AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782368523773
208 pages
Éditeur : Kurokawa (08/12/2016)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Le Roi des profondeurs, chef des monstres marins, a fait irruption en ville ! Face à la menace d'un fléau de niveau Démon, Saitama et Genos se mettent aussitôt en route. Le Roi des profondeurs erre dans les rues de la ville et est bien déterminé à exterminer la race humaine ...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  11 décembre 2016
Dans ce tome 5, les super-héros affrontent le terrifiant roi des océans… Derrière la grosse déconne complètement assumée, le message qui est délivré est on ne peut plus sérieux : qui que nous soyons, à un moment ou à un autre nous avons tous la capacité d’être des héros, et la somme de nos actions aussi modestes soient-elles peut nous permettre de changer le monde….
Stinger et Eclairomax (Classe A) sont terrassés, Pri-Pri-Prisonnier (Classe S) est obligé de boire le calice de la défaite jusqu’à la lie, et Sonic de le Foudroyant qui compte parmi le crème des supervilains doit lui aussi battre en retraite… Gominator (Classe C), Jet Nice Guy (Classe B), Boumboum-man (Classe C) et Vipère au poing (Classe A) se dressent entre le monstre et la population en pure perte… Génos (Classe S), puis Roulette Rider (Classe C) défendent la veuve et l’orphelin au péril de leur vie car ils croient en force de l’espoir et de l’amitié… C’est à ce moment que Saitama débarque pour vaincre le supervilain en un seul coup !!!
Evidemment, c’est à ce moment que les bobos hipsters sortent de leur trou pour jouer les tristes pragmatiques qui crachent sur tout ce qui bouge mais qui ne proposent aucune alternative à part le TINA : le monde est pourri, il en a toujours été ainsi, donc priorité à la compétitivité et à la rentabilité, autrement dit à la loi de la jungle et au chacun pour soi… Le Japon qui autrefois était le modèle à suivre a adopté les principes néolibéraux et néoconservateurs des Chicago Boys et depuis c’est la crise : les déficits et la dette s’envolent, les inégalités explosent et la pauvreté ne cesse d’augmenter… Oui mais non, les politiciens, les financiers et les économistes continuent de psalmodier que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes et que ceux qui ne sont pas contents n’ont qu’aller faire un tour en Corée du Nord…
ALLEZ VOUS FAIRE FOUTRE ! NE VOUS EN DÉPLAISE, L’HUMANITE VAUT MIEUX QUE CELA !!!
Alors que Saitama change de classe, l’épilogue prépare l’arc suivant et dans le récit bonus notre héros prend la relève de Pad-Man et Bretelles Macabres pour terrasser le gang du criminel de Rang A Bouffalo… Les véritables héros ne s’encombrent pas de problèmes d’argent, car l’argent ils n’en ont rien à foutre !!!
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Foxfire
  12 janvier 2018
Dans mon avis sur le tome 4, je m'étais promis à moi-même de ne plus laisser passer autant de temps entre 2 tomes. Et puis finalement, comme je suis incorrigible, je me suis encore dispersée et plus de 3 mois se sont écoulés. Pourtant je me régale à chaque fois et ce 5ème volet ne fait pas exception.
Dans ce tome bourré d'action, on retrouve Saitama plus héroïque que jamais. Mais héroïque au vrai sens du terme. Saitama se comporte en héros gratuitement, sans attendre de contrepartie financière ni en terme de notoriété (tout comme Genos d'ailleurs qui se montre décidément plus humain que la plupart des autres personnages).
Le comportement noble de Saitama se heurte au cynisme ambiant. S'il a pu battre un monstre si puissant, c'est qu'il a triché se disent les gens, projetant ainsi leurs propres travers et leur propre médiocrité sur Saitama.
A la fin du tome, Saitama progresse dans le classement et on sent déjà qu'il va se heurter à l'esprit de compétition des autres super-héros.
Voilà donc encore un excellent tome, drôle, haletant, intelligent et qui promet un 6ème tome passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
nebalfr
  18 mars 2018
[Chronique commune aux tomes 5 et 6]
Bon, allez, il est bien temps d'arrêter les frais… Dans ma dernière chronique de One-Punch Man, qui portait sur les tomes 3 et 4, j'avais été suffisamment convaincu par l'humour délirant du tome 3 pour envisager de jeter un oeil sur la suite, là, comme ça, en passant… Ce que j'ai fait, donc, avec ces tomes 5 et 6… qui sont hélas parfaitement dans la lignée du tome 4, lequel m'avait beaucoup déçu.

À mes yeux d'ignare en shônen, le grand atout de la série était clairement son humour, son goût pour la parodie autant que pour l'absurde. C'est semble-t-il bel et bien ce qui a fait le succès du manga originel de One sur le ouèbe, et qui a permis à la série de se développer dans cette version papier adaptée par Murata Yusuke ainsi que dans une version animée qui a semble-t-il beaucoup plu (je n'y connais rien). À maints égards, One-Punch Man est un shônen avec plein de baston, mais qui en rigole et fait mumuse avec les codes du genre.

Ou du moins est-ce la théorie… Car, à ce stade du manga papier, cela fait trois tomes que l'humour est presque totalement aux abonnés absents, et que l'accent est uniquement mis sur la baston, la baston, la baston. Les spécialistes vous diront que, même dans ces épisodes, One-Punch Man casse quelques codes du nekketsu, et c'est bien possible, mais, pour un lecteur lambda ou moins que ça dans mon genre, c'est une dimension totalement hermétique, et ne demeure que la baston, la baston, la baston. On pourrait assez légitimement en conclure que One-Punch Man est devenu ce dont il se moquait.

Je ne connais à peu près rien au shônen, ou au nekketsu. Aussi mes références en la matière sont-elles très aléatoires… Mais, à la lecture de ces tomes, j'ai eu un peu le sentiment très navrant que j'avais ressenti, gamin, quand je regardais Dragon Ball au Club Dorothée truc. Dragon Ball, c'était cool : frais, drôle, de bons personnages… Déjà, à l'époque, mon intérêt pour la série avait diminué dans les pénibles séquences de tournoi semble-t-il typiques du nekketsu, avec la montée en puissance des adversaires ; mais, globalement, OK. Puis il y a eu ce moment bizarre où Dragon Ball est devenu Dragon Ball Z… et où je me suis mis à détester ce que j'avais adoré. L'humour n'était plus de mise, chaque épisode se focalisait sur la baston, ou peut-être autant et même davantage sur les poses badass des héros et des vilains, portés à avoir les dents qui grinçaient et la goutte au front – entre le résumé des épisodes précédents et le teaser de la suite, on n'avait pas grand-chose d'autre. le trait qui demeurait, c'était le plus mécanique : la montée en puissance, toujours davantage, et le défi héroïque.

J'ai toujours trouvé ça chiant à mourir, et n'ai visiblement pas changé à cet égard. Ces tomes 5 et 6 de One-Punch Man en témoignent : au Roi des Profondeurs, qui constitue l'antagoniste dans la quasi-totalité du tome 5 (après avoir déjà bouffé de la place dans le tome 4), et qui était tellement plus balaise que tous ses prédécesseurs, succède un nouvel ennemi, ou plutôt un petit groupe d'ennemis, extraterrestre, qui latte tout le monde (dont l'intégralité du casting de la « classe S » des héros, les « meilleurs des meilleurs »), sauf Saitama, dans le tome 6 – sur presque toute sa durée là encore. Un schéma typique se répète, avec tous les héros censément super-badass (malgré leur nom ridicule, le cas échéant) qui se font tous latter la tranche, tandis que cette buse de Saitama progresse tranquillou (en sachant que le principe même de la BD implique qu'il triomphe des adversaires les plus redoutables avec un unique coup de poing, ce qui devrait pourtant contredire la mécanique même de la montée en puissance) – tandis que son « disciple » Genos nous commente l'action en voix off. Ad nauseam.

Ce schéma se répercute aussi dans le soupçon (infinitésimal) de dimension drama de la série : inévitablement, Saitama sauve tout le monde, mais on ne le prend jamais au sérieux – contrairement aux autres héros, si classe, il est considéré par la population civile comme un imposteur, au mieux, éventuellement une menace. C'est systématique. Problème : Saitama lattant du monstre, en dépit des apparences, ce n'est pas du comic de super-héros façons disons Marvel – dans son principe même, il ne peut pas être un Spider-Man ou un X-Man ; dans ces comics, il faut que le lecteur s'intéresse au moins dans une égale mesure à, mettons, Spider-Man, et à Peter Parker – c'est bien pourquoi l'action, essentielle, ne bouffe en principe pas l'intégralité des épisodes. C'est sans doute inenvisageable avec Saitama, dont l'essence est d'être une caricature passablement ridicule et superficielle, y compris au plan graphique (même si, à l'occasion, la BD louche ostensiblement sur le drama « pédagogique », dans les épisodes bonus notamment – ici, c'est flagrant dans celui du tome 6, qui porte sur le suicide et est bien lourdingue). Que Saitama ne puisse pas véritablement jouer ce rôle, de ma part, n'a rien d'un reproche, c'est un constat : ça n'est tout simplement pas le propos de la série.

Non, One-Punch Man, son rayon, son prétexte, son propos, ça devrait être l'humour, la parodie, la débilité, l'absurdité… C'était ce qui faisait la réussite des meilleurs épisodes antérieurs. Mais, à moins d'être en mesure de se satisfaire d'une unique réplique idiote çà et là, noyée dans soixante pages de poses badass, de grincements de dents et de baston toujours plus plus… Non, tout cela n'a absolument plus rien de drôle. Et le sentiment se renforce sans cesse de ce que One-Punch Man est devenu ce dont il se moquait, en remisant de côté ses singularités initiales au profit (si j'ose dire) d'un récit devenu parfaitement mécanique et sans âme.

Notez, même si ce n'est de toute évidence pas ma came, et que je dois me résoudre à arrêter les frais, je ne prétends pas « objectivement » que One-Punch Man est une mauvaise série – elle a ses fans, nombreux, qui s'y connaissent probablement bien davantage que moi en la matière (euphémisme). C'est surtout que nous n'avons pas les mêmes critères, je suppose… Et, par ailleurs, j'admets volontiers que le dessin de Murata Yusuke est très bon – spectaculaire, dynamique, lisible… Irréprochable à vrai dire – bon, en mettant comme d'hab' de côté la question du floutage un peu trop récurrent… Oui, c'est du très bon boulot ; mais, en ce qui me concerne, cela ne suffit pas.

Il est bien temps d'arrêter les frais – j'ai d'autres choses à lire, qui me parleront davantage, et sans peine.
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
balloonvenus
  08 juin 2017
Le Roi des Profondeurs donne du fil à retordre aux héros, qui se font tous rétamer les uns après les autres, d'autant plus que la pluie améliore les capacités du monstre. Il faudra l'intervention in extremis de Saitama pour régler la situation. Même si son exploit est une fois de plus dénigré par la foule (qui, entre nous soit dit, n'a pas bougé le moindre petit doigt pour se sauver elle-même), Saitama passe en classe B grâce à l'intervention de l'Association. Mais cette évolution ne règle pas ses problèmes d'argent... car les héros aussi doivent bouffer... Toujours beaucoup de second degré dans ce tome et des scènes de bagarre prenantes grâce aux dessins flous qui donnent du relief.
Commenter  J’apprécie          30
myormerod
  21 juin 2017
Ce tome-ci est juste fort en émotion dans tous les sens du terme. Nous aurons le droit à des combats sensationnels avec Génos et les autres héros qui feront preuve d'un courage exceptionnel. Nous voyons ainsi la force de caractère de chacun et le désir de faire le bien.
Nous retrouvons Sonic et Pri-pri prisonnier nous offrir un avant-gout de la force du roi des mers. Personne ne semble capable de le vaincre alors qu'il s'attaque aux civiles. Génos nous offre un remarquable combat. Comme toujours, il se donne à fond et risque sa vie, prêt à se sacrifier pour les autres. Sa force n'est plus à démontrer, mais le Roi des mers est loin de se laisser faire. Saitama viendra à nouveau sauver la situation alors que le désespoir se fait de plus en plus grand, mais à nouveau personne ne le reconnaît comme héros.
Il y a nombre de scènes touchantes où Saitama s'impose par sa force de caractère avec son fan invétéré en la présence de Génos, toujours là pour le soutenir.
J'ai véritablement adoré ce tome, car tout s'y mêle : sentiments, force, puissance dans les mots et les dessins. J'ai passé de super moments aux côtés de nos protagonistes. de plus, dans ce tome-ci, on a à nouveau le droit à une petite histoire bonus, que du bonheur !!!!
Je recommande assurément !!!!!

Lien : http://ma-boite-de-pandore.e..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Sceneario   15 décembre 2016
Il n'empêche que cette série reste très agréable à lire, qu'elle amène un regard décalé sur l'héroïsme et la statut de héros. C'est très intéressant !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   23 décembre 2016
Afin de dissiper les inquiétudes et les craintes des gens, un héros doit constamment faire preuve de force, de grâce et de promptitude et d’habilité pour éliminer les forces du mal. Voir que des héros ont été vaincus aujourd’hui est un constat désolant. Dorénavant, afin d’éviter que des héros meurent inutilement, ils devraient tous subir un sévère entraînement.
Commenter  J’apprécie          90

Lire un extrait
Video de Yusuke Murata (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yusuke Murata
"Eyeshield 21" opening 1 ("Breakthrough")
autres livres classés : héroïsmeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
908 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre