubiler par le mauvais. Malheureusement, notre esprit est ainsi fait qu'on remarque davantage les défauts de la copine que ses qualités, les critiques d'un prof que les compliments d'un autre...
- Mais pourquoi on est comme ça ?
- Il y a une explication très amusante... Il y a des millions d'années, quand l'homme devait survivre dans la jungle, s'il se mettait à admirer le coucher du soleil au lieu de prêter l'oreille aux petits bruissements d'herbe dans son dos... patatras ! (...) Il se faisait bouffer par un tigre, reprit-il gaiement. On ne vit plus dans la jungle, mais notre cerveau est toujours formaté de la même façon. Nous devons repérer dans notre environnement tout ce qui est négatif ou porteur de mauvaises nouvelles pour être prêts à réagir. Les psys appellent ça le 'biais de négativité', et ça fait de nous des casse-pieds. Des casse-pieds préhistoriques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
ZilizZiliz   05 décembre 2020
[Elle] admit qu'elle s'était demandé dans la salle d'attente comment un "type comme lui" avait fait pour s'enraciner à Orléans.
- Votre famille ne descend peut-être pas en ligne droite de Jeanne d'Arc ?
- Je n'ai pas entendu dire qu'elle avait eu des enfants... Je suis né à Fort-de-France. Mes ancêtres ont été "importés" d'Afrique. Quel rapport avec vous, Charlie ?
Il voulait remettre la balle dans son camp.
- Je suis de nulle part, dit-elle. Ce n'est pas à cause de mes ancêtres. Mais je ne me sens bien que dans les endroits où je sais que je ne vais pas rester. C'est pour ça que votre poème, vous savez ? "Quand tu aimes il faut partir", c'est vraiment quelque chose qui me parle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ZilizZiliz   05 décembre 2020
- Tu ne trouves pas qu'Alice change en ce moment ? demanda Louise avant d'éteindre la lampe de chevet.
- Comment ça ? s'inquiéta Sauveur.
- Elle devient... jolie.
- Tu m'as fait peur. J'ai cru que tu allais me dire qu'elle devenait aimable.
- Tu es bête... Tu sais qu'elle commence à s'intéresser aux garçons ? Du coup, j'ai voulu lui parler de... de contraception.
- Ho, ho ! Et comment ça s'est passé ?
- Comme ton 'ho, ho' le laisse entendre. Elle m'a envoyée promener. Elle sait déjà tout, à ce qu'il paraît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
FabtheFabFabtheFab   22 février 2021
“Le 12, rue des Murlins, à Orléans, est une maison avec jardin, séparée en deux territoires qui devraient rester distincts. Côté jardin, Sauveur Saint-Yves, solide gaillard de 1,90 mètre, 40 ans, veuf, martiniquais, vit avec son fils Lazare, 12 ans et tente de recomposer une famille avec Louise Rocheteau, journaliste à La République du Centre, qui a elle-même deux enfants, Paul, 12 ans, et Alice, 16 ans. Sous le toit des Saint-Yves vivent aussi Gabin, un jeune homme qui veut s’engager dans la Marine, et Jovo, un ex-légionnaire au passé inquiétant. Complétons la maison avec un chat diabétique, deux hamsters et deux cochons d’Inde. Côté rue, Sauveur, psychologue de quartier, reçoit ses patient·e·s, semaine après semaine. Nous connaissons déjà : les trois enfants Carré : Blandine étiquetée hyper-active et très certainement angoissée, Margaux, aussi belle qu’intelligente, qui essaie de survivre à un passé de scarificatrice ainsi qu’à deux tentatives de suicide, et leur demi-frère, le petit Maxime, diagnostiqué autiste ; Ella-Elliot, la jeune fille qui a commencé sa transition vers le sexe masculin, et son ami homosexuel, Kimi. L’un écrit, l’autre dessine ; Samuel Cahen, en classe prépa, qui a retrouvé son père mais qui a aussi perdu son premier amour, Margaux Carré ; Grégoire, le petit orphelin, et sa mamie, Madame Emsalem, dont la fille est morte dans un accident de voiture ; Frédérique Jovanovic, la petite-fille de Jovo, qui cherche inlassablement le bonheur. Dans la saison 5, elle a fait la connaissance de Mathieu Koslowski, le professeur de français d’Alice ; Solo, de son vrai nom Youssef Naciri, gardien de prison à Saran, qui rêve de changer de vie.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JuinJuin   12 janvier 2021
- C'est pas toi qui écris des belles phrases sur l'amitié dans ton cahier ?
- Oui, et j'en ai trouvé une autre : " L'amitié, ce n'est pas de se faire exploiter"
- Tout le monde croit que tu es gentil, fit Paul, amer. En fait, c'est tout le contraire.
- Jovo, il dit que "bon", ça ne s'écrit pas avec un "c", rétorqua Lazare, blessé mais inflexible.
( p 138)
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Marie-Aude Murail (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Aude Murail
A l'occasion du Salon du Livre de Montreuil 2021, Marie-Aude Murail vous présente son ouvrage "Angie !. Vol. 2. Souviens-toi de septembre !" aux éditions Ecole des loisirs.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2552532/marie-aude-murail-angie-vol-2-souviens-toi-de-septembre
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : psychologieVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






Quiz Voir plus

Simple, de Marie-Aude Murail

Pourquoi Simple a-t-il cassé la montre ?

Pour voir ce qui faisait du bruit
Pour voir s’il y avait des bonhommes dedans
Parce que l’aiguille s’est arrêtée

12 questions
398 lecteurs ont répondu
Thème : Simple de Marie-Aude MurailCréer un quiz sur ce livre