AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Rose-Marie Makino-Fayolle (Traducteur)
ISBN : 2742753958
Éditeur : Actes Sud (02/03/2005)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Une enfant se noie dans un lac de retenue aux abords d'une cité. Une autre disparaît dans une station touristique au sommet d'une montagne à la fin de l'été. Dans la lumière, l'espace d'un instant, l'enfant a échappé au regard de sa mère, l'image de la petite s'est effacée sur le chemin qui mène au lac. Tenter de survivre en participant à une campagne d'information sur les dangers du quotidien. E... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
littlecat
  22 mars 2015
Deux nouvelles bien sombres autour d'un même thème : la disparition d'un enfant et ce qu'elle engendre comme douleur, désespoir, culpabilité, comportements excessifs.
Des récits courts mais intenses en émotion. Une atmosphère parfois étouffante, voire angoissante.
"Les enfants qui doivent mourir meurent. Les enfants qui doivent vivre vivent." (la voix de l'eau, page 57);
Une phrase qui fait mal..La mort d'un enfant étant terriblement injuste.
Un livre qui ne laisse pas indifférent.
Commenter  J’apprécie          130
chocobogirl
  12 juin 2013
Ce petit recueil contient deux nouvelles : La voix de l'eau (1975), et le parc en haut de la montagne (1982) dont le point commun est la disparition d'un enfant. La nouvelle éponyme se déroule après l'annonce du décès tandis que la deuxième se situe pendant les recherches de la disparue.
La voix de l'eau :
"Un dimanche de beau temps pendant la saison des pluies, une petite fille de quatre ans s'est noyée dans un lac de retenue en pleine montagne, à trois kilomètres environ du grand ensemble où elle vivait."
4 mois après la mort accidentelle de Mariko, sa mère Shoko est contactée par une association qui fait de la prévention sur les dangers de la vie quotidienne qui peuvent menacer les enfants. Toujours choquée, en proie à de récurrents cauchemars, elle pense qu'on est "capable d'aller n'importe où pour échapper à la douleur de la perte d'un enfant." Recrutée comme bénévole, Shoko tente d'apaiser ses plaies en faisant preuve de beaucoup (trop) de zèle dans ses nouvelles attributions : distribution de tracts, porte à porte, mise en garde auprès des enfants et de leurs parents.
Le parc en haut de la montagne :
" La femme, après le départ de son mari, resta plantée là, les yeux rivés sur le sol. Il n'y avait pourtant pas de traces à cet endroit. Si sa petite fille avait été brûlée par le soleil, sans doute y serait-il resté au moins une tâche. "
Nous sommes dans une station de montagne durant l'été. Une petite fille de 2 ans tombe et fait un caprice. Elle réclame les bras de sa mère qui, impatiente, fait mine de rentrer à l'hôtel. Elle lui tourne le dos quelques instants. Quand elle se retourne, la petite n'est plus là. Disparue, des recherches sont entreprises.
Voilà donc deux nouvelles douce-amères autour de la mort et/ou de la disparition d'un enfant. Courtes, simples, sans grand effet de style, ces deux récits aborde un sujet difficile avec un certain détachement, presque de la froideur. Pas d'épanchement dégoulinant, pas de descriptions détaillées des sentiments mais une émotion qui n'en est pas moins palpable. le mal-être, la douleur de ces mères passent par de petites choses subtiles, des non-dits sous-jacents. Ces femmes basculent d'une certaine manière dans une autre dimension où le temps ne s'écoule plus de la même façon, où l'irréel pourrait faire irruption. Cette pudeur des sentiments donne finalement une grande force à ces récits.
Alors que l'association tente d'utiliser son deuil, Shoko tente de trouver rédemption dans un exutoire de bonnes actions préventives. Elle extériorise sa douleur par les gifles qu'elle distribue aux enfants imprudents.
La deuxième mère, dont nous ne connaîtrons pas le nom, présente de son côté une approche plus fataliste.
D'autres personnages gravitent autour de ces mères, particulièrement dans la deuxième nouvelle. Il rappelle que le monde ne s'arrête pas de tourner. Que la souffrance des uns n'efface pas la joie des autres, ni n'évite d'autres drames. L'un d'eux rappelle que "la douleur fait partie de la joie".
La voix de l'eau est un joli recueil qu'il ne faut pas avoir peur d'ouvrir. Son côté sombre est contrebalancé par sa simplicité et de petites touches évanescentes liées à la mort présente et inévitable. Deux histoires qui restent longtemps en tête et s'avère une excellente porte d'entrée pour découvrir Kiyoko Murata, auteur du roman le chaudron, adapté au cinéma par Kurosawa sous le titre Rhapsodie en Août.
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Shan_Ze
  08 mars 2013
Un instant où manque la vigilance... c'est ce qui réunit ces deux histoires. Dans la première, une petite fille se noie en échappant à la surveillance de sa mère. Elle milite alors dans une association pour la protection des enfants. Dans la seconde, une mère quitte un instant sa petite fille des yeux et celle-ci disparait sans laisser de traces.
Ces deux histoires montre comment un bref instant peut plonger des parents dans la culpabilité, l'envie de revenir en arrière, les tentatives pour se rattraper... Les descriptions sont simples mais fortes et expriment très bien le désarroi des mères, le malaise ambiant et le temps qui continue d'avancer inexorablement... Ca m'a laissé une drôle d'impression mais j'ai beaucoup aimé ces histoires.
Commenter  J’apprécie          50
Mana_
  13 février 2015
Une lecture courte et dérangeante sur la prise de conscience des dangers liés aux enfants. L'auteur dénonce finalement la bêtise paternelle mais de manière si directe qu'elle nous paraît illusoire. Ces nouvelles auraient pu être bien meilleures, sans que j'arrive à mettre les mots sur la manière.
Lien : http://la-riviere-des-mots.b..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Shan_ZeShan_Ze   23 juin 2015
Le meilleur moyen que l'être humain ait de dépasser sa souffrance est de l'affronter.
Commenter  J’apprécie          80
FemiFemi   30 janvier 2018
Et elle restait prostrée sous le poids de cette eau qu'elle ne voyait jamais. Elle avait la sensation de s'y enfoncer. En rêve comme dans la vie réelle, elle s'empêtrait dans un monde d'obscurité profonde, à une distance infinie du ciel bleu.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
392 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre