AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782251441030
720 pages
Les Belles Lettres (07/05/1997)
4.4/5   5 notes
Résumé :

A travers des personnages et une intrigue simples (il cherche des aventures sans lendemain, elle veut des lendemains sans aventure), ce roman explore dans son ensemble ce que tous les menteurs à gages, tous les charlatans de l'approbation du monde contemporain annoncent comme une civilisation nouvelle, et même vivable, alors qu'un mot suffit à la qualifier : désastre.

Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
colimasson
  09 février 2021
Dans les Exorcismes spirituels, premier volume du nom, souvenez-vous : Philippe Muray se demandait qui pourrait aujourd'hui écrire le roman représentatif de l'homme de notre époque dans toutes ses contradictions : l'impératif de jouissance qui le tyrannise, sa capture dans le langage de la performance, son progressisme idolâtre, son égotique susceptibilité appliquée comme un voile virginal à l'ensemble des « populations minoritaires ».
Pourrait-ce être Philippe Muray lui-même ? Mais bien sûr que oui !
On ferme ! commence comme l'histoire d'un écrivain (disons Muray) qui travaille sur un projet de roman (disons On ferme) en s'appuyant sur des notes amassées depuis des années à propos de personnages et de situations, sur des extraits de prospectus et de journaux, sur des essais déjà composés ou non – bribes de romans en germes, amorces non-fictionnelles de faits plus véridiques que la réalité dans leur forme aphoristique. La vie du romancier, densifiée seulement par les événements du quotidien (femme conjugale, femme fantasmée voire baisée, enfants, fêtes), est traversée comme un paysage fantôme : l'écrivain dans son bureau de feuilles mortes, les vivants autour de la piscine. Sa vie ne tourne qu'autour de quelques personnages initiaux, que nous croyons inventés de toutes pièces, jusqu'à ce qu'ils émergent au compte-goutte dans l'existence dite « réelle » elle-même. La fonction du romancier est accomplie : sa vision synthétique fait émerger le type depuis l'individu, afin qu'il mette au monde les actes qu'il contient en puissance. La grande fête s'accomplit enfin. le Carnaval s'essouffle dans son ininterruption. « Toutes les fêtes tournent mal, c'est pour ça qu'elles sont drôles. Comme la littérature qui s'ouvre pour les noyer. »
Le second degré n'apparaît pas dans ce roman, parce qu'il n'y a qu'un seul degré. le second degré pourrait passer pour un premier degré, à quiconque ne connaît pas par ailleurs les opinions de Muray. Les partouzes, génitales ou non, sont accomplies jusqu'à leurs extrêmes retranchements, au point où la jouissance devient anesthésie. Sur les célébrations parodiques de la culture et du sexe s'accomplit le grand incendie. Pas de punition divine. Pas de jugement des impurs. Peu importe la tournure que prennent les événements, rien ne les redouble : le réel n'a plus de double.
Bien loin du nihilisme, Philippe Muray accomplit donc l'athéisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   28 février 2021
Love bombing ! Divine expression ! Il s’en était levé d’illumination lorsqu’elle l’avait prononcée. Je crois même que c’est alors qu’il a décidé qu’il se la ferait, Margareta. C’était trop beau. Love bombing ! Le bombardement d’amour ! Brrraomm ! Vlang ! Plein la gueule ! Et des baisers ! Des roucoulades ! Wroong ! Vrang ! Reboum dans la tronche ! Attrape ça ! Braoum ! Et encore ça ! Ah ! c’était la grande correction ! Le cataclysme des suavités ! Des giboulées partout de tendresse ! Des éclats de Bien Des ruines de tout !
Love bombing ! Il s’extasiait. Il n’en montrait rien, bien entendu. Secrètement enthousiasmé, il la laissait continuer. Il était surexcité maintenant. Elle lui plaisait énormément. Il la voyait nue déjà. Il ravageait les étapes. Il imaginait ses trésors, son ventre, ses belles fesses larges, sa forêt noire. Il la voulait. Là. Il l’aurait. Love bombing. Le salaud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
colimassoncolimasson   03 mars 2021
L’occulte ? La mystique ? Plus que jamais ! On en veut dans tous les coins ! Et la plus moche ! La plus baveuse ! Mais sous contrôle, surveillée ! Invitée par CNN ! Par TF3, par FR10 ! Par tout le gang ! Le XXIe sera mystique ! Les pires cons le disent ! Ou ne sera pas ! Tous les abrutis sont d’accord !
Commenter  J’apprécie          50
KichigaiKichigai   16 juin 2016
Est-ce qu'elles ne se valent
pas toutes, pensait-elle ? Et est-ce que ce n'est pas jsutement par
leurs différences ridicules, par leurs sanglantes luttes d'in-
fluence, par leurs tentatives tyranniques de s'écrabouiler les
une les autres, qu'elles avaient perdu tout leur crédit ? Est-ce
que le temps n'était pas arrivé de les aider à se rassembler, à
rentrer dsns leur tronc commun, réintégrer leur unité ? Créer
un Marché unifié de Dieu ? Un Nouvel Ordre spirituel mon-
dial ? Est-ce qu'il n'était pas, d'ailleurs, et encore plus générale-
ment, et dans tous les domaines au fond, urgentissime d'en finir
avec tous les conflits, les corridas, les avis contradictoires, les
indénouables dissensions ? Une seule opinion pour tous, peut-
être, mais alors librement consentie, et renouvelable par quin-
zaine, pour éviter l'ennui, les habitudes, tel serait sûrement
l'avenir humain.

p. 85.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
colimassoncolimasson   12 février 2021
Le Temps n’était même plus perdu, il s’effondrait sous le Loisir. Les années se vomissaient. On retrouvait partout, à travers rues, cette affiche qui ne cessait de proclamer : « POUR UN MONDE SANS CARIES ». Et qu’est-ce qu’on aurait pu attendre d’autre du monde désormais ? Une grosse fille Laide et sale marchait à sa rencontre, portant un badge sur son tee-shirt, entre les seins : « MAINTENANT, JE SUIS EN PLEINE FORME, DEMANDEZ-MOI POURQUOI ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   21 février 2021
La santé, le sport : l’un des versants essentiels de la ré-approbation du monde, de sa remise en ordre globale, nécessaire et absolue. L’autre versant, cela va de soi, ce sont les mystères cosmiques, christologies, prophétismes, vibrations positives, réenchantements, révélations subliminales.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Philippe Muray (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Muray
Guy METTAN, La Tyrannie du Bien, petit dictionnaire de la pensée incorrecte (20 €) a paru aux Éditions des Syrtes.
Le Bien est partout. Il nous poursuit de ses assiduités. Nous traque sans pitié. Projette ses métastases jusque dans les plus intimes replis de nos vies. Il gère, manage, planifie, assiste. Il légifère, confine, vaccine, condamne, bombarde, tue. D'empire, le Bien est devenu tyrannie.
Car la quête frénétique de la vertu est devenue une obsession universelle. Elle ne se limite pas aux cercles woke et aux ONG bien-pensantes. Elle est aussi pratiquée dans les salons feutrés des conseils d'administration, les bureaux open space des managers, les antichambres inclusives des ministères, les amphithéâtres aseptisés des universités et sur les réseaux sociaux qui se sont mis en tête de censurer les manifestations supposées du mal.
Cette tyrannie, il est urgent de la dénoncer. C'est ce que se propose ce guide, qui piétine avec jubilation les plates-bandes du prêt-à-penser économiquement, culturellement et politiquement correct.
Dans la veine caustique d'un Philippe Muray, il désarme les ressorts de la softlangue, ce nouveau langage qui s'emploie à emmieller le vocabulaire et à le noyer de néologismes à consonance anglaise pour mieux répandre ses méfaits.
Il en ressort un inventaire des idées reçues qui réjouira ceux qui n'en peuvent plus des postures et des impostures, des hypocrisies et des faux-semblants engendrés par cette recherche éperdue d'un Bien qui finit par faire beaucoup de mal...
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature françaiseVoir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3114 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre