AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020529969
187 pages
Éditeur : Seuil (14/01/2002)

Note moyenne : 2.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :

Publiés dans des journaux ou en revues, rassemblés par l'auteur de son vivant afin, non sans ironie, de couper court aux tentations de ses futurs biographes, ces courts textes de l'écrivain autrichien (né en 1880, mort à Genève en 1942), permettent de mieux comprendre l'auteur de Les Désarrois de l'élève Törless et surtout de L'Homme sans qualités.

Prémices d’œuvres plus amples, textes de circonstances ou satires, tous portent la marque d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
brigetoun
  18 décembre 2010
sous le charme des écrits les plus anciens - me suis un peu ennuyée, au delà de la justesse du trait, de l'économie, avec les articles satiriques, à l'exception des derniers qui touchent à notre façon de voir le monde, de le goûter, à notre conditionnement - une certaine férocité, une belle acuité, mais peut-être, comme les livres posthumes, un recueil un rien mineur
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   18 décembre 2010
Les rusés forestiers se contentent de veiller à maintenir un rien d'irrégularité, un arbre sortant un peu du rang pour accrocher le regard, une coupe de guingois ou un tronc abattu qu'on laisse là tout l'été. Car ils ont un sentiment très juste de la Nature et savent qu'à en faire plus, ils ne seraient pas crus. Les forêts sauvages ont quelque chose d'extrêmement peu naturel, de dégénéré. Chez elles, la non-nature, devenue la seconde nature de la Nature, retombe à la nature. Une forêt allemande ne se le permettrait pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   18 décembre 2010
les arbres et les prés d'un vert vénéneux, le ciel bleu paon, les rochers gris et rouges, les maisons d'un relief presque douloureux, comme si elles étaient prêtes à tout moment à sortir de leur façade ; et la couleur si zélée qu'elle déborde généralement un peu. Si le monde avait cet aspect, on n'aurait vraiment rien de mieux à faire que de lui coller un timbre dessus et de le jeter dans la première boite venue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ElinaElina   21 mars 2015
Personne au monde ne peut libérer ses pensées de la façon dont son époque porte d'habit du langage. De ce fait, personne ne peut savoir dans quelle proportion il pense vraiment ce qu'il écrit ; et l'homme, en écrivant, retourne beaucoup moins les mots que ceux-ci ne le retournent.
Commenter  J’apprécie          00
ElinaElina   21 mars 2015
On ne pleure qu'à une déception simple : est-elle double, on réussit toujours à sourire.
Commenter  J’apprécie          20
LPLLPL   21 mars 2015
Une amitié d'enfance, en effet, est chose d'autant plus singulière qu'on devient plus vieux. Les années ont beau vous changer des pieds à la tête et du moindre poil au fond du coeur, les relations réciproques se maintiennent remarquablement constantes.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Robert Musil (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Musil
Le désarroi du professeur Robert Musil (1981 / France Culture). Un documentaire d'Olivier Biegelmann et Mehdi El Hadj. Par Olivier Biegelmann. Avec Martin Flinker, Georges Schlosser, Jacques Bouveresse, Marie-Louise Roth, Pierre-Yves Pétillon. Réalisation : Mehdi El Hadj. Émission “Nuits magnétiques”, diffusée sur France Culture le 18 février 1981. Présentation des Nuits de France Culture : C'était en 1982, dans le numéro 363 de La Quinzaine littéraire, que Marguerite Duras écrivait que “L'Homme sans qualités” avait été une des plus grandes lectures qu'elle ait jamais faites, et qu'on n'en finirait pas d'écrire sur “ce fou de Musil”. « Il me semble qu'on peut dire que l'objet de l'écrivain Musil n'est pas seulement la littérature, écrivait Duras, qu'il est autre chose aussi qu'un écrivain, qu'il est autrement aussi qu'un écrivain, que ce n'est pas seulement la littérature qui le concerne : c'est ce qui semblerait irréductible à toute littérature qui le concerne ; par exemple : la vérité historique, l'incidence indéfinie d'une idée quelconque, qu'elle ait trait à l'aviation, aux mines de fer de l'Europe centrale ou à la reconsidération de l'essayisme au début du siècle. Musil, c'est ça aussi : la tentative de tout, du tout au monde. » En 1981, Olivier Biegelmann et Mehdi El Hadj consacraient une “Nuit magnétique” à celui dont Duras disait encore : « Musil porte à écrire, mais pas comme le printemps, pas comme la culture, l'instruction, mais comme soi-même, comme sa fatalité propre - de même que si tout le monde écrivait. »
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Mélanges littéraires (189)
autres livres classés : autricheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
310 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre