AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de peloignon


peloignon
  31 octobre 2012
J'ai rarement eu autant de plaisir à lire un roman. Les phrases sont franchement magnifiques, les paragraphes grandioses, les chapitres sublimes. Pour reprendre les paroles de Müsil à son propos, pour moi, « chaque fois qu'une parole tombait, une signification profonde s'illuminait, s'avançait comme un dieu voilé et se défaisait dans le silence. » (672) Même si il s'agit d'un roman inachevé, je suis parfaitement d'accord avec Thomas Mann qui en fait l'un des plus grands romans du XXe siècle avec Ulysse de Joyce et À la recherche du temps perdu de Proust.
À première vue, on dirait pourtant qu'il ne s'y passe rien d'autres que des conversations entre bourgeois, aristocrates, militaires, scientifiques et artistes, ensemble de personnages qui interviennent dans le roman à partir du moment où ils entrent en relation avec Ulrich, cet « homme sans qualité » dont il est question dans l'intitulé de l'ouvrage.
La position de pure contemplation ironique qui est celle d'Ulrich lui permet une relative supériorité sur son entourage. Je dis que sa supériorité est relative puisque l'absence d'action pratique où entrerait en jeu une dimension essentielle de son être, le défaut de contacts avec les risques du réel, le réduisent à l'état spectral par rapport aux gens bien vivants qui l'entourent. Sa vie est toute faite de non-présence, de non-implication, elle est, pour ainsi dire, mort-vivante.
Celui-ci se laisse pourtant entraîner par sa cousine à accepter la position de secrétaire d'une organisation visant quelque chose de grandiose pour l'Autriche, peu importe ce que ça pourra bien être en bout de ligne. Or, Ulrich n'a aucun intérêt en tant qu'être-dans-le-monde au sens heideggérien, il n'est pas hanté des besoins d'existance terrestre, il vit en toute étrangeté d'avec le « on » ambiant et n'occupera son poste que pour se désennuyer en observant d'un regard plein d'ironie le grouillement frénétique et insensé qu'entraînera inévitablement le projet de sa cousine.
Les conversations que Müsil imagine pour lui et les personnages qui l'entourent, les diverses situations que l'ensemble traverse en totalité ou en partie me semblent servir de prétexte à déployer avec une brillante lucidité tous les aspects possibles de la société viennoise de l'époque.
Je vais maintenant sans plus attendre me jeter sur le tome 2, où l'on trouve le commencement de la troisième partie en plus des ébauches laissées par Müsil. Quel bonheur de pouvoir accéder à tout ce matériel qui m'apparaît comme une somme de merveilles impatientes de rencontrer mon regard!

Commenter  J’apprécie          480



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (32)voir plus