AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anne-Yvonne Gouzard (Traducteur)
ISBN : 2742775498
Éditeur : Actes Sud (14/05/2008)

Note moyenne : 3.13/5 (sur 35 notes)
Résumé :
Tami a dix-sept ans.
Elle est en vacances chez sa grand-mère avec son frère et leurs cousins, ceci en l'absence de leurs parents partis au chevet d'un grand-oncle. Bonne ménagère, c'est tout naturellement que Tami s'installe en cuisine auprès de son aïeule. Chaque jour au jardin, elles composent ensemble un tableau de couleurs et de saveurs, qu'elles jettent ensuite dans le chaudron avant de proposer à la famille une multitude de goûts aussi variés qu'élaboré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  08 décembre 2014
Gyaatei gyaatei gyate gyate…
Dix-sept ans, la jeune Tami et son frère ainsi que leurs cousin-cousine passent les vacances d'été chez leur vieille grand-mère. Leurs parents respectifs se sont envolés pour Hawaï aux chevets d'un grand-oncle gravement malade et très affaibli. Chacun mène sa petite vie tranquille, l'un qui se prélasse toute la journée sous les paulownias, l'autre qui fait de la bicyclette ou des promenades sous les cryptomères ancestraux. Tami, elle s'occupe du chaudron et de la cuisine. L'heure du repas est donc propice aux échanges, aux regards, aux clins d'oeil et aux secrets de familles.
Sowa sowa sowa gyaatei gyaatei…
« le Chaudron » est tout un petit roman, le premier que je lis de l'auteure Kiyoko Murata, prix Akutagawa. Une ballade mélancolique sous les cryptomères géants, à l'ombre des paulownias en fleurs, au bord du grondement d'une cascade. La beauté des paysages qui donne envie de suer sa chemise sous le soleil étouffant de cet été passé au Japon. L'inactivité des vacances rythmée par la cuisine au chaudron d'une jeune adolescente a ce parfum de fraicheur et d'ennui qui colle les pages de ce roman.
Sowa sowa sowaka…
Fraicheur qui bouscule le rythme de la vieille dame, cette grand-mère qui au fil des conversations et des souvenirs avouera quelques lourds secrets et redessinera l'arbre généalogique de cette famille. Ennui comme le tournoiement d'une spatule en bois dans un vieux chaudron où le tofu mijote depuis plusieurs heures. C'est beau, c'est bon, mais l'odeur fumante de la marmite n'arrivera pas jusqu'à allécher mon tarin de toutes ses subtilités parfumées. A noter qu'Akira Kurosawa s'est mis aux fourneaux sous le titre « Rhapsodie en août ».
Cet été sera peut-être le dernier du grand-oncle hawaïen, le dernier de la grand-mère, le dernier de l'enfance de Tami. La fin d'un cycle, le début d'un second. Certains secrets se dévoilent avec les souvenirs ressurgissant de la vieille. Mais peux-tu faire confiance à la mémoire d'une personne âgée, peux-tu croire après tant de mensonges et de non-dits familiaux. Et si tout n'était qu'illusion. Comme si tu croyais à l'existence des kappas. Tous les doutes restent permis, même après la lecture de ce roman, même si les larmes coulent pudiquement dans le regard de la vieille, dans la peau de Tami, d'une sombre tristesse, jetant les crustacés au milieu du riz et du tofu fumé dans ce vieux chaudron.
La voix des sûtras haut perchée avait un rythme étrange.
Leur choeur arrivait ainsi à mes oreilles :
Gyaatei gyaatei gyate gyate
Sowa sowa sowa gyaatei gyaatei
Sowa sowa sowaka
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          404
marina53
  22 novembre 2012
Tami, jeune fille de 17 ans, passe ses vacances chez sa grand-mère, Nae, en compagnie de son frère, d'un cousin et d'une cousine. Ses parents étant partis à Hawaï au chevet d'un grand-oncle, elle est livrée à elle-même. En bonne ménagère, elle aide beaucoup sa grand-mère, notamment dans la cuisine. C'est dans ce chaudron qu'elle concocte de bons petits plats. Et c'est autour de ces repas que la grand-mère de Tami va révéler quelques souvenirs de son passé mais également des secrets de famille...
C'est un joli roman, tendre, à la couverture romantique et sensuelle, qui se lit d'une traite. On est tout de suite transporté au Japon grâce à Tami et sa grand-mère. L'ambiance est sereine et exotique. La révélation des secrets de famille apportent un peu de piment au roman, malgré tout je l'ai trouvé peut-être un peu trop simpliste et court.
Le chaudron manquait un peu de magie...
Commenter  J’apprécie          260
domisylzen
  02 décembre 2017
Pas trop à mon goût la cuisine dans ce chaudron.
Pourtant j'adore tout ce qui touche à l'extrême orient, mais je trouve la soupe un peu fade, trop peu relevée.
Bien sûr l'on nous révèle quelques secrets, des descriptions de paysages, des ambiances, les sentiments sont magnifiquement racontés donnant du corps à l'ensemble. Mais ... mais je n'ai pas réussi à apprécier cette oeuvre. J'dois plus aimer la soupe … dois être trop grand.
Commenter  J’apprécie          261
isabelleisapure
  03 février 2014
Quatre adolescents passent un été tranquille dans la maison de leur grand-mère. Pour les cousins et cousines, le temps est rythmé par les siestes, les promenades à vélo et les repas. Comme la grand-mère cuisine mal, c'est Tami, 17 ans, qui prend en main les cueillettes dans le jardin et la confection des repas, dans le fameux chaudron.
Cet été, les jeunes s'intéressent aux éléments de l'histoire familiale distillés par la vieille dame, et tentent de démêler le vrai du faux dans ses récits parfois obscurs. Surgissent alors des secrets de famille troublants, incertains comme les souvenirs brouillés de la vieille dame.
Très court roman évocateur, entre potager, cuisine et méditation sur le temps qui passe, la mémoire et l'oubli.
Commenter  J’apprécie          220
PinkCatReading
  08 avril 2016
Quatre adolescents japonais se retrouvent réunis tout un été chez leur grand-mère, à la campagne, leurs parents étant à Hawaï au chevet d'un vieil oncle. Au fil du temps qui passe, des repas préparés et cuits lentement dans le chaudron, des siestes, des promenades, des bains, de la vie au contact de la nature, la grand-mère déploie les branches de l'arbre généalogique qui semble bien tortueux…
J'ai choisi ce livre presque au hasard j'avoue. Ayant été déçue par mes précédentes incursions dans la littérature japonaise mais aimant énormément le Japon, j'ai tenté. Essai plus que réussi ! La couverture douce, les mots « grand-mère » et « sérénité » sur la quatrième de couverture m'ont convaincue. J'avais envie de calme, de tradition et de profondeur.
Ce roman est court mais j'ai eu l'impression que l'histoire, les relations, les émotions infusaient et prenaient corps lentement, comme un thé, comme un bouillon dans ce chaudron et que la mémoire de la grand-mère était comme les légumes qui nageaient dans le bouillon de miso et d'algues, s'enfonçant, revenant à la surface, tournoyant sans cesse… Quel judicieux choix de titre d'ailleurs !
J'ai beaucoup aimé ces après-midi tranquilles, les conversations, la découverte de certaines traditions japonaises que je ne connaissais pas vraiment. Comme un moment hors du temps et à la fois ancré dans le passé de cette famille et le présent qui en découle, ces deux moments étant plus que troubles. Dans cette maison de campagne, au bord du lavoir, dans la cuisine devant le chaudron à attendre que les aliments choisis avec soin cuisent, je me suis sentie…bien ! J'ai essayé de ralentir ma lecture pour la faire durer mais j'avais aussi envie de savoir. La fin m'a cependant laissé un petit goût amer …
Hâte de découvrir « La voix de l'eau » du même auteur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   01 novembre 2014
Sortant la tête de derrière un arbre, j’ai découvert un groupe de cinq ou six vieilles femmes trempées de sueur, en pleine récitation de sûtras. Leurs silhouettes, dos arrondi, paraissaient incroyablement minuscules. Elles devaient être assises les fesses directement sur les tatamis. Au-dessus de leur tout petit corps étais posée une tête tout aussi petite avec un tout petit visage ridé dont la bouche s’ouvrait et se refermait dans un même mouvement.
Le visage des vieilles femmes était en feu, rouge et bouffi. La voix des sûtras haut perchée avait un rythme étrange.
Leur chœur arrivait ainsi à mes oreilles :
Gyaatei gyaatei gyate gyate
Sowa sowa sowa gyaatei gyaatei
Sowa sowa sowaka
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
le_Bisonle_Bison   05 octobre 2014
Minako et moi, nous avions dix-sept ans, mais elle n’était pas aussi adroite que moi pour éplucher les pommes de terre. Et moi, je ne savais pas friser mes cheveux aussi joliment qu’elle. En ce sens nous étions donc capables de faire chacune notre part des choses importantes.
Commenter  J’apprécie          140
le_Bisonle_Bison   17 décembre 2014
La lueur dans ses yeux a pris une teinte de plus en plus triste.
Pour moi, c’était exactement la couleur de ceux qui ont perdu leur chemin et ne peuvent plus rentrer chez eux.
Commenter  J’apprécie          180
marina53marina53   22 novembre 2012
Aah, les parents, les proches, sont des jambes, me suis-je dit. Sans eux, tout n'est que déséquilibre, on n'a plus personne à qui se retenir...
Commenter  J’apprécie          190
nath45nath45   15 mai 2012
Quatre cousins et cousines se retrouvent chez leur grand-mère pendant que leurs parents sont à Hawaï au chevet d'un grand-oncle.
Tami installe dans la cuisine et prépare les repas après avoir été dans le jardin avec sa grand-mère cueillir les légumes, Shinjiro son petit frère emporte ses livres de classe dans le jardin du temple et fait la sieste, Tateo le cousin joue de l'harmonium et passe son temps à dormir un livre sur le ventre, Minaka, la cousine pas très adroite de ses mains pour aider en cuisine maîtrise l'art de friser les cheveux.
Nous passons cette période estivale avec eux pendant que leur grand-mère au fil du roman reconstruit l'arbre généalogique et dévoile quelques secrets familiaux.

Au final, Le Chaudron est un roman agréable, simple mais il me manque quelque chose, j'ai le sentiment d'avoir survolé cette histoire, d'être restée à la porte de la maison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : littérature japonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
351 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre
. .