AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2714475833
Éditeur : Belfond (03/10/2019)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Écrire un roman n’est pas très difficile. Écrire un roman magnifique n’est pas non plus si difficile. Je ne prétends pas que c’est simple, mais ce n’est pas non plus impossible. Ce qui est particulièrement ardu, en revanche, c’est d’écrire des romans encore et encore. Tout le monde n’en est pas capable. Comme je l’ai déjà dit, il faut disposer d’une capacité particulière, qui est certainement un peu différente du simple « talent ».
Bon, mais comment savoir si... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
kuroineko
  07 octobre 2019
La couverture de Profession romancier est intéressante à deux points de vue. Elle reprend en inversant les couleurs le drapeau japonais. Et la balle de base-ball renvoie à la révélation qu'eut Murakami Haruki lors d'un match au Jingu Stadium en 1979 : "Et si j'écrivais un roman?".
Cet ouvrage mi-essai mi-récit autobiographique est en fait la collation de divers articles à propos de son identité de romancier que l'auteur a écrit au fil des années. D'où l'absence de transition d'un chapitre à l'autre.
Un moyen de réfléchir sur l'écriture, l'univers des livres, son parcours, et de se réfléchir en tant que romancier. Que signifie être écrivain? Comment on le devient? Pour qui écrire? Et la lecture dans tout ça? Ou l'école?
En abordant ces divers thèmes dans ses chapitres-articles, Murakami Haruki parle principalement pour lui-même. Il est vrai que sa trajectoire est pour le moins hors-norme. Et ce, même en tant qu'individu de nationalité japonaise. Il reconnaît être quelqu'un de solitaire, individualiste et qui a tendance à marcher à contre-courant de l'esprit d'harmonie et de cohésion sociale - souvent au détriment de la personne - en vigueur dans l'archipel. Un trait caractéristique qui se retrouve dans la plupart des personnages principaux de ses romans d'ailleurs.
Couche-tôt, lève-tôt, il revient sur son quotidien basé sur cinq bonnes heures d'écriture matinale, une vie saine, la pratique journalière de la course. On découvre son rapport à son lectorat qui lui réserve souvent des surprises (par sa diversité et sa fidélité), les nombreuses et parfois violentes critiques qui s'abattent à chaque parution au Japon. Sans y être totalement indifférent, Murakami reste sur sa perspective : écrire en se donnant à fond et avec plaisir, en retravaillant ses textes avant parution pour les améliorer le mieux possible, écrire à sa façon et non selon les critères d'un marketing artificiel, ...
Amoureux de musique et de littérature américaines, l'ouvrage fourmille de référence à Raymond Carver ou encore Fitzgerald, auteurs dont il assure une traduction de l'anglais au japonais. Sa passion pour les livres et la lecture transparaît à chaque chapitre, amour acquis en dehors et presque contre le système éducatif. Il ne fait pas partie des nostalgiques des bancs de l'école du tout et aurait plus tendance à vilipender le système nippon basé sur le bourrage de crâne pour accéder au bon collège, au bon lycée, à la bonne université.
Profession romancier est un recueil d'essais très agréable à lire, très instructif sur de nombreux points contextuels. Il permet également, but premier je pense, de mieux connaître l'auteur derrière Kafka, 1Q84, La Ballade de l'impossible, et autres succès. Et, réciproquement, d'aborder avec plus de profondeur et d'acuité son oeuvre que je prends tant de plaisir à lire et relire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Christels
  16 octobre 2019
A donf, Haruki !
Profession romancier est un essai autobiographique passionnant, sympathique, franc, intelligent et très facile à lire.
Le livre est divisé en 11 chapitres qui abordent chacun un aspect différent de la profession de romancier, vue par Haruki Murakami.
Il raconte comment il a abordé l'écriture, comment il écrit au quotidien et dans quelle optique, ce qui lui semble important et comment il fait pour s'y consacrer au maximum.
Avec sincérité, Haruki Murakami explique son « bonheur d'écrire » et la satisfaction qu'il ressent de s'être donné à fond dans son travail, correction après correction.
Pus qu'une profession, la rédaction de romans semble être pour lui un véritable sacerdoce. Il organise son emploi du temps avec minutie, collecte la matière première avec patience, rédige ses textes avec détermination, les corrige avec sévérité (mais participe très peu à leur promotion).
Dans ce livre, Haruki Murakami nous dit tout.
(Moi, avec difficulté, je m'applique à vous en révéler le moins possible.)
Sachez pourtant que :
Il s'astreint, pour écrire, à une organisation pour le moins rigide (à l'image de son hygiène de vie). Il s'est construit un véritable plan de travail auquel il ne déroge sous aucun prétexte.
Il revendique fermement sa volonté d'écrire ce qu'il lui plaît, contre vents et marées. Il découvre et suit sa propre voie, à son propre rythme. « Les romanciers doivent être des hommes libres ».
Vous pensez peut-être que les informations qu'il vous livre dans cet essai concernant « l'envers du décors » vont casser la magie de ses roman ?
Eh bien pas du tout !
Parce que bien qu'il perçoive d'où lui viennent intrigues et personnages, il confie qu'il ne maîtrise pas la manière dont ils prennent vie et évoluent. Cela me fait penser au peintre narrateur dans « Le meurtre du Commandeur » : une idée apparaît... et l'artiste n'est plus qu'un outil dans les mains de sa création.
« J'adopte un certain rythme, je découvre de beaux accords, je crois à la puissance de l'improvisation »
Dans ce livre, vous apprendrez ce que lui apportent ses nombreuses lectures, la musique pour laquelle il se passionne, et pourquoi la pratique la course de fond (et le marathon) lui sont indispensables.
Plus, en bonus, quelques considérations sur la société japonaise, l'éducation ou les prix littéraires.
Je vous ai déjà dit que cet essai est passionnant ?
Comme son auteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          253
mh17
  20 octobre 2019
Dans cet essai clair et facile à lire, Murakami parle de son métier et trace son autoportrait. Se faisant, il se défend lui-même des critiques dont il a pu faire l'objet et prodigue quelques conseils aux jeunes auteurs.
Murakami a commencé à écrire à 29 ans après avoir eu une "épiphanie" ( révélation) pendant qu'il assistait à un match de base- ball ( d'où la couverture). Il a alors écrit un livre sur la table de sa cuisine d'abord en anglais, pour simplifier son style, avant de le réécrire en japonais. "Ecoute le chant du vent" a obtenu un prix réservé aux nouveaux auteurs ce qui a constitué un "billet d'entrée" dans le métier d'écrivain. Après on peut trouver qu'il pousse un peu quand il nous explique pendant plus d'un chapitre qu'il ne se soucie pas des prix littéraires ! D'après lui tout le monde peut écrire un roman même magnifique mais le plus difficile est de durer d'où son exigence, sa persévérance et sa discipline de travail.
J'ai particulièrement apprécié les pages où il parle en détails de sa création d'histoires et de personnages, celles où il décrit minutieusement les nombreuses réécritures qu'il s'impose et dans lesquelles il évoque le rôle de sa femme, lectrice beaucoup plus fiable que n'importe quel éditeur (ce sont toujours des salariés mus par des intérêts commerciaux).
Tout au long du livre on ressent la joie qu'il éprouve à écrire et qu'il veut communiquer au lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          196
Asako
  19 novembre 2019
Je viens de terminer ce livre, pour lequel j'ai pris mon temps pour lire. "Profession romancier". La couverture en elle même incite à la réflexion. Pourquoi une balle de baseball sur fond rouge.
1- C'est à l'issu d'un match de baseball, qu'il va décider de se mettre à l'écriture.
2- Il s'agit du drapeau du japon (les couleurs sont inversées)
L'essai de Murakami est très facile à comprendre et à apprécier. L'auteur nous explique sa vision de l'écriture, mais aussi sa manière d'aborder la création d'un roman. Il donne également des éléments autobiographiques, nous permettant de mieux comprendre ce mystérieux auteur. Humilité. C'est ce que j'ai pu en déduire à travers ses explications. Pour écrire, il faut prendre soin également de soi selon lui. Une bonne hygiène de vie serait indispensable. de même, il confie également son opinion quant aux différents concours littéraires. Bref un essai très intéressant et enrichissant.
Ce livre est donc conseillé aux personnes aimant bien entendu l'auteur, mais aussi, pour les personnes, évoluant également dans le monde de l'écriture.
J'ai été très heureuse de pouvoir l'acquérir car je collectionne les deux points : fan de Murakami, et écrivain en herbe. Et je ressors de cet essai toujours aussi songeuse qu'un de ses romans (hé oui !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
karmemma
  24 novembre 2019
L'univers de Murakami m'est familier, à la fois par la lecture de ses romans et de ses essais, mais aussi parce que je me suis déjà intéressée à son parcours et à sa personnalité. Son écriture, la langue, sa façon de voir le monde, onirique, parfois fantastique, avec des thèmes qui reviennent et évoluent au fil de sa carrière, n'appartient qu'à lui.
Dans cet ouvrage, à travers plusieurs thématiques (l'originalité, les prix littéraires, l'école, les personnages, les traductions...), l'écrivain nous fait revivre sa carrière et explique comment il a construit petit à petit cet univers. le ton est à la fois humble et simple, parfois drôle, souvent léger, ce qui fait que l'essai se lit très bien.
Je n'ai pas eu l'impression d'apprendre de grandes révélations sur le métier d'écrivain ou de recette pour continuer à écrire des romans année après année. Plutôt de lire des choses rassurantes et connues, sous une plume toujours alerte et séduisante. La façon de travailler, de construire l'histoire au long cours, les personnages... tout cela me semble correspondre à la vision des choses que j'ai construite à travers le temps. Bref, j'ai passé un bon moment, mais sans cette impression de me retrouver face à des vérités ébouriffantes et un véritable génie, comme j'ai pu par exemple l'éprouver en lisant 1Q84.
L'autre aspect qui m'a plu c'est la manière dont il retrace ses débuts dans l'écriture, puis son nouveau début aux Etats-Unis. J'ai redécouvert la généalogie de ses textes, qui ne sont pas parus dans l'ordre chez nous. Je me rends compte qu'il me reste encore pas mal de Murakami à lire, et j'en suis ravie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
LeMonde   03 décembre 2019
Dans « Profession romancier », le grand écrivain japonais livre les réflexions que lui inspirent la persistance dont il fait preuve dans l’exercice de son métier.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ViretViret   08 décembre 2019
Hello !
Commenter  J’apprécie          00
SebastienFritschSebastienFritsch   05 décembre 2019
À mon avis, écrire des romans n'est pas une entreprise vers laquelle se tournent les gens intelligents.
Commenter  J’apprécie          04
kuroinekokuroineko   07 octobre 2019
Et chaque fois que je lis un article dans un journal ou que j'écoute des informations à la télévision, je reste ébahi par la rapidité avec laquelle des jugements sont énoncés.
Dans le monde d'aujourd'hui, ne cherche-t-on pas à émettre trop vite des avis manichéens? Bien entendu, on ne peut pas, sur toute chose, remettre à plus tard les décisions. Il y a sans doute des situations pour lesquelles il faut trancher d'emblée. (...) Mais il n'est tout de même pas si fréquent que nous soyons ainsi acculés. Le temps qui s'écoule entre la collecte des informations et l'énoncé de la conclusion a tendance à se raccourcir toujours plus, et, si chacun se met à commenter les nouvelles ou à se prendre pour un critique, on court le risque de se retrouver dans un monde froid et inhospitalier. Ou très dangereux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
kuroinekokuroineko   07 octobre 2019
Nombreux sont les gens qui adorent émettre un avis ne reposant sur aucune base solide, si ce n'est la direction du vent.
Commenter  J’apprécie          160
AsakoAsako   19 novembre 2019
" (...) Mes propres romans, je souhaite qu'ils s'adressent à tous les lecteurs, hommes ou femmes, qu'ils les touchent et les émeuvent. Rien ne m'est plus agréable que de penser que des amoureux, des groupes d'hommes et de femmes, des couples ou encore des parents et des enfants discutent passionnément de mes livres. Je suis en effet persuadé que les romans ou les histoires ont pour fonction d'adoucir les antagonismes entre les sexes, les générations, ou autres catégories arbitraires, du moins d'atténuer leur acuité. Une fonction, il va s'en dire, fabuleuse. J'ai l'espoir secret que mes romans rempliront aussi ce rôle positif - si minime soit-il."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Haruki Murakami (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Haruki Murakami
Pour les fêtes de fin d?année, les éditions Belfond font honneur à Haruki Murakami en rééditant trois de ses premiers romans. Autant de bonnes raisons de se replonger avec délectation dans l??uvre du grand maître de la littérature japonaise ou de découvrir sa plume singulière.
http://bit.ly/2Ya62BW
autres livres classés : écritureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox