AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365772609
Éditeur : Urban Comics Editions (20/09/2013)

Note moyenne : 4.35/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Dans notre société de consommation, les chaînes de télévision sont prêtes à tout pour faire de l’audience. Le concept d’une nouvelle émission de télé-réalité consiste à bouleverser l’éthique et la religion et à recréer un clone de Jésus. Arrivé à l’âge adulte, Chris devient le leader d’un groupe punk

Quatrième de couverture :
Dans un futur proche, la maison de production OPHIS tient le sujet de son prochain programme de télé-réalité : filmer l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
26 septembre 2013
Punk Rock Jesus : un comics très punk, très rock et très « Jesus ». Peut-on faire une introduction plus simpliste pour un opus aussi classe ? Sûrement pas, d'autant que si le pitch de départ semble être bateau, le traitement de Sean Murphy est, lui, particulièrement travaillé et approfondi.
Fruit d'un travail de dix ans et résultat de l'expérience engrangée par son auteur durant ce laps de temps, le roman graphique Punk Rock Jesus se veut adulte, assumé et surtout profond. Après une première lecture aussi tendue qu'excitante, le pari est réussi. Et on comprend, maintenant que nous avons le plaisir et l'honneur de le découvrir en VF, pourquoi nous avons entre les mains un des deux hits de l'année 2012 aux États-Unis, aux côtés de Saga, par Brian K. Vaughan et Fiona Staples.
Alors de quoi s'agit-il ici ? de notre propre société tout simplement : entre téléréalité, écologie hypocrite, politisation religieuse et économie capitaliste à outrance. L'élément déclencheur, le clonage du Christ via le fameux Suaire de Turin, vient bousculer ou conforter à l'extrême certaines de nos mauvaises habitudes, mais cela est surtout un point de convergence ultime de nombreuses contestations actuelles. le récit parallèle sur l'Irlandais Thomas McKeal peut parfois être hors de propos, et pourtant tout cela se raccroche comme il faut, ou juste ce qu'il faut, quand arrive le dénouement.
Le raccourci peut être affreusement simpliste, une nouvelle fois, mais un clone de Jésus qui se nomme Chris et qui se lance dans une carrière de chanteur punk rock, c'est le coup de pied au cul métaphorique donné à la représentation actuelle du monde. Et ça fait véritablement du bien de lire ce genre de choses. Même si la culture punk et ses revendications ont beaucoup perdu de leur entrain ces dernières années, il est clair qu'un bout coup de pied dans la fourmilière nous remettrait sûrement les idées en place. Sean Murphy joue incroyablement bien sur cette corde sensible afin de retourner contre les religions, les médias et toute forme d' « abrutissement des masses » leurs arguments souvent bien bidons ; les meilleurs moments tiennent sûrement à un triptyque simple et formateur : les pseudo-débats dans les médias, l'apprentissage de l'histoire des sciences et de la religion par le jeune Chris, et enfin ses revendications quand il s'affiche devant le monde entier. Nous retrouvons d'ailleurs ici l'aspect « jeunesse débridée » déjà bien présent dans Off Road qui paraîtra incroyablement bête pour certains peut-être, mais qui, pour moi, est l'étincelle nécessaire à chacun pour se lever tous les matins et affronter nos petits problèmes quotidiens.
Si l'ensemble de l'intrigue est prenante à souhait, le dessin de Sean Murphy ravira ses fans de toujours et pourrait largement convenir à de nouveaux adeptes du genre. Ses visages triangulaires sont particuliers et presque hargneux ; ses scènes d'action, malgré quelques cabrioles exagérées, sont dantesques de violence et d'atrocité ; quant au grisé habituel de son trait, il se fond, la plupart du temps, dans les mines décontenancées de ses personnages bien souvent pris en flagrant délit de tristesse. Point de couleurs ici, mais ce n'est pas pour autant un problème, car qu'aurait pu apporté la colorisation en plus : nous avons déjà toute la force du trait de l'auteur pour nous signifier combien chaque scène est prenante et combien le drame appelle encore et toujours le drame. Et si quelques scènes mineures auraient pu mériter certains détails supplémentaires, il va sans dire que Sean Murphy fait partie des meilleurs dessinateurs du moment.
D'une certaine façon, et d'un point de vue tout à fait personnel, nous avons là une version très punk, très revendicatrice, de L'Évangile de Jimmy, par Didier van Cauwelaert qui m'avait tout autant touché. C'est avec ce type de comics que nous pouvons nous dire que les romans graphiques sont loin d'être morts (en comics, car en franco-belge, ils se portent déjà bien mieux de toute façon) et le fait qu'ils se lisent seuls, sans appartenir à une série, n'est pas un défaut, bien au contraire.
Un volume de grande classe donc, qui fait tant réfléchir sur la bêtise de nos civilisations qu'il nous faudrait bien plus de bandes dessinées de ce genre. L'intrigue comme les images résonneront dans votre esprit bien après la lecture...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          481
carre
23 décembre 2013
Punk Rock Jésus est une merveille. Je sais, encore un superlatif utilisé pour tout et n'importe comment. N'empêche, c'est une putain de bombe !!! Boum…
Pêle-mêle vous y trouverez une charge réjouissante contre la télé réalité et ces dérives, ou cynisme, mensonges et manipulations sont monnaie courante pour satisfaire le Dieu Audimat, une réflexion sur la religion, et l'extrémisme religieux, sur la science et les manipulations génétiques. Ajoutez-y du suspense, de la violence, de l'amour et vous avez déjà les ingrédients pour faire un sacré cocktail. Encore faut-il doser le tout avec brio et finesse, c'est ce que fait magistralement Sean Murphy avec son roman graphique.
Chaque personnage possède assez d'épaisseur pour les rendre tantôt insupportables tantôt sympathiques. de Thomas garde du corps en quête de rédemption, à Gwen jeune femme détruite par la manipulation du producteur, du Dr Sarah Epstein scientifique lucide mais dépassée par le déferlement médiatique (le clonage de Jésus à partir de son ADN). Jésus lui- même en rébellion devant cette mascarade insupportable. Un scénario abouti, un graphique au diapason, Sean Murphy nous offre une réflexion sur notre époque inquiétante et lucide avec des questions qui dérangeront certains. En tout cas, impossible d'être insensible à ce travail en tout point remarquable. Punk Rock Jésus est une merveille, je vous dit !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          576
Domi_V
15 novembre 2014
J'ai hésité à écrire un nième billet pour ce livre, la bannière étoilée dénotant déjà mon appréciation. Etant entièrement d'accord avec les chroniques aux éloges mérités de Boudicca, Carré, Dionysos... (que je vous invite à lire), je ne voyais pas trop quelles pierres apporter à l'édifice verbal, quand je me suis souvenue que, d'une, j'avais donné ma parole de... et qu'ensuite il est demandé ici de confier son ressenti aux autres Babelionautes...
Ipso facto...
Cette critique sociale dans laquelle S. Murphy scénarise (et dessine) un monde régi par le fric et les médias (demain donc !) nous ouvre les yeux et l'esprit... qui se révolte !
Ça me chatouillait bigrement de crucifier, tête en bas avec deux douzaine de gros clous, l'abjecte individu (évidemment) riche, influent et sans états d'âme, qui réalise le plus grand réality-show télévisuel du siècle en appâtant le populo avec un clone de Jésus-Christ ("graine" de JC, ponctionnée sur le suaire de Turin et implantée dans une jeune vierge blonde (!), embauchée et remodelée pour les circonstances).
J'ai jubilé quand JCII (rebaptisé Chris), après une jeunesse surprotégé sous "bulle" médiatisé et un endoctrinement chrétien à la sauce créationniste, se révolte enfin à l'âge de quinze ans ! Ça ne se fera pas sans un peu de pétage de plombs et les résultats sont pour le moins explosifs : les dessins en noir et blanc en témoignent.
Et alors mon coeur de femme a battu plus vite (que voulez-vous..."la chair est faible") pour le garde-du-corps de Chris : un ancien "soldat" de l'IRA qui croyait se battre pour ses croyances et qui, pétri à souhait par ses (faux) pairs, est devenu un homme introverti et taciturne, mais toujours fidèle à ses promesses...
Cet album est avant tout un anathème virulent (sans toutefois dépasser les limites) contre cet Amérique béni-oui-oui, facticement chrétien et pudibond dans laquelle le sens même de conviction religieuse est financièrement et honteusement exploitée jusqu'au bout.
Quant à moi... j'ai privilégié la lecture des relations humaines : je me suis énervée, j'ai exulté, je me suis sentie fondre, je me suis sentie vivre... à travers des sentiments contradictoires... et rien que pour cela cette BD (comics) est une totale réussite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          485
boudicca
04 novembre 2013
Après « Off Road », oeuvre de jeunesse du désormais célèbre Sean Murphy, c'est au tour de « Punk Rock Jesus », considéré comme LE chef d'oeuvre du scénariste/dessinateur, de se voir publier en un seul et magnifique volume par les éditions Urban Comics. le concept est simple et repose sur l'idée qu'à partir de l'ADN prélevé sur le suaire de Turin, un grand groupe américain serait parvenu à créer un véritable clone de Jésus Christ, nouvelle vedette de la plus grande émission de télé-réalité jamais produite. C'était toutefois sans compter sur le caractère rebelle du jeune Chris, athée convaincu et passionné de musique, qui tentera par tous les moyens de se libérer de cet encombrant héritage qui est le sien. Avouez que l'idée ne manque pas de panache ! le résultat est absolument bluffant, Sean Murphy nous offrant une histoire à la fois originale, captivante et surtout d'une qualité de réflexion remarquable. Tout au long de ces six chapitres correspondant chacun à une période ou un moment clé de l'histoire de Jésus et de son clone, l'auteur pointe ainsi du doigt les plus grands fléaux de nos sociétés occidentales actuelles : le fanatisme religieux et le « divertissement à la dérive ».
S'il n'y aurait qu'un message à retenir de ce « Punk Rock Jesus », ce serait sans aucun doute celui-ci : nous sommes, chacun, les seuls maîtres de notre destin. En faisant de ce soi-disant clone du « fils de dieu » un athée pur et dur, Sean Murphy dénonce avec virulence mais intelligence les nombreuses incohérences et surtout le caractère souvent extrême des grandes religions monothéistes, à commencer évidemment par l'église catholique qui en prend ici pour son grade. « La religion est dangereuse. Elle entrave les progrès de l'humanité comme un cancer. C'est l'opium dégelasse du peuple (…) Allez tous vous faire foutre, Jésus vous hait ! » Difficile d'être plus clair. A travers cette histoire qui se déroule clairement dans une société future tout à fait crédible, c'est aussi le caractère nocif et manipulateur des médias qui est ici dénoncé. Sean Murphy fait ainsi rapidement naître chez le lecteur la dérangeante et inquiétante sensation que le concept développé ici pourrait parfaitement avoir sa place chez nous d'ici quelques décennies. Il suffit, après tout, d'allumer n'importe quel poste télévisé pour se rendre compte du niveau de bassesse auquel nous sommes d'ores et déjà tombé...
Le second point fort de l'oeuvre de Sean Murphy tient évidemment à la qualité de ses personnages : Thomas, catholique fervent et ancien combattant de l'IRA recruté en tant que garde du corps du jeune clone et de sa mère pour lesquels le colosse risquera tout ; Gwen, jeune américaine issue d'une famille pauvre embarquée dans cette aventure en tant que « mère de Jésus » par pure naïveté et dont on assiste avec tristesse à l'irréversible déchéance ; et bien sûr Chris, premier clone de l'histoire portant en lui tous les espoirs de millions de disciples, que l'on voit grandir et peu à peu plier sous le poids insoutenable que font peser sur lui plus de deux milles ans de croyance. Admirables ou faibles, attachants ou opportunistes, inconscients ou manipulateurs, les personnages de Sean Murphy se distinguent tous par leur remarquable complexité qui ne manquera pas d'émouvoir ou de révolter le lecteur. le petit supplément proposé en fin de volume dans lequel l'auteur nous expose la genèse de son projet et propose une bande-son idéale pour accompagner chacun des six chapitres de l'ouvrage est également un bonus appréciable, de même que la très belle galerie de couvertures qui clôt l'ouvrage.
Des personnages attachants et complexes, un concept original, des dialogues qui sonnent toujours justes, des sujets difficiles abordés avec intelligence : voilà tous les éléments qui font de ce « Punk Rock Jesus » un véritable coup de coeur que je ne manquerai certainement pas de relire un jour. N'hésitez pas à franchir le pas, voilà bien une lecture que vous ne regretterez pas !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
chocobogirl
02 novembre 2013
Nous sommes dans un futur proche, en 2019. La société de production Ophis s'apprête à lancer une nouvelle émission de télé-réalité sulfureuse : elle souhaite mettre en scène un clone de Jésus, obtenu par l'ADN du Saint-Suaire. Alors que ce nouveau programme fait polémique notamment auprès de la NAC (Nouvelle Amérique Chrétienne) qui se mobilise contre ce blasphème, le producteur Slate organise la venue de ce nouveau Christ. Entouré du Dr Sarah Epstein, spécialiste de la génétique, de Tim, un petit génie de l'informatique et de Thomas McKael, un ancien terroriste de l'IRA, chargé de la sécurité, Slate met en place un grand show télévisé et recrute par casting la future mère de Jésus : Gwen, une jeune adolescente vierge. Enfermé sur l'île ultra-sécurisé de J2, tout ce petit monde suivi 24h sur 24 par les cameras, ne va pas forcément évoluer comme il était prévu…
Après Joe, l'aventure intérieure, je découvre à nouveau un comics totalement renversant du fameux Sean Murphy ! L'auteur nous invente ici un récit d'anticipation qui a tout d'une charge virulente contre la religion, ses dérives sectaires et contre la société du spectacle qui met en scène l'individu.
L'auteur invente ici la création d'un show mettant en scène la naissance de Chris, le clone de Jésus, depuis sa naissance. Ce dernier naîtra donc sous le regard de milliards de téléspectateurs et aura une vie qui ne lui appartient plus. En effet Slate, avide des gains que l'émission et sa forte audience devrait lui rapporter, veut tout contrôler. La mère et l'enfant sont enfermés sur l'île dont ils ne peuvent partir. L'éducation de Chris est édulcorée, se veut religieuse et créationniste, tandis que ses camarades de jeu sont des hologrammes. Sa mère Gwen s'enfonce peu à peu dans l'alcoolisme tout en multipliant les tentatives de fuite, en vain. Chris grandit donc sous la férule du Docteur Epstein et de Thomas, chargé de sa protection. Si les premières années, Chris se contente de faire ce qu'on lui dit, un drame à son adolescence va pousser le jeune homme à la rébellion. Chris sera désormais le chantre libertaire d'un engagement anti-religieux qu'il chantera à la face du monde.
Voilà une histoire qu'on ne lâche pas dès l'instant où l'on découvre le piège médiatique dans lequel les personnages sont engagés. L'auteur nous offre d'ailleurs une belle galerie à la psychologie travaillée. le Docteur Epstein reconnaît les dérives de son job mais accepte les compromissions en échange du financement de ses recherches sur les algues contre le réchauffement climatique. Incapable de faire des choix, elle tente malgré tout d'alléger les charges qui pèsent contre Gwen et Chris. Thomas McKael est né dans une famille irlandaise catholique. le drame familial qui a coûté la vie à ses parents l'a poussé à s'engager corps et âme dans l'IRA avant de découvrir une vérité qui fait mal. Soucieux de trouver la rédemption auprès de ce clone de Jésus, il choisit de protéger Chris envers et contre tout. Gwen est une jeune femme un peu paumée que la venue de Chris et son enfermement sur l'île dépasse. Rejetée par sa famille, elle pense être une mauvaise mère et cherche à retrouver sa liberté et celle de son fils. Aussi, chaque personnage apporte une vision, une sensibilité différentes quant aux écueils qui se présentent. On s'attache à chacun d'eux, on tremble pour eux. On les voit évoluer avec crainte ou plaisir. Et on s'attend forcément à une fin dramatique.
C'est que le futur imaginé par Sean Murphy est loin d'être reluisant. Comme vous l'avez compris, le système médiatique est amplement critiqué ici et l'auteur dénonce avec force les rouages de cette industrie qui écrase ses prochains pour mieux en retirer profits. La façon dont Chris et sa mère sont manipulés sont révoltantes. le spectacle quotidien de leur enfermement suivi avec passion par une flopée de téléspectateurs en dit long sur notre soif de voyeurisme mais aussi sur cet envie de croire à quelque chose de spirituellement supérieur.
Car le propos central de l'auteur est surtout de dénoncer la religion et ses dérives fondamentalistes. Chris, élevé dans une foi chrétienne aveugle, finira par se révolter contre cette dernière. Thomas qui a grandit dans un carcan catholique a finit par tuer en son nom. Les extrémistes de la NAC, de leur côté, n'hésitent pas à devenir des terroristes pour justifier leur engagement religieux. La question de la foi est ici posée frontalement et c'est d'autant plus notable que l'auteur nous apprend en postface son propre cheminement quant à ses croyances qu'il a finit par abandonner.
L'énergie, le dynamisme, la rage désespérée qui transpire de cette histoire se retrouve avec brio dans le somptueux dessin de l'auteur. La mise en scène est tout en mouvement. Les angles de vue, le découpage accentuent la force et le poids des images. Les visages des personnages sont tranchants, leurs traits anguleux et leurs regards souvent sombres et torturés. Même les sourires semblent faux et grinçants. Les scènes de combats et de poursuite avec Thomas ont un côté cinématographique. Bref la violence morale et identitaire que l'on sent se retrouve dans cet album extrêmement maîtrisé.
Punk rock Jésus s'est révélé une véritable claque, à la fois graphique et narrative. Mettant la question de la foi au centre du récit, Murphy nous oblige à nous interroger sur nos propres croyances : Croire en soi-même, croire en un Dieu ? Lequel de ces choix est le meilleur ? Pour l'auteur, il est une évidence que l'homme est seul maître de son destin. Pour le meilleur et pour le pire. A vous de trouver votre voie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Les critiques presse (3)
Bedeo29 octobre 2013
Une bande dessinée intéressante qui cherche à déconstruire les dogmes religieux mais aussi notre société trop recroquevillée sur le culte de l’image. Quelques facilités manichéennes, proches du film de Fight Club, empêchent toutefois de parler de chef d’œuvre bien que, graphiquement, il n’y a rien à redire.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD10 octobre 2013
Il aura fallu 10 ans à Murphy pour nous livrer Punk Rock Jesus et bien que sur le plan artistique, les planches sont presque irréprochables, c’est sur le scénario que Murphy se brise les dents.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Liberation01 octobre 2013
Critique des médias autant que de la religion, ce récit d’anticipation est servi par toute la classe du dessin d’un Sean Murphy arrivé à maturité.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos8917 octobre 2013
Dr Epstein – L’Église catholique a condamné Galilée à rester enfermé chez lui pour avoir clamé que la Terre n’était pas au centre de l’univers.
Chris – Quelle bande d’abrutis.
Dr Epstein – Il est dit ici que nos pères fondateurs croyaient fermement en la séparation de l’Église et de l’État. C’étaient des penseurs laïcs. Beaucoup étaient agnostiques.
Chris – Jefferson a déchiré des pages de sa propre Bible. Et comme Lincoln a dit… « Ma vision première de l’absurdité du système chrétien du salut et de l’origine humaine des Écritures est devenue plus claire et plus forte avec les années. Et je ne vois aucune raison de penser que je doive jamais la changer. »
Dr Epstein – Là, on raconte que Darwin a prouvé que les espèces évoluaient dans le temps, grâce à la sélection naturelle. Mais les créationnistes ne l’acceptent pas.
Chris – Daisy Milton et la NAC sont créationnistes.
Dr Epstein – Ici, on apprend que la plupart des Prix Nobel sont agnostiques ou athées, comme Einstein et Hawking. Ainsi que Carl Sagan, le grand vulgarisateur de la science dans les années 80 et 90.
Chris – Sagan était génial !
Dr Epstein – La chrétienté est devenue une cause politique dans les années 1980, sous Ronald Reagan. Beaucoup de ceux qui ont voté pour George W. Bush, l’ont fait uniquement parce qu’il était chrétien. Bush a déclaré que Dieu lui avait dit de « mettre un terme à la tyrannie en Irak ».
Chris – Je vais me tirer d’ici.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Dionysos89Dionysos8925 septembre 2013
La religion est dangereuse. Elle entrave les progrès de l'humanité comme un cancer. C'est l'opium dégueulasse du peuple, ça l'abrutit avec des conneries magiques et ça flatte nos ego.
Deux milliards de personnes meurent de faim pendant que l'Amérique fait main basse sur les ressources mondiales pour satisfaire sa surconsommation obscène. On se gave d'essence, de fast food et de divertissement tout en ignorant le vrai coût de nos modes de vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Domi_VDomi_V11 novembre 2014
-- bien sûr ! Et ce serait parfaitement logique que Jésus choisisse l'Amerique pour son retour ! Dieu a tout particulièrement béni cette nation ! C'est pour ça qu'il est sur nos billets.
[...]
-- j'espère seulement que ce clone sera assez sensé pour ne pas croire qu'il est vraiment Jésus. Imaginez s'il se présentait aux élections ! Il gagnerait haut la main... s'il n'est pas assassiné avant.
Commenter  J’apprécie          232
Dionysos89Dionysos8930 octobre 2013
Le Dr Epstein a déjà fait les gros titres en 2013 lorsqu’elle a tenté de cloner des ours polaires pour sauver l’espèce de l’extinction. En 2016, elle a remporté le Prix Nobel pour son hyper-plante absorbant le CO2 de manière accélérée. Mais son projet de pollinisation de la forêt amazonienne a été abandonné suite aux plaintes de six chaînes de fast-food.

Commenter  J’apprécie          210
Dionysos89Dionysos8929 septembre 2013
Bonjour l’Amérique ! La Nation la plus chrétienne du monde ! Celle que Dieu a bénie ! Ici Jésus Christ, qui s’adresse à vous en direct du sud de Manhattan, pour vous dire… Allez tous vous faire foutre ! Jésus vous hait !

Commenter  J’apprécie          320
Videos de Sean Murphy (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sean Murphy
Paris Comics Expo - Riccardo Burchielli & Sean Murphy .Sean Murphy (Joe l'Aventure Intérieure, American Vampire Legacy, Hellblazer), et Riccardo Burchielli (DMZ) à la Paris Comics Expo, sur le stand d'Urban Comics
autres livres classés : télé réalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
catholique romain

10 questions
806 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre
. .