AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330063202
Éditeur : Actes Sud (04/05/2016)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Ce matin-là, Yasuo, directeur syndical des pêcheurs du village, perçoit immédiatement l’inhabituelle violence des premières secousses. Tout près de lui sur la plage, les hommes penchés sur leurs filets sont inquiets. Et quand brusquement la mer semble reculer à l’extrême, quand Yasuo n’écoutant que son intuition se met à hurler, tous obéissent, le suivent, s’échinent à pousser leur navire sur le sable ; puis, comme lui, s’élancent, passent la vague encore accessible... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  18 avril 2017
Le 11 mars 2011, Yasuo est sur la plage avec d'autres pêcheurs quand il sent la terre bouger sous ses pieds. Ce n'est pas la première fois que le phénomène se produit ces derniers temps sur les côtes de Sanriku, mais là, les secousses ne s'arrêtent pas et sont de plus en plus puissantes.
Yasuo prend alors la décision qui s'impose, alors que la mer commence à reculer inhabituellement, il pousse son bateau sur le sable pour rejoindre l'eau, et crie à ses camarades de le suivre. À cinq mille nautiques de la plage, tous se retournent et voit un immense mur d'eau noir et luisant qui occulte complètement la terre qu'ils viennent de quitter.
Trois jours après, à leur retour à terre, les marins découvrent un paysage de désolation. Leur village a été quasiment rasé, partout des gravats ont remplacé les bâtiments et les habitations. De la boue et des décombres émergent des cadavres dont les survivants n'ont pas eu le temps de s'occuper.
Pour Yasuo, c'est l'heure de la culpabilité et du découragement. Fallait-il partir en laissant sa famille se débrouiller seule face au tsunami ? Et maintenant devant l'immense tâche pour reconstruire, qui lui semble hors de portée, ne vaut-il pas mieux mourir ?
Kasumiko Murakami, journaliste pendant une vingtaine d'années à Paris, a écrit ce court roman pour rendre compte de l'horreur et du traumatisme engendrés par le tsunami de 2011 sur la côte Est du Japon. L'écriture est sobre, mais les mots disent avec force la réalité et le courage d'une population qui surmonte avec une infinie dignité la perte d'êtres chers et le total dénuement matériel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          562
alainmartinez
  13 août 2016
Kasumiko Murakami nous offre un très court texte sur le tsunami du 11 mars 2011 qui a frappé le Japon dans la région de Tôhoku et fait 20.000 morts et disparus.
Avec beaucoup de retenue l'auteur nous fait vivre le drame à travers les yeux d'un pêcheur, Yasuo. L'horreur du cataclysme, les destructions, la vie de rescapé dans le centre d'hébergement, le nouveau départ dans des habitations provisoires et les tracasseries administratives. La joie d'être vivant fait place au découragement.
« Et puis après » est un texte réaliste sans lyrisme inutile et d'une très grande dignité.
Commenter  J’apprécie          330
Maks
  10 août 2016
La vie et les ressentiments d'un pêcheur qui échappe au Tsunami ayant frappé le Japon en 2011, tout d'abord sa perplexité face à l'événement puis la culpabilité d'être resté en mer et même d'être parti au large pour préserver sa vie et son bateau de pêche alors que sa famille se trouvait au village qui lui a été frappé de plein fouet.
Va il retrouver sa femme, sa mère, ses voisins ?
Comment s'organise l'hébergement et la survie quand on a tout perdu ou presque ?
Les ressentiments des gens autours, la façon dont les autorités gèrent (ou pas) la situation, l'entraide des étudiants venus de Tokyo etc...
Un témoignage dur mais réaliste malgré que ce soit un roman (l'auteure qui est japonaise a vécue à Paris plusieurs années mais est repartie au Japon pour aider la population, à montée une association d'aide aux victimes, a récolté des fond en France auprès de ses amis (dont Jane Birkin et Charlotte Gainsbourg) pour les sinistrés). Elle en est ressortie changée avec en plus un roman témoignage, sa pierre à l'édifice !!
Même si tout n'est pas parfait sur la narration ou la construction, c'est tout de même un livre à lire ne serait ce que pour ne pas oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Pasoa
  06 août 2018
Le 11 mars 2011, dans un petit port de pêche de la région de Sanriku au nord-est du Japon, Yasuo vient déposer sa récolte de wakamés (des algues comestibles) qu'il fait chaque matin à bord de son petit bateau. Arrivé sur la plage, il ressent tout à coup des secousses. Dans la région, les tremblements de terre ne sont pas rares mais celui-ci est d'une intensité inhabituelle.Un phénomène étrange et inattendu se produit alors sous ses yeux : toutes les eaux du port commencent lentement à se retirer juqu'à plusieurs kilomètres de la côte. En observant ce phénomène invraisemblable, Yasuo comprend tout de suite : un tsunami va bientôt déferler. Il faut agir vite, mener les bateaux le plus loin possible et les maintenir à flots quoiqu'il arrive. Sous ses ordres (Yasuo est le directeur syndical des pêcheurs du village), les hommes se pressent.
Dans le village, les sirènes commencent à retentir et les haut-parleurs demandent à tous les habitants de quitter au plus vite leur habitation et d'aller se réfugier sur les hauteurs environnantes. Les bateaux ancrés à plusieurs kilomètres du port, un lourd silence envahit les alentours. Yasuo pressent que quelque chose d'inhabituel va survenir. Les premières vagues au loin arrivent, toujours plus puissantes. Et puis en survient une, haute de plusieurs mètres, d'une force inouïe, qui déferle en direction de la côte et du petit village portuaire.
"Et puis après" (Soshite, Sorekara) de Kasumiko Murakami est un court roman de 100 pages à peine qui rend compte de ce que furent les ravages du tsunami qui toucha en mars 2011 une partie de l'île de Honshu, au nord-est du Japon. C'est à travers le regard d'un pêcheur, Yasuo, que l'auteure décrit tout ce qui déroula avant et après le drame. L'homme est peu causant, plutôt réservé. Aussi, sur le tremblement de terre, sur les regards qui assistent impuissants à la déferlante du tsunami, sur le décor de fin du monde qui se révèle ensuite, sur les pertes en vies humaines, les premiers secours qui s'organisent difficilement ou encore les sentiments des victimes qui ont tout perdu, jusqu'à des proches, Kaumiko Murakami a choisi de les décrire avec parcimonie, avec une économie de mots qui vont tous à l'essentiel et font naître des images, des impressions toutes particulières chez le lecteur. Fallait-il en dire davantage sur ce drame du tsunami ? Une pléthore de mots, de phrases auraient-ils mieux rendu compte de cet évènement hors du commun ? Auraient-ils défait cette part d'indicible qui accompagne une catastrophe naturelle ? Sans doute pas.
Dans ce roman sans pathos aucun, le factuel vient déborder sur les sentiments des personnages (Yasuo, son épouse Tokie, son ami Jôkichi qui va lui narrer ce qui s'est passé sur terre, les victimes, les agents de secours,...), tous sont sous l'emprise de sentiments qui les dépassent et de choix qu'ils ne savent pas ou plus assumer, savoir s'ils sont les bons ou pas. Il faudra aux victimes se défaire de l'instant, renoncer à une partie d'eux-mêmes pour se reconstruire et croire à nouveau pour une part en l'avenir. C'est tout ce que ce roman de Kasumiko Murakami nous dévoile avec en fond, la réflexion qui nous échoit à nous lecteurs, celle de la vacuité de notre temps, de notre société qui nous font croire que nous sommes comme immortels, comme invulnérables face à la nature qui nous entoure.
Un roman à lire avec attention, un texte qui touche à l'intime et à l'universel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Maxie
  24 mai 2019
Petite déception pour cette lecture. Je n'ai pas vraiment accroché à l'écriture, et souvent la traduction n'arrivait pas à se faire oublier. Même si ce court roman permet d'imaginer ce qu'a dû être la vie des rescapés du tsunami de mars 2011 dans les camps établis pour eux après la catastrophe, je m'attendais à plus de profondeur, à plus d'émotion. Comme celle que j'avais ressentie en lisant Wave, de Sonali Deraniyagala. Mais Kasumiko Murakami est japonaise, et fait preuve de beaucoup de retenue, trop sans doute pour mes goûts. Elle crée des personnages pour illustrer la difficulté de survivre à un tel drame, après avoir vu ruines et cadavres, et la difficulté de devoir attendre dans un camp sans savoir ce que la vie peut encore réserver de vivable. Mais ces personnages ne sont qu'effleurés, je suis restée sur ma faim.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   17 avril 2017
Lorsqu'il y avait un risque de tsunami, on sortait aussitôt le bateau et on gagnait le large. Cet enseignement était transmis entre pêcheurs dans les villages des environs depuis toujours. Mais on avait beau connaître cet usage, tant que personne ne prenait l'initiative, aucun ne bougeait. Même en sachant qu'en se dirigeant vers le large le bateau était en sécurité, quand le tsunami était sur le point d'arriver il fallait avoir du courage pour se précipiter sans hésitation dans sa direction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
palamedepalamede   17 avril 2017
À près de dix kilomètres au large, Yasuo coupa le moteur, jeta l'ancre et se tourna vers la plage, le paysage qui s'offrait à lui le laissa bouche bée. Bon sang ! À l'endroit où s'étendait la plage un instant plus tôt se détachait maintenant un mur noir et luisant. La vue était entravée et l'on ne voyait même plus la salle de réunion qui se trouvait sur les hauteurs. Il avait beau se concentrer, ce mur, plus qu'un corps liquide, faisait penser à la paroi d'un bâtiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
PasoaPasoa   02 août 2018
Comme la vue était dégagée, du terrain de la maison, on apercevait désormais la mer au large et son étendue paisible. Yasuo, le regard fixé vers l'horizon, restait immobile. La mer, qui trois jours plus tôt s'était muée en fauve féroce et menaçant, semblait maintenant s'être relevée d'une fièvre maligne; elle avait de nouveau revêtu sa robe douce et rebondie telle qu'il la connaissait depuis son enfance et venait se jeter sur la plage à un rythme léger. Comme si rien ne s'était passé.

p. 45-46
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
MaksMaks   09 août 2016
Yasuo, comme pétrifié, s’était laissé tomber sur le fond du bateau et demeurait incapable de détourner le regard de ce funeste spectacle. N’était-ce pas ça qu’on appelait un cauchemar ? Cela évoquait l’image abstraite d’un éparpillement d’étincelles d’étoiles que l’on croyait percevoir lorsque l’on pressait fort ses paupières de ses poings.
Du fond de ce voile sombre, mêlées au vent, des gouttes d’eau froide venaient lui éclabousser les joues. L’air, maintenant glacial, devenait plus mordant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   24 juin 2016
Lorsque je me suis rendue à Paris, mes amis m’ont serrée dans leurs bras comme si j’étais une victime de la catastrophe, m’ont dit qu’ils voulaient aider. Dans les cafés, dans les files d’attente au cinéma, au marché, quand on savait que j’étais japonaise, on me disait qu’il fallait que mon pays se relève. Les Parisiennes et Parisiens qui avaient habituellement si mauvaise réputation avaient des visages humains. Et puis après porte aussi ce message : Merci à tous ceux qui se sont inquiétés pour nous, je n’oublierai jamais la gentillesse qu’ils m’ont exprimée à ce moment-là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Kasumiko Murakami (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kasumiko Murakami
Et puis après, de Kasumiko Murakami
autres livres classés : tsunamiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre